Archives de catégorie : Appels à communications

Appel à communications – La diffusion des produits ultra-marins en Europe (16e-18e siècles)

 Maud Villeret, docteure en histoire moderne du CRHIA (Université de Nantes), et Marguerite Martin, doctorante à l’IDHES (UMR CNRS 8533 / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), lancent un appel à communications pour une journée d’études organisée dans le cadre du LabEx EHNE Écrire une nouvelle histoire de l’Europe avec le soutien de l’IDHES (Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société) :

La diffusion des produits ultra-marins en Europe

16e-18e siècles

Elle sera organisée à l’université de Nantes le 30 juin 2016.

L’enjeu est de comprendre comment se sont diffusés les produits exotiques en Europe, en prenant en compte la grande différenciation des consommations en fonction des pays, des espaces (maritimes et intérieurs, urbains et ruraux) et des classes sociales, en s’intéressant aux adaptations réalisées pour répondre aux besoins et aux goûts des consommateurs européens.

Trois axes de réflexion sont proposés :

  • Le transport des produits coloniaux ultra-marins : coûts et aléas
  •  Transformation et distribution des produits ultra-marins
  • La consommation différenciée des produits ultra-marins

Les langues de la journée d’études sont l’anglais et le français.

Les propositions de communication (en français ou en anglais) sont à adresser à l’adresse suivante : jeultramarins@gmail.com

Elles comprendront un titre et un résumé d’une page maximum, accompagnés d’un CV, et devront être envoyées avant le 24 mars 2016.

Télécharger l’appel à communications :

Appel à articles – Le Canada et la Grande Guerre

Françoise Le Jeune, Professeure de civilisation nord-américaine et britannique au CRHIA (Université de Nantes), lance un appel à articles pour le 80ème numéro de la revue d’Etudes Canadiennes qui aura pour thème :

Le Canada et la Grande Guerre

La Revue Etudes Canadiennes / Canadian Studies sollicite des articles (en français ou en anglais) sur l’impact de la Grande Guerre sur le Canada et les Canadiens, d’un point de vue historique, politique, artistique ou sociétale. Le comité éditorial est également intéressé par une réflexion sur les représentations de la Première Guerre Mondiale en littérature ou d’un point de vue artistique, pendant ou après la guerre. On peut également s’intéresser à la manière dont le Canada se souvient de cette guerre, particulièrement à l’approche de la commémoration de la bataille de Vimy en avril 1917.

Plusieurs conférences et ateliers ont déjà eu lieu sur ce sujet, qui ont permis de mettre en avant de nouvelles recherches et de nouvelles perspectives sur la Grande Guerre au Canada, recherches qui n’ont peut-être pas encore été publiées.

Les articles pourront prendre en considération diverses approches en prenant en compte sur l’impact de la guerre sur la nation canadienne ou sur la place du Canada dans l’espace impérial, pendant et après la guerre. L’optique de cette publication est de renouveler la littérature scientifique sur des sujets bien connus. On pourra par exemple :

  • Revoir le contexte de la mobilisation au Canada
  • S’intéresser à l’expérience de soldats canadiens dans les tranchées
  • Porter un regard nouveau sur les batailles d’Ypres, Vimy ou Passchendaele
  • Revisiter les textes littéraires parlant de la Grande Guerre ou explorer les écrits personnels d’acteurs anonymes
  • S’intéresser à la manière dont les provinces ou le fédéral vivent la guerre
  • Reconsidérer la place des femmes
  • Prendre en compte le rôle de la guerre sur la redéfinition de l’identité canadienne
  • Analyser l’impact de la guerre sur la politique canadienne (fin de l’empire, modernité, progrès…)
  • Perspectives sur les commémorations canadiennes de la Grande Guerre (y compris les expositions)

Les propositions d’articles (250 à 300 mots) contenant un titre et un résumé décrivant l’objectif de l’article, et incluant une courte biographie (100 mots maximum) peuvent être envoyées en PJ aux adresses mentionnées ci-dessous.

La date limite pour la réception des propositions est le 15 février 2016. Le comité confirmera rapidement leur pré-selection aux auteurs. Les articles complets (d’environ 8000 mots) devront être envoyés pour le 15 mai 2016. Ils seront soumis à la lecture du comité scientifique de la revue. Les textes retenus paraîtront en version papier (et en ligne) dans la Revue n°80 de juin 2016.

English version (click here)

Partenaire :

  • Revue Etudes Canadiennes / Canadian Studies

Contact :

  • revueetudescanadiennes@gmail.com
  • cc. francoise.le-jeune@univ-nantes.fr

Appel à communications, « Plus jamais la guerre? Paix et religions: acteurs, enjeux et obstacles »

Appel à communication
Plus jamais la guerre ?
Paix et religions : acteurs, enjeux et obstacles

La journée d’étude est organisée par l’AFHRC avec le soutien de l’IUF et du programme
« Pax in terra » de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Université Paris 1, samedi 24 septembre 2016.

