Tous les articles par Virginie Chaillou-Atrous

L’application Pop’Europe est en ligne!

L’application Pop’Europe est en ligne!
Grâce au soutien de la région Île-de-France, de la Ville de Paris, du LabEx EHNE et le concours de la société Nosytech, la Maison de l’Europe lance l’application Pop’Europe, un jeu à questions pour apprendre le fonctionnement de l’Union européenne, l’histoire, la culture et les valeurs des pays européens.
Pour plus d’informations, cliquez ici

CALENDRIER DE DIFFUSION des capsules audio EUROPE IN A SOUNDBITE

En avril/mai , le LIPE, « L’Europe du laboratoire à la classe », propose de nouvelles ressources pédagogiques sous la forme de capsules audio « Europe in a soundbite », réalisées à partir des notices des chercheurs de l’encyclopédie EHNE en partenariat avec Euradionantes.

Ces capsules sont diffusées tous les lundis à 17h50 sur Euradionantes 101.3 fm puis disponibles en podcasts sur le site du LIPE.

-26 mars 2018: (rediffusion) L’engagisme dans les colonies européennes au XIXe siècle , capsule réalisée à partir de la notice EHNE de Virginie Chaillou-Atrous.

-2 avril 2018, Le Pape arbitre de l’Europe, caspule réalisée par Marie Levant à partir de la notice EHNE d’Albane Pialoux.

-9 avril 2018, Neutralité, capsule réalisée à partir de la notice EHNE d’Eric Schnakenbourg.

-16 avril, Bismark et l’Europe, capsule réalisée par Marie Levant à partir de la notice EHNE de Stéphanie Burgaud.

-23 avril, Les religieuses catholiques en Europe, capsule réalisée par Anne Jusseaume à partir de la notice EHNE de Matthieu Brejon.

-30 avril, La diplomatie sous la Révolution ou l’histoire d’une réécriture, capsule réalisée à partir de la notice de Virginie Martin

-7 mai, Arrêter la guerre. Armistices, capitulations et cessez-le feu en Europe, capsule réalisée par Simon Perego à partir de la notice EHNE d’Isabelle Davion

-14 mai, Le siège de Leningrad 1941-1944, capsule réalisée par Simon Perego à partir de la notice EHNE de François-Xavier Nérard

-21  mai, La diffusion des formes artistiques: des moments privilégiés (1200, 1300 et 1400), capsule réalisée à partir de la notice EHNE de Sabine Berger.

 

 

EUROPE IN A SOUNDBITE/ LABEX EHNE, De nouvelles capsules audio sont disponibles sur www.lipe-europe.eu

De nouvelles capsules audio « Europe in a soundbite » sont disponible en français sur le site du LIPE (Laboratoire d’innovation pédagogique sur l’Europe). La version anglaise sera disponible en avril 2018.

Fraternisations aux armées pendant les deux guerres mondiales

Les fraternisations du front Ouest de la Première Guerre mondiale, très médiatisées depuis les années 2000, se sont muées en lieux de mémoire, symboles de la fraternité des peuples ouest-européens. Cette utilisation des fraternisations dans le discours d’une hypothétique « communauté mémorielle européenne » fait oublier que les fraternisations apparaissent dans des conditions particulières et sont plurielles. Initiées par les soldats, elles sont généralement farouchement combattues et condamnées par les hauts gradés.

Réalisé par Simon Perego à partir de la notice EHNE Fraternisations aux armées pendant les deux guerres mondiales, conditions, formes, réceptions de Maude Williams.

