Archives par mot-clé : publication

Publication, Eric Schnakenbourg (dir.) Les entrées en guerre à l’époque moderne, XVIIe-XVIIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2018.

Eric SCHNAKENBOURG, Professeur d’histoire moderne et Directeur du CRHIA, vient de publier le numéro 61 de la collection Enquêtes et Documents sur le thème :

Les entrées en guerre à l’époque moderne,

16ème-18ème siècle

Si les sorties de guerre ont déjà été l’objet de travaux et de rencontres scientifiques, le basculement inverse a, en revanche, été peu étudié jusqu’à présent. En effet, les historiens ont l’habitude d’enfermer les périodes de conflits entre la date de déclaration de guerre et celle de la conclusion de la paix. Cette approche traditionnelle n’est cependant pas suffisante pour appréhender pleinement ce que pouvait être la réalité de la transition de la paix à la guerre. Les contributions réunies dans ce volume portent précisément sur les modalités et les décalages du basculement dans la guerre. Il s’agit ici de réfléchir aux passages de la paix à la guerre pour savoir comment, à l’époque moderne, les États, les sociétés et les individus sont saisis par l’épreuve du conflit armé. En effet, il ne suffit de proclamer la guerre pour que l’état de guerre devienne une réalité immédiate. Ainsi, l’entrée en guerre n’est pas réductible à une rupture nette. C’est bien davantage un processus qui connaît des décalages selon l’objet étudié. En tout cas, il entraîne systématiquement des mutations, des mobilisations et des adaptations sur lesquelles il faut s’interroger.

Les textes réunis dans ce volume déclinent l’interrogation sur l’entrée en guerre selon plusieurs perspectives. La première porte sur le concept même d’entrée en guerre pour tenter d’en comprendre la nature, la portée et les implications. La deuxième est celle de la politisation interne de l’entrée en guerre, car elle est aussi un acte politique qu’il faut envisager à la lumière des débats propres à chaque société. La troisième perspective est celle des mobilisations des ressources et des adaptations des réseaux découlant de l’entrée en guerre.

Pour accéder à la table des matières, cliquez ici

Lieu : Rennes
Partenaire : Presses universitaires de Rennes
Contact : Eric SCHNAKENBOURG : eric.schnakenbourg@univ-nantes.fr

Publication, Tianjin cosmopolis, une autre histoire de la mondialisation, Pierre Singaravélou

Pierre Singaravélou,

Professeur à l’Université  Paris I Panthéon-Sorbonne,

publie

Tianjin cosmopolis, une autre histoire de la mondialisation

aux éditions du Seuil.

La mondialisation n’est pas un vain mot pour désigner ce qui survient au tournant du xxe siècle à Tianjin, capitale diplomatique de l’empire du Milieu. Cette ville chinoise méconnue suscite alors la convoitise de toutes les puissances de la planète en quête de concessions territoriales.

Des hommes du monde entier s’y aventurent pour faire fortune. L’audacieux vice-roi Li saisit l’occasion pour transformer le siège de son pouvoir en un laboratoire de la « modernité » urbaine. La guerre des Boxeurs durant l’été 1900 transforme brutalement la ville en une commune insurrectionnelle : les sièges des concessions étrangères puis de la cité autochtone détruisent des quartiers entiers et, suite à la victoire inattendue des forces alliées, de nombreux civils chinois sont massacrés. Avec la volonté affichée de moderniser Tianjin et sa région, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, les États-Unis, la Russie, le Japon, l’Italie et l’Autriche-Hongrie fondent sur-le-champ le premier gouvernement international de l’époque contemporaine.

En analysant ici tous les aspects d’une expérience politique unique, Pierre Singaravélou offre une vision renouvelée des origines de la mondialisation actuelle qui fut, dès l’origine, une coproduction entre puissances européennes, asiatiques et états-unienne.

