Parution : Le travail colonial. Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

Eric Guerassimoff, Professeur de civilisation chinoise contemporaine au sein au CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD),  et Issiaka Mande, Professeur à l’UQAM (Montréal, Canada) est membre du CIRDIS et du CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD), viennent de publier :

Le travail colonial.

Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

L’histoire du travail colonial s’est développée vigoureusement dans les pays du Sud depuis la fin du XXe siècle. Elle replace au centre la figure du colonisé, non seulement comme victime, mais aussi comme agent à part entière des sociétés coloniales. C’est dans cette dernière perspective que les contributions réunies dans le présent volume veulent s’inscrire. Ces études soulignent spécialement l’expérience de l’engagisme, la forme dominante entre 1850 et 1950, de ces relations de travail, examinent avec attention les moyens déployés par les engagés pour s’adapter à la coercition, ou bien y résister, et parfois, tourner les circonstances à leur avantage, dans les espaces coloniaux diversifiés (Antilles, océan Indien, Asie, Pacifique). Situées au carrefour de la recherche récente en histoire des migrations internationales au Sud et en histoire globale du travail, ces études ambitionnent de préciser le rôle joué par les institutions, les employeurs et l’intervention des migrants eux-mêmes dans la constitution des marchés coloniaux du travail.

Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et chargée de l’animation scientifique de l’axe 4 du LabEx EHNE à Nantes, y a publier un article sur le thème : Engagés indiens et engagés africains  à La Réunion au XIXe siècle : une histoire commune ?

Pour aller plus loin : Riveneuve éditions

Appel à articles « Nouvelles histoires de la Nouvelle-France »

Françoise LE JEUNE, Professeure de civilisation nord-américaine au CRHIA (Université de Nantes), lance un appel à articles pour le numéro 82 de la revue Etudes canadiennes /  Canadian Studies :

Nouvelles histoires de la Nouvelle-France

What’s new about New France ?

La Revue Etudes Canadiennes / Canadian Studies souhaite mettre en lumière les recherches récentes de jeunes doctorants ou de chercheurs chevronnés sur l’histoire de la Nouvelle-France comprise ici dans toute son étendue géographique, de l’ Acadie à la Louisiane, du Canada à Terre-Neuve…. L’optique de cette publication est de renouveler la littérature scientifique sur des sujets bien connus ou trop connus, ou sur des thématiques peu étudiées jusque là.

La question est simple : Y-a-t-il eu depuis dix ans un renouvellement de l’historiographie sur les sociétés et cultures de la Nouvelle-France (1534-1763), sur les relations avec la France de l’ancien régime, sur le monde atlantique, ou sur la question autochtone.

Il s’agira de démontrer dans chaque article en quoi le chercheur renouvelle les perspectives plus connues ou plus anciennes sur son sujet.

Les propositions d’articles (250 à 300 mots) contenant un titre et un résumé décrivant l’objectif de l’article, et incluant une courte biographie (100 mots maximum) peuvent être envoyées en PJ à l’adresse suivante :

La date limite pour la réception des propositions est le 15 février 2017. Le comité confirmera rapidement leur pré-selection aux auteurs. Les articles complets (d’environ 8000 mots) devront être envoyés pour le 15 mai 2017. Ils seront soumis à la lecture du comité scientifique de la revue. Les textes retenus paraîtront en version papier (et en ligne sur revues.org) dans la Revue n°82 de juin 2017.


The editors of Revue Etudes Canadiennes / Canadian Studies seek papers (in French or in English) that explore the ways in which doctorate students or established scholars have renewed our perspectives on the history of New France (1534-1763) over the past ten years. Topics might range from colonial societies to French imperial governance, from connections with the Atlantic world to the arts, as well as the relationship with the natives.

We expect to read contributions in which authors demonstrate how they believe their research revisits the « traditonal » historiography on New France (from Canada to Acadia, from Newfoundland to Louisiana and beyond the Great Lakes) or to the contrary develops new trends.

