Archives de catégorie : Veille scientifique

Publication: Pouvoirs locaux et régionaux dans les relations internationales, de la coopération à la diplomatie territoriale, Relations internationales, 2019-2, n°178

Auteurs: Birte Wassenberg et Michel Catala

L’étude des acteurs qui participent au processus décisionnel est au cœur de l’histoire des relations internationales, au même titre que l’action des « forces profondes » et des dynamiques de longue durée. Sous l’impulsion de Jean-Baptiste Duroselle, les historiens des relations internationales ont porté leur regard au-delà de l’État et de ses diplomates pour prendre en compte l’ensemble des acteurs, des réseaux et des organisations participant aux relations internationales, qui sont aujourd’hui « l’ensemble des rapports que les êtres et les groupes humains nouent entre eux à travers les frontières ». La multiplication des organisations issues de la société civile ou du monde économique et la croissance de leur influence est l’un des facteurs les plus importants de l’évolution de la société internationale au xxe siècle. Leur étude a constitué l’une des pistes de recherches les plus fécondes de ces dernières années. Mais beaucoup reste encore à faire devant tant de « nébuleuses », d’organisations diverses et variées qui existent à plusieurs échelles, transnationales et nationales, mais aussi locales.
L’arrivée des acteurs infranationaux (villes, régions ou États fédérés) reste encore largement méconnue par l’histoire des relations internationales. Leur émergence assez récente, l’accès aux sources souvent limité, le manque d’intérêt pour une « petite diplomatie » jugée secondaire, la difficulté à mener de multiples études de cas et à en tirer des enseignements généraux sont certainement à l’origine de ce retard…

Vient de paraître, Femmes et négoce dans les ports européens, fin du Moyen Âge-XIXe siècle, collection Pour une histoire nouvelle de L’Europe

Ouvrage dirigé par  Bernard Michon  et Nicole Dufournaud

Fort des acquis de l’historiographie sur le négoce des ports européens de la fin de l’époque médiévale au début de la période contemporaine, l’ambition de ce livre est de faire dialoguer l’histoire portuaire et maritime avec l’histoire des femmes et du genre. La période étudiée permet d’interroger l’ouverture des horizons commerciaux des Européens et l’essor du trafic colonial en rapport avec le rôle des femmes dans les places portuaires. Si, en France, le terme de « négoce » est utilisé dans les sources pratiquement dès le début de l’époque moderne, le mot « négociant » apparaît à la fin du xviie siècle pour désigner la frange supérieure des marchands. Il s’agit par conséquent de mettre en lumière l’accès de certaines femmes au titre de « négociante ».

L’ouvrage regroupe douze textes, portant sur des périodes et des espaces géographiques différents, répartis en deux grands axes. Le premier cherche à mettre en évidence la diversité du travail féminin dans les milieux portuaires européens sur la longue durée, de la marchande à la négociante. Le second s’intéresse aux structures commerciales (sociétés et maisons de commerce) et aux rôles des femmes dans les entreprises familiales, au regard du modèle économique des sociétés préindustrielles.

La finalité de ce livre est de montrer des femmes en capacité d’agir à partir de l’exemple des milieux portuaires, en faisant émerger des figures oubliées de « femmes fortes » qui participent à l’économie française et européenne de la fin du Moyen Âge au xixe siècle.

Editeur: Peter Lang, Collection Pour une histoire nouvelle de l’Europe

Pour accéder à la page éditeur et au sommaire , cliquez ici

Vient de paraître: Résonances photographiques. Tout autour d’aujourd’hui

Textes et photographies réunis par Sonia Bledniak

Une cinquantaine de photographies datées de la fin du XIXe siècle sont présentées dans ce livre ; elles proviennent d’un fonds de 1 800 plaques de verre photographiques trouvé en 2013 dans un lycée parisien. Projetées à l’origine lors de conférences populaires et de cours publics, elles offraient le spectacle nouveau d’une géographie à découvrir : l’Europe et le monde sur grand écran. Aujourd’hui elles nous invitent à suivre les traces de ce monde passé tout en parcourant des textes – littérature, essais, récits de voyage, etc. – qui en prolongent la poésie.

Sorbonne Université Presses

En librairie le 8 octobre

Publication, Tianjin cosmopolis, une autre histoire de la mondialisation, Pierre Singaravélou

Pierre Singaravélou,

Professeur à l’Université  Paris I Panthéon-Sorbonne,

publie

Tianjin cosmopolis, une autre histoire de la mondialisation

aux éditions du Seuil.

