Archives par mot-clé : colonies

Colloque international « L’absolutisme dans l’Atlantique français, XVIIe-XVIIIe siècles »

Yann LIGNEREUX, Professeur d’histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes) et Directeur de l’UFR HHAA, et Michel DE WAELE, Université Laval (Québec), organisent un colloque international sur le thème :

L’absolutisme dans l’Atlantique français, XVIIe-XVIIIe siècles

Ce colloque a pour objectif d’étudier la réalité de la  politique coloniale de la France du 17ème siècle dans les territoires français d’Amérique en la sortant de l’ornière d’une histoire strictement coloniale. À ce titre, la démarche choisie s’inspirera de l’histoire atlantique, bien que celle-ci ne s’attarde pas prioritairement au fait politique. Parallèlement, les nouvelles études sur l’absolutisme permettront d’étudier le fonctionnement du gouvernement colonial, à examiner ses institutions, à rechercher les forces et les limites du système mis en place.

Consulter le programme

Pour aller plus loin :

Lieu : Château des ducs de Bretagne – Musée d’histoire de Nantes – Tour du Fer à Cheval – 4, place Marc Elder – 44000 NANTES

Contact : crhia@univ-nantes.fr

Parution : Le travail colonial. Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

Eric Guerassimoff, Professeur de civilisation chinoise contemporaine au sein au CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD),  et Issiaka Mande, Professeur à l’UQAM (Montréal, Canada) est membre du CIRDIS et du CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD), viennent de publier :

Le travail colonial.

Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

L’histoire du travail colonial s’est développée vigoureusement dans les pays du Sud depuis la fin du XXe siècle. Elle replace au centre la figure du colonisé, non seulement comme victime, mais aussi comme agent à part entière des sociétés coloniales. C’est dans cette dernière perspective que les contributions réunies dans le présent volume veulent s’inscrire. Ces études soulignent spécialement l’expérience de l’engagisme, la forme dominante entre 1850 et 1950, de ces relations de travail, examinent avec attention les moyens déployés par les engagés pour s’adapter à la coercition, ou bien y résister, et parfois, tourner les circonstances à leur avantage, dans les espaces coloniaux diversifiés (Antilles, océan Indien, Asie, Pacifique). Situées au carrefour de la recherche récente en histoire des migrations internationales au Sud et en histoire globale du travail, ces études ambitionnent de préciser le rôle joué par les institutions, les employeurs et l’intervention des migrants eux-mêmes dans la constitution des marchés coloniaux du travail.

Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et chargée de l’animation scientifique de l’axe 4 du LabEx EHNE à Nantes, y a publier un article sur le thème : Engagés indiens et engagés africains  à La Réunion au XIXe siècle : une histoire commune ?

Pour aller plus loin : Riveneuve éditions

Podcast : L’engagisme dans les colonies européennes au 19e siècle

A l’occasion de la tenue du colloque international « L’ engagisme dans le colonies européennes, résistances et mémoire(s), 19e-21e siècles« , une nouvelle émission radio du cycle « L’Europe, les Européens et le monde » a été diffusée sur Euradionantes sur le thème :

« L’engagisme dans les colonies européennes au 19e siècle »

L’abolition progressive de la traite et de l’esclavage dans les colonies européennes conduit les autorités à faire appel à des travailleurs étrangers en Asie et en Afrique pour satisfaire les besoins en main-d’œuvre des colonies. Ainsi, par le biais du système de l’engagisme, plusieurs millions de travailleurs émigrent pour les colonies européennes d’Amérique, du Pacifique et de l’océan Indien. En échange de la promesse d’une vie meilleure, ils signent un contrat d’engagement dont la durée varie selon l’origine et la colonie d’accueil. Souvent comparé à la traite, ce système dont les abus sont visibles s’éteint progressivement à la veille de la Première Guerre mondiale.

CLIQUER ICI POUR ACCÉDER AU FICHIER AUDIO

Animatrice :

  • Virginie CHAILLOU-ATROUS, docteure en histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), chargée de l’animation scientifique du LabEx EHNE à Nantes

Intervenants :

  • Jacques WEBER, Professeur émérite d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes)
  • Céline FLORY, chercheuse au CNRS
  • Michèle MARIMOUTOU-OBERLE, historienne, professeur d’histoire-géographie à La Réunion et membre associée au CRHIA (Université de Nantes)
  • Pieter EMMER, Professeur émérite, Université de Leyde (Pays-Bas)
  • Emmanuel PARRAUD, Auteur-réalisateur.

