Appel à communication – Colloque « Marges impériales en dialogue »

Échanges, transferts, interactions et influences croisés entre les espaces post-coloniaux francophones et la périphérie soviétique européenne dans la seconde moitié du XXe siècle

Colloque international d’histoire contemporaine

Dates : 30 et 31 mai 2019.

Lieu : Université de Pécs (Hongrie).

Comité d’organisation : Krisztián Bene (Université de Pécs), Matthieu Boisdron (Université de Nantes), Gwendal Piégais (Université de Bretagne occidentale), Géza Szász (Université de Szeged).

Comité scientifique : Michel Catala (Université de Nantes), Benoît Henriet (Vrije Universiteit Brussel), László J. Nagy (Université de Szeged), Sergiu Miscoiu (Université de Cluj).

L’année 1947 marque à la fois l’amorce de la satellisation durable de l’Europe médiane par l’URSS et le début d’un processus de décolonisation qui affecte les puissances européennes occidentales et qui révèle concomitamment leur marginalisation sensible sur la scène internationale.

Dans ce nouveau monde qui émerge, les deux superpuissances américaine et soviétique affirment des valeurs profondément anticolonialistes sans paradoxalement renoncer à des politiques étrangères « ingérantes » pour ne pas dire elles-mêmes impérialistes.

Les espaces post-coloniaux, soudainement libérés de l’essentiel de l’emprise politique européenne, deviennent le lieu et l’enjeu des projections d’influence et des déploiements de puissance des deux blocs, souvent en concurrence avec les anciennes puissances coloniales qui souhaitent garder la mainmise sur leur ancien pré-carré. L’importance de la lutte d’influence qui s’y joue révèle notamment la forte polarisation du système international. En conséquence, les espaces post-coloniaux deviennent les terrains les plus chauds de la guerre froide. En Europe médiane, les nouvelles démocraties populaires sont formellement souveraines. Toutefois, la mise au pas stalinienne et la mise sous tutelle soviétique par le « grand frère russe » n’en ont pas moins ramené ce principe à des indépendances de façade, voire de pure forme.

En revanche, dans ce nouveau rapport de domination, les acteurs – tous formellement autonomes et émancipés – conservent une relative marge de manœuvre. Il est ainsi légitime de s’interroger sur la nature des rapports qu’entretiennent entre eux les États de ces marges impériales. Trouvent-ils dans le dialogue qu’ils nouent un moyen d’affirmation de leur indépendance et de leur souveraineté ? Celui-ci constitue-t-il un outil pour desserrer l’étau d’une certaine forme d’assujettissement ?

L’objectif de ce colloque est ainsi d’étudier les relations entre les démocraties populaires de l’Europe centrale orientale et balkanique et les États post-coloniaux francophones en croisant les regards et les archives. Les communications proposées s’intéresseront à la coopération diplomatique et militaire, policière et judiciaire, culturelle et universitaire, financière et économique ; que ces relations soient bi ou multilatérales.

Les communications traiteront essentiellement des anciennes colonies belges et françaises d’Afrique dans leurs relations avec l’Albanie, l’Allemagne de l’Est, la Bulgarie, la Roumanie, la Hongrie, la Pologne, la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie. Néanmoins, celles qui porteraient sur les anciennes colonies de la Fédération indochinoise ou sur les républiques socialistes soviétiques d’Ukraine, de Biélorussie, de Moldavie, des États baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie), du Caucase (Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie), voire d’Asie centrale (Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, Turkménistan, Tadjikistan, y compris Afghanistan) seront également les bienvenues.

Modalités

Les propositions de communications (3 000 signes maximum) seront accompagnées d’un CV n’excédant pas une page A4 et devront être envoyées avant le 20 janvier 2019 à : matthieu.boisdron@univ-nantes.fr.

Les frais d’hébergement et de restauration seront pris en charge.

Les frais de transport (billets d’avion) ne pouvant hélas pas être couverts, les participants sont encouragés à solliciter leurs établissements ou leurs laboratoires de rattachement afin d’obtenir le financement de leur déplacement.

Le transfert pour rejoindre le lieu du colloque depuis l’aéroport de Budapest sera assuré (aller et retour).Lien permanent vers l’appel

http://www.editions-codex.fr/2018/09/14/colloque-marges-imperiales-en-dialogue/http://francia.btk.pte.hu/hu/hirek/appel_communication

Partenaires

Vient de paraître, Femmes et négoce dans les ports européens, fin du Moyen Âge-XIXe siècle, collection Pour une histoire nouvelle de L’Europe

Ouvrage dirigé par  Bernard Michon  et Nicole Dufournaud

Fort des acquis de l’historiographie sur le négoce des ports européens de la fin de l’époque médiévale au début de la période contemporaine, l’ambition de ce livre est de faire dialoguer l’histoire portuaire et maritime avec l’histoire des femmes et du genre. La période étudiée permet d’interroger l’ouverture des horizons commerciaux des Européens et l’essor du trafic colonial en rapport avec le rôle des femmes dans les places portuaires. Si, en France, le terme de « négoce » est utilisé dans les sources pratiquement dès le début de l’époque moderne, le mot « négociant » apparaît à la fin du xviie siècle pour désigner la frange supérieure des marchands. Il s’agit par conséquent de mettre en lumière l’accès de certaines femmes au titre de « négociante ».