On connaît la formule de Paul VI à la tribune de l’ONU en octobre 1965 : « Plus jamais la guerre ! C’est la paix, la paix qui doit guider le destin des peuples et de toute l’humanité. » On sait aussi que les Prix Nobel de la Paix ont été à maintes reprises attribués à des personnalités marquées par leurs convictions religieuses : l’archevêque suédois Mgr Nathan Söderblom en 1930 pour la promotion de l’œcuménisme, les Quakers en 1947, le pasteur luthérien Albert Schweitzer en 1952, le père dominicain Dominique Pire en 1958, le pasteur baptiste Martin Luther King en 1964, Mère Teresa en 1979, Mgr Desmond Tutu en 1984, le Dalaï Lama en 1989, Mgr Carlos Belo, évêque du Timor oriental, en 1996, mais aussi Adolfo Perez Esquivel en 1980, l’auteur du Christ au Poncho, le polonais Lech Walesa en 1983, ou, en 1976, Mairead Corrigan pour son œuvre de paix dans le conflit irlandais, et grande admiratrice de Dorothy Day et des R.P. Berrigan.
Les multiples exhortations à la paix, inscrites dans la longue tradition de l’histoire du christianisme, ont-elles reçu un écho signifiant dans les chancelleries, les salles de presse, les opinions publiques et aux divers échelons de la vie ecclésiale ? Rien n’est moins sûr si l’on se souvient, par exemple, des catholiques français dénonçant en 1917 les propositions romaines de paix, ou des néo-conservateurs américains enrôlant Augustin d’Hippone pour légitimer une théorie renouvelée de la « guerre préventive » en Irak en 2003.
Les objectifs de la journée d’étude sont précisément d’examiner à la fois l’apport des religions à la construction de la paix dans le monde, ainsi que les résistances rencontrées par le pacifisme de nature religieuse.
Les propositions de communications pourront s’inscrire dans les axes suivants.
1. Le premier axe d’étude voudrait privilégier les milieux religieux eux-mêmes. Des paroles liturgiques – « La paix soit avec vous ! », « La paix du Christ ! » – aux messes « pour la paix », des célébrations de réconciliation des mafieux repentis en Italie aux « accords du Vendredi Saint » en Irlande ou aux vertus et pratiques supposées « pacifiques » du bouddhisme, quels sont les divers rituels de paix ? Quel en est leur sens ? Quelle est leur importance sociale ? Quelle « pédagogie » de la paix ? Peut-on parler de « théologies de la paix », à une époque où la théorie de la « juste guerre » est de plus en plus souvent critiquée ? Comment les intellectuels chrétiens, musulmans, juifs pensent-ils la paix ? Des Amish aux Quakers, des Franciscains aux Bénédictins, la paix est au cœur de la spiritualité de certaines communautés. Quelles incidences cela a-t-il sur le peuple croyant et sur les idéaux de la cité ? Existe-t-il un « franciscanisme politique » ? Y a-t-il une pensée musulmane de la paix ? Comment « l’objection de conscience » est-elle défendue par certaines communautés ?

2. Le deuxième axe voudrait interroger les forces, faiblesses et paradoxes du « pacifisme religieux » sur la scène internationale. Rien ne semble y faire : le Djihad, la Croisade et la Saint-Barthélemy marquent davantage les esprits que l’action conjuguée des pacifistes chrétiens, les progrès de l’œcuménisme, les rencontres interreligieuses d’Assise, les médiations diplomatiques de Sant’Egidio, les associations multiples de Pax Romana à Pax Christi ou au Peace Corps, dont la dimension religieuse reste à examiner, ou un siècle d’appels à la paix lancés depuis Rome, de l’Appel aux catholiques du 2 août 1914 à celui du pape François le 1er janvier 2015. Il est vrai que dans le même temps on repère des prêtres bénissant les canons, des rabbins appelant à la colonisation des terres palestiniennes, des évêques soutenant les initiatives armées, des Églises appelant encore à la « croisade » (ainsi en 1936, lors de la Guerre civile en Espagne, ou l’Église orthodoxe de Russie contre Daech en 2015), ainsi que des attentats commis en Europe « au nom de Dieu » contre « les nations croisées ». Est-ce là une « faillite » du religieux ou au contraire une « tension constante » à l’intérieur du religieux ? Quelles sont les résistances, internes et externes, institutionnelles et intellectuelles, rencontrées par les discours pacifistes tenus par des religieux ou de nature religieuse ?

3. Le troisième axe voudrait réfléchir à la notion de paix elle-même. Peut-on parler d’une sécularisation de l’idéal de paix au cours de la période contemporaine ? Sur la scène internationale, la « paix » et la « religion » apparaissent aujourd’hui comme deux forces contraires. L’espace médiatique est saturé de conflits d’essence religieuse. En 1922, les accords de Washington, sur la limitation des armements, s’achevaient pourtant sur une prière et la bénédiction de tous les diplomates, conférant ainsi une forme de sacralité aux accords signés. Loin de la « paix de Dieu » médiévale, loin de Victor Hugo, qui lors du Congrès de la Paix de 1849, invoquait encore, pour bâtir les « États-Unis d’Europe », « ces deux forces infinies » que sont « la fraternité des hommes et la puissance de Dieu », on semble parfois envisager aujourd’hui la paix comme le pur produit d’un “process” diplomatique ou militaire, comme la meilleure solution de l’équation établie par les rapports de forces, en négligeant assez souvent la “culture pacifique” comme élément d’une culture sociale et religieuse à part entière. Il faudra interroger le paradoxe qui fait que la promotion par les différentes confessions d’une « paix sécularisée » permet parfois un rapprochement entre les confessions, soit par le biais d’un œcuménisme renouvelé, soit au sein d’un dialogue interreligieux rendu nécessaire en vue d’un bien social.