Voix: Virginie Chaillou-Atrous

Conception, réalisation et enregistrement: Euradionantes

Le droit de vote des femmes

Le passage de l’Ancien Régime à l’époque contemporaine se caractérise par l’affirmation progressive d’une société de citoyens, qui supplante la société d’ordres et les monarchies de droit divin. Dans les régimes représentatifs qui voient progressivement le jour en Europe au XIXe siècle, la volonté générale s’exprime par le vote du corps électoral. Or, les femmes sont longtemps exclues de la citoyenneté à grand renfort d’arguments, qui révèlent une vision hiérarchisée du rapport des sexes. Désireuses de participer aux affaires de l’État, notamment à l’élaboration des lois que jusqu’alors elles ne font que subir, certaines d’entre elles créent des associations, et bientôt des mouvements suffragistes, à l’échelle nationale et internationale. Des décennies de luttes et de lobbying aboutissent, au cours du XXe siècle, à l’obtention du droit de vote par les femmes dans les différents États européens, à des rythmes variables selon le contexte politique national.

Réalisé par Anne Jusseaume à partir de la notice EHNE  Le droit de vote des femmes d’ Anne-Laure Briatte.

Voix: Virginie Chaillou-Atrous

Conception, réalisation  et enregistrement:Euradionantes

Symbolisme belge et discours nationaliste

Jeune État né en 1830, la Belgique est depuis sa création en quête d’une identité culturelle. Dès lors, les critiques et historiens de l’art mettent en place au tournant du XXe siècle le concept nationaliste de l’art flamand, devant englober toute la production artistique du pays dans le giron du réalisme. Entre ostracisation et assimilation, le symbolisme, dont l’écho est considérable en Belgique, fait également l’objet de cette construction identitaire.

Réalisé à partir de na notice EHNE  Symbolisme belge et discours nationaliste de Benjamin Foudral.

Voix: Virginie Chaillou-Atrous

Conception, réalisation et enregistrement: Euradionantes

L’imprimerie à la Renaissance

L’imprimerie naît en Allemagne avec la réalisation de la Bible de Gutenberg. Mais des imprimeurs s’installent dans toute l’Europe dès les premières décennies. Ils se spécialisent, s’organisent et collaborent avec des marchands et des libraires. La nouvelle industrie se concentre en particulier dans les villes marchandes et universitaires. Les stratégies éditoriales cherchent à toucher un public de plus en plus large, qui ne se limitent pas aux lettrés. Cependant, d’importants imprimeurs travaillent avec les humanistes pour la diffusion d’éditions révisées de bonne qualité ; leur collaboration porte sur des textes antiques, comme les éditions grecques d’Alde Manuce, mais également sur des textes religieux, la Bible en particulier. L’imprimerie est donc un vecteur du renouveau religieux et intellectuel, mais est également soupçonnée de véhiculer des idées nocives et hérétiques : avec la Réforme puis la Contre-Réforme, les imprimeurs deviennent de plus en plus contrôlés par les autorités politiques et religieuses, un contrôle que certains parviennent à contourner.

Réalisé à partir de la notice EHNE Imprimerie et imprimeurs, de nouveaux acteurs culturels européens à la Renaissance de Catherine Kikuchi.

Voix: Virginie Chaillou-Atrous

Conception et enregistrement: Euradionantes

Retrouvez « Europe in a soundbite  » en direct tous les lundis à 17h50 sur Euradionantes (101.3).

 

Programme de diffusion des capsules Europe in a soundbite sur Euradionantes

Au mois de mars, le LIPE, « L’Europe du laboratoire à la classe », propose de nouvelles ressources pédagogiques sous la forme de capsules audio « Europe in a soundbite », réalisées à partir des notices des chercheurs de l’encyclopédie EHNE en partenariat avec Euradionantes.

lundi 05/03/ 2018 : La conférence de la paix de 1919, capsule réalisée par Pierre COUHAUT à partir de la notice EHNE de Vincent LANIOL

lundi 12/03/2018 : Femmes de Sciences, capsule réalisée par Anne JUSSEAUME à partir de la notice EHNE de Louis-Pascal JACQUEMOND

lundi 19/03/2018 : L’imprimerie à la Renaissance, capsule réalisée à partir de la notice EHNE de Catherine KIKUCHI

Ces capsules sont diffusées tous les lundis à 17h50 sur Euradionantes 101.3 fm puis disponibles en podcasts sur le site du LIPE http://www.lipe-europe.eu/type-support/capsules-audio/

 

Appel à contribution pour la revue Tsingy, L’OCÉAN INDIEN, UNE ZONE PÉRIPHÉRIQUE DANS LES CONFLITS DES XXe et XXIe SIÈCLES ?