The editors would like to receive proposals (250 to 300 words) which provide a working title and a brief overview of the article’s aims, along with a short biographical note (100 words) in the same .doc sent to :

Deadline for submitting a proposal is February 15, 2017. Selected proposals will receive a go-ahead shortly afterwards. Full articles (about 8000 words) will need to be submitted by May 15, 2017. After a peer-review process, selected articles will be published in a printed form (and online), in the June 2017 special issue of Revue Etudes Canadiennes / Canadian Studies.

Pour aller plus loin :

 

Appel à communications : « Etre capitaine de navire en Europe occidentale de la fin du Moyen Age à 1914 »

David PLOUVIEZ, MCF en histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes), et Bernard MICHON,  MCF en histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes), lancent un appel à communications pour une journée d’études organisée le 5 octobre 2017 sur le thème :

Etre capitaine de navire en Europe occidentale

de la fin du Moyen Age à 1914

Entre savoirs acquis et empirisme, les capitaines accumulent de nombreuses connaissances au cours de leurs carrières, et cette journée d’études souhaiterait revenir sur leurs modalités d’acquisition en allant au-delà de l’inventaire et de la description pour tenter de restituer les dynamiques d’apprentissage. Comment les différentes formations au métier de capitaine se sont-elles adaptées à l’évolution socioculturelle de ces hommes, aux différentes conditions de navigation ou aux changements de contexte technologique sur le temps long ? Des communications concernant les programmes d’ enseignement et leur adaptation à ces différentes mutations sont les bienvenues. En outre, dans la mesure des possibilités offertes par la documentation, il s’agit également d’appréhender les différentes phases de transmission des savoirs au sein du navire proprement dit en veillant à avoir une lecture horizontale et verticale du phénomène, car si le cellule de commandement apparaît comme un espace privilégié d’échanges, il reste que les capitaines ont appris de leurs équipages, a fortiori quand ceux-ci étaient transnationaux et multiculturels. L’accumulation de ces connaissances et/ou la manifestation d’une dextérité exceptionnelle permettent à certains capitaines de devenir des experts. Ce statut doit être interrogé lorsque ces hommes accèdent à des postes de formation, conseillent des entreprises (négoce, construction navale, etc.), deviennent des médiateurs dans le cadre de missions scientifiques et d’espionnage ou quand une partie d’entre eux formalisent leurs savoirs en écrivant des ouvrages et en s’insérant dans les réseaux savants de leur temps…

Télécharger l’appel à communications

Calendrier :

  • Clôture de l’appel à communication : 15 février 2017
  • Annonce des communications retenues : 1er mars 2017
  • Date de la journée : 5 octobre 2017
  • Remise des textes : 15 décembre 2017

Les propositions de communication sont à envoyer aux organisateurs de la journée d’études aux adresses suivantes : bernard.michon@univ-nantes.fr et david.plouviez@univ-nantes.fr

Pour aller plus loin :

Recrutement : chaire d’excellence EHNE – axe 4 « L’Europe, les Européens et le monde »

Dans le cadre du LabEx EHNE (Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe), l’axe 4 « L’ Europe, les Européens et le monde« , accueille pour une durée de 3 mois fractionnable un chercheur étranger de réputation internationale pour l’associer à ses travaux au premier semestre de l’année universitaire 2017-2018.

Le programme de recherches EHNE, Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe, est l’un des 15 projets SHS retenus dans le cadre de la seconde vague nationale de sélection des Laboratoires d’excellence (LabEx).

En réunissant un véritable capital de compétences pour une durée de 8 ans (2012-2019), le but d’EHNE est d’éclairer la crise que connaît actuellement l’Europe en s’adressant tout autant au monde scientifique qu’au monde enseignant, aux citoyens qu’aux politiques, notamment par la réalisation d’une encyclopédie numérique.

Sous la responsabilité d’Eric Schnakenbourg, le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163 – Université de Nantes) est en charge de l’axe 4. Cet axe, intitulé « L’Europe, les Européens et le monde« , est piloté par Michel Catala. Il privilégie l’étude des circulations depuis et vers l’Europe dans tous leurs aspects, les transferts qu’elles impliquent et leurs impacts sur l’identité / les identités européennes.