Le colloque, « L’engagisme dans le colonies européennes, résistances et mémoire(s), 19e-21e siècles« , a été organisé les 20 et 21 octobre 2016 au Château des ducs de Bretagne à Nantes par Virginie CHAILLOU-ATROUS, docteure en histoire contemporaine, chargée de l’animation scientifique du LabEx EHNE à Nantes.

Pour aller plus loin :

Partenaire : Euradionantes
Contact : Virginie CHAILLOU-ATROUS : labexehne@univ-nantes.fr

L’engagisme dans les colonies européennes. Résistances et mémoire(s), XIXe-XXIe siècles

Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine, post-doctorante chargée de l’animation scientifique du LabEx EHNE à Nantes, organise à Nantes un colloque international sur le thème :

L ’engagisme dans les colonies européennes,
   Résistances et mémoire(s)

XIXe-XXIe siècles

affiche_clq-engagisme

L’abolition progressive de la traite et de l’esclavage dans les colonies européennes est à l’origine de nouvelles migrations de travailleurs à travers le monde, notamment dans la seconde moitié du 21e siècle. Pour satisfaire les besoins d’une économie de plantation ou pour bâtir les principales infrastructures de leurs colonies, les Européens font appel à des travailleurs étrangers libres. C’est ce qu’on appelle l’engagisme ou indenture (qui signifie « contrat ») ou encore coolie trade pour les engagés d’origine asiatique ( coolie venant du tamoul et signifiant salaire).

L’histoire de l’engagisme, phénomène migratoire de grande ampleur, reste très peu étudiée dans son ensemble. Ce colloque international propose donc une nouvelle mise en perspective de la question des résistances à l’engagisme et de leurs impacts sur la construction identitaire des sociétés coloniales et postcoloniales mais aussi de celle de la (des) mémoire(s).

Les travaux seront organisés en quatre panels :

  • « Résistances, ordre public et société coloniale »
  • « Résistances culturelles, communautarisme et enjeux politiques »
  • « Dynamiques identitaires et mémorielles »
  • « Mémoire et patrimonialisation ».

Vingt chercheurs et enseignants-chercheurs présenteront leurs travaux. Ils sont en provenance de différents institutions de recherches ou organismes publics :

  • Etranger : Jawaharlal Nehru University (Inde), University of Leyde (Pays-Bas), University of Leeds (Royaume-Uni), University of Mauritius (Ile Maurice), Aapravasi Ghat Trust Fund (Ile Maurice)
  • France : CNRS, EHESS, Universités de Nantes, Amiens, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Toulouse, Tours, Iconothèque Historique de l’Océan Indien, Lazaret de La Grande-Chaloupe.

Le colloque comptera également parmi ses participants son Excellence l’ambassadrice Manju Seth.

Comité scientifique :

  • Virginie Chaillou-Atrous (CRHIA / LabEx EHNE / Université de Nantes)
  • Céline Flory (CNRS / Mondes Américains / CERMA / CIRESC)
  • Hubert Gerbeau (Aix-Marseille Université)
  • Antonio de Almeida Mendes (CRHIA / CIRESC / Université de Nantes)
  • Bernard Michon (CRHIA / Université de Nantes)
  • Jacques Weber (CRHIA / Université de Nantes)
  • Michèle Marimoutou (CRHIA / Université de Nantes)
  • Myriam Cottias (CNRS)
  • Pieter Emmer (Université de Leyde)
  • Singaravélou (Université Bordeaux Montaigne)
  • Satyendra Peerthum (Aapravasi Ghat / Université de Maurice)

Consulter le programme (avec informations sur l’accès au colloque)

Pour aller plus loin :

Suivez le colloque et réagissez aux débats sur Twitter : #CLQEngagisme

Lieu : Château des Ducs de Bretagne à Nantes, 4 place Marc Elder, 44000 Nantes – Tour du Fer à Cheval

Partenaires :
  1. Centre de Recherches en Historie Internationale et Atlantique (EA 1163 – Universités de Nantes et La Rochelle)
  2. Aapravasi Ghat (Patrimoine mondial de l’UNESCO)
  3. STARACO (Région Pays de la Loire)
  4. Château des ducs de Bretagne à Nantes

Contact : crhia@univ-nantes.fr

Appel à communications – La diffusion des produits ultra-marins en Europe (16e-18e siècles)

 Maud Villeret, docteure en histoire moderne du CRHIA (Université de Nantes), et Marguerite Martin, doctorante à l’IDHES (UMR CNRS 8533 / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), lancent un appel à communications pour une journée d’études organisée dans le cadre du LabEx EHNE Écrire une nouvelle histoire de l’Europe avec le soutien de l’IDHES (Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société) :

La diffusion des produits ultra-marins en Europe

16e-18e siècles

Elle sera organisée à l’université de Nantes le 30 juin 2016.

