Tous les articles par Virginie Chaillou-Atrous

Vient de paraître: Résonances photographiques. Tout autour d’aujourd’hui

Textes et photographies réunis par Sonia Bledniak

Une cinquantaine de photographies datées de la fin du XIXe siècle sont présentées dans ce livre ; elles proviennent d’un fonds de 1 800 plaques de verre photographiques trouvé en 2013 dans un lycée parisien. Projetées à l’origine lors de conférences populaires et de cours publics, elles offraient le spectacle nouveau d’une géographie à découvrir : l’Europe et le monde sur grand écran. Aujourd’hui elles nous invitent à suivre les traces de ce monde passé tout en parcourant des textes – littérature, essais, récits de voyage, etc. – qui en prolongent la poésie.

Sorbonne Université Presses

En librairie le 8 octobre

Table ronde L’Europe en classe à l’ère du numérique, Nantes digital week, 19 septembre 2018 à 14h30

Dans le cadre de la digital week de Nantes l’atelier canopé, le LIPE (Laboratoire d’innovation sur l’Europe) et Alliance Europa proposent une table-ronde  qui vise à mettre en lumière des initiatives et des projets qui s’appuient sur le numérique pour aborder l’Europe en classe tant en termes de contenu d’enseignement qu’en termes de dispositifs d’échanges ou de promotion de l’innovation pédagogique.

Intervenants:

Nicolas Rocher, auteur de l’ouvrage « Histoire-géographie et numérique au collège ».

Virginie Chaillou-Atrous, chercheuse post-doctorante au Labex EHNE et coordinatrice scientifique de la plate-forme numérique du LIPE (Laboratoire d’innovation pédagogique sur l’Europe).

Correspondant Etwinning, intervention d’un correspondant académique du projet européen Etwinning

Le débat sera animé par Michel Catala, directeur d’Alliance Europa, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Nantes et chercheur au CRHIA.

Date: 19 septembre 2018 à 14h30

Lieu: Atelier CANOPE, 8, Rue du Général Margueritte, 44 000 Nantes

Contact et inscription: contact.atelier44@reseau-canope.fr

 

 

 

Publication, Eric Schnakenbourg (dir.) Les entrées en guerre à l’époque moderne, XVIIe-XVIIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2018.

Eric SCHNAKENBOURG, Professeur d’histoire moderne et Directeur du CRHIA, vient de publier le numéro 61 de la collection Enquêtes et Documents sur le thème :

Les entrées en guerre à l’époque moderne,

16ème-18ème siècle

Si les sorties de guerre ont déjà été l’objet de travaux et de rencontres scientifiques, le basculement inverse a, en revanche, été peu étudié jusqu’à présent. En effet, les historiens ont l’habitude d’enfermer les périodes de conflits entre la date de déclaration de guerre et celle de la conclusion de la paix. Cette approche traditionnelle n’est cependant pas suffisante pour appréhender pleinement ce que pouvait être la réalité de la transition de la paix à la guerre. Les contributions réunies dans ce volume portent précisément sur les modalités et les décalages du basculement dans la guerre. Il s’agit ici de réfléchir aux passages de la paix à la guerre pour savoir comment, à l’époque moderne, les États, les sociétés et les individus sont saisis par l’épreuve du conflit armé. En effet, il ne suffit de proclamer la guerre pour que l’état de guerre devienne une réalité immédiate. Ainsi, l’entrée en guerre n’est pas réductible à une rupture nette. C’est bien davantage un processus qui connaît des décalages selon l’objet étudié. En tout cas, il entraîne systématiquement des mutations, des mobilisations et des adaptations sur lesquelles il faut s’interroger.

Les textes réunis dans ce volume déclinent l’interrogation sur l’entrée en guerre selon plusieurs perspectives. La première porte sur le concept même d’entrée en guerre pour tenter d’en comprendre la nature, la portée et les implications. La deuxième est celle de la politisation interne de l’entrée en guerre, car elle est aussi un acte politique qu’il faut envisager à la lumière des débats propres à chaque société. La troisième perspective est celle des mobilisations des ressources et des adaptations des réseaux découlant de l’entrée en guerre.

Pour accéder à la table des matières, cliquez ici

Lieu : Rennes
Partenaire : Presses universitaires de Rennes
Contact : Eric SCHNAKENBOURG : eric.schnakenbourg@univ-nantes.fr

Calendrier de diffusion des capsules EUROPE IN A SOUNDBITE juin 2018

En juin , le LIPE, « L’Europe du laboratoire à la classe », propose de nouvelles ressources pédagogiques sous la forme de capsules audio « Europe in a soundbite », réalisées à partir des notices des chercheurs de l’encyclopédie EHNE en partenariat avec Euradionantes.

