Une nouveau type de ressource pédagogique sur la plateforme LIPE : Europe in a soundbite !

Le plateforme numérique LIPE, « L’Europe du laboratoire à la classe », propose de nouvelles ressources pédagogiques sous la forme de capsules audio « Europe in a soundbite », créées en partenariat avec Euradionantes.

Ces podcasts de courte durée (moins de 5 minutes) se proposent d’expliquer en français et en anglais des concepts très divers mais toujours liés à la question européenne. A titre d’exemple on peut citer : la coopération politique européenne de 1970 à 1993, l’engagisme dans les colonies européennes ou encore les jumelages.

Accéder au site web du LIPE : http://www.lipe-europe.eu/type-support/capsules-audio/

Séminaire « Repenser les élites et le pouvoir : formations, circulations et mutations »

Le séminaire « Repenser les élites et le pouvoir : formations, circulations et mutations » est rattaché au :

  • Projet de recherche Poltur « Espaces, réseaux et circulations. Les reconfigurations du politique en Turquie », au sein du laboratoire IRISSO, financé par le programme « Emergences » de la Mairie de Paris.
  • Réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) « Islams et chercheurs dans la cité (enquêtes, risques et transferts) » au sein de l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM)
  • LabEx EHNE (Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe), le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique, Université de Nantes.

Organisateur.e.s :

  • Houda Ben Hamouda (SIRICE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Isil Erdinç (IRISSO, Université Paris Dauphine)
  • Choukri Hmed (IRISSO, Université Paris Dauphine)
  • Dimitrios Kosmopoulos (IRISSO, Université Paris Dauphine)
  • Karine Ramondy (SIRICE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Pelin Ünsal (IRISSO, Université Paris Dauphine)
  • Héla Yousfi, (DRM, Université Paris Dauphine)

Programme 2017-2018 :

(De 16h à 18h à la salle C108 à l’université Paris Dauphine, Place du Maréchal de Lattre de Tassigny 75016 Paris)

(Attention exceptionnellement salle A711 pour la première séance – 19 février de 16h à 18h)

  • 1re séance (19 février 2018) – Raphaël Gourrada (CETOBAC, EHESS) – « Le positionnement politique des establishments religieux libanais : les cas chrétien maronite et musulman sunnite ».
  • 2e séance (16 mars 2018) – Karine Ramondy (SIRICE, Université Paris 1)- Exercer le leadership politique en Afrique centrale.
  • 3e séance (13 avril 2018) – Elise Massicard (CNRS/CERI-Sciences Po) – Des élites street-level ? Les maires de quartier en Turquie au croisement des champs de pouvoir et Pelin Ünsal (IRISSO, Université Paris Dauphine) – Les élites journalistiques en Turquie sous le gouvernement AKP (2002-2017).
  • 4e séance (25 mai 2018) – Deborah Perez (CHERPA (IEP d’Aix-en-Provence), CMH (ENS/EHESS) et CERI (SciencesPo) – Légitimation et professionnalisation d’un nouveau personnel politique dans la Tunisie post-révolutionnaire.
  • 5e séance (15 juin 2018) Camille Evrad (Université de Toulouse J. Jaurès, Framespa UMR 5136) – Les élites militaires et la construction de l’État post-colonial. Mauritanie- Niger 1960-1978 et Saphia Areski (CHERPA, IEP d’Aix-en – Provence) – Les élites militaires algériennes et l’Etat. (titre provisoire)

Présentation :