L’enjeu est de comprendre comment se sont diffusés les produits exotiques en Europe, en prenant en compte la grande différenciation des consommations en fonction des pays, des espaces (maritimes et intérieurs, urbains et ruraux) et des classes sociales, en s’intéressant aux adaptations réalisées pour répondre aux besoins et aux goûts des consommateurs européens.

Trois axes de réflexion sont proposés :

  • Le transport des produits coloniaux ultra-marins : coûts et aléas
  •  Transformation et distribution des produits ultra-marins
  • La consommation différenciée des produits ultra-marins

Les langues de la journée d’études sont l’anglais et le français.

Les propositions de communication (en français ou en anglais) sont à adresser à l’adresse suivante : jeultramarins@gmail.com

Elles comprendront un titre et un résumé d’une page maximum, accompagnés d’un CV, et devront être envoyées avant le 24 mars 2016.

Télécharger l’appel à communications :

Conférence de Laurence Monnais : Soigner dans les colonies, le cas indochinois

Jean-François Klein, MCF HDR en histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, vous invite à assister à la conférence de Laurence Monnais, Professeure à l’Université de Montréal, sur le thème :

Soigner dans les colonies : le cas indochinois

Jeudi 22 octobre 2015 à 10h

Université de Nantes – Campus Lettres – Bâtiment Tertre – Salle du Conseil

Laurence Monnais est historienne de la médecine et spécialiste de l’Asie du Sud-est (Viêt nam), elle travaille depuis plus de quinze ans sur l’évolution des discours et des pratiques de santé du 19e siècle à nos jours, s’intéressant tout particulièrement depuis quelques années aux multiples « rencontres » entre médecine occidentale (biomédecine) et médecines dites alternatives et traditionnelles. Fervente partisane d’une approche pluridisciplinaire et transnationale, elle a récemment développé des projets et publié sur le médicament comme objet social, les pratiques de santé des immigrants ou encore l’identité de la médecine vietnamienne.

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le pluralisme en santé depuis 2007, elle se propose en somme d’aider à mieux comprendre l’évolution des repères en santé des sociétés modernes, de la surconsommation de médicaments au refus du vaccin en passant par l’engouement pour les médecines douces, autant de comportements qui font l’objet de préoccupations grandissantes mais aussi d’interprétations qui méritent d’être sérieusement revisitées et historicisées.

Quelques exemples d’articles : cliquer ici

Ses principales publications depuis sa thèse publiée aux éditions du CNRS sur la médecine en Indochine coloniale : cliquer ici

ENTRÉE LIBRE

En partenariat avec :

 

 

Exposition : L’Europe et le monde en 1900

Le LabEx EHNE et son axe « L’Europe, les Européens et le monde », en partenariat avec le CRHIA (EA1163),  la BU Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Nantes et la Maison de l’Europe à Nantes, vous invite à découvrir l’exposition :

« L’Europe et le monde en 1900 »

Vernissage le 4 décembre à 18h30 à la Maison de l’Europe à Nantes

33 rue de Strasbourg – 44000 Nantes

Du 5 décembre 2014 au 15 janvier 2015 à la Maison de l’Europe à Nantes

Du 4 au 28 février 2015 à la Bibliothèque Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Nantes et à la Bibliothèque Paul Bois (CRHIA)

Cette exposition, créée grâce au fonds de plaques de verre du Lycée Colbert à Paris, permet de redécouvrir des clichés uniques sur des thèmes aussi variés que les villes européennes, l’Algérie coloniale, le monde balkanique et ottoman ou la représentation des femmes à l’aube du XXème siècle.