L’ouvrage regroupe douze textes, portant sur des périodes et des espaces géographiques différents, répartis en deux grands axes. Le premier cherche à mettre en évidence la diversité du travail féminin dans les milieux portuaires européens sur la longue durée, de la marchande à la négociante. Le second s’intéresse aux structures commerciales (sociétés et maisons de commerce) et aux rôles des femmes dans les entreprises familiales, au regard du modèle économique des sociétés préindustrielles.

La finalité de ce livre est de montrer des femmes en capacité d’agir à partir de l’exemple des milieux portuaires, en faisant émerger des figures oubliées de « femmes fortes » qui participent à l’économie française et européenne de la fin du Moyen Âge au xixe siècle.

Editeur: Peter Lang, Collection Pour une histoire nouvelle de l’Europe

Pour accéder à la page éditeur et au sommaire , cliquez ici

Regards d’ici et d’ailleurs sur l’engagisme, Journées internationales d’études, 8-11 novembre 2018, Ile de La Réunion


     Depuis plusieurs années, le Conseil départemental de La Réunion  est partie prenante d’actions destinées à une meilleure connaissance de l’histoire de l’engagisme. Ses interventions ont notamment pris appui sur les opérations de sauvetage des vestiges emblématiques de cette période significative de l’histoire de La Réunion, en particulier ceux du Lazaret de la Grande Chaloupe où  ont transité, entre 1860 et 1933, des passagers libres mais surtout des milliers de travailleurs engagés provenant essentiellement d’Asie, d’Afrique et des îles de l’océan Indien.

     Pour poursuivre la valorisation de ce grand chantier patrimonial et mémoriel, le Conseil départemental a mis en place un Conseil scientifique adossé au Lazaret de La Grande Chaloupe, lieu emblématique de l’engagisme et a confié à Mme Marimoutou Oberlé, docteure en histoire le pilotage scientifique d’un projet qui s’intitule « Regards d’ici et d’ailleurs sur les engagismes à La Réunion ».

Ce projet se propose, en collaboration avec des référents identifiés dans les régions- sources, de mieux connaître les situations des populations concernées, les circonstances et l’implication locale dans les départs, les réactions des pays sources sur les conditions de départ et de vie de ces travailleurs sous contrat sur ces « terres promises ».

En effet, les Archives de La Réunion et les Archives nationales d’outre-mer, quoique très riches sur le sujet, présentent un certain nombre de lacunes,  comme  la non-conservation des registres d’arrivée et d’immatriculation des engagés. Par ailleurs, la méconnaissance des situations des populations concernées, des documents et des réactions des pays sources sur les conditions de départ de ces travailleurs sous contrat vers des pays lointains, ainsi que sur leurs conditions de vie, sont un manque certain pour une connaissance globale du phénomène de l’engagisme.

Le projet, qui devrait se dérouler sur trois années, est ouvert à tous les champs disciplinaires et à toutes les thématiques ; les informations collectées seront mises à disposition des publics sur un  site  spécialisé du Conseil départemental. La première étape consiste en des Journées d’études programmées autour du 11 novembre, journée traditionnellement dédiée à la Mémoire des Engagés au Lazaret de La Grande Chaloupe.

Ces Journées d’études s’inscrivent dans le cadre de la commémoration de l’arrivée des premiers « engagés du sucre » en 1828, alors même que l’esclavage n’était pas aboli. 

Elles se dérouleront du 8 au 11 novembre 2018 et permettront de confronter les regards de chercheurs venus  des pays de l’Océan indien et d’Europe et les demandes des publics.

Elles s’organiseront autour de  trois principaux axes, d’une part, un état des lieux sur les sources locales et les biais engendrés par leur état lacunaire, d’autre part un questionnement sur la situation des régions d’origine au moment des départs et/ou l’impact de ces départs, enfin une première présentation des sources existantes dans les régions d’origine et les problèmes posés  pour les collecter.

Consultez le programme ici.