Notre réflexion sur les élites vise à décloisonner les élites de différentes aires géographiques, culturelles et de repenser les réseaux, les ressources et les reconversions des élites des pays méditerranéens, de l’Afrique et de l’Europe centrale et de l’Est. Dans le cadre de ce séminaire, nous souhaitons mener une réflexion sur le concept d’élites et dépasser la dichotomie entre les notions d’élites du Sud et du Nord, en réfléchissant sur la construction, la conversion ou reconversion des élites dans une longue durée (en période coloniale, postcoloniale mais également guerre froide et post-guerre froide). Nous inscrivons notre réflexion sur les élites dans un système global où nous dépassons la relation Élites-État en considérant les échelles imbriquées, les circulations, les mutations et les transferts dans une société civile globale où les institutions internationales, les ONG, les marchés économiques, l’État reconfigurent le rôle et le positionnement des élites. Nous proposons également une approche interdisciplinaire (histoire, économie, sociologie, géographie, science politique et anthropologie) sur les différents types d’élites (politique, économique, intellectuel, culturel, militaire et religieuse) afin de comprendre les relations entre les différents champs sociaux. C’est également à l’analyse des relations interchamps et des pratiques nationales, locales et individuelles des différents groupes d’intérêts et de pression que sera consacrée notre séminaire. En ce sens, l’idée est de réfléchir sur les régimes politiques non pas par l’étude des institutions proprement politiques mais par une sociologie des échanges en politique (la composition des élites, leurs modes de sélection, de nominations et de compétition). Dans quelle mesure les élites s’autonomisent-elles par rapport à l’État ? Comment les ressources (sociales, économiques et culturelles) se reconvertissent ? Est-il pertinent de parler d’élites postcoloniales ? Quelles mutations face aux crises politiques et économiques et aux transformations des régimes ? Quelles stratégies de survie, de reconversion ou de conservation ? Comment le travail de domination est divisé ? Comment se construit et se transforme le champ de pouvoir ?

L’approche par une sociologie des champs et de la domination notamment en introduisant la notion de champ de pouvoir permettra d’adopter une approche relative et relationnelle. Notre approche qui se focalise sur les prises de position de différents types d’élites dans le champ de pouvoir permettra de mettre en évidence les mécanismes de coproduction de l’action publique. Une analyse comparative des élites locales permettra de discuter la construction des champs de pouvoir locaux.

Notre démarche théorique encourage plutôt à privilégier une approche multisectorielle attentive à la complexité des configurations observables et à analyser la constitution et la structuration des champs sociaux et des espaces politiques nationaux pensés non seulement les uns par rapport aux autres, mais également les uns à travers les autres, en termes de relations, d’interactions et de circulation. Les problématiques du séminaire conduiront à accorder une attention particulière aux évolutions, transitions et situations de ruptures favorisant la fluidité (indépendances, crises, régimes autoritaires, coups d’État et processus révolutionnaires).

Les chercheurs de l’équipe se donnent donc une triple ambition : décrire avec précision les phénomènes empiriques observés, problématiser de manière innovante les relations entre les élites et le pouvoir et mettre au jour des processus qui se révèlent plus complexes s’ils ne sont analysés à distance qu’à partir de textes juridiques ou de discours officiels.

Les axes du séminaire :

  1. Les élites face à la transformation de régimes et les crises politiques
  2. La formation, transformation et circulation des élites (politique, économique, culturelle, intellectuelle, religieuse, militaire)
  3. La variation des échelles dans l’analyse des élites (locales, nationales, transnationales et internationales)

Contact : Karine RAMONDY : karine.ramondy@orange.fr 

Appel à communications « Autour du fonds Colbert : « L’Enseignement par les yeux » ou la pédagogie par la projection photographique en milieu scolaire »

À l’occasion des 150 ans du lycée Colbert, une journée d’études sera consacrée au rôle et à l’intérêt rétrospectif des projections lumineuses et des plaques photographiques destinées à l’instruction.

            Cette journée résulte de la découverte en mai 2013 d’un ensemble de près de 2 000 photographies positives sur plaques de verre conservées dans les locaux de l’ancienne École Primaire Supérieure Colbert. Constitué à partir de vues reproduites en série et vendues en grande partie entre les années 1880 et 1910 par les célèbres maisons d’édition Molteni, Radiguet & Massiot et Mazo, ce fonds forme un ensemble de première importance, par la quantité des images éducatives qui le composent comme par les thématiques et sujets représentés. L’étude pièce à pièce de ces photographies et les recherches menées autour de ce fonds révèlent le caractère prototypique de cette méthode d’enseignement, propre à la fin du 19e siècle.