Ces capsules sont diffusées tous les lundis à 17h50 sur Euradionantes 101.3 fm puis disponibles en podcasts sur le site du LIPE.

-4 juin 2018, Arrêter la guerre. Armistices, capitulations et cessez-le-feu en Europe (fin XIXe-fin XXe siècle), capsule réalisée par Simon Perego à partir de la notice d’Isabelle Davion.

 -11 juin 2018, Le siège de Leningrad, 1941-1944, capsule réalisée par Simon Perego à partir de la notice de François-Xavier Nérard.

-18 juin 2018, La diffusion des formes artistiques : des moments privilégiés (1200, 1300 et 1400) capsule réalisée par Sabine Berger à partir de sa propre notice.

-25 juin 2018, Les origines de l’aérostat, années 1780, capsule réalisée par  Laurence Roche Nye à partir de la notice de Reynald Abad.

-2 juillet 2018, Réseau de gaz naturel européen, les négociations entre la Suède et l’Union soviétique, capusle réalisée par Laurence Roche Nye à partir de la notice de Anna Åberg.

 

Un «enseignement par les yeux», Le Fonds Colbert : Projections photographiques et pédagogie en milieu scolaire (Paris)

« Un « enseignement par les yeux », le Fonds Colbert : Projections photographiques et pédagogie en milieu scolaire »

Type : Journée d’étude (entrée libre)

Date : 8 juin 2018, 9h-18h

Lieu : Paris 75010, Mairie du 10e arrondissement, 72, rue du Faubourg Saint-Martin, SALLE DES FETES.

Résumé :
À l’occasion des 150 ans du lycée Colbert, le LabEx EHNE, le programme SPEscies et la mairie du 10e arrondissement de Paris s’associent pour proposer une journée d’étude consacrée au rôle et à l’intérêt rétrospectif des projections lumineuses et des plaques photographiques destinées à l’instruction.

          Cette journée résulte de la découverte en mai 2013 d’un ensemble de près de 2 000 photographies positives sur plaques de verre conservées dans les locaux de l’ancienne École Primaire Supérieure Colbert. Constitué à partir de vues reproduites en série et vendues en grande partie entre les années 1880 et 1910 par les célèbres maisons d’édition Molteni, Radiguet & Massiot et Mazo, ce fonds forme un ensemble de première importance, par la quantité des images éducatives qui le composent comme par les thématiques et sujets représentés. Cette journée d’étude permettra ainsi d’envisager les contextes et les raisons de la constitution d’ensembles photographiques destinés à l’enseignement (conférences publiques y compris), ainsi que les enjeux de la projection pédagogique propre à la fin du xixe siècle, jusqu’à la première moitié du xxe siècle.

Programme :

9 h Accueil du public

9 h 30 Mot d’introduction de la municipalité

9 h 40 Mot de la direction du LabEx EHNE et du programme SPEscies

9 h 50 Olivier Vayron (Sorbonne Université), « Le fonds Colbert, historique d’un matériel didactique »

10 h 20 Étienne Faisant (Sorbonne Université), « De la plaque au commentaire : une approche pratique du fonds Colbert »

10 h 50 Patrice Guérin, « La Maison Molteni et les projections lumineuses »

11 h 20 Pause

11 h 30 Projections de plaques de verres du fonds Colbert depuis un projecteur 1900, assurées par Patrice Guérin, avec la participation et les commentaires des enseignants et élèves du lycée Colbert.

12 h Table ronde sur l’intérêt scientifique et pédagogique du fonds Colbert, avec la participation des membres et chercheurs associés au LabEx EHNE.

13 h Pause-déjeuner

14 h 30 Anne Quillien (Munaé), « Un service des projections pour l’instruction publique : quand la photographie projetée côtoyait le tableau noir »

15 h Benjamin Caillaud (CRHIA), « Fernand Braun ou le progrès par la lanterne magique. 1895-1939 »

15 h 30 Alice Aigrin (Paris 1, Panthéon-Sorbonne), « Un enseignement pour les yeux : la clinique et le regard photographique (France – 1905-1935) »

16 h Pause

16 h 15 Thierry Laugée (Sorbonne Université), « Projection photographique et protection des espèces à New York dans le premier tiers du xxe siècle »

16 h 45 Arnaud Maillet (Sorbonne Université), « Populariser les Beaux-arts : le film sur l’art en France à l’issu de la Seconde Guerre Mondiale »

17 h 15 Mot de clôture

Infos pratiques & contacts :
Informations sur la journée d’étude sur le site du Centre André Chastel, sur le site de l’EHNE ou via l’adresse fonds.colbert@gmail.com
Organisation du séminaire : Elinor Myara Kelif, Etienne Faisant et Olivier Vayron
Commission scientifique : équipe SPEscies (spescies@gmx.fr) et LabEx EHNE

Institutions partenaires :
Sorbonne Universités | Sorbonne Université | CNRS | Université de Nantes.