Télécharger le carton d’invitation au vernissage (4 décembre 2014 à 18h30)

Les circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux au XIXème siècle : une lecture genrée

Dans le cadre des axes 4 et 6 du LabEx EHNE,  Virginie Chaillou-Atrous, post-doctorante en histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, et Delphine Diaz, MCF en histoire contemporaine à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, organisent le colloque :

Les circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux au XIXème siècle : une lecture genrée

Ce colloque se propose d’aborder, sous l’angle du genre, les migrations et les mobilités au sens large entre métropoles et colonies, mais aussi les circulations reliant entre eux les espaces coloniaux. Il sera ainsi l’occasion d’étudier les figures féminines en situation coloniale dans toute leur variété : les femmes qui voyagent et explorent, les femmes européennes qui colonisent, instruisent, soignent ou évangélisent, et les femmes qui par l’intermédiaire des réseaux de traite sont acheminées contre leur gré dans les colonies.

Pour aller plus loin :

Consulter le programme du colloque

Lieu : Université de Nantes – Campus Lettres – Bâtiment Censive – Salle des Conférences

Accès : depuis le centre-ville, prendre le tramway ligne 2, direction Orvault / Grand Val, arrêt « Facultés »

Contact :

  • Virginie Chaillou-Atrous : labexehne4@univ-nantes.fr
  • Delphine Diaz : delphine.diaz@univ-reims.fr
  • crhia@univ-nantes.fr

Conférence le mardi 20 mai 2014 à 18h30 au Musée de l’Histoire de l’immigration: La guerre au travail, 1914-1920 Étrangers et coloniaux à l’usine et dans les champs

 

Conférence de  Laurent Dornel, Université de Pau et des Pays de l’Adour

présentée par Marianne Amar,  Cité nationale de l’histoire de l’immigration

Auditorium Philippe Dewitte, PALAIS DE LA PORTE DOREE, 293 avenue Dausmenil, 75012 Paris

 

À l’occasion de la Première Guerre mondiale, en raison d’une grave pénurie de main-d’œuvre, la France – cas à peu près unique en Europe – fit appel à un très grand nombre de travailleurs étrangers européens surtout, mais aussi coloniaux  et chinois. Si les soldats coloniaux ont suscité une littérature scientifique assez abondante, tel n’est pas le cas des ouvriers étrangers, coloniaux et chinois. Or l’histoire de cet épisode migratoire, qui se situe à la croisée de l’histoire de l’immigration, de la colonisation, de la guerre et de l’État, présente des enjeux essentiels.

La guerre pose, pour la France, la question migratoire en des termes nouveaux. L’État, dont le rôle s’était limité à la surveillance des immigrés, devient en quelques mois un acteur majeur du processus migratoire. C’est lui qui, directement, recrute et transporte les ouvriers coloniaux et chinois, les répartit sur le territoire français, les surveille étroitement, leur affecte des emplois et impose des contrats aux employeurs privés et publics.

L’arrivée de ces milliers de travailleurs coloniaux et d’étrangers se traduit par des formes de transfert des catégories et de la domination coloniales sur le territoire métropolitain. Les autorités françaises mettent en place des structures administratives nouvelles qui institutionnalisent l’existence de deux types de main-d’œuvre pensés désormais comme radicalement distincts : d’un côté la main-d’œuvre européenne ou « blanche » (la whitenessdevient ainsi une catégorie administrative), de l’autre les coloniaux (« indigènes ») et les Chinois souvent désignés par leur « couleur ». Avant même la fin de la guerre, les premiers sont définis comme « désirables », tandis que les seconds, racialisés, sont construits officiellement comme inassimilables et par conséquent « indésirables ». La guerre marque ainsi la naissance des indésirables, motif majeur de la xénophobie et du racisme de l’entre-deux-guerres.

Après la conférence, nous aurons le plaisir de vous inviter autour d’un verre

 pour fêter la fin de la saison 2013-2014

Appel à communications : Les circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux au XIXème siècle : une lecture genrée

Dans le cadre du LABEX EHNE et à l’occasion de la tenue du colloque « Les circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux au XIXème siècle : une lecture genrée » les 4 et 5 décembre 2014 à Nantes, V. Chaillou-Atrous, post-doctorante en histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, et D. Diaz, post-doctorante en histoire contemporaine à l’Université Paris 4, lancent un appel à communications.

Les propositions de communications (400 mots maximum) sont à renvoyer accompagnées d’une court CV pour le 29 juin 2014 à labexehne4@univ-nantes.fr et delphine.diaz@paris-sorbonne.fr .

Pour aller plus loin :

Télécharger l’appel à communications

Illustration : Alger, scène à l’arrivée d’un steamer (1899) – fonds de la Bibliothèque du Congrès (Etats-Unis d’Amérique)