Parution : Circulations savantes entre l’Europe et le monde, 17e-20e siècles

Thomas PREVERAUD, MCF en histoire des mathématiques à l’Université d’Artois et membre associé au CRHIA (Université de Nantes), vient de publier le numéro 56 de la collection Enquêtes et Documents suite à une journée d’études organisée avec le soutien de l’axe 4 du LabEx EHNE :

 Circulations savantes entre l’ Europe et le monde,

17e-20e siècles

L’étude de la construction de l’ identité européenne doit être envisagée sous l’angle de la circulation des savoirs, idées et pratiques produits dans les champs scientifiques, techniques ou culturels et transférés entre espace européen et extra-européen. Cet ouvrage en offre un éclairage au moyen d’études de cas variés, avec une perspective temporelle volontairement longue : les techniques de raffinage du sucre au 17e siècle (M. Tanguy), la géométrie et l’astronomie transmis en pays d’Islam aux 18e et 19e siècles (P. Ageron), les pratiques des sciences expérimentales à la charnière du 19e siècle (T. Bru), les procédés de synthèse de l’ammoniac le long de la vallée ligérienne dans les années 1950 (P. Martin), ou encore le développement au 20e siècle de champs disciplinaires incarnés institutionnellement (E. Plosceanu) ou par des pratiques militantes (A. Vrignon).

Puisque ces transferts agissent à l’interface de territoires en mutation, les auteurs du présent ouvrage proposent ainsi de redessiner ces frontières et questionnent la verticalité des transferts savants entre territoires récepteur et émetteur. Les six contributeurs insistent sur les processus de recomposition locale des connaissances et de leur redistribution à une échelle qui dépasse celles des territoires où sont produits et reçus les savoirs, mettant à jour le rôle des médiateurs, acteurs décisifs à l’interface entre l’Europe et le reste du monde.

 

Pour aller plus loin : cliquer ici

Contact :

Partenaires :

Atelier de travail, Entrer en guerre, XVIe siècle – XVIIIe siècles – Jeudi 30 mars 2017 9h30 – 16h30

Dans le cadre du séminaire « Etudier la guerre », Eric SCHNAKENBOURG, Professeur d’histoire moderne et Directeur du CRHIA (Université de Nantes), organise un atelier de travail à Nantes sur le thème :

Entrer en guerre,

16ème – 18ème siècles

L’objet de cette journée d’études porte sur les modalités du passage de la paix à la guerre. Il ne s’agit pas de travailler sur les causes des conflits, mais de réfléchir aux transitions de l’une à l’autre pour savoir comment, à l’époque moderne, les États, les sociétés et les individus sont saisis par l’épreuve de la guerre. L’effet perlocutoire d’une déclaration de guerre n’est pas immédiat, autrement dit il ne suffit de proclamer l’état de guerre pour qu’il devienne réalité. L’entrée en guerre n’est pas uniquement réductible à une rupture nette, elle entraine des mutations, des mobilisations et des adaptations sur lesquelles il faut s’interroger en les considérant au moment où elles commencent à se mettre en place. L’un des enjeux de cette journée d’études est de saisir les décalages de l’entrée en guerre en fonction des objets considérés.

Consulter le programme
Lieu : MSH Ange-Guépin – 5, Allée Jacques Berque 44000 Nantes – Salle de conférence
Partenaire : TEMPORA (EA 7468, Université Rennes 2), CREC (Ecoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan), MSH Ange-Guépin
Contact : Eric SCHNAKENBOURG : eric.schnakenbourg@univ-nantes.fr

Les ports européens et les Antilles : quelles connexions ? (17ème – début 18ème siècles)

Marion TANGUY, docteure en histoire moderne et membre associée au CRHIA (Université de Nantes) et Bernard MICHON, MCF d’histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes), organisent une journée d’études le 16 février 2017 sur le thème :

Les ports européens et les Antilles : quelles connexions ?

 17ème siècle – début 18ème siècle

Avant le 18ème siècle, âge d’or des plantations et de la traite des Noirs, les Antilles forment au 17ème siècle un nouveau monde à coloniser et à exploiter. Au travers des prises de possessions et des conflits intra-européens, cette journée a pour objectif de montrer la participation des ports européens, de leurs marchands et de leurs flottes à cette aventure.