 

L’application Pop’Europe est en ligne!

L’application Pop’Europe est en ligne!
Grâce au soutien de la région Île-de-France, de la Ville de Paris, du LabEx EHNE et le concours de la société Nosytech, la Maison de l’Europe lance l’application Pop’Europe, un jeu à questions pour apprendre le fonctionnement de l’Union européenne, l’histoire, la culture et les valeurs des pays européens.
Pour plus d’informations, cliquez ici

CALENDRIER DE DIFFUSION des capsules audio EUROPE IN A SOUNDBITE

En avril/mai , le LIPE, « L’Europe du laboratoire à la classe », propose de nouvelles ressources pédagogiques sous la forme de capsules audio « Europe in a soundbite », réalisées à partir des notices des chercheurs de l’encyclopédie EHNE en partenariat avec Euradionantes.

Ces capsules sont diffusées tous les lundis à 17h50 sur Euradionantes 101.3 fm puis disponibles en podcasts sur le site du LIPE.

-26 mars 2018: (rediffusion) L’engagisme dans les colonies européennes au XIXe siècle , capsule réalisée à partir de la notice EHNE de Virginie Chaillou-Atrous.

-2 avril 2018, Le Pape arbitre de l’Europe, caspule réalisée par Marie Levant à partir de la notice EHNE d’Albane Pialoux.

-9 avril 2018, Neutralité, capsule réalisée à partir de la notice EHNE d’Eric Schnakenbourg.

-16 avril, Bismark et l’Europe, capsule réalisée par Marie Levant à partir de la notice EHNE de Stéphanie Burgaud.

-23 avril, Les religieuses catholiques en Europe, capsule réalisée par Anne Jusseaume à partir de la notice EHNE de Matthieu Brejon.

-30 avril, La diplomatie sous la Révolution ou l’histoire d’une réécriture, capsule réalisée à partir de la notice de Virginie Martin

-7 mai, Arrêter la guerre. Armistices, capitulations et cessez-le feu en Europe, capsule réalisée par Simon Perego à partir de la notice EHNE d’Isabelle Davion

-14 mai, Le siège de Leningrad 1941-1944, capsule réalisée par Simon Perego à partir de la notice EHNE de François-Xavier Nérard

-21  mai, La diffusion des formes artistiques: des moments privilégiés (1200, 1300 et 1400), capsule réalisée à partir de la notice EHNE de Sabine Berger.

 

 

EUROPE IN A SOUNDBITE/ LABEX EHNE, De nouvelles capsules audio sont disponibles sur www.lipe-europe.eu

De nouvelles capsules audio « Europe in a soundbite » sont disponible en français sur le site du LIPE (Laboratoire d’innovation pédagogique sur l’Europe). La version anglaise sera disponible en avril 2018.

Fraternisations aux armées pendant les deux guerres mondiales

Les fraternisations du front Ouest de la Première Guerre mondiale, très médiatisées depuis les années 2000, se sont muées en lieux de mémoire, symboles de la fraternité des peuples ouest-européens. Cette utilisation des fraternisations dans le discours d’une hypothétique « communauté mémorielle européenne » fait oublier que les fraternisations apparaissent dans des conditions particulières et sont plurielles. Initiées par les soldats, elles sont généralement farouchement combattues et condamnées par les hauts gradés.

Réalisé par Simon Perego à partir de la notice EHNE Fraternisations aux armées pendant les deux guerres mondiales, conditions, formes, réceptions de Maude Williams.

Voix: Virginie Chaillou-Atrous

Conception, réalisation et enregistrement: Euradionantes

Le droit de vote des femmes

Le passage de l’Ancien Régime à l’époque contemporaine se caractérise par l’affirmation progressive d’une société de citoyens, qui supplante la société d’ordres et les monarchies de droit divin. Dans les régimes représentatifs qui voient progressivement le jour en Europe au XIXe siècle, la volonté générale s’exprime par le vote du corps électoral. Or, les femmes sont longtemps exclues de la citoyenneté à grand renfort d’arguments, qui révèlent une vision hiérarchisée du rapport des sexes. Désireuses de participer aux affaires de l’État, notamment à l’élaboration des lois que jusqu’alors elles ne font que subir, certaines d’entre elles créent des associations, et bientôt des mouvements suffragistes, à l’échelle nationale et internationale. Des décennies de luttes et de lobbying aboutissent, au cours du XXe siècle, à l’obtention du droit de vote par les femmes dans les différents États européens, à des rythmes variables selon le contexte politique national.