Appel à contribution pour la revue Tsingy

(Pour le numéro 22, publication au deuxième semestre 2018)

L’OCÉAN INDIEN, UNE ZONE PÉRIPHÉRIQUE

DANS LES CONFLITS DES XXe et XXIe SIÈCLES ?

Les enjeux de la guerre au Yemen aujourd’hui sont-ils moins importants que ce qui se joue en Syrie, ou au Sahel ?

L’Insurrection de 1947 à Madagascar, la guerre d’Indépendance au Mozambique ont-elles été trop précoces ou trop tardives pour incarner les luttes de la décolonisation ?

L’expérience combattante des Réunionnais, des Malgaches est-elle « périphérique » par rapport à celle d’un Sénégalais ?

Nous pourrions multiplier les exemples, que ce soit pour les guerres mondiales, les luttes coloniales, la guerre froide ou les conflits actuels : dans tous les cas, il semble que l’ouest de l’océan Indien ne soit vu que par le prisme de sa position périphérique…

L’année 2018 qui se profile devant nous sera sans nul doute riche en manifestations et commémorations autour de ce que d’aucuns envisagent comme l’évènement matriciel du XXème siècle : la fin de la Grande Guerre. Certes, l’année 1918 entérine la fin d’une époque mais elle peut également être envisagée comme l’amorce d’une nouvelle conception du monde et de nouvelles formes de conflictualités qui dépassent très globalement les lectures classiques sur les phénomènes guerriers. En effet, si l’histoire de la guerre a longtemps été associée à celle de l’Etat, à celle des relations entre les Etats, elle peut désormais se lire comme une histoire renouvelée des formes du conflit et met en évidence de nouvelles perspectives sur les relations antagoniques entretenues entre des acteurs de plus en plus diversifiés et dépassant le seul cadre des structures étatiques.

Cependant, en comparaison avec la « violence de guerre » exprimée et conceptualisée pour d’autres aires géographiques, les conflits de la zone indiaocéanique au XXème siècle semblent quelque peu marginaux ou tout moins perçus comme une manifestation périphérique d’enjeux plus globaux. L’objectif de cet appel à communication est donc de revisiter la place de l’ouest de l’océan Indien dans les conflits du XXème siècle, et d’ouvrir la réflexion sur ceux du XXIème siècle naissant.

Si la participation des empires présents dans la zone océan Indien dans les conflits mondiaux a déjà fait l’objet de nombreux travaux, un certain nombre de chantiers restent encore ouvert autour notamment des identités militaires et leur adossement à des identités politiques sociales émergentes. Il en est de même de la patrimonialisation des phénomènes guerriers et de la transmission d’une certaine mémoire militaire mobilisant tout à la fois des institutions et des acteurs variés. D’autres champs d’investigation semblent tout aussi porteurs sur l’expérience vécue des civils – hommes et femmes – et leur capacité à se mobiliser pour participer délibérément ou non à l’effort guerrier.

Les conflits coloniaux et postcoloniaux ouvrent des perspectives nouvelles sur un empan chronologique qui recouvre la seconde moitié du XXème siècle et des aires géographiques étendues.

En 1971, l’ONU adoptait la résolution 2832, qui faisait de l’océan Indien « une zone de paix ». En pleine guerre froide, le texte demandait aux grandes puissances « d’arrêter le processus d’escalade et d’expansion de leur présence militaire », « d’éliminer » de cette mer hautement stratégique « toutes les bases militaires » et de mettre fin à « la mise en place d’armes nucléaires ».