Les travaux de recherche s’organisent en 3 thématiques :

  • Thème 1 :  » Echanges, circulations et migrations » (coordination : F. Le Jeune et B. Marnot)
  • Thème 2 :  » Relations internationales et stratégies » (coordination : M. Catala, S. Jeannesson et E. Schnakenbourg)
  • Thème 3 :  » Représentations et Altérité » (coordination : V. Chaillou-Atrous, Y. Lignereux et C. Thibaud).

Les candidat(e)s devront avoir le souci de montrer à partir de leurs recherches ou de leur parcours l’intérêt qu’ils portent à l’étude des thématiques évoquées ci-dessus. Le ou la candidat(e) retenu(e) participera en langue française aux activités d’enseignement et de recherche liées aux thématiques du LabEx (séminaires de Master à l’Université de Nantes, participation à des séminaires organisés par d’autres axes du LabEx, animation de conférences « grand public »). Il (elle) participera également aux publications du LabEx, notamment à l’encyclopédie thématique en ligne. Il (elle) pourra exploiter entre autres des sources du Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN).

Calendrier :

  • Date-limite de candidature : 30 janvier 2017
  • Séjour de trois mois fractionnable durant le premier semestre de l’année universitaire 2017-2018.

Télécharger :

Pour aller plus loin :

Lieu : Université de Nantes – CRHIA

Contact : Virginie CHAILLOU-ATROUS : labexehne4@univ-nantes.fr

 

Thémis en diplomatie. Droit et arguments juridiques dans les relations internationales

Suite au colloque « Thémis en diplomatie. L’argument juridique dans les relations internationales de l’antiquité tardive à la fin du 18e siècle« , organisé à Nantes les 5 et 6 juin 2014 avec le soutien de l’axe 4 du LabEx EHNE, Nicolas DROCOURT, MCF en histoire médiévale au CRHIA (Université de Nantes), et Éric SCHNAKENBOURG, Professeur d’histoire moderne et Directeur du CRHIA, viennent de publier :

 Thémis en diplomatie

 Droit et arguments juridiques dans les relations internationales

L’étude des relations internationales et des contacts diplomatiques au travers des âges ne saurait faire l’économie d’une réflexion sur le rôle et l’importance du recours au droit et aux arguments juridiques. C’est autour de ce postulat que sont réunies les diverses contributions du présent ouvrage qui s’inscrivent dans un espace allant des marges orientales de Byzance à l’Europe occidentale et dans un large champ chronologique, de l’Antiquité tardive à la fin du 18e siècle.

Pour en savoir plus

Consulter la table des matières

Pour aller plus loin :

 

Podcast : L’engagisme dans les colonies européennes au 19e siècle

A l’occasion de la tenue du colloque international « L’ engagisme dans le colonies européennes, résistances et mémoire(s), 19e-21e siècles« , une nouvelle émission radio du cycle « L’Europe, les Européens et le monde » a été diffusée sur Euradionantes sur le thème :

« L’engagisme dans les colonies européennes au 19e siècle »

L’abolition progressive de la traite et de l’esclavage dans les colonies européennes conduit les autorités à faire appel à des travailleurs étrangers en Asie et en Afrique pour satisfaire les besoins en main-d’œuvre des colonies. Ainsi, par le biais du système de l’engagisme, plusieurs millions de travailleurs émigrent pour les colonies européennes d’Amérique, du Pacifique et de l’océan Indien. En échange de la promesse d’une vie meilleure, ils signent un contrat d’engagement dont la durée varie selon l’origine et la colonie d’accueil. Souvent comparé à la traite, ce système dont les abus sont visibles s’éteint progressivement à la veille de la Première Guerre mondiale.

CLIQUER ICI POUR ACCÉDER AU FICHIER AUDIO

Animatrice :

  • Virginie CHAILLOU-ATROUS, docteure en histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), chargée de l’animation scientifique du LabEx EHNE à Nantes

Intervenants :

  • Jacques WEBER, Professeur émérite d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes)
  • Céline FLORY, chercheuse au CNRS
  • Michèle MARIMOUTOU-OBERLE, historienne, professeur d’histoire-géographie à La Réunion et membre associée au CRHIA (Université de Nantes)
  • Pieter EMMER, Professeur émérite, Université de Leyde (Pays-Bas)
  • Emmanuel PARRAUD, Auteur-réalisateur.