Réalisé par Anne Jusseaume à partir de la notice EHNE  Le droit de vote des femmes d’ Anne-Laure Briatte.

Voix: Virginie Chaillou-Atrous

Conception, réalisation  et enregistrement:Euradionantes

Symbolisme belge et discours nationaliste

Jeune État né en 1830, la Belgique est depuis sa création en quête d’une identité culturelle. Dès lors, les critiques et historiens de l’art mettent en place au tournant du XXe siècle le concept nationaliste de l’art flamand, devant englober toute la production artistique du pays dans le giron du réalisme. Entre ostracisation et assimilation, le symbolisme, dont l’écho est considérable en Belgique, fait également l’objet de cette construction identitaire.

Réalisé à partir de na notice EHNE  Symbolisme belge et discours nationaliste de Benjamin Foudral.

Voix: Virginie Chaillou-Atrous

Conception, réalisation et enregistrement: Euradionantes

L’imprimerie à la Renaissance

L’imprimerie naît en Allemagne avec la réalisation de la Bible de Gutenberg. Mais des imprimeurs s’installent dans toute l’Europe dès les premières décennies. Ils se spécialisent, s’organisent et collaborent avec des marchands et des libraires. La nouvelle industrie se concentre en particulier dans les villes marchandes et universitaires. Les stratégies éditoriales cherchent à toucher un public de plus en plus large, qui ne se limitent pas aux lettrés. Cependant, d’importants imprimeurs travaillent avec les humanistes pour la diffusion d’éditions révisées de bonne qualité ; leur collaboration porte sur des textes antiques, comme les éditions grecques d’Alde Manuce, mais également sur des textes religieux, la Bible en particulier. L’imprimerie est donc un vecteur du renouveau religieux et intellectuel, mais est également soupçonnée de véhiculer des idées nocives et hérétiques : avec la Réforme puis la Contre-Réforme, les imprimeurs deviennent de plus en plus contrôlés par les autorités politiques et religieuses, un contrôle que certains parviennent à contourner.

Réalisé à partir de la notice EHNE Imprimerie et imprimeurs, de nouveaux acteurs culturels européens à la Renaissance de Catherine Kikuchi.

Voix: Virginie Chaillou-Atrous

Conception et enregistrement: Euradionantes

Retrouvez « Europe in a soundbite  » en direct tous les lundis à 17h50 sur Euradionantes (101.3).

 

Programme de diffusion des capsules Europe in a soundbite sur Euradionantes

Au mois de mars, le LIPE, « L’Europe du laboratoire à la classe », propose de nouvelles ressources pédagogiques sous la forme de capsules audio « Europe in a soundbite », réalisées à partir des notices des chercheurs de l’encyclopédie EHNE en partenariat avec Euradionantes.

lundi 05/03/ 2018 : La conférence de la paix de 1919, capsule réalisée par Pierre COUHAUT à partir de la notice EHNE de Vincent LANIOL

lundi 12/03/2018 : Femmes de Sciences, capsule réalisée par Anne JUSSEAUME à partir de la notice EHNE de Louis-Pascal JACQUEMOND

lundi 19/03/2018 : L’imprimerie à la Renaissance, capsule réalisée à partir de la notice EHNE de Catherine KIKUCHI

Ces capsules sont diffusées tous les lundis à 17h50 sur Euradionantes 101.3 fm puis disponibles en podcasts sur le site du LIPE http://www.lipe-europe.eu/type-support/capsules-audio/

 

Appel à contribution pour la revue Tsingy, L’OCÉAN INDIEN, UNE ZONE PÉRIPHÉRIQUE DANS LES CONFLITS DES XXe et XXIe SIÈCLES ?

Appel à contribution pour la revue Tsingy

(Pour le numéro 22, publication au deuxième semestre 2018)

L’OCÉAN INDIEN, UNE ZONE PÉRIPHÉRIQUE

DANS LES CONFLITS DES XXe et XXIe SIÈCLES ?

Les enjeux de la guerre au Yemen aujourd’hui sont-ils moins importants que ce qui se joue en Syrie, ou au Sahel ?

L’Insurrection de 1947 à Madagascar, la guerre d’Indépendance au Mozambique ont-elles été trop précoces ou trop tardives pour incarner les luttes de la décolonisation ?