            Adolphe Focillon, directeur de l’École Colbert durant le troisième quart du 19e siècle, semble avoir été l’un des grands réformateurs de l’enseignement primaire, et le promoteur d’une formule éducative par l’image, qui tendait à présenter le monde occidental dans sa complétude par le média photographique. S’apparentant à un outil positif, la photographie fut alors considérée comme une méthode empirique devant faciliter l’apprentissage de la géographie et l’étude des phénomènes sociaux à travers une forme d’expérimentation du voyage, que ce soit pour les enfants ou dans les conférences pour adultes dispensés à l’École Colbert à la fin du xixe siècle. L’implication de Focillon dans l’École des voyages, dont il fut le fondateur, et son rôle dans la Commission des sciences instituée en 1879, qui préconisa l’utilisation généralisée des projections photographiques dans l’enseignement primaire, furent l’un des points de départ de cette méthode éducative.

            L’étude de cet ensemble de plaques révèle aussi le potentiel discursif entre ces « images pédagogiques » et les intérêts nationaux et extranationaux de l’État français. Ainsi les plaques accumulées progressivement dans les locaux de l’actuel lycée Colbert forment-elles un vaste ensemble de vues de paysages urbains européens, d’ouvrages de génie civil, de territoires coloniaux et de protectorats, ainsi que, dans une moindre part, d’images régionalistes ou ethnographiques.

            Cette journée d’études permettra d’envisager les contextes et les raisons de la constitution d’ensembles photographiques destinés à l’enseignement (conférences publiques y compris), ainsi que les enjeux de la projection pédagogique ; certaines thématiques en lien avec le fonds seront aussi développées comme les manifestations des topoï d’une France innovante et du développement de ses colonies, le regard pittoresque fin-de-siècle face au développement du tourisme, ou les diverses formes de la persistance d’un exotisme fantasmé notamment par le biais de l’iconographie, des sciences ou des savoirs impérieux.

Outre celles concernant uniquement le fonds Colbert et sa constitution, seront également examinées des propositions de communications explorant plus largement certaines thématiques liées à l’enseignement par la projection. Ces approches permettront de mettre en perspective le fonds Colbert au cours de la deuxième partie de la journée.

Les propositions de communications pourront ainsi considérer (liste à caractère non exhaustif) :

  • le développement de nouveaux outils pédagogiques et leur rôle entre 1870 et 1930
  • l’émulation des méthodes d’enseignement au cours de la même période
  • les démonstrations idéologiques de la nation en progrès et d’une France puissante par le biais des médias éducatifs
  • la diffusion des savoirs techniques par l’image
  • le discours sur les colonies et leur place dans l’enseignement scolaire au début du 20 esiècle
  • le rôle de la photographie dans la construction du régionalisme en France
  • les images photographiques pittoresques du monde extranational

La journée d’études « « L’Enseignement par les yeux » : pédagogie et projection photographique en milieu scolaire », qui se déroulera le 9 de juin 2018 à la mairie du 10e arrondissement, dans la salle des Fêtes, est co-organisée par Étienne Faisant, Élinor Myara-Kelif et Olivier Vayron dans le cadre du partenariat entre le LabEx EHNE (Écrire une Histoire nouvelle de l’Europe) et SPEscies (Programme de recherche sur les Spécimens artificiels de Sciences naturelles en Sorbonne).

Un ensemble de photographies du fonds Colbert est consultable à l’adresse : http://ehne.fr/colbert/base-de-donnees-du-fonds-colbert

Modalités pratiques :

Les propositions, comprenant le nom de l’auteur, ses affiliations, le titre de la communication et un résumé n’excédant pas 2500 signes, sont à envoyer avant le 20 mars 2018 à l’adresse suivante : fonds.colbert@gmail.com

La diffusion des produits ultramarins en Europe (16e-18e siècle)

Marguerite MARTIN, docteure en histoire moderne de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et Maud VILLERET, docteure en histoire moderne de l’Université de Nantes et membre associée au CRHIA (Université de Nantes), viennent de publier le numéro 60 de la collection Enquêtes et Documents sur le thème :

La diffusion des produits ultramarins en Europe

(16e-18e siècle)

Résumé :