Les communications devront s’inscrire dans un des axes proposés. Elles peuvent porter sur toutes les religions et toutes les aires géographiques à l’époque contemporaine. Le rapport des religions à la paix doit être interrogé aussi en effet hors de la sphère chrétienne et occidentale. Les intervenants à cette journée d’étude sont invités à privilégier un « cadrage large », et à ne pas céder à la tentation de la « micro-histoire » (sur le plan géographique ou chronologique).
Comité scientifique : bureau de l’AFHRC et Pax in terra
Nicolas CHAMP (Université Bordeaux-Montaigne / CEMMC) ; Olivier CHATELAN (Université Lyon 3 / LARHRA) ; Gilles FERRAGU (Pax in terra – Université Paris 10 / ISP) ;
Jean-Michel GUIEU (Pax in terra – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne / UMR-SIRICE) ; Anne JUSSEAUME (Sciences Po-Paris / CHSP) ; Florian MICHEL (Pax in terra, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne / UMR-SIRICE) ; Laura PETTINAROLI (Institut catholique de Paris) ;
Yann RAISON DU CLEUZIOU (Université de Bordeaux / Centre Émile Durkheim) ;
Sarah SCHOLL (Fonds national suisse de la recherche scientifique) ;
Christian SORREL (Université Lyon 2 / LARHRA) ; Sara TEINTURIER (École Pratique des Hautes Études / GSRL) ; Chantal VERDEIL (INALCO / IUF)

Adresser le titre et un résumé de la communication de 1500 signes ainsi qu’une courte présentation de l’auteur à chantal.verdeil@inalco.fr (IUF),
jean-michel.guieu@univ-paris1.fr et florian.michel@univ-paris1.fr

Date limite d’envoi des propositions de communication :

30 mars 2016.
Réponse fin mai 2016.

APPEL À COMMUNICATIONS, Histoires connectées, Empires en miroir: colonialismes britannique et français du XVIIe au XXe siècle

APPEL À COMMUNICATIONS

Histoires connectées, Empires en miroir: colonialismes britannique et français
du XVIIe au XXe siècle.
Organisé par :

-Alice Conklin
-Richard Drayton
-Pier Larson
-François-Joseph Ruggiu
Comment les empires britanniques et français ont été formés par opposition à, en dépit de, ou en relation l’un avec l’autre? Comment chacun façonne l’autre, en tant que adversaire, allié, ou frère ennemi? Comment se sont-ils co-construit? Cette conférence considère les deux empires ensemble, chacun étant un point de référence et de connexion pour l’autre. Cette conférence traite des connexions et des expériences partagées par les empires français et anglais/britanniques de leur émergence pendant la période moderne à la décolonisation. Les communications peuvent traiter des coopérations ou des conflits entre les deux empires dans l’ère moderne ou contemporaine et dans n’importe quelle région géographique (les Amériques; l’Afrique; l’Asie; le Moyen Orient; les Océan Atlantique, Pacifique, et Indien; la Mer Méditerranée; etc). Les communications proposées ne devraient pas simplement comparer les empires, mais devraient analyser les liens ou les relations entre les deux. Cette conférence explore l’empire formel et informel dans divers modes historiques (culturelle, littéraire, intellectuelle, politique, sociale, économique, militaire, religieuse, ou des mondes du travail et d’environnement).
University of Hong Kong, 27-29 May 2016

Les propositions de communication individuelles de 20 minutes ou de séance de trois communications pourront être en anglais ou en français.

Vous pouvez adresser vos questions à James Fichter à britfran@hku.hk.

Vous pouvez envoyer des propositions de 200 mots (maximum) et CV d’une page au plus tard le 1 décembre 2015 à britfran@hku.hk

Site de la conférence: http://www.europe.hku.hk/news/20160527.html

Appel à communications: Le Maghreb dans les relations internationales: Diplomaties et crises.

Colloque international co-organisé par l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), l’Institut des Mondes africains (IMAF), l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’université de La Manouba (Tunis), les 20 et 21 novembre 2015 à Tunis.

Le Maghreb, situé à la croisée du monde arabe, des civilisations méditerranéennes, africaines et européennes, occupe une position privilégiée de trait d’union entre l’Afrique, le Machrek et l’Europe. Cette région, bordée au Nord par la Méditerranée et au Sud par le Sahara, constitue ainsi un vaste réseau d’échanges. Par sa situation géographique et son histoire, les circulations y sont intenses, les transferts culturels incessants, les mémoires et les héritages vifs et imbriqués entre eux. Mais le Maghreb est aussi « un édifice sans cesse menacé »[1]. Comme Pierre Vermeren le souligne : « Il ne s’agit pas d’ériger l’histoire de cette région en totem, mais il est important de la considérer en tant que telle, car elle n’est pas réductible à l’identité arabe du Moyen-Orient »[2].

