Colloque, “Le Maghreb dans les relations internationales: diplomaties et crises- Tunis- 20 et 21 novembre 2015.

 Colloque  co-organisé par l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (USR 3077, CNRS / MAEDI /
MESR), l’Institut des mondes Africains (UMR 8171 et UME 243, CNRS, IRD, EHESS, EPHE, Université Paris 1 et
Aix-Marseille), l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Université de La Manouba et le  concours du
LabEx EHNE axe 4

Le Maghreb, situé à la croisée du monde arabe, des civilisations méditerranéennes,africaines et européennes, occupe une position privilégiée de trait d’union entrel’Afrique, le Machrek et l’Europe. Cette région, bordée au Nord par la Méditerranéeet au Sud par le Sahara, constitue ainsi un vaste réseau d’échanges. Par sa situationgéographique et son histoire, les circulations y sont intenses, les transferts culturelsincessants, les mémoires et les héritages vifs et imbriqués entre eux.
Mais le Maghreb est aussi « un édifice sans cesse menacé ». Comme PierreVermeren le souligne : “Il ne s’agit pas d’ériger l’histoire de cette région en totem,mais il est important de la considérer en tant que telle, car elle n’est pas réductible àl’identité arable du Moyen-Orient“.

L’intention de ce colloque est d’inaugurer une réflexion appelée à se prolonger parune recherche collective sur le Maghreb dans l’histoire des relations internationales. Elle s’inscrit également dans un contexte bien particulier, celui d’une volonté d’accèssimplifié aux archives tunisiennes contemporaines et d’une démarche de la part desMarocains depuis 2012 de récolter et de trier leurs archives nationales.
La publication, en septembre dernier, d’un Livre Blanc des études françaises sur leMoyen-Orient et les mondes musulmans du Groupement d’intérêt scientifique (GIS),reflète l’intérêt du CNRS qui souligne la nécessité de renouveler l’histoire duMaghreb et de « sortir des grilles de lecture et des instruments d’analyse d’unerégion trop souvent à la marge », ce qui est de même notre ambition ici. Une vue nouvelle de l’historiographie du Maghreb colonial et post-colonial est aussi au programme de ce colloque. Par ailleurs, l’historiographie française des relationsinternationales s’intéresse quant à elle de plus en plus aux questionstransnationales, encore persiste un vide.

En interrogeant la Méditerranée en tant qu’objet des sciences sociales, certainstravaux ont permis de démontrer l’interconnexion et l’interdépendance des États.Pourtant, les analyses historiques de cet espace sont le plus souvent marquées par les relations avec les anciennes puissances coloniales. En outre, les étudespubliées sur les relations entre le Maghreb et son environnement géographique sesont beaucoup articulées autour des questions bilatérales puis autour des troisdialectiques récurrentes que sont l’anticolonialisme, l’antiracisme et l’anti-impérialisme. Concernant les dynamiques de la sous-région, peu de travaux sontrecensés sur les interactions Maghreb-Machrek, Maghreb-Afrique subsaharienne,Maghreb-Asie, etc.

Par ailleurs, ces études sont le plus souvent statiques. Comme le souligne Robert Frank, il convient de prendre en compte les « dynamiques », c’est-à-dire la « puissance », la « force » mais  aussi « le mouvement que celle-ci décrit, unmouvement tout aussi facteur de mutations à travers les frontières que la force qui legénère. Les dynamiques désignent aussi les « circulations » qui traversent lesespaces, transforment les sociétés. Beaucoup de ces dynamiques sont à la foisnationales, internationales et transnationales.

Ce colloque est donc l’occasion de faire le point sur des objets de recherche encore embryonnaires .

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.