Du 16e au 18e siècle, l’essor des consommations européennes s’accompagne d’un renouvellement des marchandises disponibles. L’arrivée massive de produits tropicaux alimentaires (sucre, café, tabac), des matières premières du textile (coton, colorants), et des produits manufacturés (cotonnades imprimées, porcelaines) contribue à la transformation des goûts européens. L’objectif de l’ouvrage est de saisir les différentes étapes de la circulation des produits ultramarins : l’arrivée dans les métropoles européennes, la transformation dans les ateliers et les manufactures, la distribution. La diffusion de ces produits lointains, souvent chers et fragiles, permet d’éclairer le fonctionnement des économies européennes, en particulier les capacités d’adaptation des acteurs du commerce et de l’industrie. La redistribution des produits ultramarins traverse les frontières impériales ou étatiques et leur acheminement se poursuit malgré les conflits. Mais l’intégration de ces nouveaux produits dans la consommation et les usages des Européens ne va pas de soi. Pour comprendre comment les produits ultramarins ont été adaptés au goût des Européens, les auteurs réunis dans cet ouvrage ont étudié les stratégies déployées par l’ensemble des acteurs marchands, épiciers, manufacturiers, négociants. Leurs contributions montrent les différents rythmes de diffusion des produits ultramarins à la période moderne en fonction des espaces européens, urbains et ruraux, connectés ou non à un empire colonial.

Contact : Maud Villeret > villeretmaud@gmail.com

Pour aller plus loin

Inauguration du LIPE – L’Europe du laboratoire à la classe

Virginie CHAILLOU-ATROUS, chargée de l’animation scientifique du LabEx EHNE à Nantes, et Michel CATALA, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes) et Directeur d’Alliance Europa, vous invitent à l’inauguration du LIPE :

L’Europe du laboratoire à la classe

Vendredi 8 décembre 2017 à 16h

Le LIPE est une plateforme numérique permettant de regrouper des ressources pédagogiques innovantes produites par les programmes de recherches en sciences humaines et sociales travaillant sur l’Europe (fiches pédagogiques, dossiers documentaires, capsules audio et vidéo, serious games, cartes animées, facilitations graphiques, etc.)

Le fonctionnement de la plateforme numérique sera présenté par l’équipe projet et les groupes de travail d’enseignants du secondaire restitueront le bilan des actions menées.

Confirmation de participation souhaitée avant le 4 décembre 2017 à l’adresse lipe-europe@univ-nantes.fr

Lieu :

Université de Nantes – Campus Tertre – UFR de Droit et des Sciences politiques – Amphithéâtre A – Chemin de la Censive du Tertre – 44312 Nantes

Partenaires :

Appel à contribution pour la revue Tsingy, L’OCÉAN INDIEN, UNE ZONE PÉRIPHÉRIQUE DANS LES CONFLITS DES XXe et XXIe SIÈCLES ?

Appel à contribution pour la revue Tsingy

(Pour le numéro 22, publication au deuxième semestre 2018)

L’OCÉAN INDIEN, UNE ZONE PÉRIPHÉRIQUE

DANS LES CONFLITS DES XXe et XXIe SIÈCLES ?

Les enjeux de la guerre au Yemen aujourd’hui sont-ils moins importants que ce qui se joue en Syrie, ou au Sahel ?

L’Insurrection de 1947 à Madagascar, la guerre d’Indépendance au Mozambique ont-elles été trop précoces ou trop tardives pour incarner les luttes de la décolonisation ?

L’expérience combattante des Réunionnais, des Malgaches est-elle « périphérique » par rapport à celle d’un Sénégalais ?

Nous pourrions multiplier les exemples, que ce soit pour les guerres mondiales, les luttes coloniales, la guerre froide ou les conflits actuels : dans tous les cas, il semble que l’ouest de l’océan Indien ne soit vu que par le prisme de sa position périphérique…

L’année 2018 qui se profile devant nous sera sans nul doute riche en manifestations et commémorations autour de ce que d’aucuns envisagent comme l’évènement matriciel du XXème siècle : la fin de la Grande Guerre. Certes, l’année 1918 entérine la fin d’une époque mais elle peut également être envisagée comme l’amorce d’une nouvelle conception du monde et de nouvelles formes de conflictualités qui dépassent très globalement les lectures classiques sur les phénomènes guerriers. En effet, si l’histoire de la guerre a longtemps été associée à celle de l’Etat, à celle des relations entre les Etats, elle peut désormais se lire comme une histoire renouvelée des formes du conflit et met en évidence de nouvelles perspectives sur les relations antagoniques entretenues entre des acteurs de plus en plus diversifiés et dépassant le seul cadre des structures étatiques.