Coordinatrice scientifique: Michèle Marimoutou Oberlé, chercheuse associée au CRHIA


Vient de paraître: Résonances photographiques. Tout autour d’aujourd’hui

Textes et photographies réunis par Sonia Bledniak

Une cinquantaine de photographies datées de la fin du XIXe siècle sont présentées dans ce livre ; elles proviennent d’un fonds de 1 800 plaques de verre photographiques trouvé en 2013 dans un lycée parisien. Projetées à l’origine lors de conférences populaires et de cours publics, elles offraient le spectacle nouveau d’une géographie à découvrir : l’Europe et le monde sur grand écran. Aujourd’hui elles nous invitent à suivre les traces de ce monde passé tout en parcourant des textes – littérature, essais, récits de voyage, etc. – qui en prolongent la poésie.

Sorbonne Université Presses

En librairie le 8 octobre

Table ronde L’Europe en classe à l’ère du numérique, Nantes digital week, 19 septembre 2018 à 14h30

Dans le cadre de la digital week de Nantes l’atelier canopé, le LIPE (Laboratoire d’innovation sur l’Europe) et Alliance Europa proposent une table-ronde  qui vise à mettre en lumière des initiatives et des projets qui s’appuient sur le numérique pour aborder l’Europe en classe tant en termes de contenu d’enseignement qu’en termes de dispositifs d’échanges ou de promotion de l’innovation pédagogique.

Intervenants:

Nicolas Rocher, auteur de l’ouvrage « Histoire-géographie et numérique au collège ».

Virginie Chaillou-Atrous, chercheuse post-doctorante au Labex EHNE et coordinatrice scientifique de la plate-forme numérique du LIPE (Laboratoire d’innovation pédagogique sur l’Europe).

Correspondant Etwinning, intervention d’un correspondant académique du projet européen Etwinning

Le débat sera animé par Michel Catala, directeur d’Alliance Europa, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Nantes et chercheur au CRHIA.

Date: 19 septembre 2018 à 14h30

Lieu: Atelier CANOPE, 8, Rue du Général Margueritte, 44 000 Nantes

Contact et inscription: contact.atelier44@reseau-canope.fr

 

 

 

Publication, Eric Schnakenbourg (dir.) Les entrées en guerre à l’époque moderne, XVIIe-XVIIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2018.

Eric SCHNAKENBOURG, Professeur d’histoire moderne et Directeur du CRHIA, vient de publier le numéro 61 de la collection Enquêtes et Documents sur le thème :

Les entrées en guerre à l’époque moderne,

16ème-18ème siècle

Si les sorties de guerre ont déjà été l’objet de travaux et de rencontres scientifiques, le basculement inverse a, en revanche, été peu étudié jusqu’à présent. En effet, les historiens ont l’habitude d’enfermer les périodes de conflits entre la date de déclaration de guerre et celle de la conclusion de la paix. Cette approche traditionnelle n’est cependant pas suffisante pour appréhender pleinement ce que pouvait être la réalité de la transition de la paix à la guerre. Les contributions réunies dans ce volume portent précisément sur les modalités et les décalages du basculement dans la guerre. Il s’agit ici de réfléchir aux passages de la paix à la guerre pour savoir comment, à l’époque moderne, les États, les sociétés et les individus sont saisis par l’épreuve du conflit armé. En effet, il ne suffit de proclamer la guerre pour que l’état de guerre devienne une réalité immédiate. Ainsi, l’entrée en guerre n’est pas réductible à une rupture nette. C’est bien davantage un processus qui connaît des décalages selon l’objet étudié. En tout cas, il entraîne systématiquement des mutations, des mobilisations et des adaptations sur lesquelles il faut s’interroger.

Les textes réunis dans ce volume déclinent l’interrogation sur l’entrée en guerre selon plusieurs perspectives. La première porte sur le concept même d’entrée en guerre pour tenter d’en comprendre la nature, la portée et les implications. La deuxième est celle de la politisation interne de l’entrée en guerre, car elle est aussi un acte politique qu’il faut envisager à la lumière des débats propres à chaque société. La troisième perspective est celle des mobilisations des ressources et des adaptations des réseaux découlant de l’entrée en guerre.

Pour accéder à la table des matières, cliquez ici

Lieu : Rennes
Partenaire : Presses universitaires de Rennes
Contact : Eric SCHNAKENBOURG : eric.schnakenbourg@univ-nantes.fr

Calendrier de diffusion des capsules EUROPE IN A SOUNDBITE juin 2018

En juin , le LIPE, « L’Europe du laboratoire à la classe », propose de nouvelles ressources pédagogiques sous la forme de capsules audio « Europe in a soundbite », réalisées à partir des notices des chercheurs de l’encyclopédie EHNE en partenariat avec Euradionantes.

Ces capsules sont diffusées tous les lundis à 17h50 sur Euradionantes 101.3 fm puis disponibles en podcasts sur le site du LIPE.