Une mise en marge de l’océan Indien dans la guerre froide qui explique la faible lisibilité du rôle de la base de Diego Garcia, comme des conflits au Mozambique.

Les nouvelles conflictualités de l’après guerre froide sont également à prendre en compte.

Les Seychelles, la Somalie, le Yemen, l’archipel des Chagos sont ainsi devenus des zones de tensions qui réinterrogent la notion de périphérie selon des considérations géopolitiques de plus en plus globalisées. Ces tensions mettent en évidence une conflictualité qui dépasse le seul cercle des enjeux politiques. Il sera également intéressant de s’interroger sur l’origine endogène des conflits, même lorsqu’ils s’intègrent dans une dimension plus vaste.

Que ce soit dans l’analyse des conflits eux-mêmes (y compris bien sûr dans leur dimension militaire) comme dans la prise en compte de l’expérience combattante ou de l’impact sur les populations de ces conflits, l’objectif de ce dossier est de s’interroger sur la pertinence de la notion de « périphérie » qui qualifie trop souvent les conflits dans l’ouest de l’océan Indien. Il conviendra dans ce cadre de confronter temps « local » et temps « mondial » (ou global).

Dans le cadre de la rubrique « Histoire de l’éducation et didactique de l’histoire-géographie » de la revue, une transposition de cette thématique dans les contenus d’enseignement est également envisagée.

Les propositions d’article (300 mots environ) sont à envoyer avant le 15 janvier 2018.

garan.frederic@yahoo.fr

Les articles seront à adresser pour le 15 juillet 2018

Pierre-Eric Fageol, Université de La Réunion

Frédéric Garan, Université de La Réunion

Jean-François Klein, Université du Havre

Tovo Rakotondrabe, Université de Toamasina

Regard sur les villes européennes en 1900, Conférence et présentation du Fonds Colbert par l’équipe des post-docs du LabEx EHNE, Lundi 2 octobre à 18h30, Espace Cosmopolis- Nantes.

Réinventer la ville en Europe et dans le monde

Expositions, conférences, films…

Du vendredi 15 septembre 2017 au dimanche 15 octobre 2017

Espace Cosmopolis- Nantes

Plus d’un habitant sur deux dans le monde vit en ville. L’urbanisation touche tous les continents et modifie en profondeur les espaces, les territoires et les sociétés : comment gérer les évolutions sociales et démocratiques, mais aussi technologiques, économiques, et environnementales indispensables ?
Le temps fort qui se déroule à Cosmopolis et dans une quinzaine de lieux partenaires aborde les enjeux auxquels les villes sont confrontées.
Il met en avant des expérimentations locales, des propositions innovantes et des mobilisations citoyennes venues d’Europe et du monde. Il est une invitation à réfléchir ensemble au futur que nous souhaitons pour nos villes, à notre qualité de citadins, mais aussi à celle des générations à venir.

REGARD SUR LES VILLES EUROPÉENNES EN 1900

Dans le cadre de cette manifestation, l’équipe des post-docs du Labex EHNE est invitée à présenter le fonds Colbert lors d’une conférence-projection qui se déroulera le lundi 2 octobre à 18h30 à l’espace Cosmopolis à Nantes.

Un ensemble de photographies sur plaques de verre destiné à la projection a été découvert par une enseignante dans les réserves du Lycée Colbert à Paris. Ce fonds, d’une rare richesse, est constitué de photographies de la France, de l’Europe et des colonies européennes. Il nous livre une présentation inédite des villes européennes à travers le regard d’un photographe français de la Belle Époque.

Entrée libre et gratuite

Plus d’informations et programme complet en cliquant ici

 

 

Publication, Tianjin cosmopolis, une autre histoire de la mondialisation, Pierre Singaravélou

Pierre Singaravélou,

Professeur à l’Université  Paris I Panthéon-Sorbonne,

publie

Tianjin cosmopolis, une autre histoire de la mondialisation

aux éditions du Seuil.