L’intention de ce colloque est d’inaugurer une réflexion appelée à se prolonger par une recherche collective sur le Maghreb dans l’histoire des relations internationales. Elle s’inscrit également dans un contexte bien particulier, celui d’une volonté d’accès simplifié aux archives tunisiennes contemporaines et d’une démarche de la part des Marocains depuis 2012 de récolter et de trier leurs archives nationales. La publication, en septembre dernier, d’un Livre Blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans du Groupement d’intérêt scientifique (GIS), reflète l’intérêt du CNRS qui souligne la nécessité de renouveler l’histoire du Maghreb et de « sortir des grilles de lecture et des instruments d’analyse d’une région trop souvent à la marge [3] », ce qui est de même notre ambition ici. Une vue nouvelle de l’historiographie du Maghreb colonial et postcolonial[4] est aussi au programme de ce colloque. Par ailleurs, l’historiographie française des relations internationales s’intéresse quant à elle de plus en plus aux questions transnationales, là où encore persiste un vide.

En interrogeant la Méditerranée en tant qu’objet des sciences sociales, certains travaux ont permis de démontrer l’interconnexion et l’interdépendance des États. Pourtant, les analyses historiques de cet espace sont le plus souvent marquées par les relations avec les anciennes puissances coloniales. En outre, les études publiées sur les relations entre le Maghreb et son environnement géographique se sont beaucoup articulées autour des questions bilatérales puis autour des trois dialectiques récurrentes que sont l’anticolonialisme, l’antiracisme et l’anti-impérialisme. Concernant les dynamiques de la sous-région, peu de travaux sont recensés sur les interactions Maghreb-Machrek, Maghreb-Afrique subsaharienne, Maghreb-Asie, etc.

Par ailleurs, ces études sont le plus souvent statiques. Comme le souligne Robert Frank, il convient de prendre en compte les « dynamiques », c’est-à-dire la « puissance », la « force » mais aussi « le mouvement que celle-ci décrit, un mouvement tout aussi facteur de mutations à travers les frontières que la force qui le génère. Les dynamiques désignent aussi les « circulations » qui traversent les espaces, transforment les sociétés. Beaucoup de ces dynamiques sont à la fois nationales, internationales et transnationales[5].

 

Ce colloque est donc l’occasion de faire le point sur des objets de recherche encore embryonnaires.

La périodisation proposée s’étend du début du XXsiècle jusqu’au « Printemps arabe » : de la chute de l’Empire Ottoman qui inaugure le temps de la construction de États arabes modernes, aux luttes pour l’indépendance, à la remise en cause de la présence française en Algérie et de la théorisation du nationalisme arabe[6]. Une série de crises récurrentes, internationales, infra ou transnationales ont affecté l’ensemble maghrébin et ont fait émerger de nouvelles dynamiques politiques, économiques, diplomatiques et culturelles entre les États de la région. L’année 2011 marque et transforme le Maghreb et son environnement par la vague des révoltes dans le monde arabe ; elle inaugure une rupture d’un certain équilibre régional, parfois contesté et figé depuis quelques années. Aujourd’hui encore, cette région reste sous les feux des projecteurs, d’abord en raison du chaos libyen, puis de la transition politique tunisienne, sensible, mais aussi en raison de l’avenir incertain de l’Algérie.

On s’intéressera donc ici à la diplomatie face aux crises dans le Maghreb. Les diplomaties sont conçues « comme un ensemble d’acteurs et de méthodes qui tout à la fois sert et façonne l’expression d’une politique étrangère donnée »[7]. Comme le soulignent Laurence Badel et Stanislas Jeannesson dans Diplomaties en renouvellement[8], les diplomaties sont marquées par des changements profonds liés aux « bouleversements d’ordre conjoncturel » dans le système international[9] et à « l’évolution d’ordre structurel qui s’inscrivent dans la longue durée »[10], comme l’extension du champ, la multiplication des acteurs diplomatiques et la généralisation du multilatéralisme. Ainsi le champ des négociations internationales évolue, passant d’un cadre bilatéral à l’avènement des logiques multilatérales. La notion de crise constitue une rupture et agit comme un révélateur des nouvelles réalités. « Elle fait apparaître les failles et les vulnérabilités et menace l’ordre antérieur en confrontant irrémédiablement des intérêts fondamentaux. Génératrice de risques pour la sécurité nationale, régionale ou internationale, elle rend la décision indispensable alors que le cadre de références disparaît et laisse place à l’incertitude et au chaos »[11].

Enfin, un autre objectif de ce colloque est d’examiner la place du Maghreb dans les relations internationales, afin de mieux cerner son insertion dans le système régional et international. Ces journées appellent à s’interroger sur les pratiques diplomatiques et leurs évolutions, les circulations des élites, les nouveaux acteurs privés ou publics (ONG, Organisations internationales, élites économiques, etc.), les rapports de forces et les évolutions des systèmes d’alliances.

 

Nous proposons ci-dessous une liste non exhaustive des thèmes qui pourraient être abordés :