Le colloque, « L’engagisme dans le colonies européennes, résistances et mémoire(s), 19e-21e siècles« , a été organisé les 20 et 21 octobre 2016 au Château des ducs de Bretagne à Nantes par Virginie CHAILLOU-ATROUS, docteure en histoire contemporaine, chargée de l’animation scientifique du LabEx EHNE à Nantes.

Pour aller plus loin :

Partenaire : Euradionantes
Contact : Virginie CHAILLOU-ATROUS : labexehne@univ-nantes.fr

Appel à communications : « Les nouvelles frontières du soi et de la société dans le monde atlantique français à l’époque moderne »

Daniella KOSTROUN (Indiana University, Purdue University-Indianapolis, accueillie en résidence à l’IEA Nantes) et Yann LIGNEREUX, Professeur d’histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes) lancent un appel à communications pour un colloque organisé les 18 et 19 mai 2017 sur le thème :

Les nouvelles frontières du soi et de la société

dans le monde atlantique français à l’ époque moderne

Les systèmes politiques, sociaux et religieux de la France ont été, durant l’ Ancien Régime, pensés et édifiés sur la base d’idéologies, classiques et traditionnelles, de hiérarchie et d’ordre comme elles se sont fondées sur un idéal de stabilité et de reproduction du semblable pour conjurer la diversité et la contingence de la succession. Comment ces systèmes ont-ils alors été affectés, perturbés et possiblement contestés par l’essor du mouvement des individus et du commerce à travers l’océan atlantique aux 16e-17e siècles ? Quels sont les effets, sur l’individu et la société dans laquelle il vit, de cette nouvelle « désorientation » des institutions, des familles et des représentations personnelles ? Quels degrés de différenciation sont-ils dès lors introduits à travers l’expérience d’une altérité qui serait peut-être moins celle rencontrée dans la découverte de l’ailleurs que celle qui se découvre précisément dans le cœur et l’âme d’un chacun ?

Télécharger l’appel à communications

Download the call for proposals

Les propositions de communication (350 mots environ) accompagnées d’une brève présentation biographique sont à adresser, en français ou en anglais, aux deux organisateurs du colloque pour le 20 décembre 2016 :

Comité scientifique du colloque :

  • Virginie CHAILLOU-ATROUS (LabEx « EHNE » / Université de Nantes)
  • Antonio DE ALMEIDA MENDES (Université de Nantes / CRHIA / STARACO)
  • Daniella KOSTROUN (Indiana University, Purdue University-Indianapolis / IEA Nantes)
  • Françoise LE JEUNE (Université de Nantes / CRHIA)
  • Yann LIGNEREUX (Université de Nantes / CRHIA)
  • Annick PETERS-CUSTOT (Université de Nantes / CRHIA)

Pour aller plus loin :

Appel à communications : « Voilà les Américains ! » Les Etats-Unis en France et en Europe, 1917-1920 : circulations et diffusion des idées et des savoirs

Michel Catala, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes) et coresponsable d’Alliance Europa, et Stanislas Jeannesson, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), lancent un appel à communications pour le  colloque international :

« Voilà les Américains ! »

Les Etats-Unis en France et en Europe, 1917-1920 : circulations et diffusion des idées et des savoirs

Organisé du 22 au 24 juin 2017 à Saint-Nazaire.