La mondialisation n’est pas un vain mot pour désigner ce qui survient au tournant du xxe siècle à Tianjin, capitale diplomatique de l’empire du Milieu. Cette ville chinoise méconnue suscite alors la convoitise de toutes les puissances de la planète en quête de concessions territoriales.

Des hommes du monde entier s’y aventurent pour faire fortune. L’audacieux vice-roi Li saisit l’occasion pour transformer le siège de son pouvoir en un laboratoire de la « modernité » urbaine. La guerre des Boxeurs durant l’été 1900 transforme brutalement la ville en une commune insurrectionnelle : les sièges des concessions étrangères puis de la cité autochtone détruisent des quartiers entiers et, suite à la victoire inattendue des forces alliées, de nombreux civils chinois sont massacrés. Avec la volonté affichée de moderniser Tianjin et sa région, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, les États-Unis, la Russie, le Japon, l’Italie et l’Autriche-Hongrie fondent sur-le-champ le premier gouvernement international de l’époque contemporaine.

En analysant ici tous les aspects d’une expérience politique unique, Pierre Singaravélou offre une vision renouvelée des origines de la mondialisation actuelle qui fut, dès l’origine, une coproduction entre puissances européennes, asiatiques et états-unienne.

Journées internationales d’études : Les traités de paix en Europe : négociations, applications et réceptions (1918-première moitié des années 1920) 22 mai – 23 mai

Journées internationales d’études : Les traités de paix en Europe : négociations, applications et réceptions

(1918-première moitié des années 1920)

22 mai 14h-18h-23 mai 9h30-13h

Maison de la Recherche, salle D116

(28, rue Serpente, 75006 Paris)

Organisées par l’axe 4 et 5 du Labex EHNE

 

Les débats seront rythmés par quatre « tables-rondes » pensées comme des moments d’échanges autour d’un thème fort. Chaque table ronde est introduite par des interventions des témoins invités et se poursuit par un échange entre l’ensemble des participants.

22 mai

14h :  Introduction par Georges-Henri Soutou

Tour de table de présentation des intervenants et des participants (dans le public)

15h-16h30 : première table-ronde

« Bilan historiographique des traités de paix »

17h-18h30 : deuxième table-ronde

« Les notions : héritages et ruptures des principes mis en avant »

23 mai

9h15 : Accueil des intervenants et participants

9h30-11h : troisième table-ronde

« Les acteurs des traités de paix, de leur conception à leur application »

11h30-13h : quatrième table-ronde

« Comment écrire une histoire européenne des traités de paix ? »

 

Inscription auprès d’Isabelle Davion: idavion@free.fr

 

 

 

Appel à communications: Colloque international : Pluralisme religieux, sociétés plurielles : les religions dans l’espace public européen 3-5 Octobre 2018, Nantes.

Pour l’historien Tony Judt, l’identité est un mot dangereux. Souvent basées sur des conceptions essentialistes et anhistoriques de la nation ou de la religion, les politiques identitaires remettent aujourd’hui en question les fondements pluralistes et multi-religieux des sociétés en Europe et au-delà. Ce colloque propose d’explorer ce en quoi la diversité religieuse et culturelle a toujours constitué un élément important des sociétés européennes. Nous nous pencherons sur la manière dont divers États ont accommodé la religion en général et des organisations religieuses en particulier, en prêtant une attention particulière aux questions d’identité de groupe et de liberté individuelle ainsi qu’à la distinction entre espaces privé et public et en interrogeant les termes et les logiques de proximité, d’échanges, de relations et d’emboitement entre les sociétés et les Etats dans cet espace en constante mutation. Il sera essentiel de toujours se demander de quelle Europe, de quels espaces publics et de quelles sociétés européennes on parle – l’Europe d’aujourd’hui, souvent identifiée de manière trop simpliste à un projet politique spécifique, l’Union européenne, et aux relations à ses espaces voisins méditerranéens et orientaux n’est pas la même que celle de 1914, encore moins celle du moyen âge ou du XVIe siècle.