Cependant, en comparaison avec la « violence de guerre » exprimée et conceptualisée pour d’autres aires géographiques, les conflits de la zone indiaocéanique au XXème siècle semblent quelque peu marginaux ou tout moins perçus comme une manifestation périphérique d’enjeux plus globaux. L’objectif de cet appel à communication est donc de revisiter la place de l’ouest de l’océan Indien dans les conflits du XXème siècle, et d’ouvrir la réflexion sur ceux du XXIème siècle naissant.

Si la participation des empires présents dans la zone océan Indien dans les conflits mondiaux a déjà fait l’objet de nombreux travaux, un certain nombre de chantiers restent encore ouvert autour notamment des identités militaires et leur adossement à des identités politiques sociales émergentes. Il en est de même de la patrimonialisation des phénomènes guerriers et de la transmission d’une certaine mémoire militaire mobilisant tout à la fois des institutions et des acteurs variés. D’autres champs d’investigation semblent tout aussi porteurs sur l’expérience vécue des civils – hommes et femmes – et leur capacité à se mobiliser pour participer délibérément ou non à l’effort guerrier.

Les conflits coloniaux et postcoloniaux ouvrent des perspectives nouvelles sur un empan chronologique qui recouvre la seconde moitié du XXème siècle et des aires géographiques étendues.

En 1971, l’ONU adoptait la résolution 2832, qui faisait de l’océan Indien « une zone de paix ». En pleine guerre froide, le texte demandait aux grandes puissances « d’arrêter le processus d’escalade et d’expansion de leur présence militaire », « d’éliminer » de cette mer hautement stratégique « toutes les bases militaires » et de mettre fin à « la mise en place d’armes nucléaires ».

Une mise en marge de l’océan Indien dans la guerre froide qui explique la faible lisibilité du rôle de la base de Diego Garcia, comme des conflits au Mozambique.

Les nouvelles conflictualités de l’après guerre froide sont également à prendre en compte.

Les Seychelles, la Somalie, le Yemen, l’archipel des Chagos sont ainsi devenus des zones de tensions qui réinterrogent la notion de périphérie selon des considérations géopolitiques de plus en plus globalisées. Ces tensions mettent en évidence une conflictualité qui dépasse le seul cercle des enjeux politiques. Il sera également intéressant de s’interroger sur l’origine endogène des conflits, même lorsqu’ils s’intègrent dans une dimension plus vaste.

Que ce soit dans l’analyse des conflits eux-mêmes (y compris bien sûr dans leur dimension militaire) comme dans la prise en compte de l’expérience combattante ou de l’impact sur les populations de ces conflits, l’objectif de ce dossier est de s’interroger sur la pertinence de la notion de « périphérie » qui qualifie trop souvent les conflits dans l’ouest de l’océan Indien. Il conviendra dans ce cadre de confronter temps « local » et temps « mondial » (ou global).

Dans le cadre de la rubrique « Histoire de l’éducation et didactique de l’histoire-géographie » de la revue, une transposition de cette thématique dans les contenus d’enseignement est également envisagée.

Les propositions d’article (300 mots environ) sont à envoyer avant le 15 janvier 2018.

garan.frederic@yahoo.fr

Les articles seront à adresser pour le 15 juillet 2018

Pierre-Eric Fageol, Université de La Réunion

Frédéric Garan, Université de La Réunion

Jean-François Klein, Université du Havre

Tovo Rakotondrabe, Université de Toamasina

Appel à communications : Les traités de paix (1918-1923) : la paix les uns contre les autres

Isabelle DAVION (Université Paris-Sorbonne) et Stanislas JEANNESSON, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), lancent un appel à communications pour un colloque international sur le thème :

