Archives par mot-clé : 19ème siècle

Appel à communications « Autour du fonds Colbert : « L’Enseignement par les yeux » ou la pédagogie par la projection photographique en milieu scolaire »

À l’occasion des 150 ans du lycée Colbert, une journée d’études sera consacrée au rôle et à l’intérêt rétrospectif des projections lumineuses et des plaques photographiques destinées à l’instruction.

            Cette journée résulte de la découverte en mai 2013 d’un ensemble de près de 2 000 photographies positives sur plaques de verre conservées dans les locaux de l’ancienne École Primaire Supérieure Colbert. Constitué à partir de vues reproduites en série et vendues en grande partie entre les années 1880 et 1910 par les célèbres maisons d’édition Molteni, Radiguet & Massiot et Mazo, ce fonds forme un ensemble de première importance, par la quantité des images éducatives qui le composent comme par les thématiques et sujets représentés. L’étude pièce à pièce de ces photographies et les recherches menées autour de ce fonds révèlent le caractère prototypique de cette méthode d’enseignement, propre à la fin du 19e siècle.

            Adolphe Focillon, directeur de l’École Colbert durant le troisième quart du 19e siècle, semble avoir été l’un des grands réformateurs de l’enseignement primaire, et le promoteur d’une formule éducative par l’image, qui tendait à présenter le monde occidental dans sa complétude par le média photographique. S’apparentant à un outil positif, la photographie fut alors considérée comme une méthode empirique devant faciliter l’apprentissage de la géographie et l’étude des phénomènes sociaux à travers une forme d’expérimentation du voyage, que ce soit pour les enfants ou dans les conférences pour adultes dispensés à l’École Colbert à la fin du xixe siècle. L’implication de Focillon dans l’École des voyages, dont il fut le fondateur, et son rôle dans la Commission des sciences instituée en 1879, qui préconisa l’utilisation généralisée des projections photographiques dans l’enseignement primaire, furent l’un des points de départ de cette méthode éducative.

            L’étude de cet ensemble de plaques révèle aussi le potentiel discursif entre ces « images pédagogiques » et les intérêts nationaux et extranationaux de l’État français. Ainsi les plaques accumulées progressivement dans les locaux de l’actuel lycée Colbert forment-elles un vaste ensemble de vues de paysages urbains européens, d’ouvrages de génie civil, de territoires coloniaux et de protectorats, ainsi que, dans une moindre part, d’images régionalistes ou ethnographiques.

            Cette journée d’études permettra d’envisager les contextes et les raisons de la constitution d’ensembles photographiques destinés à l’enseignement (conférences publiques y compris), ainsi que les enjeux de la projection pédagogique ; certaines thématiques en lien avec le fonds seront aussi développées comme les manifestations des topoï d’une France innovante et du développement de ses colonies, le regard pittoresque fin-de-siècle face au développement du tourisme, ou les diverses formes de la persistance d’un exotisme fantasmé notamment par le biais de l’iconographie, des sciences ou des savoirs impérieux.

Outre celles concernant uniquement le fonds Colbert et sa constitution, seront également examinées des propositions de communications explorant plus largement certaines thématiques liées à l’enseignement par la projection. Ces approches permettront de mettre en perspective le fonds Colbert au cours de la deuxième partie de la journée.

Les propositions de communications pourront ainsi considérer (liste à caractère non exhaustif) :

  • le développement de nouveaux outils pédagogiques et leur rôle entre 1870 et 1930
  • l’émulation des méthodes d’enseignement au cours de la même période
  • les démonstrations idéologiques de la nation en progrès et d’une France puissante par le biais des médias éducatifs
  • la diffusion des savoirs techniques par l’image
  • le discours sur les colonies et leur place dans l’enseignement scolaire au début du 20 esiècle
  • le rôle de la photographie dans la construction du régionalisme en France
  • les images photographiques pittoresques du monde extranational

La journée d’études « « L’Enseignement par les yeux » : pédagogie et projection photographique en milieu scolaire », qui se déroulera le 9 de juin 2018 à la mairie du 10e arrondissement, dans la salle des Fêtes, est co-organisée par Étienne Faisant, Élinor Myara-Kelif et Olivier Vayron dans le cadre du partenariat entre le LabEx EHNE (Écrire une Histoire nouvelle de l’Europe) et SPEscies (Programme de recherche sur les Spécimens artificiels de Sciences naturelles en Sorbonne).

Un ensemble de photographies du fonds Colbert est consultable à l’adresse : http://ehne.fr/colbert/base-de-donnees-du-fonds-colbert

Modalités pratiques :

Les propositions, comprenant le nom de l’auteur, ses affiliations, le titre de la communication et un résumé n’excédant pas 2500 signes, sont à envoyer avant le 20 mars 2018 à l’adresse suivante : fonds.colbert@gmail.com

Journée d’études « La France et les Amériques entre révolutions et nations (1776 – 1865) »

Tangi VILLERBU, MCF HDR d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de La Rochelle), organise une journée d’études sur le thème :

La France et les Amériques entre révolutions et nations

(1776 – 1865)

Pour prendre la suite de la journée organisée à l’Université de La Rochelle le 13 novembre 2015 (Marchands, exilés, missionnaires et diplomates : Les Français et les Etats-Unis, 1789  1815), cette manifestation élargira le regard en posant la question de l’usage des sources, dans les Amériques comme en France (et ailleurs) pour l’étude des relations internationales au sens large, des circulations des personnes, c’est-à-dire des migrations de toutes sortes mais aussi des voyages d’affaire, d’agrément ou d’étude, des circulations culturelles, qu’elles soient de biens ou d’idées, du commerce atlantique…