Le but sera de dégager les mécanismes communs ou au contraire de faire ressortir les disparités propres à chaque port ou à chaque espace dans leurs relations avec les Antilles.Le temps court du 17ème siècle et le cadre large des ports européens permettra de déterminer plus finement avec quelles intensités et à quelles périodes les connexions s’établissent. Cela permettra d’évoquer l’évolution et la hiérarchie portuaire européenne. Par exemple, pourquoi Dieppe ainsi que d’autres ports de la Manche déclinent dans leurs liaisons antillaises au profit des ports atlantiques dans le derniers tiers du 17ème siècle ? Comment se situent les ports atlantiques dans la droiture européenne ? On essaiera d’aboutir à une vision européenne des connexions en droiture. Il s’agira de mieux connaitre ce siècle charnière qui permit à certains ports de basculer dans cet Atlantique colonial de manière intense, et de s’ouvrir à la grande traite négrière au 18ème siècle, tandis que pour d’autres au contraire cela est synonyme de replis et de fin de leur prédominance antillaise.Il est important de dépasser la vision cloisonnée entre les différentes colonies, en fonction de leurs métropoles. Les échanges entre les colonies, la contrebande, la souveraineté partagée sur certains espaces retiendront ainsi toute notre attention.

Consulter le programme de la journée

Pour aller plus loin :

La chancellerie consulaire française (16e-20e siècle) : attributions, organisation, agents, usagers

Fabrice JESNE, MCF en histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes) et Directeur des études pour les époques moderne et contemporaine à l’Ecole française de Rome, vient de publier, avec A. BARTOLOMEI, M. GRENET et J. ULBERT, un dossier dans le dernier numéro des Mélanges de l’Ecole française de Rome (128-2 / 2016) :

La chancellerie consulaire française (16e-20e siècle) :

attributions, organisation, agents, usagers

Ce dossier, qui est issu d’une journée d’études organisée à Nantes en juin 2015 dans le cadre de l’axe 4 du LabEx EHNE, traite d’une institution qui a joué un rôle important dans l’encadrement des échanges commerciaux et maritimes ainsi que dans la fabrique de l’administration et de la nationalité aux époques moderne et contemporaine.

Accéder au dossier sur revues.org : cliquer ici

En savoir plus sur les Mélanges de l’Ecole française de Rome : cliquer ici

Partenaires :

Contact : Fabrice JESNE : fabrice.jesne@univ-nantes.fr

Parution : Le travail colonial. Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

Eric Guerassimoff, Professeur de civilisation chinoise contemporaine au sein au CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD),  et Issiaka Mande, Professeur à l’UQAM (Montréal, Canada) est membre du CIRDIS et du CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD), viennent de publier :

Le travail colonial.

Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

L’histoire du travail colonial s’est développée vigoureusement dans les pays du Sud depuis la fin du XXe siècle. Elle replace au centre la figure du colonisé, non seulement comme victime, mais aussi comme agent à part entière des sociétés coloniales. C’est dans cette dernière perspective que les contributions réunies dans le présent volume veulent s’inscrire. Ces études soulignent spécialement l’expérience de l’engagisme, la forme dominante entre 1850 et 1950, de ces relations de travail, examinent avec attention les moyens déployés par les engagés pour s’adapter à la coercition, ou bien y résister, et parfois, tourner les circonstances à leur avantage, dans les espaces coloniaux diversifiés (Antilles, océan Indien, Asie, Pacifique). Situées au carrefour de la recherche récente en histoire des migrations internationales au Sud et en histoire globale du travail, ces études ambitionnent de préciser le rôle joué par les institutions, les employeurs et l’intervention des migrants eux-mêmes dans la constitution des marchés coloniaux du travail.

Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et chargée de l’animation scientifique de l’axe 4 du LabEx EHNE à Nantes, y a publier un article sur le thème : Engagés indiens et engagés africains  à La Réunion au XIXe siècle : une histoire commune ?

Pour aller plus loin : Riveneuve éditions

Appel à articles « Nouvelles histoires de la Nouvelle-France »

Françoise LE JEUNE, Professeure de civilisation nord-américaine au CRHIA (Université de Nantes), lance un appel à articles pour le numéro 82 de la revue Etudes canadiennes /  Canadian Studies :

Nouvelles histoires de la Nouvelle-France

What’s new about New France ?

