Séminaire inter-axes « Regards croisés sur la notion d’Occident: histoire européenne et point de vue asiatique », vendredi 12 mai 10h-12h

La deuxième séance du séminaire inter-axes du Labex EHNE aura lieu ce vendredi 12 mai de 10 à 12 heures à la Maison de la recherche (salle D421) à Paris.

La discussion sera centrée sur la notion d’ « Occident », à travers une approche croisée d’histoire politique (perspectives européennes), et plus géopolitique (perspectives asiatiques), à partir des pistes générales de la notice The West : a conceptual exploration de l’encyclopédie EGO (Europäische Geschichte on line, produite par le Leibniz Institut fur Europäische Geschichte de Mayence, partenaire du LabEx EHNE).

Les deux intervenants seront Christophe Poupault, professeur d’histoire en CPGE, et Hugues Tertrais, professeur émérite à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, fondateur du Centre d’Histoire de l’Asie Contemporaine (CHAC).

Après l’exposé des deux intervenants, un débat peut s’engager, auquel le public est invité à participer.

Save The Date ! Projection du film « Sac la mort »

L’axe 4 du LabEx EHNE, les Anneaux de la Mémoire et Bernard MICHON, MCF en histoire moderne (Université de Nantes), vous invitent à assister à la projection du film Sac la mort d’Emmanuel Parraud, le lundi 22 mai à 20h à l’espace Cosmopolis à Nantes.
Entrée libre et gratuite – la projection sera suivie d’une discussion avec des historiens et des membres de l’équipe de réalisation.
À la Réunion, bouleversé par l’assassinat de son frère dont il connaît l’auteur, Patrice est convaincu par un ami d’avoir marché par mégarde sur un sac la mort. SAC LA MORT raconte en créole réunionnais la vie de Patrice et de ses amis, une histoire tumultueuse en hommage aux Cafres, interprétée par des réunionnais au talent d’acteur exceptionnel. Le premier film tourné en créole réyoné sélectionné au festival de Cannes.

Publication, Transposer la France, L’Immigration française au Canada (1870-1914)

Françoise Le Jeune, professeure d’histoire de la Grande-Bretagne et du Canada (XVIIIe et XIXe siècles) à l’Université de Nantes, Yves Frenette, professeur et titulaire de la Chaire de recherche du Canada de niveau 1 sur les migrations, les transferts et les communautés francophones à l’Université de Saint-Boniface et Paul-André Linteau, professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal et codirecteur du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal viennent de publier:

Transposer la France

L’Immigration française au Canada (1870-1914)

Si la majorité de ces nouveaux-venus choisit de s’établir en terre francophone, souvent à Montréal, bon nombre d’entre eux s’installent dans l’Ouest, sur les vastes terres agricoles de la Prairie. Et si on compte parmi eux un contingent important de religieux, chassés par les politiques anticléricales adoptées par la République française à partir de 1880, contingent qui allait profondément influencer le système d’éducation au Québec, ces Français se font aussi cultivateurs et ouvriers, enseignants, comédiens et chercheurs d’or. Pourquoi et comment ces Français prennent-ils la route du Canada ? Où s’établissent-ils et comment s’intègrent-ils à la société canadienne ? Telles sont les grandes questions soulevées dans cet ouvrage.

Le livre s’ouvre sur une présentation d’ensemble de la migration française vers le Canada, de ses effectifs et de ses rythmes, mais aussi des facteurs qui l’ont façonnée. Il est suivi d’un chapitre où ce mouvement migratoire est vu de France. Pourquoi et dans quel contexte les Français partent-ils pour le Canada ? D’où viennent-ils ? Qui les recrute, avec quels arguments ? Quelle attitude adoptent les autorités françaises à leur égard ? Viennent ensuite cinq chapitres traitant de chacune des composantes régionales du pays : les deux premiers concernent le Québec; un chapitre complet est consacré à Montréal, où s’implante et se développe la communauté française la plus nombreuse et la mieux organisée; le chapitre 4 traite de la présence française dans le reste de la province, un sujet encore mal connu; le cinquième chapitre étudie le cas particulier de l’Ontario; le chapitre 6 traite des trois provinces de la Prairie, où se dirigent une bonne moitié des immigrants français au tournant du XXe siècle; le dernier chapitre couvre les deux extrémités du pays, les provinces maritimes à l’est, la Colombie-Britannique et le Yukon à l’ouest.
Pour plus d’informations: Les éditions du Boréal

Appel à communications : La France et les Amériques entre révolutions et nations, 1776-1865

Tangi VILLERBU, MCF HDR d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de La Rochelle), lance un appel à communications pour une journée d’études sur le thème :

La France et les Amériques entre révolutions et nations,

1776-1865

Organisée au Centre des Archives diplomatiques de Nantes le 30 novembre 2017.