Publication, Les négociants européens et le monde, histoire d’une mise en connexion, PUR, 2016, Par V. Chaillou-Atrous, J-F. Klein et A. Resche.

Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et chargée de l’animation scientifique du LabEx EHNE au CRHIA (Université de Nantes), Jean-François Klein, MCF en histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), et Antoine Resche, doctorant en histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), viennent de publier le numéro 54 d’Enquêtes et Documents :

Les négociants européens et le monde.

Histoire d’une mise en connexion

Bien avant l’ère chrétienne, des négociants de tous horizons contribuèrent à la première mise en connexion globale dans l’océan Indien et en mer de Chine formant un véritable « système-monde afro-eurasien ».  Au 15e siècle, les Portugais  suivis immédiatement par les Espagnols et les Hollandais, puis  les Anglais et les Français au 17e siècle, viennent s’immiscer dans « ce long filet de synchronie » commercial. Ce fut alors, pour ces négociants européens, le temps d’un apprentissage pour, finalement, concurrencer ces marchés locaux. Normé ou privé, sur l’océan Indien, Pacifique ou Atlantique, ce commerce transforma le monde dans une mesure qui dépasse de très loin la sphère marchande et financière. Avec leurs marchandises, ces négociants exportèrent également des cultures, des idées et des croyances, participant tous, à leur échelle, à la mise en connexion du monde. L’histoire des négociants est, par essence, une histoire transnationale et connectée.

En dépit de cela, les patrons de maisons de commerce ont été longtemps des laissés pour compte de l’historiographie, et, jusqu’à récemment, bien peu s’intéressèrent aux trajectoires de ces hommes et aux réseaux qu’ils tissèrent. Il n’est donc pas illégitime de tenter ici ce petit essai qui fait suite à la très riche journée d’études qui s’est tenue à l’Université de Nantes, dans le cadre du CRHIA et du LabEx EHNE  (notamment l’axe 4 porté par le CRHIA et l’Université de Nantes : « L’Europe, les Européens et le monde »), avec pour but d’évaluer, dans la mesure du possible, la place et le rôle joué par les négociants européens dans cette mise en connexion des hommes et des territoires du 16e au 20e siècle…

Pour aller plus loin :

Contact : Virginie Chaillou-Atrous : labexehne4@univ-nantes.fr

 

Publication, L’Europe des citoyens et la citoyenneté européenne. Évolutions, limites, perspectives, Editions Peter-Lang, 2016

Michel Catala, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA-Nantes et co-responsable du programme Alliance Europa, Stanislas Jeannesson, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, et Anne-Sophie Lamblin-Gourdin (UMR 6297 CNRS / DCS, Université de Nantes), viennent de publier les actes de leur colloque de novembre 2013 :

L’ Europe des citoyens et la  citoyenneté européenne.

Évolutions, limites et perspectives

Résumé :

La construction européenne est souvent présentée ou perçue comme un processus technocratique imposé aux peuples par les élites à la suite du désastre de la Seconde Guerre mondiale et du traumatisme de la Guerre froide. La crise actuelle que connaît l’Union européenne semble ainsi démontrer l’absence de solidarité entre les États et les peuples du continent, par manque d’identité partagée et de projet politique démocratiquement accepté. La création d’une citoyenneté européenne par le traité de Maastricht, en 1992, n’a pas enrayé le désintérêt des citoyens des États membres, pourtant de plus en plus affectés par les politiques européennes, à l’égard de l’Union et de ses institutions. Dans une perspective résolument interdisciplinaire, à la croisée de l’histoire, du droit, des sciences politiques, de la sociologie et de la philosophie, cet ouvrage entend dépasser ce constat d’échec un peu simpliste, pour étudier les modalités et les visages de la citoyenneté européenne, son émergence progressive depuis les premiers projets de l’entre-deux-guerres, ses limites et ses insuffisances, mais aussi ses perspectives, à long terme comme dans un avenir proche.

Pour en savoir plus