La Revue Etudes Canadiennes / Canadian Studies souhaite mettre en lumière les recherches récentes de jeunes doctorants ou de chercheurs chevronnés sur l’histoire de la Nouvelle-France comprise ici dans toute son étendue géographique, de l’ Acadie à la Louisiane, du Canada à Terre-Neuve…. L’optique de cette publication est de renouveler la littérature scientifique sur des sujets bien connus ou trop connus, ou sur des thématiques peu étudiées jusque là.

La question est simple : Y-a-t-il eu depuis dix ans un renouvellement de l’historiographie sur les sociétés et cultures de la Nouvelle-France (1534-1763), sur les relations avec la France de l’ancien régime, sur le monde atlantique, ou sur la question autochtone.

Il s’agira de démontrer dans chaque article en quoi le chercheur renouvelle les perspectives plus connues ou plus anciennes sur son sujet.

Les propositions d’articles (250 à 300 mots) contenant un titre et un résumé décrivant l’objectif de l’article, et incluant une courte biographie (100 mots maximum) peuvent être envoyées en PJ à l’adresse suivante :

La date limite pour la réception des propositions est le 15 février 2017. Le comité confirmera rapidement leur pré-selection aux auteurs. Les articles complets (d’environ 8000 mots) devront être envoyés pour le 15 mai 2017. Ils seront soumis à la lecture du comité scientifique de la revue. Les textes retenus paraîtront en version papier (et en ligne sur revues.org) dans la Revue n°82 de juin 2017.


The editors of Revue Etudes Canadiennes / Canadian Studies seek papers (in French or in English) that explore the ways in which doctorate students or established scholars have renewed our perspectives on the history of New France (1534-1763) over the past ten years. Topics might range from colonial societies to French imperial governance, from connections with the Atlantic world to the arts, as well as the relationship with the natives.

We expect to read contributions in which authors demonstrate how they believe their research revisits the « traditonal » historiography on New France (from Canada to Acadia, from Newfoundland to Louisiana and beyond the Great Lakes) or to the contrary develops new trends.

The editors would like to receive proposals (250 to 300 words) which provide a working title and a brief overview of the article’s aims, along with a short biographical note (100 words) in the same .doc sent to :

Deadline for submitting a proposal is February 15, 2017. Selected proposals will receive a go-ahead shortly afterwards. Full articles (about 8000 words) will need to be submitted by May 15, 2017. After a peer-review process, selected articles will be published in a printed form (and online), in the June 2017 special issue of Revue Etudes Canadiennes / Canadian Studies.

Pour aller plus loin :

 

Appel à communications : « Etre capitaine de navire en Europe occidentale de la fin du Moyen Age à 1914 »

David PLOUVIEZ, MCF en histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes), et Bernard MICHON,  MCF en histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes), lancent un appel à communications pour une journée d’études organisée le 12 octobre 2017 sur le thème :

Etre capitaine de navire en Europe occidentale

de la fin du Moyen Age à 1914

Entre savoirs acquis et empirisme, les capitaines accumulent de nombreuses connaissances au cours de leurs carrières, et cette journée d’études souhaiterait revenir sur leurs modalités d’acquisition en allant au-delà de l’inventaire et de la description pour tenter de restituer les dynamiques d’apprentissage. Comment les différentes formations au métier de capitaine se sont-elles adaptées à l’évolution socioculturelle de ces hommes, aux différentes conditions de navigation ou aux changements de contexte technologique sur le temps long ? Des communications concernant les programmes d’ enseignement et leur adaptation à ces différentes mutations sont les bienvenues. En outre, dans la mesure des possibilités offertes par la documentation, il s’agit également d’appréhender les différentes phases de transmission des savoirs au sein du navire proprement dit en veillant à avoir une lecture horizontale et verticale du phénomène, car si le cellule de commandement apparaît comme un espace privilégié d’échanges, il reste que les capitaines ont appris de leurs équipages, a fortiori quand ceux-ci étaient transnationaux et multiculturels. L’accumulation de ces connaissances et/ou la manifestation d’une dextérité exceptionnelle permettent à certains capitaines de devenir des experts. Ce statut doit être interrogé lorsque ces hommes accèdent à des postes de formation, conseillent des entreprises (négoce, construction navale, etc.), deviennent des médiateurs dans le cadre de missions scientifiques et d’espionnage ou quand une partie d’entre eux formalisent leurs savoirs en écrivant des ouvrages et en s’insérant dans les réseaux savants de leur temps…

Télécharger l’appel à communications

Calendrier :