Les traités de paix (1918-1923) : la paix les uns contre les autres

L’historiographie des traités qui mirent fin à la Grande Guerre a depuis une trentaine d’années considérablement évolué et nul ne songerait aujourd’hui à soutenir, du moins de façon lapidaire, que Versailles a conduit tout droit à la Seconde Guerre mondiale. On s’accorde de plus en plus à penser que l’œuvre de Versailles, certes imparfaite – ce dont les négociateurs avaient d’ailleurs parfaitement conscience –, constituait une tentative de reconstruction du système international, au-delà même du simple continent européen, à partir d’un certain nombre de principes et de valeurs partagées, dont on ne peut nier l’ambition ni le caractère profondément novateur. Le centenaire de 2019 fournit l’occasion, une nouvelle fois, de revenir sur des traités qui ne se contentèrent pas de procéder au règlement de la guerre mais qui ouvrirent une page décisive de l’histoire des relations internationales contemporaines…

Consulter l’intégralité de l’appel à communications : version française ou version anglaise

Les propositions de communication doivent être envoyées avant le 15 avril 2018 à l’adresse suivante : paix.paris2019@free.fr. Elles ne devront pas excéder une page et seront accompagnées d’un court CV. Les communications pourront être faites en français ou en anglais. Le colloque donnera lieu à une publication. Les frais de transport et d’hébergement des intervenants sont pris en charge.

Lieu : Paris
Partenaires :

 

Appel à communications : « Représentation et mémoire de la migration »

Gwénola SEBAUX (Université catholique de l’Ouest Angers), Bettina SEVERIN-BARBOUTIE (Justus-Liebig Universität Gießen), Meryem YOUSSOUFI (Université Ibn Zohr Agadir), Zahia ZEROULOU (Université Lille 1) et Dirk RUPNOW (Institut für Zeitgeschichte / Universität Innsbruck), lancent un appel à communications pour un colloque international dans le cadre du projet CitƐr (« L’Europe et les frontières de la citoyenneté ») sur le thème :

Représentation et mémoire de la migration

Les migrations sont depuis quelque temps au coeur des débats politiques et sociétaux en Europe, et vont très probablement le rester dans les années à venir. Or dès avant les événements « de crise » (perçus comme tels) de l’année 2015, il était devenu manifeste que les sociétés migratoires européennes, façonnées surtout par ladite « migration de travail » après la Seconde Guerre mondiale, n’avaient pas ou qu’à peine intégré dans leurs « mémoires collectives » la perspective migratoire et les expériences et mémoires des migrant(e)s. Dans les infrastructures de la « mémoire collective » (archives, musées) ou dans les narratifs historiques dominants, migrations et migrant(e)s ne sont ni visibles ni audibles…

Télécharger l’intégralité de l’appel à communications : version française et version allemande

Les propositions (titres, résumé et bref CV) sont à envoyer avant le 31 décembre 2017 à :

Langues du colloque : français, allemand.

Les communications ne devront pas excéder 20 minutes, pour permettre un échange de 15 minutes. Il est prévu une publication des Actes du colloque (ouvrage, ou dossier thématique de revue).

Partenaires :

Journée d’études « La France et les Amériques entre révolutions et nations (1776 – 1865) »

Tangi VILLERBU, MCF HDR d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de La Rochelle), organise une journée d’études sur le thème :

La France et les Amériques entre révolutions et nations

(1776 – 1865)

Pour prendre la suite de la journée organisée à l’Université de La Rochelle le 13 novembre 2015 (Marchands, exilés, missionnaires et diplomates : Les Français et les Etats-Unis, 1789  1815), cette manifestation élargira le regard en posant la question de l’usage des sources, dans les Amériques comme en France (et ailleurs) pour l’étude des relations internationales au sens large, des circulations des personnes, c’est-à-dire des migrations de toutes sortes mais aussi des voyages d’affaire, d’agrément ou d’étude, des circulations culturelles, qu’elles soient de biens ou d’idées, du commerce atlantique…

Consulter le programme

Inscription obligatoire avant le 28 novembre : archives.cadn@diplomatie.gouv.fr et/ou 02 51 77 24 59

Pour aller plus loin :

Lieu : Centre des Archives diplomatiques de Nantes – Salle d’exposition – 17, rue Casterneau – 44000 Nantes

Contact : archives.cadn@diplomatie.gouv.fr

 

Carnet de l’axe 4 du LabEx EHNE « L’Europe, les Européens et le monde »