  • Sortie d’Empire
  • Mémoire, histoire et tensions postcoloniales ;
  • Violences et régulations coloniales, construction d’État-nation, guerres d’indépendance ;
  • Autoritarismes, processus de démocratisation ;
  • Alternance politique et réorganisation des institutions.
  • Crises et reconfigurations territoriales dans le Grand Maghreb
  • Recompositions territoriales et tensions frontalières : la question du Sahara, les tensions et les crises entre l’Algérie, le Maroc et la Mauritanie et l’Afrique Subsaharienne ; les tensions entre le Maghreb et l’Europe (exemple : Ceuta-Melilla).
  • Organisation régionale, outil de régulation politique, économique et culturelle 
  • Modification des rapports de forces, évolution du système d’alliances et organisations régionales : Comité de Libération du Maghreb arabe (1948) ; Comité permanent consultatif maghrébin (1964) ; Déclaration de Djerba (1974), Traité d’Oujda (1984), le mouvement des non-alignés, conférence tricontinentale, Organisation de Solidarité avec les Peuples d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine (OSPAAAL), etc.
  • Régulation des crises par les organisations internationales et régionales : la Ligue des États arabes, organisation de l’unité africaine (OUA puis UA), OPEP, Organisation de la conférence islamique (OCI), Union du Maghreb arabe (UMA), Conseil de coopération des États arabes du Golfe (CCEAG), ONU et CEE.
  • Coopération économique et culturelle entre le Maghreb et ses environnements
  • Études des pratiques de la coopération des organisations régionales maghrébines, africaines, arabes et européennes ;
  • Politiques d’aides au développement ;
  • Coopération technique, financière, économique, culturelle, énergétique.
  • Reconfiguration des normes et évolution du système régional et international
  • Nouvelles pratiques de gestion de crise ;
  • Encadrer la violence, lutter contre le terrorisme au Maghreb ;
  • Contrôler la migration – Afrique-Maghreb Europe ;
  • Préserver l’environnement – coopération régionale ou mondiale.
  • Nouveaux acteurs, pratiques diplomatiques et réseaux dans le Maghreb
  • Genèse des institutions (MAE) ; sociologie des acteurs de la diplomatie publique ;
  • Apparition de nouveaux acteurs publics ou privés : groupes de pression, élites économiques, organisations non-gouvernementales, firmes multinationales, structures intergouvernementales et/ou supranationales ;
  • Pratiques et évolutions des diplomates.

 

Les chercheurs intéressés doivent envoyer avant le 10 août 2015 un résumé de leur communication (500 mots maximum) incluant : le titre de la contribution, la mention des sources envisagées ainsi qu’un court curriculum vitae aux membres du comité d’organisation (Sarah Adjel, Houda Ben Hamouda, Clément Perarnaud et Fayçal Chérif) : Diplomaties.crises2015@gmail.com. Les langues de travail sont le français, l’anglais et l’arabe. Une publication des actes du colloque est prévue.

 

Le comité scientifique est présidé par Pierre Vermeren (université Paris 1). Il se compose de : Tewfick Aclimandos (université du Caire), Mohand-Amer Amar (CRASC, Oran), Aomar Baghzouz (université de Tizi-Ouzou), Kmar Bendana (université La Manouba), Alain Beltran (CNRS-IRICE), Michel Catala (université de Nantes), Georges Corm (université Saint- Joseph à Beyrouth), Matthew Connelly (université de Colombia), Sylvie Daviet (université Aix-Marseille), Karima Dirèche (IRMC), Robert Frank (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Giuliano Garavini (université de Padoue/NYU Abu Dhabi), Jérôme Heurtaux (université de Dauphine, IRMC),

Choukri Hmed (université de Dauphine), Hédi Jallab (Archives nationales de Tunisie), M’hamed Oualdi (université de Princeton/ Inalco), Fredj Maatoug (université de Tunis 9 avril), Elikia M’Bokolo (EHESS), Alain Messaoudi (université de Nantes), Khadija Mohsen-Finan (IRIS/université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Malika Rahal (CNRS-IHTP), Jenny Raflik (université de Cergy-Pontoise), Mathieu Rey (Collège de France), Todd Shepard (université Johns Hopkins), Fritz Taubert (université de Bourgogne), Massimiliano Trentin (université de Bologne), Antonio Varsori (université de Padoue), Catherine Wihtol de Wenden (Sciences Po Paris/CERI).

Le comité établira un programme définitif sur la base de ces propositions dans le courant du mois d’août 2015.

[1] Robert Frank, « Préface », dans Houda Ben Hamouda, Mathieu Bouchard (dir.), La construction d’un espace euro-méditerranéen. Genèses, mythes et perspectives, Bruxelles, Peter Lang, coll. « euroclio n°61 », 2012, p. 11.

[2] Pierre Vermeren, Misère de l’historiographie du « Maghreb » postcolonial (1962-2012), Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, p. 214.

[3] Sur ce point, lire le Livre Blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans, GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans, CNRS, publié en septembre 2014 : https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/2204/files/2014/12/Livre_blanc_GIS_Moyen-Orient-texte.pdf.

[4] Pierre Vermeren, « Misère de l’historiographie du « Maghreb », op. cit., p. 214-215 ; Malika Rahal, « Comment faire l’histoire de l’Algérie indépendante ? », La Vie des idées, 13 mars 2012, http://www.laviedesidees.fr/Comment-faire-l-histoire-de-l.html.

[5] Robert Frank (dir.), Pour l’histoire des relations internationales, Paris, PUF, 2012, p. 187-215.

[6] Daniel Rivet, « L’émergence du nationalisme au Maghreb : de la fin du XIXe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 1993, nos 32-33, Colonisations en Afrique, p. 18-22.

[7] Guillaume Devin, « Les diplomaties de la politique étrangère », dans Frédéric Charillon (dir.), Politique étrangère. Nouveaux regards, Paris, Presses de Sciences Po, 2002, p. 217.

[8] Laurence Badel, « Introduction », dans Laurence Badel, Stanislas Jeannesson (dir.), Diplomatie en renouvellement, Paris, Les Cahiers Irice, n°3, 2009, p. 5-19, https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-irice-2009-1-page-5.htm.

