Archives par mot-clé : géopolitique

Ethno-géopolitique des Empires, 1. Antiquité et Moyen Âge

Annick PETERS-CUSTOT, Professeure d’histoire médiévale au CRHIA (Université de Nantes), Yann LIGNEREUX, Professeur d’histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes) et Jérôme WILGAUX, MCF d’histoire ancienne au CRHIA (Université de Nantes), organisent une journée d’études sur le thème :

Ethno-géopolitique des Empires,

1. Antiquité et Moyen Âge

Ce cycle de journées d’études entend explorer toutes les relations entretenues par les empires à l’égard des peuples, communautés, groupes, que ces derniers leur soient extérieurs ou non – avec cette précaution, valable pour les époques pré-modernes au moins, que l’Empire ne se pensait pas forcément en termes de dedans/dehors, mais en fonction de gradients d’appartenance . On entend ici les empires comme constructions politiques spécifiques, mais évolutives, sur le temps long de l’histoire, de l’Empire perse à l’ « Empire américain », en passant par les Empires byzantin, napoléonien et coloniaux, et les pseudo-empires (royaumes et États munis d’une idéologie impériale, monarchie pontificale comprise). L’approche consisterait donc en partie à interroger la notion d’empire et ses évolutions, par le biais du traitement des communautés.

Il s’agirait en effet d’examiner, sur le temps long, l’évolution de la description et de la perception des peuples, dans le cadre impérial ou pseudo-impérial, depuis les premiers écrits ethnographiques antiques jusqu’aux descriptions missionnaires et coloniales des époques moderne et contemporaine, en passant par les traités militaires romains adaptant la stratégie à employer en fonction d’une psychologie collective des peuples, par les récits de voyages des pèlerins et missionnaires latins dans l’Orient byzantin et en Terre sainte, par la conception de l’altérité dans l’Empire germanique, par la naissance de l’ethnographie scientifique…, afin de déterminer les conditions d’émergence d’une sincère curiosité et d’un savoir vrai (dans quelle mesure se défait-il des cadres traditionnels imposés par les normes antérieures ?) mais aussi les usages politiques des discours sur les autres comme peuples, cités, communautés religieuses.

Dans la mesure où nous souhaitons mettre en avant les évolutions et éventuelles ruptures dans l’ethno-géopolitique des « Empires », en relation avec les constructions institutionnelles et politiques sur lesquelles repose la considération de l’altérité (bouleversements ecclésiologiques liés à la réforme grégorienne, transfert de l’universel aux individus dans le mouvement libéral…) l’approche doit suivre les marques du temps :  l’idée est donc de constituer des journées chronologiques « doubles » sur ce thème (une journée Antiquité-Moyen Âge, une journée Moyen Âge-époque moderne, une journée époque moderne- époque contemporaine) afin de considérer ce qui fait passer d’un modèle ethnographique à l’autre, en se maintenant dans un cadre impérial, impérialisant, ou impérialiste. On se penchera plus particulièrement sur les catégories, leur mode de constitution (remploi de catégories ethniques désuètes chargées d’un sens nouveau, ou invention de nouvelles catégories) et de manière générale sur toutes les trames des discours fixés sur l’altérité collective, qui sont les miroirs de la construction politique qui les fait émerger, sur la carte comme sur le territoire.

Consulter le programme

Pour aller plus loin :

Lieu : Université de Nantes – MSH Ange-Guépin – 5, allée Jacques Berque – 44000 NANTES – salle de conférences B
Partenaires : MSH Ange-Guépin, LabEx EHNE
Contact : Annick Peters-Custot : annick@peters-custot.fr 

Appel à communications « La géopolitique religieuse dans le monde moderne (1500-1800) »

Lauric Henneton, MCF en civilisation anglaise au laboratoire ESR (Université de Versailles–Saint-Quentin) et membre associé au CRHIA, lance un appel à communications pour le colloque :

La géopolitique religieuse dans le monde moderne (1500-1800)

Organisé le 13 mars 2015 au Service Historique de la Défense (Château de Vincennes).

Les Européens de la première modernité vivaient dans un monde saturé de religion. Pourtant, le rôle de la religion dans la géopolitique et la diplomatie de l’époque demeure mal compris. En effet, le rôle des enjeux religieux ainsi que des ecclésiastiques a longtemps été négligé au profit de considérations économiques, commerciales, dynastiques et/ou territoriales. Les facteurs religieux ont-ils joué un rôle moteur dans la pensée et la prise de décision géopolitiques, ou n’ont-ils eu qu’une fonction décorative visant à légitimer des préoccupations plus clairement séculières?

Cette journée d’étude entend explorer dans quelle mesure le concept de “géopolitique religieuse” peut s’appliquer à l’Europe moderne et à ses extensions impériales, de l’espace atlantique à la Méditerranée et à l’Océan Indien, et en circonscrire les variations spatiales et chronologiques. La géopolitique est ici envisagée à la fois dans son sens littéral (processus de prise de décision relatif à un lieu d’importance stratégique) et assez large pour inclure le champ connexe de la diplomatie et de la guerre.

Les organisateurs souhaitent que les propositions de communications se penchent sur le concept de “géopolitique religieuse” en prenant en compte, entre autres:
– Le poids des arguments religieux dans les processus de prise de décision, tant au niveau central que local, sur le terrain
– Le rôle des missionnaires, prêtres, pasteurs et autres agents ecclésiastiques dans des fonctions diplomatiques et militaires (négociateurs, espions, informateurs, conseillers)
– Le rôle des communautés de réfugiés pour la foi dans les politiques impériales (huguenots, Juifs séfarades, Moraves…)
– Les marches et frontières confessionnelles en tant que terroirs propices à une “géopolitique religieuse” (autrement dit la géographie du concept)
– L’opposition binaire entre sphères catholique et protestante, mais également les cas de coopération transconfessionnelle (avérée ou envisagée)
– La perception de l’Autre articulant identités nationale et confessionnelle, la cristallisation des identités nationales autour des identités confessionnelles.

Les propositions ne doivent pas excéder 500 mots et doivent parvenir aux organisateurs avant le 15 septembre 2014, accompagnées d’une brève présentation bio-bibliographique.
Les communications feront l’objet d’une circulation préalable parmi les participants. A cet effet, les textes doivent parvenir aux organisateurs avant le 15 février 2015. La langue principale des échanges sera le français. Toutefois, les organisateurs accepteront des communications en anglais.

Contact : Lauric Henneton, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Laboratoire ESR: lauric.henneton@uvsq.fr

Comité scientifique:

  • Lauric Henneton (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines),
  • Susanne Lachenicht (Université de Bayreuth, Allemagne),
  • Owen Stanwood (Boston College, Etats-Unis)
  • Laurent Veyssière (Ministère de la Défense, France)
  • André Rakoto (Service Historique de la Défense, France)