La mondialisation n’est pas un vain mot pour désigner ce qui survient au tournant du xxe siècle à Tianjin, capitale diplomatique de l’empire du Milieu. Cette ville chinoise méconnue suscite alors la convoitise de toutes les puissances de la planète en quête de concessions territoriales.

Des hommes du monde entier s’y aventurent pour faire fortune. L’audacieux vice-roi Li saisit l’occasion pour transformer le siège de son pouvoir en un laboratoire de la « modernité » urbaine. La guerre des Boxeurs durant l’été 1900 transforme brutalement la ville en une commune insurrectionnelle : les sièges des concessions étrangères puis de la cité autochtone détruisent des quartiers entiers et, suite à la victoire inattendue des forces alliées, de nombreux civils chinois sont massacrés. Avec la volonté affichée de moderniser Tianjin et sa région, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, les États-Unis, la Russie, le Japon, l’Italie et l’Autriche-Hongrie fondent sur-le-champ le premier gouvernement international de l’époque contemporaine.

En analysant ici tous les aspects d’une expérience politique unique, Pierre Singaravélou offre une vision renouvelée des origines de la mondialisation actuelle qui fut, dès l’origine, une coproduction entre puissances européennes, asiatiques et états-unienne.

Publication, Transposer la France, L’Immigration française au Canada (1870-1914)

Françoise Le Jeune, professeure d’histoire de la Grande-Bretagne et du Canada (XVIIIe et XIXe siècles) à l’Université de Nantes, Yves Frenette, professeur et titulaire de la Chaire de recherche du Canada de niveau 1 sur les migrations, les transferts et les communautés francophones à l’Université de Saint-Boniface et Paul-André Linteau, professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal et codirecteur du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal viennent de publier:

Transposer la France

L’Immigration française au Canada (1870-1914)

Si la majorité de ces nouveaux-venus choisit de s’établir en terre francophone, souvent à Montréal, bon nombre d’entre eux s’installent dans l’Ouest, sur les vastes terres agricoles de la Prairie. Et si on compte parmi eux un contingent important de religieux, chassés par les politiques anticléricales adoptées par la République française à partir de 1880, contingent qui allait profondément influencer le système d’éducation au Québec, ces Français se font aussi cultivateurs et ouvriers, enseignants, comédiens et chercheurs d’or. Pourquoi et comment ces Français prennent-ils la route du Canada ? Où s’établissent-ils et comment s’intègrent-ils à la société canadienne ? Telles sont les grandes questions soulevées dans cet ouvrage.

Le livre s’ouvre sur une présentation d’ensemble de la migration française vers le Canada, de ses effectifs et de ses rythmes, mais aussi des facteurs qui l’ont façonnée. Il est suivi d’un chapitre où ce mouvement migratoire est vu de France. Pourquoi et dans quel contexte les Français partent-ils pour le Canada ? D’où viennent-ils ? Qui les recrute, avec quels arguments ? Quelle attitude adoptent les autorités françaises à leur égard ? Viennent ensuite cinq chapitres traitant de chacune des composantes régionales du pays : les deux premiers concernent le Québec; un chapitre complet est consacré à Montréal, où s’implante et se développe la communauté française la plus nombreuse et la mieux organisée; le chapitre 4 traite de la présence française dans le reste de la province, un sujet encore mal connu; le cinquième chapitre étudie le cas particulier de l’Ontario; le chapitre 6 traite des trois provinces de la Prairie, où se dirigent une bonne moitié des immigrants français au tournant du XXe siècle; le dernier chapitre couvre les deux extrémités du pays, les provinces maritimes à l’est, la Colombie-Britannique et le Yukon à l’ouest.
Pour plus d’informations: Les éditions du Boréal

Parution : Le travail colonial. Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

Eric Guerassimoff, Professeur de civilisation chinoise contemporaine au sein au CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD),  et Issiaka Mande, Professeur à l’UQAM (Montréal, Canada) est membre du CIRDIS et du CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD), viennent de publier :

Le travail colonial.

Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

L’histoire du travail colonial s’est développée vigoureusement dans les pays du Sud depuis la fin du XXe siècle. Elle replace au centre la figure du colonisé, non seulement comme victime, mais aussi comme agent à part entière des sociétés coloniales. C’est dans cette dernière perspective que les contributions réunies dans le présent volume veulent s’inscrire. Ces études soulignent spécialement l’expérience de l’engagisme, la forme dominante entre 1850 et 1950, de ces relations de travail, examinent avec attention les moyens déployés par les engagés pour s’adapter à la coercition, ou bien y résister, et parfois, tourner les circonstances à leur avantage, dans les espaces coloniaux diversifiés (Antilles, océan Indien, Asie, Pacifique). Situées au carrefour de la recherche récente en histoire des migrations internationales au Sud et en histoire globale du travail, ces études ambitionnent de préciser le rôle joué par les institutions, les employeurs et l’intervention des migrants eux-mêmes dans la constitution des marchés coloniaux du travail.

Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et chargée de l’animation scientifique de l’axe 4 du LabEx EHNE à Nantes, y a publier un article sur le thème : Engagés indiens et engagés africains  à La Réunion au XIXe siècle : une histoire commune ?

Pour aller plus loin : Riveneuve éditions

Nouvelle revue, Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, disponible en librairie le 6 octobre

Le premier numéro de la revue semestrielle Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales sera disponible le 6 octobre prochain en librairie ou par abonnement.
Ce premier numéro est consacré à l’ « Anatomie du charisme ».
"Cette revue pluridisciplinaire, à la croisée des savoirs, souhaite s'emparer des sensibilités, des affects, des formes de perception pour en faire non pas seulement un objet de savoir (joie, amour, peur, etc...) mais bien une démarche de connaissance permettant d'interroger les modes d'organisation du monde. Notre idée est de faire exister un espace éditorial qui soit un lieu d'échanges entre les sciences sociales, et qui laisse une large place à des expériences artistiques, narratives, graphiques, photographiques, etc. capables de bousculer nos regards." Clémentine Vidal-Naquet
La revue sera présentée lors d’une table ronde organisée aux Rendez-vous  de l’histoire de Blois le 7 octobre prochain, à partir de 17h à l’auditorium de la Bibliothèque abbé Grégoire.

COMITÉ DE RÉDACTION
-Quentin Deluermoz est maître de conférences à l’université Paris-13, membre junior de l’Institut universitaire de
France.
-Christophe Granger est chercheur associé au Centre d’histoire sociale du xxe siècle (Paris-1/CNRS).
-Hervé Mazurel est maître de conférences à l’université de Bourgogne.
-Clémentine Vidal-Naquet est maître de conférences à l’université Picardie Jules Verne.

COMITÉ SCIENTIFIQUE
Stéphane Audoin-Rouzeau, Ludivine Bantigny, Alban Bensa, Romain Bertrand, Patrick Boucheron, Thomas Bouchet,
Peter Burke, Bruno Cabanes, Roger Chartier, Olivier Christin, Déborah Cohen, Alain Corbin, Georges Didi-
Huberman, Thomas Dodman, Arlette Farge, Sylvia Faure, Ute Frevert, Boris Gobille, Dominique Kalifa, Pierre Laborie,
Bernard Lahire, Stéphanie Sauget, Jean-Claude Schmitt, Victoria Vanneau et Sylvain Venayre.

Publication, Les négociants européens et le monde, histoire d’une mise en connexion, PUR, 2016, Par V. Chaillou-Atrous, J-F. Klein et A. Resche.

Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et chargée de l’animation scientifique du LabEx EHNE au CRHIA (Université de Nantes), Jean-François Klein, MCF en histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), et Antoine Resche, doctorant en histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), viennent de publier le numéro 54 d’Enquêtes et Documents :

Les négociants européens et le monde.

Histoire d’une mise en connexion

Bien avant l’ère chrétienne, des négociants de tous horizons contribuèrent à la première mise en connexion globale dans l’océan Indien et en mer de Chine formant un véritable « système-monde afro-eurasien ».  Au 15e siècle, les Portugais  suivis immédiatement par les Espagnols et les Hollandais, puis  les Anglais et les Français au 17e siècle, viennent s’immiscer dans « ce long filet de synchronie » commercial. Ce fut alors, pour ces négociants européens, le temps d’un apprentissage pour, finalement, concurrencer ces marchés locaux. Normé ou privé, sur l’océan Indien, Pacifique ou Atlantique, ce commerce transforma le monde dans une mesure qui dépasse de très loin la sphère marchande et financière. Avec leurs marchandises, ces négociants exportèrent également des cultures, des idées et des croyances, participant tous, à leur échelle, à la mise en connexion du monde. L’histoire des négociants est, par essence, une histoire transnationale et connectée.