[9] Notre objet d’étude s’inscrit dans un système international mouvant de l’impérialisme et de la bipolarisation du système européen (1880-1941) « au temps de la loi des géants » (1941-1973) et du désordre international de type nouveau avec le tournant de 1973, puis 1989. Cf. Robert Frank, « Les systèmes internationaux au XXe siècle », dans Robert Frank (dir.), Pour l’histoire des relations internationales, Paris, PUF, 2012, p. 187-215.

[10] Stanislas Jeannesson, « Conclusions », dans Laurence Badel, Stanislas Jeannesson (dir.), Diplomatie, op. cit., p. 137-143, https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-irice-2009-1-page-137.htm.

[11] Général Loup Francart, Bilan de dix années de gestion de crise, IFRI, 2001, cf. http://www.defense.gouv.fr/layout/set/print/base-de-medias/documents-telechargeables/das/documents-reflexion-strategique-de-defense/epmes-2001/epmes-bilan-de-dix-annees-de-gestion-de-crises, consulté le 26 janvier 2015.

Appel à communications, Experts et expertises : la mobilisation des compétences en diplomatie, des congrès de Westphalie à la naissance de l’ONU, colloque international, Université de Nantes, 12 et 13 mai 2016

Appel à contribution

EXPERTS ET EXPERTISES :
LA MOBILISATION DES COMPETENCES EN DIPLOMATIE, DES CONGRES DE WESTPHALIE A LA NAISSANCE DE L’ONU

Colloque international Université de Nantes
12-13 mai 2016
Maison des Sciences de l’Homme, Nantes

Organisation : Stanislas Jeannesson Fabrice Jesné et Eric Schnakenbourg

Depuis le XVIIe siècle, le champ de la diplomatie s’est considérablement élargi à mesure du développement et de la diversification des relations internationales. Les agents diplomatiques se trouvent dès lors confrontés à une grande diversité de sujets et de missions ce qui les amène à faire appel à des compétences et des savoirs extérieurs. Les ambassades, les congrès diplomatiques ou les grandes conférences internationales mobilisent des spécialistes chargés d’aider à la négociation sur des points particuliers. Dès le XIXe siècle, la mise en place de grandes organisations internationales impose la création d’organes d’expertise, permanents ou temporaires, chargés de travailler en amont sur les questions internationales.
La mobilisation des conseillers et des experts au service de la diplomatie invite à des interrogations sur des acteurs qui ne sont pas des diplomates stricto sensu. Elle permet de montrer que la diplomatie n’est pas une activité déconnectée de son environnement mais qu’elle draine les compétences de la société de son temps. Plusieurs points semblent pouvoir retenir l’attention des participants à ce colloque.
– Les champs et la chronologie de l’expertise : sur la longue durée, l’étude de la mobilisation des experts doit permettre de réfléchir à l’élargissement progressif du domaine de la diplomatie. Le recours aux juristes, aux négociants, aux militaires, ou à des informateurs particulièrement avertis, comme les consuls et autres go-betweens, pour assister les ambassadeurs ou conseiller les gouvernements centraux montre que les diplomates ont eu conscience très tôt de la nécessité de s’entourer de spécialistes – experts d’une discipline, d’un domaine d’activité, d’un pays ou d’une culture. Par la suite, la professionnalisation accrue du métier de diplomate, le caractère de plus en plus technique de certaines affaires, notamment dans le domaine économique et financier, puis, au XXe siècle, la généralisation d’un multilatéralisme institutionnalisé et l’affirmation d’un ordre international fondé sur le droit, font surgir de nouvelles pratiques, voire de nouvelles formes de diplomatie impliquant de nouveaux acteurs et requérant des compétences spécifiques.
– L’institutionnalisation de l’expertise : il s’agit de voir comment se mettent en place les structures d’accueil et d’intégration des experts auprès des ambassades, avec la multiplication des postes d’attachés et de conseillers, auprès des gouvernements et des grandes organisations internationales, avec la création d’emplois particuliers ou, plus simplement, à travers l’existence de missions, ponctuelles ou permanentes, qui permettent une reconnaissance officielle de l’assistance apportée aux diplomates. Il faudrait s’interroger sur les modalités et les temporalités de ce processus en le confrontant à son contexte historique.
– Le sort des expertises : l’expert conseille, mais le gouvernement dispose par la voie de son représentant. Il faudrait se demander ce que deviennent les expertises et finalement poser la question de leur efficience, entre avis oubliés à peine émis, instrumentalisation de l’expertise à des fins politiques ou véritable source d’inspiration pour les acteurs de la diplomatie. Autrement dit, nous nous demanderons quelle est l’influence réelle des rapports et des conseils venant de spécialistes sur la décision politique afin de savoir s’il est possible, et avec quelles limites, d’évaluer la place de l’expertise comme l’un des paramètres du fonctionnement du système international. Ce type d’interrogation est comme un miroir tendu à la diplomatie pour réfléchir à sa double nature d’exercice technique et d’exercice politique.
– Diplomates et experts : si l’expérience de longs séjours dans une même région, la constitution de réseaux, la connaissance des langues et des lieux font de certains diplomates, des experts de questions particulières et d’espaces peu familiers, dans la plupart des cas les figures du diplomate et de l’expert sont cependant dissociées. Il faut dès lors se poser la question de la complémentarité de ces acteurs. L’irruption, voire l’invasion, des experts dans le champ de la diplomatie et ses conséquences inévitables – conflits de compétences, choc des cultures, etc. – ne sont-elles pas vécues par les diplomates comme une remise en cause de leurs prérogatives? Les diplomates cherchent-ils – et y parviennent-ils – à garder la mainmise sur le processus, ou du moins sur sa phase ultime qu’est la négociation, et à cantonner l’expert dans un rôle d’auxiliaire ? Il faudra également interroger la formation de réseaux transnationaux d’experts, que ce soit dans le cadre institutionnalisé des organisations internationales ou dans celui des lieux privilégiés de l’expertise que constituent au premier XXe siècle des villes comme La Haye ou Genève.
Ces différentes approches, qui ne sont pas exhaustives, doivent permettre une relecture de l’activité diplomatique et montrer qu’elle peut être le produit d’une convergence de compétences et de savoirs. Il s’agit en quelque sorte de regarder « derrière le rideau » de la négociation pour voir comment se construit la décision politique. Nous veillerons à ne pas juxtaposer les cas particuliers, mais à réfléchir au rôle de l’expertise, à ses modalités, ses structures, ses acteurs et son influence sans pour autant négliger ses limites. Notre réflexion portera sur la longue durée, du milieu du XVIIe siècle à la naissance de l’ONU, afin d’insister sur les origines et les évolutions d’un phénomène qui, s’il s’est généralisé dans la période récente, ne date pas du XXe siècle.