Consulter le programme

Inscription obligatoire avant le 28 novembre : archives.cadn@diplomatie.gouv.fr et/ou 02 51 77 24 59

Pour aller plus loin :

Lieu : Centre des Archives diplomatiques de Nantes – Salle d’exposition – 17, rue Casterneau – 44000 Nantes

Contact : archives.cadn@diplomatie.gouv.fr

 

Journées d’études « Être capitaine de navires en Europe occidentale de la fin du Moyen-Âge au XXe siècle : savoir-faire et savoir-être d’une profession maritime »

Bernard MICHON,  MCF en histoire moderne et Directeur-adjoint du CRHIA (Université de Nantes), et David PLOUVIEZ, MCF en histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes), organisent des journées d’études les 11 et 12 octobre 2017 sur le thème :

Être capitaine de navires en Europe occidentale

de la fin du Moyen-Âge au XXe siècle :

Savoir-faire et savoir-être d’une profession maritime

Entre savoirs acquis et empirisme, les capitaines accumulent de nombreuses connaissances au cours de leurs carrières, et cette journée d’études souhaiterait revenir sur leurs modalités d’acquisition en allant au-delà de l’inventaire et de la description pour tenter de restituer les dynamiques d’apprentissage. Comment les différentes formations au métier de capitaine se sont-elles adaptées à l’évolution socioculturelle de ces hommes, aux différentes conditions de navigation ou aux changements de contexte technologique sur le temps long ?

Télécharger le programme

Pour aller plus loin :

Lieu : Archives départementales de Loire-Atlantique – 6, rue de Bouillé – 44000 NANTES

Contact :

  • David PLOUVIEZ : david.plouviez@univ-nantes.fr
  • Bernard MICHON : bernard.michon@univ-nantes.fr

 

Appel à communications : La France et les Amériques entre révolutions et nations, 1776-1865

Tangi VILLERBU, MCF HDR d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de La Rochelle), lance un appel à communications pour une journée d’études sur le thème :

La France et les Amériques entre révolutions et nations,

1776-1865

Organisée au Centre des Archives diplomatiques de Nantes le 30 novembre 2017.

Pour prendre la suite de la journée d’études organisée à l’Université de La Rochelle le 13 novembre 2015 (« Marchands, exilés, missionnaires et diplomates : Les Français et les Etats-Unis, 1789-1815), cette journée élargira le regard en posant la question de l’usage des sources, dans les Amériques comme en France (et ailleurs) pour l’étude des relations internationales au sens large, des circulations des personnes, c’est-à-dire des migrations de toutes sortes mais aussi des voyages d’affaire, d’agrément ou d’étude, des circulations culturelles, qu’elles soient de biens ou d’idées, du commerce atlantique…

Télécharger l’appel à communications

Calendrier :

  • date limite d’envoi des propositions de communications : 1er juillet 2017

Pour aller plus loin :

Contact : Tangi VILLERBU : tangi.villerbu@univ-­‐lr.fr

Parution : Le travail colonial. Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

Eric Guerassimoff, Professeur de civilisation chinoise contemporaine au sein au CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD),  et Issiaka Mande, Professeur à l’UQAM (Montréal, Canada) est membre du CIRDIS et du CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD), viennent de publier :

Le travail colonial.

Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

L’histoire du travail colonial s’est développée vigoureusement dans les pays du Sud depuis la fin du XXe siècle. Elle replace au centre la figure du colonisé, non seulement comme victime, mais aussi comme agent à part entière des sociétés coloniales. C’est dans cette dernière perspective que les contributions réunies dans le présent volume veulent s’inscrire. Ces études soulignent spécialement l’expérience de l’engagisme, la forme dominante entre 1850 et 1950, de ces relations de travail, examinent avec attention les moyens déployés par les engagés pour s’adapter à la coercition, ou bien y résister, et parfois, tourner les circonstances à leur avantage, dans les espaces coloniaux diversifiés (Antilles, océan Indien, Asie, Pacifique). Situées au carrefour de la recherche récente en histoire des migrations internationales au Sud et en histoire globale du travail, ces études ambitionnent de préciser le rôle joué par les institutions, les employeurs et l’intervention des migrants eux-mêmes dans la constitution des marchés coloniaux du travail.

Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et chargée de l’animation scientifique de l’axe 4 du LabEx EHNE à Nantes, y a publier un article sur le thème : Engagés indiens et engagés africains  à La Réunion au XIXe siècle : une histoire commune ?

Pour aller plus loin : Riveneuve éditions

La ville atlantique européenne : une comparaison entre l’Espagne et la France (1650-1850)

Guy Saupin, Professeur d’histoire moderne au CRHIA-Nantes, et Pedro Alfonso de Diego González, post-doctorant en historie moderne au CRHIA-Nantes, organisent des journées d’études les 26 et 27 février 2015 sur le thème :

La ville atlantique européenne :

une comparaison entre l’Espagne et la France (1650-1850)

La rencontre a pour but de contribuer à la discussion de la notion de ville atlantique dans une dimension européenne à partir d’une comparaison entre deux puissances maritimes du monde atlantique inscrites dans un système en même temps globalisé et fragmenté, tout en présentant des caractéristiques communes et divergentes. On y interrogera le modèle de ville atlantique dans une perspective évolutive au sein de recompositions hiérarchiques, à travers l’intégration dans un Atlantique de la défense mais aussi dans le renouvellement social et culturel de l’élite négociante, tout en inscrivant ces dynamiques dans les mutations des formes urbaines.

Ce travail s’inscrit dans l’activité scientifique du CRHIA au sein du Labex ENHE et de son axe 4 : « L’Europe, les Européens et le monde ».

Télécharger le programme

Pour aller plus loin :