Pour prendre la suite de la journée d’études organisée à l’Université de La Rochelle le 13 novembre 2015 (« Marchands, exilés, missionnaires et diplomates : Les Français et les Etats-Unis, 1789-1815), cette journée élargira le regard en posant la question de l’usage des sources, dans les Amériques comme en France (et ailleurs) pour l’étude des relations internationales au sens large, des circulations des personnes, c’est-à-dire des migrations de toutes sortes mais aussi des voyages d’affaire, d’agrément ou d’étude, des circulations culturelles, qu’elles soient de biens ou d’idées, du commerce atlantique…

Télécharger l’appel à communications

Calendrier :

  • date limite d’envoi des propositions de communications : 1er juillet 2017

Pour aller plus loin :

Contact : Tangi VILLERBU : tangi.villerbu@univ-­‐lr.fr

Parution : Circulations savantes entre l’Europe et le monde, 17e-20e siècles

Thomas PREVERAUD, MCF en histoire des mathématiques à l’Université d’Artois et membre associé au CRHIA (Université de Nantes), vient de publier le numéro 56 de la collection Enquêtes et Documents suite à une journée d’études organisée avec le soutien de l’axe 4 du LabEx EHNE :

 Circulations savantes entre l’ Europe et le monde,

17e-20e siècles

L’étude de la construction de l’ identité européenne doit être envisagée sous l’angle de la circulation des savoirs, idées et pratiques produits dans les champs scientifiques, techniques ou culturels et transférés entre espace européen et extra-européen. Cet ouvrage en offre un éclairage au moyen d’études de cas variés, avec une perspective temporelle volontairement longue : les techniques de raffinage du sucre au 17e siècle (M. Tanguy), la géométrie et l’astronomie transmis en pays d’Islam aux 18e et 19e siècles (P. Ageron), les pratiques des sciences expérimentales à la charnière du 19e siècle (T. Bru), les procédés de synthèse de l’ammoniac le long de la vallée ligérienne dans les années 1950 (P. Martin), ou encore le développement au 20e siècle de champs disciplinaires incarnés institutionnellement (E. Plosceanu) ou par des pratiques militantes (A. Vrignon).

Puisque ces transferts agissent à l’interface de territoires en mutation, les auteurs du présent ouvrage proposent ainsi de redessiner ces frontières et questionnent la verticalité des transferts savants entre territoires récepteur et émetteur. Les six contributeurs insistent sur les processus de recomposition locale des connaissances et de leur redistribution à une échelle qui dépasse celles des territoires où sont produits et reçus les savoirs, mettant à jour le rôle des médiateurs, acteurs décisifs à l’interface entre l’Europe et le reste du monde.

 

Pour aller plus loin : cliquer ici

Contact :

Partenaires :

Atelier de travail, Entrer en guerre, XVIe siècle – XVIIIe siècles – Jeudi 30 mars 2017 9h30 – 16h30

Dans le cadre du séminaire « Etudier la guerre », Eric SCHNAKENBOURG, Professeur d’histoire moderne et Directeur du CRHIA (Université de Nantes), organise un atelier de travail à Nantes sur le thème :

Entrer en guerre,

16ème – 18ème siècles

L’objet de cette journée d’études porte sur les modalités du passage de la paix à la guerre. Il ne s’agit pas de travailler sur les causes des conflits, mais de réfléchir aux transitions de l’une à l’autre pour savoir comment, à l’époque moderne, les États, les sociétés et les individus sont saisis par l’épreuve de la guerre. L’effet perlocutoire d’une déclaration de guerre n’est pas immédiat, autrement dit il ne suffit de proclamer l’état de guerre pour qu’il devienne réalité. L’entrée en guerre n’est pas uniquement réductible à une rupture nette, elle entraine des mutations, des mobilisations et des adaptations sur lesquelles il faut s’interroger en les considérant au moment où elles commencent à se mettre en place. L’un des enjeux de cette journée d’études est de saisir les décalages de l’entrée en guerre en fonction des objets considérés.

Consulter le programme
Lieu : MSH Ange-Guépin – 5, Allée Jacques Berque 44000 Nantes – Salle de conférence
Partenaire : TEMPORA (EA 7468, Université Rennes 2), CREC (Ecoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan), MSH Ange-Guépin
Contact : Eric SCHNAKENBOURG : eric.schnakenbourg@univ-nantes.fr

Les ports européens et les Antilles : quelles connexions ? (17ème – début 18ème siècles)

Marion TANGUY, docteure en histoire moderne et membre associée au CRHIA (Université de Nantes) et Bernard MICHON, MCF d’histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes), organisent une journée d’études le 16 février 2017 sur le thème :

Les ports européens et les Antilles : quelles connexions ?