  • Clôture de l’appel à communication : 15 février 2017
  • Annonce des communications retenues : 1er mars 2017
  • Date de la journée : 12 octobre 2017
  • Remise des textes : 15 décembre 2017

Les propositions de communication sont à envoyer aux organisateurs de la journée d’études aux adresses suivantes : bernard.michon@univ-nantes.fr et david.plouviez@univ-nantes.fr

Pour aller plus loin :

Recrutement : chaire d’excellence EHNE – axe 4 « L’Europe, les Européens et le monde »

Dans le cadre du LabEx EHNE (Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe), l’axe 4 « L’ Europe, les Européens et le monde« , accueille pour une durée de 3 mois fractionnable un chercheur étranger de réputation internationale pour l’associer à ses travaux au premier semestre de l’année universitaire 2017-2018.

Le programme de recherches EHNE, Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe, est l’un des 15 projets SHS retenus dans le cadre de la seconde vague nationale de sélection des Laboratoires d’excellence (LabEx).

En réunissant un véritable capital de compétences pour une durée de 8 ans (2012-2019), le but d’EHNE est d’éclairer la crise que connaît actuellement l’Europe en s’adressant tout autant au monde scientifique qu’au monde enseignant, aux citoyens qu’aux politiques, notamment par la réalisation d’une encyclopédie numérique.

Sous la responsabilité d’Eric Schnakenbourg, le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163 – Université de Nantes) est en charge de l’axe 4. Cet axe, intitulé « L’Europe, les Européens et le monde« , est piloté par Michel Catala. Il privilégie l’étude des circulations depuis et vers l’Europe dans tous leurs aspects, les transferts qu’elles impliquent et leurs impacts sur l’identité / les identités européennes.

Les travaux de recherche s’organisent en 3 thématiques :

  • Thème 1 :  » Echanges, circulations et migrations » (coordination : F. Le Jeune et B. Marnot)
  • Thème 2 :  » Relations internationales et stratégies » (coordination : M. Catala, S. Jeannesson et E. Schnakenbourg)
  • Thème 3 :  » Représentations et Altérité » (coordination : V. Chaillou-Atrous, Y. Lignereux et C. Thibaud).

Les candidat(e)s devront avoir le souci de montrer à partir de leurs recherches ou de leur parcours l’intérêt qu’ils portent à l’étude des thématiques évoquées ci-dessus. Le ou la candidat(e) retenu(e) participera en langue française aux activités d’enseignement et de recherche liées aux thématiques du LabEx (séminaires de Master à l’Université de Nantes, participation à des séminaires organisés par d’autres axes du LabEx, animation de conférences « grand public »). Il (elle) participera également aux publications du LabEx, notamment à l’encyclopédie thématique en ligne. Il (elle) pourra exploiter entre autres des sources du Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN).

Calendrier :

  • Date-limite de candidature : 30 janvier 2017
  • Séjour de trois mois fractionnable durant le premier semestre de l’année universitaire 2017-2018.

Télécharger :

Pour aller plus loin :

Lieu : Université de Nantes – CRHIA

Contact : Virginie CHAILLOU-ATROUS : labexehne4@univ-nantes.fr

 

Thémis en diplomatie. Droit et arguments juridiques dans les relations internationales

Suite au colloque « Thémis en diplomatie. L’argument juridique dans les relations internationales de l’antiquité tardive à la fin du 18e siècle« , organisé à Nantes les 5 et 6 juin 2014 avec le soutien de l’axe 4 du LabEx EHNE, Nicolas DROCOURT, MCF en histoire médiévale au CRHIA (Université de Nantes), et Éric SCHNAKENBOURG, Professeur d’histoire moderne et Directeur du CRHIA, viennent de publier :

 Thémis en diplomatie

 Droit et arguments juridiques dans les relations internationales

L’étude des relations internationales et des contacts diplomatiques au travers des âges ne saurait faire l’économie d’une réflexion sur le rôle et l’importance du recours au droit et aux arguments juridiques. C’est autour de ce postulat que sont réunies les diverses contributions du présent ouvrage qui s’inscrivent dans un espace allant des marges orientales de Byzance à l’Europe occidentale et dans un large champ chronologique, de l’Antiquité tardive à la fin du 18e siècle.

Pour en savoir plus

Consulter la table des matières

Pour aller plus loin :

 

Carnet de l’axe 4 du LabEx EHNE « L’Europe, les Européens et le monde »