Afin de renforcer la cohérence de nos réflexions, chaque intervenant est invité à s’interroger particulièrement sur les points suivants :
– Le champ de l’expertise : quelles raisons justifient, à un moment donné, le recours à l’expertise dans tel ou tel domaine ?
– Les usages de l’expertise : l’expertise vient-elle en appui à la décision ou acquiert-elle une certaine autonomie ?
– Le statut de l’expert : l’expert est-il ou devient-il un acteur à part entière de la diplomatie ? S’impose-t-il au diplomate ou n’est-il qu’un auxiliaire ?

Les propositions de communication (résumé d’une page et CV) doivent être adressées avant le 1er septembre 2015 aux organisateurs.

Contacts :
– stanislas.jeannesson@univ-nantes.fr
– fabrice.jesne@univ-nantes.fr
– eric.schnakenbourg@univ-nantes.fr

Appel à communications : Les femmes et le négoce dans les ports européens, 16ème-19ème s.

Dans le cadre de l’axe 4 du LabEx EHNE, « L’Europe, les Européenns et le monde », Bernard Michon, MCF en histoire moderne au CRHIA-Nantes, lance un appel à communications pour deux journées d’études organisées à Nantes les 10 mars et 6 octobre 2016 :

Les femmes et le négoce dans les ports européens,

16ème-19ème s.

L’un des objectifs de ces deux journées consiste à dresser un bilan historiographique sur cette question, généralement peu mise en avant, de la place des femmes dans le négoce des ports européens à l’époque moderne et au début de la période contemporaine. Au-delà des places de commerce, l’attention pourra aussi se porter sur les réseaux d’approvisionnement de la marine d’État et, plus globalement, sur les liens privé/public dans le cadre maritime. Une telle entreprise se justifie par l’éclatement de la recherche et la nécessité de faire se rencontrer les chercheuses et chercheurs en histoire portuaire et maritime avec celles et ceux qui travaillent sur l’histoire des femmes et du genre. Le thème des femmes et de la mer, dans un sens plus large, a d’ailleurs déjà donné lieu à une journée d’études le 16 avril 2014, à l’université de Bretagne-Sud/Lorient, organisée par Emmanuelle Charpentier et Philippe Hrodej. Celle-ci a notamment abordé la question du travail féminin le long des littoraux mais également celle de la découverte de la mer par des femmes appartenant à la haute société des 18ème et 19ème siècles…

Télécharger l’appel à communications

Date-limite d’envoi des propositions : 28 juin 2015

Les propositions de communication, en français ou en anglais, sous la forme d’un titre et d’un court résumé (200 à 500 mots), sont à adresser à l’organisateur par courrier électronique (bernard.michon@univ-nantes.fr). Il est également possible de donner une préférence quant à la journée visée (10 mars 2016 ou 6 octobre 2016).

Lieu : Université de Nantes – Campus Lettres

Partenaire : Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163 – Universités de Nantes et La Rochelle)

Contact : bernard.michon@univ-nantes.fr

Les souverainetés indigènes Royautés, principautés, républiques et empires autochtones dans les mondes atlantiques (Amérique et Afrique, XVe-XIXe siècle)

Yann Lignereux, Professeur d’histoire moderne au CRHIA-Nantes, Luis Mora Rodríguez de l’Université du Costa Rica, Clément Thibaud, MCF HDR en histoire moderne et contemporaine au CRHIA-Nantes et Grégory Wallerick, membre associé au CRHIA-Nantes, lancent un appel à communications pour un colloque sur le thème :

Les souverainetés indigènes

Royautés, principautés, républiques et empires autochtones dans les mondes atlantiques (Amérique et Afrique, XVe-XIXe siècle)

Le colloque se propose  de dresser un état des lieux du sujet pour rassembler autour de la souveraineté indigène des chercheurs en sciences humaines et sociales et en droit notamment, afin de saisir les constructions parallèles et associées de la souveraineté des deux côtés de l’Atlantique entre la fin des universaux médiévaux et leur régime de gouvernance au cours des XVe et XVIe siècles et les lendemains des expériences politiques des « Révolutions atlantiques » inaugurant de nouveaux rapports à l’Autorité dans la première moitié du XIXe siècle. Ce regard doit être considéré, en effet, moins comme inerte ou s’attachant à la seule description immunisante d’une extériorité exotique que partie prenante, de manière fondamentale, d’une construction singulière de la Souveraineté moderne européenne elle-même dont la mise en place est profondément associée aux questionnements provoqués ou renouvelés par ces nouveaux horizons du monde, géographiques, religieux et politiques…

Télécharger l’intégralité de l’appel à communications.