En dépit de cela, les patrons de maisons de commerce ont été longtemps des laissés pour compte de l’historiographie, et, jusqu’à récemment, bien peu s’intéressèrent aux trajectoires de ces hommes et aux réseaux qu’ils tissèrent. Il n’est donc pas illégitime de tenter ici ce petit essai qui fait suite à la très riche journée d’études qui s’est tenue à l’Université de Nantes, dans le cadre du CRHIA et du LabEx EHNE  (notamment l’axe 4 porté par le CRHIA et l’Université de Nantes : « L’Europe, les Européens et le monde »), avec pour but d’évaluer, dans la mesure du possible, la place et le rôle joué par les négociants européens dans cette mise en connexion des hommes et des territoires du 16e au 20e siècle…

Pour aller plus loin :

Contact : Virginie Chaillou-Atrous : labexehne4@univ-nantes.fr

 

Parution : La conquête des Amériques. Amérindiens et conquérants au 16ème siècle

Grégory Wallerick, docteur en histoire moderne et membre associé au CRHIA (Université de Nantes) vient de publier :

La conquête des Amériques.

 Amérindiens et conquérants au 16ème siècle

L’année 1492 sonne comme une date majeure dans l’histoire du monde : la rencontre entre l’Europe et le continent américain, sous la bannière dressée par Christophe Colomb. C’est aussi la première mondialisation, c’est-à-dire la possibilité de considérer l’ensemble des terres dans le monde. De ce contact, deux conséquences sont directement appréciées.

Le premier retentissement concerne la découverte, pour les Européens, de différents peuples, appelés Indiens, qui semblent vierges de civilisation et de religion. Ces populations constituent autant de brebis égarées à convertir dans la foi catholique, alors que la menace musulmane se fait pressante et les dissensions au sein du christianisme augmentent. Une des conséquences immédiates pour les indigènes concerne la disparition des empires en place, comme ceux des Aztèques (ou Mexica) et des Incas, tant par les actions des conquérants que par l’apport involontaire de maladies.

La seconde conséquence est l’extension de l’Ancien monde. Les royaumes d’Espagne et du Portugal sont les premiers à être autorisés, par le Pape, à s’installer dans les espaces américains. D’autres grandes puissances européennes, comme les royaumes de France et d’Angleterre et, plus tard, la République des Provinces-Unies, cherchent, au cours du 16ème siècle, à s’implanter dans le Nouveau-Monde, de manière éphémère ou durable.

Ce sont donc les conséquences de cette rencontre qui nous intéressent particulièrement, notamment la manière dont les Européens parviennent à s’implanter, parfois après de vaines tentatives, sur un espace de convoitises et de rivalités. Le siècle de la conquête et de l’ appropriation des Amériques bouleverse profondément les deux protagonistes, l’Ancien et le Nouveau-Monde. La vision de la conquête à la fin de ce siècle contribue à créer une image persistante des nations conquérantes.

Partenaires :

Contact :

  • Grégory WALLERICK : gwallerick@gmail.com

Publication, L’Europe des citoyens et la citoyenneté européenne. Évolutions, limites, perspectives, Editions Peter-Lang, 2016

Michel Catala, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA-Nantes et co-responsable du programme Alliance Europa, Stanislas Jeannesson, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, et Anne-Sophie Lamblin-Gourdin (UMR 6297 CNRS / DCS, Université de Nantes), viennent de publier les actes de leur colloque de novembre 2013 :

L’ Europe des citoyens et la  citoyenneté européenne.

Évolutions, limites et perspectives

Résumé :

La construction européenne est souvent présentée ou perçue comme un processus technocratique imposé aux peuples par les élites à la suite du désastre de la Seconde Guerre mondiale et du traumatisme de la Guerre froide. La crise actuelle que connaît l’Union européenne semble ainsi démontrer l’absence de solidarité entre les États et les peuples du continent, par manque d’identité partagée et de projet politique démocratiquement accepté. La création d’une citoyenneté européenne par le traité de Maastricht, en 1992, n’a pas enrayé le désintérêt des citoyens des États membres, pourtant de plus en plus affectés par les politiques européennes, à l’égard de l’Union et de ses institutions. Dans une perspective résolument interdisciplinaire, à la croisée de l’histoire, du droit, des sciences politiques, de la sociologie et de la philosophie, cet ouvrage entend dépasser ce constat d’échec un peu simpliste, pour étudier les modalités et les visages de la citoyenneté européenne, son émergence progressive depuis les premiers projets de l’entre-deux-guerres, ses limites et ses insuffisances, mais aussi ses perspectives, à long terme comme dans un avenir proche.

Pour en savoir plus