            Le paysage confessionnel de cet espace est à la fois systématiquement marqué par la diversité et constamment en évolution, en mouvement. Les religions changent continuellement. Dit d’une autre manière, les croyants et pratiquants adaptent continuellement leur pratiques et croyances religieuses aux réalités sociales et politiques changeantes. Par exemple, de nombreux chrétiens ou musulmans considèrent leur religion comme immuable : les appels au changement, les doctrines ou pratiques réformistes sont souvent présentés comme des efforts de « retour » à une pureté originelle perdue, un apogée supposée (l’âge des Apôtres, du Prophète et de ses compagnons, « l’Âge d’Or » de l’Église au XIIIe siècle…). Ce schéma a pour effet d’essentialiser la religion et peut mener au fondamentalisme ainsi qu’à un rejet doctrinaire de versions rivales de sa propre religion (Judaïsme Rabbinique/Karaïsme, Catholicisme/Protestantisme, Sunnisme/Chiisme) et des éléments séculiers de la modernité. Une telle essentialisation provenant d’une source extérieure à la tradition religieuse peut les conduire à la rejeter, à la considérer comme « obscurantiste » ou incompatible avec les valeurs séculières contemporaines. Et pourtant, les religions sont en perpétuel mouvement : les formes diverses de Judaïsme ou de Bouddhisme pratiquées aujourd’hui en Europe sont différentes de celles qu’on pouvait trouver il y a des siècles, ou de celles qu’on trouve encore aujourd’hui dans d’autres parties du monde.

            Au cours de ce colloque, nous étudierons l’héritage religieux dans les sociétés européennes et  dans leurs espaces d’influence, de contacts et d’échanges à travers cinq sessions académiques sur des thèmes clés en privilégiant des approches favorisant le dialogue entre les disciplines. Les communications pourront être proposées en français ou en anglais. En parallèle, nous organiserons une série d’ateliers en français pour les professionnels, les décideurs politiques et pour tous les publics intéressés par les défis et possibilités  que pose la diversité dans la pratique religieuse et la foi aux sociétés du XXIe siècle.

Ateliers académiques :

  • Atelier1 : Définir la religion

Qu’est-ce qu’une religion ? Comment les philosophes, théologiens, anthropologistes, juristes et autres ont-ils délimité les frontières du sacré et du profane ? Du religieux et du séculaire ? Dans quelle mesure ces définitions sont-elles spécifiques à une culture ? Quand et comment bascule-t-on d’une opposition polémique entre « religion » et « superstition » à une catégorie apparemment plus objective de « religions » au pluriel ? Les systèmes de croyances non-théocentrés (communisme, fascisme…) peuvent-ils être considérés comme des religions, dans la mesure où ils contiennent un certain nombre des aspects et éléments de systèmes religieux ?

  • Atelier 2 : Sécularisation, laïcité(s) et pluralisme dans les sociétés européennes

La sécularisation est un ensemble de processus sociétaux qui consiste, de la part des sujets, à mettre à distance des prescriptions ou conseils religieux. L’adoption d’un cadre laïque a, quant à elle, souvent été étudiée dans les termes d’une lutte binaire entre cultes (ou institutions religieuses) notamment l’Eglise catholique, et État. Au cours de cet atelier, nous prêterons attention à la manière dont une pluralité de religions détermine les attitudes étatiques envers la religion et la définition de droits religieux (que ce soit les rôles des juifs et des protestants dans la Première République en France, la place des dissidents protestants et des catholiques en Angleterre au XVIIe siècle ou le rôle de l’islam dans les sociétés où l’Etat est conçu comme proche de la neutralité au XXIe siècle). Verra-t-on une réaffirmation ou une redéfinition des cadres légaux liés à la sécularisation ? Ou bien une accommodation avec des spécificités religieuses dans un monde « post-séculier » ?