Le colloque aura lieu les 24-26 mars 2016. Les propositions de communication sont à envoyer à l’adresse colloquesouverainetes2016@gmail.com sous la forme d’un résumé de 2000 caractères. Elles prendront soin de préciser quelles sources primaires sont mobilisées pour l’étude de cas.

Elles seront accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique. Elles doivent être adressées avant le 1er mai 2015. Les candidats seront informés de la décision du comité scientifique fin juin 2015. Ces propositions peuvent être rédigées en français, en anglais et en espagnol. Ces langues seront celles du colloque.

Pour aller plus loin : Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163 / Université de Nantes)

Appel à communications « Regards croisés : Canada – Europe »

Françoise Le Jeune, Professeure d’histoire nord-américaine et britannique au CRHIA-Nantes, lance un appel à communications dans le cadre d’un colloque international / congrès d’études canadiennes :

Regards croisés : Canada – Europe

Cross cultural perspectives – Canada – Europe

Organisé à Nantes du 10 au 13 juin 2015.

Les liens entre le Canada et la « vieille » Europe nourrissent des échanges économiques, politiques et culturels depuis la création de la Confédération canadienne en 1867. Dans le cadre de l’axe “L’Europe, les Européens et le monde” du LabEx EHNE, et les projets collectifs de recherche de plusieurs laboratoires en sciences humaines et sociales de l’université de Nantes, il semble intéressant de réfléchir aux regards croisés que pose le Canada sur l’Europe et vice-versa, à travers l’histoire récente (XXème-XXIème siècles). Les regards croisés menant aux pratiques croisées, en quoi l’Europe inspire-t-elle le Canada ? Comment les deux espaces se nourrissent-ils de ces échanges réciproques ? Nous analyserons ces questions sous l’angle de l’histoire, la géographie maritime, la littérature et les arts, le droit comparé, la science politique et la sociologie…

Date-limite d’envoi des propositions de communications : 25 novembre 2014

Télécharger l’appel à communications

Partenaires :

  • CRHIA (EA1163),
  • CRINI (EA 1162),
  • DCS (UMR 6297),
  • CENS (EA 3260),
  • IUML (FR 3473)
  • Association Française des Etudes Canadiennes (AFEC).

Contact : Françoise LE JEUNE : francoise.le-jeune@univ-nantes.fr

Appel à communications « Transferts de savoirs et de pratiques scientifiques, techniques et culturels entre l’Europe et le monde (XVIIe – XXe siècles) »

Dans le cadre de l’axe 4  du LabEx EHNE, Thomas Preveraud, doctorant en histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, organise une journée d’études le 19 février 2015 à Nantes sur le thème :

« Transferts de savoirs et de pratiques scientifiques, techniques et culturels entre l’Europe et le monde (XVIIe – XXe siècles)

Les processus de construction de l’identité européenne méritent d’être étudiés en envisageant les formes de relations et d’échanges avec le reste du monde dans le domaine de la production et de la diffusion des savoirs et pratiques scientifiques, techniques et culturels. Ces transferts peuvent être émis  depuis  l’Europe  ou  lui  être  destinés, sans oublier les effets retours.  Les communications pourront aborder les types d’échanges qui reposent sur l’oralité et la transmission en présence des protagonistes et ceux qui agissent « à distance » par la voie de l’écrit (imprimés ou correspondances). Les cadres institutionnels et les vecteurs de production et de diffusion du savoir examinés seront divers :  universités,  écoles  militaires,  séminaires,  écoles  d’arts,  apprentissage, sociétés  savantes,académies nationales, manuels d’enseignement, littérature, conférences, correspondances, journaux,voyages, etc. Dans le cadre de cette journée d’études qui se veut pluridisciplinaire, l’analyse des discours et des pratiques s’inscrit dans une perspective temporelle longue (XVIIe-XXe siècles) afin de saisir les dynamiques et la diversité des modalités de transferts des savoirs entre l’Europe et le monde. Il s’agira notamment de comprendre comment ces échanges œuvrent, d’un territoire à l’autre, dans la spécialisation, la standardisation et la professionnalisation des pratiques scientifiques, techniques et culturelles. L’objectif est d’apporter des éléments de réflexion sur ces questions à partir d’approches méthodologiques et d’études de cas variées.

Les propositions de communications (maximum 2000 signes espaces compris), ainsi qu’un bref curriculum vitæ,   sont   à   adresser   par   voie   électronique,   avant   le   30   octobre   2014,   à  thomaspreveraud@yahoo.com et seront soumises à un comité scientifique pour un retour le 15 novembre 2014.

Télécharger l’appel à communications