-4 juin 2018, Arrêter la guerre. Armistices, capitulations et cessez-le-feu en Europe (fin XIXe-fin XXe siècle), capsule réalisée par Simon Perego à partir de la notice d’Isabelle Davion.

 -11 juin 2018, Le siège de Leningrad, 1941-1944, capsule réalisée par Simon Perego à partir de la notice de François-Xavier Nérard.

-18 juin 2018, La diffusion des formes artistiques : des moments privilégiés (1200, 1300 et 1400) capsule réalisée par Sabine Berger à partir de sa propre notice.

-25 juin 2018, Les origines de l’aérostat, années 1780, capsule réalisée par  Laurence Roche Nye à partir de la notice de Reynald Abad.

-2 juillet 2018, Réseau de gaz naturel européen, les négociations entre la Suède et l’Union soviétique, capusle réalisée par Laurence Roche Nye à partir de la notice de Anna Åberg.

 

Un «enseignement par les yeux», Le Fonds Colbert : Projections photographiques et pédagogie en milieu scolaire (Paris)

« Un « enseignement par les yeux », le Fonds Colbert : Projections photographiques et pédagogie en milieu scolaire »

Type : Journée d’étude (entrée libre)

Date : 8 juin 2018, 9h-18h

Lieu : Paris 75010, Mairie du 10e arrondissement, 72, rue du Faubourg Saint-Martin, SALLE DES FETES.

Résumé :
À l’occasion des 150 ans du lycée Colbert, le LabEx EHNE, le programme SPEscies et la mairie du 10e arrondissement de Paris s’associent pour proposer une journée d’étude consacrée au rôle et à l’intérêt rétrospectif des projections lumineuses et des plaques photographiques destinées à l’instruction.

          Cette journée résulte de la découverte en mai 2013 d’un ensemble de près de 2 000 photographies positives sur plaques de verre conservées dans les locaux de l’ancienne École Primaire Supérieure Colbert. Constitué à partir de vues reproduites en série et vendues en grande partie entre les années 1880 et 1910 par les célèbres maisons d’édition Molteni, Radiguet & Massiot et Mazo, ce fonds forme un ensemble de première importance, par la quantité des images éducatives qui le composent comme par les thématiques et sujets représentés. Cette journée d’étude permettra ainsi d’envisager les contextes et les raisons de la constitution d’ensembles photographiques destinés à l’enseignement (conférences publiques y compris), ainsi que les enjeux de la projection pédagogique propre à la fin du xixe siècle, jusqu’à la première moitié du xxe siècle.

Programme :

9 h Accueil du public

9 h 30 Mot d’introduction de la municipalité

9 h 40 Mot de la direction du LabEx EHNE et du programme SPEscies

9 h 50 Olivier Vayron (Sorbonne Université), « Le fonds Colbert, historique d’un matériel didactique »

10 h 20 Étienne Faisant (Sorbonne Université), « De la plaque au commentaire : une approche pratique du fonds Colbert »

10 h 50 Patrice Guérin, « La Maison Molteni et les projections lumineuses »

11 h 20 Pause

11 h 30 Projections de plaques de verres du fonds Colbert depuis un projecteur 1900, assurées par Patrice Guérin, avec la participation et les commentaires des enseignants et élèves du lycée Colbert.

12 h Table ronde sur l’intérêt scientifique et pédagogique du fonds Colbert, avec la participation des membres et chercheurs associés au LabEx EHNE.

13 h Pause-déjeuner

14 h 30 Anne Quillien (Munaé), « Un service des projections pour l’instruction publique : quand la photographie projetée côtoyait le tableau noir »

15 h Benjamin Caillaud (CRHIA), « Fernand Braun ou le progrès par la lanterne magique. 1895-1939 »

15 h 30 Alice Aigrin (Paris 1, Panthéon-Sorbonne), « Un enseignement pour les yeux : la clinique et le regard photographique (France – 1905-1935) »

16 h Pause

16 h 15 Thierry Laugée (Sorbonne Université), « Projection photographique et protection des espèces à New York dans le premier tiers du xxe siècle »

16 h 45 Arnaud Maillet (Sorbonne Université), « Populariser les Beaux-arts : le film sur l’art en France à l’issu de la Seconde Guerre Mondiale »

17 h 15 Mot de clôture

Infos pratiques & contacts :
Informations sur la journée d’étude sur le site du Centre André Chastel, sur le site de l’EHNE ou via l’adresse fonds.colbert@gmail.com
Organisation du séminaire : Elinor Myara Kelif, Etienne Faisant et Olivier Vayron
Commission scientifique : équipe SPEscies (spescies@gmx.fr) et LabEx EHNE

Institutions partenaires :
Sorbonne Universités | Sorbonne Université | CNRS | Université de Nantes.

 

Carnet de l’axe 4 du LabEx EHNE « L’Europe, les Européens et le monde »