  • Atelier 3 : Politiques religieuses dans les empires coloniaux européens

Entre le XVIe et le XXe siècle, les nations européennes ont gouverné de larges empires coloniaux avec une grande diversité de religions. Au cours de cette session, nous examinerons les réactions des pouvoirs coloniaux à cette diversité religieuse ainsi que les politiques mises en place (de l’encouragement de missionnaires chrétiens ou musulmans à la régulation et au renforcement de barrières religieuses en passant par la manipulation d’élites religieuses locales voire même leur recrutement auprès des hiérarchies coloniales). Les populations colonisées ont utilisé les arguments et institutions religieux de différentes manières, pour naviguer entre les structures coloniales, pour réclamer des droits ou pour s’opposer au pouvoir colonial européen.

  • Atelier 4 : Pluralisme religieux dans le monde musulman

Cet atelier portera sur la manière dont les sociétés des pays majoritairement musulmans ont traité la pluralité religieuse des points de vues théologique, juridique ainsi que de la pratique. La catégorie légale de dhimmi a émergé dès les premiers siècles de l’Islam bien qu’en pratique ce statut différait d’une société à une autre. Depuis le XIXe siècle, les théologiens et juristes musulmans, confrontés aux catégories du droit non-confessionnel, ont développé des stratégies diverses pour définir la place du non-musulmans dans les sociétés sous autorité musulmane et du musulman dans les sociétés où la nature de l’Etat n’a pas été défini en relation avec le droit islamique.

  • Atelier 5 : Religion et mondialisations : sécularisation, commercialisation, réenchantement

Les progrès technologiques, de la communication ainsi que dans la capacité de mobilité des individus ont créé un marché global pour la religion. Cette session donnera l’occasion d’examiner les effets de ces changements sur les pratiques religieuses et l’insertion des religions dans les espaces publics en Europe, sur l’organisation et le rôle des institutions religieuses traditionnelles et sur d’autres qui émergent, mais également sur le dialogue inter-religieux dans les sociétés européennes.

Soumission des propositions

Nous invitons les chercheurs de tous les champs académiques, y compris et en particulier les doctorants, à soumettre leur proposition de communication.

Les propositions pour des communications de 30 minutes devront être envoyées avant le 1er septembre 2017 à l’adresse ipra@univ-nantes.fr. Les communications peuvent être rédigées en anglais ou en français. Elles doivent impérativement contenir :

  1. Un document au format .doc contenant
  2. Nom complet et affiliation
  3. Titre de la communication proposée (et indication de l’atelier dans lequel l’intervention est proposée)
  4. un résumé de la communication (200-500 mots)
  5. une liste de 5-10 mots-clés
  6. Un CV

Validation et confirmation

Le comité d’organisation confirmera la réception des soumissions et se prononcera sur celles retenues et celles rejetées au plus tard le 31 octobre 2017. Les contributeurs retenus seront invités à confirmer leur participation.

Les frais des intervenants sur place (hébergement, repas) seront assurés par les organisateurs, ainsi que les frais de déplacements pour ceux dont l’université d’affiliation ne peut pas les prendre en charge

Comité de Pilotage:

Dominique Avon, Université du Maine

Arnauld Leclerc, Université de Nantes

Michel Catala, Université de Nantes

John Tolan, Université de Nantes

Nicolas Stefanni, IPRA, Université de Nantes

Amanda Rio de Pedro, Alliance Europa, Université de Nantes

 

Comité scientifique:

A. Leclerc

J.Tolan,

D. Avon

Jean-Marc Ferry, Université de Nantes

Christiane Gruber, University of Michigan

Tomoko Masuzawa, University of Michigan

Annick Peters Custot, Université de Nantes

Karine Durin, Université de Nantes

Céline Borello, Université du Maine

Vincent Vilmain, Université du Maine

Jean-Philippe Schreiber, Université Libre de Bruxelles

Lionel Obadia, Université de Lyon II

Caroline Julliot, Université du Maine