 17ème siècle – début 18ème siècle

Avant le 18ème siècle, âge d’or des plantations et de la traite des Noirs, les Antilles forment au 17ème siècle un nouveau monde à coloniser et à exploiter. Au travers des prises de possessions et des conflits intra-européens, cette journée a pour objectif de montrer la participation des ports européens, de leurs marchands et de leurs flottes à cette aventure.

Le but sera de dégager les mécanismes communs ou au contraire de faire ressortir les disparités propres à chaque port ou à chaque espace dans leurs relations avec les Antilles.Le temps court du 17ème siècle et le cadre large des ports européens permettra de déterminer plus finement avec quelles intensités et à quelles périodes les connexions s’établissent. Cela permettra d’évoquer l’évolution et la hiérarchie portuaire européenne. Par exemple, pourquoi Dieppe ainsi que d’autres ports de la Manche déclinent dans leurs liaisons antillaises au profit des ports atlantiques dans le derniers tiers du 17ème siècle ? Comment se situent les ports atlantiques dans la droiture européenne ? On essaiera d’aboutir à une vision européenne des connexions en droiture. Il s’agira de mieux connaitre ce siècle charnière qui permit à certains ports de basculer dans cet Atlantique colonial de manière intense, et de s’ouvrir à la grande traite négrière au 18ème siècle, tandis que pour d’autres au contraire cela est synonyme de replis et de fin de leur prédominance antillaise.Il est important de dépasser la vision cloisonnée entre les différentes colonies, en fonction de leurs métropoles. Les échanges entre les colonies, la contrebande, la souveraineté partagée sur certains espaces retiendront ainsi toute notre attention.

Consulter le programme de la journée

Pour aller plus loin :

La chancellerie consulaire française (16e-20e siècle) : attributions, organisation, agents, usagers

Fabrice JESNE, MCF en histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes) et Directeur des études pour les époques moderne et contemporaine à l’Ecole française de Rome, vient de publier, avec A. BARTOLOMEI, M. GRENET et J. ULBERT, un dossier dans le dernier numéro des Mélanges de l’Ecole française de Rome (128-2 / 2016) :

La chancellerie consulaire française (16e-20e siècle) :

attributions, organisation, agents, usagers

Ce dossier, qui est issu d’une journée d’études organisée à Nantes en juin 2015 dans le cadre de l’axe 4 du LabEx EHNE, traite d’une institution qui a joué un rôle important dans l’encadrement des échanges commerciaux et maritimes ainsi que dans la fabrique de l’administration et de la nationalité aux époques moderne et contemporaine.

Accéder au dossier sur revues.org : cliquer ici

En savoir plus sur les Mélanges de l’Ecole française de Rome : cliquer ici

Partenaires :

Contact : Fabrice JESNE : fabrice.jesne@univ-nantes.fr

Parution : Le travail colonial. Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

Eric Guerassimoff, Professeur de civilisation chinoise contemporaine au sein au CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD),  et Issiaka Mande, Professeur à l’UQAM (Montréal, Canada) est membre du CIRDIS et du CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD), viennent de publier :

Le travail colonial.

Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

L’histoire du travail colonial s’est développée vigoureusement dans les pays du Sud depuis la fin du XXe siècle. Elle replace au centre la figure du colonisé, non seulement comme victime, mais aussi comme agent à part entière des sociétés coloniales. C’est dans cette dernière perspective que les contributions réunies dans le présent volume veulent s’inscrire. Ces études soulignent spécialement l’expérience de l’engagisme, la forme dominante entre 1850 et 1950, de ces relations de travail, examinent avec attention les moyens déployés par les engagés pour s’adapter à la coercition, ou bien y résister, et parfois, tourner les circonstances à leur avantage, dans les espaces coloniaux diversifiés (Antilles, océan Indien, Asie, Pacifique). Situées au carrefour de la recherche récente en histoire des migrations internationales au Sud et en histoire globale du travail, ces études ambitionnent de préciser le rôle joué par les institutions, les employeurs et l’intervention des migrants eux-mêmes dans la constitution des marchés coloniaux du travail.

Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et chargée de l’animation scientifique de l’axe 4 du LabEx EHNE à Nantes, y a publier un article sur le thème : Engagés indiens et engagés africains  à La Réunion au XIXe siècle : une histoire commune ?

Pour aller plus loin : Riveneuve éditions

Carnet de l’axe 4 du LabEx EHNE « L’Europe, les Européens et le monde »