L’expérience combattante des Réunionnais, des Malgaches est-elle « périphérique » par rapport à celle d’un Sénégalais ?

Nous pourrions multiplier les exemples, que ce soit pour les guerres mondiales, les luttes coloniales, la guerre froide ou les conflits actuels : dans tous les cas, il semble que l’ouest de l’océan Indien ne soit vu que par le prisme de sa position périphérique…

L’année 2018 qui se profile devant nous sera sans nul doute riche en manifestations et commémorations autour de ce que d’aucuns envisagent comme l’évènement matriciel du XXème siècle : la fin de la Grande Guerre. Certes, l’année 1918 entérine la fin d’une époque mais elle peut également être envisagée comme l’amorce d’une nouvelle conception du monde et de nouvelles formes de conflictualités qui dépassent très globalement les lectures classiques sur les phénomènes guerriers. En effet, si l’histoire de la guerre a longtemps été associée à celle de l’Etat, à celle des relations entre les Etats, elle peut désormais se lire comme une histoire renouvelée des formes du conflit et met en évidence de nouvelles perspectives sur les relations antagoniques entretenues entre des acteurs de plus en plus diversifiés et dépassant le seul cadre des structures étatiques.

Cependant, en comparaison avec la « violence de guerre » exprimée et conceptualisée pour d’autres aires géographiques, les conflits de la zone indiaocéanique au XXème siècle semblent quelque peu marginaux ou tout moins perçus comme une manifestation périphérique d’enjeux plus globaux. L’objectif de cet appel à communication est donc de revisiter la place de l’ouest de l’océan Indien dans les conflits du XXème siècle, et d’ouvrir la réflexion sur ceux du XXIème siècle naissant.

Si la participation des empires présents dans la zone océan Indien dans les conflits mondiaux a déjà fait l’objet de nombreux travaux, un certain nombre de chantiers restent encore ouvert autour notamment des identités militaires et leur adossement à des identités politiques sociales émergentes. Il en est de même de la patrimonialisation des phénomènes guerriers et de la transmission d’une certaine mémoire militaire mobilisant tout à la fois des institutions et des acteurs variés. D’autres champs d’investigation semblent tout aussi porteurs sur l’expérience vécue des civils – hommes et femmes – et leur capacité à se mobiliser pour participer délibérément ou non à l’effort guerrier.

Les conflits coloniaux et postcoloniaux ouvrent des perspectives nouvelles sur un empan chronologique qui recouvre la seconde moitié du XXème siècle et des aires géographiques étendues.

En 1971, l’ONU adoptait la résolution 2832, qui faisait de l’océan Indien « une zone de paix ». En pleine guerre froide, le texte demandait aux grandes puissances « d’arrêter le processus d’escalade et d’expansion de leur présence militaire », « d’éliminer » de cette mer hautement stratégique « toutes les bases militaires » et de mettre fin à « la mise en place d’armes nucléaires ».

Une mise en marge de l’océan Indien dans la guerre froide qui explique la faible lisibilité du rôle de la base de Diego Garcia, comme des conflits au Mozambique.

Les nouvelles conflictualités de l’après guerre froide sont également à prendre en compte.

Les Seychelles, la Somalie, le Yemen, l’archipel des Chagos sont ainsi devenus des zones de tensions qui réinterrogent la notion de périphérie selon des considérations géopolitiques de plus en plus globalisées. Ces tensions mettent en évidence une conflictualité qui dépasse le seul cercle des enjeux politiques. Il sera également intéressant de s’interroger sur l’origine endogène des conflits, même lorsqu’ils s’intègrent dans une dimension plus vaste.

Que ce soit dans l’analyse des conflits eux-mêmes (y compris bien sûr dans leur dimension militaire) comme dans la prise en compte de l’expérience combattante ou de l’impact sur les populations de ces conflits, l’objectif de ce dossier est de s’interroger sur la pertinence de la notion de « périphérie » qui qualifie trop souvent les conflits dans l’ouest de l’océan Indien. Il conviendra dans ce cadre de confronter temps « local » et temps « mondial » (ou global).

Dans le cadre de la rubrique « Histoire de l’éducation et didactique de l’histoire-géographie » de la revue, une transposition de cette thématique dans les contenus d’enseignement est également envisagée.

Les propositions d’article (300 mots environ) sont à envoyer avant le 15 janvier 2018.

garan.frederic@yahoo.fr

Les articles seront à adresser pour le 15 juillet 2018

Pierre-Eric Fageol, Université de La Réunion

Frédéric Garan, Université de La Réunion

Jean-François Klein, Université du Havre

Tovo Rakotondrabe, Université de Toamasina