Ce colloque, qui s’inscrit dans le cadre des manifestations scientifiques organisées à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, entend revenir, en tentant d’ouvrir des perspectives nouvelles, sur cet événement déterminant, tant pour l’issue du conflit que pour l’histoire du XXe siècle, qu’est l’entrée en guerre des États-Unis en 1917. Délaissant volontairement les aspects purement militaires et diplomatiques – au sens traditionnel du terme -, qui ont déjà fait l’objet de nombreuses études, nous souhaitons orienter notre réflexion vers le domaine culturel, dans son acception la plus large, et nous interroger sur les effets de la présence américaine sur le vieux continent, durant les dernières phases de la guerre et les premières années de la paix…

Les propositions de communication sont à adresser à michel.catala@univ-nantes.fr et stanislas.jeannesson@univ-nantes.fr avant le 15 janvier 2017. Elles comporteront un bref résumé problématisé de l’intervention (moins d’une page) et un court CV. Elles seront examinées en janvier 2017 par le Comité scientifique et les organisateurs.

Les communications auront lieu en français ou en anglais.

Le colloque est organisé par le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163 – Universités de Nantes et La Rochelle) et le LabEx EHNE (« Écrire une histoire nouvelle de l’Europe »), dans le cadre des commémorations du  Centenaire de la Première Guerre mondiale, avec le soutien de la Ville de Saint-Nazaire.

Comité scientifique :

  • Éric Bussière (Université Paris-Sorbonne)
  • Robert Frank (Université Paris 1-Panthéon –Sorbonne)
  • Hélène Harter (Université Rennes 2)
  • Peter Jackson (University of Glasgow)
  • William R. Keylor (Boston University)
  • Yves-Henri Nouailhat (Université de Nantes)
  • Stéphane Tison (Université du Maine)
  • Ludovic Tournès (Université de Genève)

Télécharger l’appel à communications

Download the call for proposals

Pour aller plus loin :

Passé/ Présent: Présentation du film « Sac la mort » par Emmanuel Parraud, Auteur-réalisateur.

« Sac la mort »

 Le nouveau film d’Emmanuel Parraud,  distribué par LES FILMS DE L’ATALANTE,  sortira en salle le 15 Février 2017.
Emmanuel Parraud viendra présenter son film lors du colloque « L’engagisme dans les colonies européennes, Résistances et mémoire(s), XIXe-XXIe siècles »
le jeudi 20 octobre 2016 à 17h25
au Château des Ducs de Bretagne à Nantes.
Plus d’informations sur le colloque ici

INTERVIEW  d’Emmanuel Parraud:

« Au travers de l’histoire de Patrice pris dans la tourmente de la mort je voulais parler des Cafres, ces descendants d’esclaves ou d’engagés africains, de leur condition d’aujourd’hui sur l’île de la Réunion. 
Patrice et ses amis sont marqués par le rhum, cet alcool que le contremaître distribuait dans les champs du temps de l’esclavage pour accélérer la cadence de la coupe et que le maître offrait le soir pour abrutir ceux qui pourraient vouloir se révolter ou fuir. C’est aussi celui que le grand-père de Patrice lui faisait boire dés l’âge de 6 ans pour amuser les clients de la Boutik et pour savoir quel était son petit fils préféré. Aujourd’hui, le rhum n’est plus offert, il faut l’acheter, dix euros la bouteille, dix euros qui retournent dans la poche des anciens maîtres aujourd’hui propriétaires des sucreries. Dix euros de moins sur le RSA qu’on te donne pour te tenir tranquille. Un rhum industriel à 48°, une véritable drogue dure qui t’accroche et ne te lâche plus, te troue le cerveau et donne la gangrène. Patrice et ses amis en boivent un litre chacun par jour depuis 25 ans. 
Alors le film est là pour rendre le spectateur sensible à ce qui construit cette situation, cette complexité. Au désespoir qui la sous-tend, à la confusion que cette boisson entretient, à la force aussi que l’alcool donne à ceux pour qui le monde qui les entoure est synonyme de danger, d’imprévisible, qui ont un rapport craintif au monde. Certes ils ne sont plus fouettés aujourd’hui, mais ils sont relégués, ils ne comptent pour rien. Le monde est indéchiffrable pour eux, inaccessible – on te donne ton RSA et reste chez toi, surtout n’en sors pas, tu n’es pas présentable, tu nous fais honte. Ils ont tenté de partir faire leur vie en France métropolitaine à 10 000 km de là puisqu’il n’y a pas de travail ici. Ils se sont retrouvés dans le froid à pousser la brouette, du travail au noir sous les quolibets de leurs amis les Blancs, et à boire pour se réchauffer, pour se faire accepter. Ils sont rentrés à la Réunion parce que tout manque, les copines, la famille, la chaleur, la tête basse. Et leur famille les a rejeté car c’est la honte cet échec de plus, la présence de ces ratés dont on avait vanté la réussite aux voisins. On les a tenu à l’écart et ils se sont enfoncés dans la crainte, la crainte de ne pas être aimer, d’être oublié, de ne pas avoir d’argent. Une situation rendue plus insupportable encore par la présence de leurs voisins jeunes et beaux promis à un brillant avenir. Pourquoi eux réussissent et pas moi ? Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? Comme tout est inexplicable, énigmatique, hostile autour de soi, comme au temps des esclaves, on doit chercher plus loin, plus en arrière, dans la sorcellerie, retourner au pays des ancêtres que l’on ne connait pas.
J’ai rencontré Patrice et Charles-Henri en me trompant de chemin dans mes repérages. Ils se préparaient à manger sur un petit feu au coin du jardin. Ils nous ont salué en passant. On est resté l’après-midi ensemble. Ils étaient ivres mais lucides sur ce qui nous séparait et nous reliait aussi. On est devenus complices. Et on ne s’est plus quittés. Ça fait maintenant 6 ans. J’ai fait un premier film avec eux, « Adieu à tout cela », un moyen métrage dans lequel ils avaient un petit rôle. J’ai senti qu’ils étaient immenses. Que Patrice et Charles-Henri était deux comédiens absolument surdoués, des poètes aussi. Alors j’ai voulu écrire un film en leur hommage, à leur vie, à leur manière de voir le monde et de le raconter. C’est devenu « Sac la mort », un film que nous avons fabriqué ensemble, chacun selon ses compétences et son talent. 
Je voulais un film qui, sans rien cacher de la réalité de leur existence, ne tomberait pas dans le misérabilisme, la stigmatisation, le renforcement des clichés, des dangers qui guettent tous les films qui s’aventurent sur le terrain de la connaissance de l’Autre. J’ai compris que seule la fiction le permettrait. Ce détour par le récit et les personnages est indispensable, parce qu’en éloignant le spectateur de la réalité le temps du film je pourrai la lui rendre plus prégnante après la projection lorsqu’il retrouvera la vraie vie en quittant la salle, en croisant un autre Patrice dans la rue il saura, en tout cas il en saura plus. »
Emmanuel Parraud
PROCHAINES PROJECTIONS:
Paris
cinéma les 7 Parnassiens – Samedi 15 octobre à 20 h 30
semaine du film de la Caraïbes et des Outremer 
 
Lyon 
cinéma Comoedia – Samedi 1er octobre – 18h
reprise Acid à Cannes  
 
Ivry-sur-Seine
cinéma Luxy – Lundi 3 octobre – 20h 
reprise Acid à Cannes   
 
Fosses 
cinéma L’Ysieux – Jeudi 13 octobre – 19h30
reprise Acid à cannes    
 

EXTRAITS DE LA REVUE DE PRESSE:

« Une immersion entre réalisme social et hallucinations, dans une Réunion authentique et magique à la fois »

Jean-Marie Chazeau – Ciné Première / OUTREMER 1ere 
 
« Ce combat pour la prise en compte de l’Autre dans son Histoire et sa complexité, des réalisateurs le mènent à travers leurs films, explorant l’inscription des cultures autres dans le monde. Déjà présenté au festival du film africain de Louxor de mars 2016 où il fut primé, Sac la mort, deuxième long métrage d’Emmanuel Parraud est programmé par l’ACID à CANNES. Film étonnant dans sa volonté de capter une tranche de vie dramatique en milieu créole réunionnais, c’est le portrait de Patrice, un homme pris dans la tourmente de la mort. Engrenage de peurs et de réactions incontrôlées, le film évolue dans cette ambiance où les croyances côtoient et s’allient à une Histoire de sang remontant à des temps non évoqués mais si présents où la peur et la mort étaient quotidiennes. Tout cela forme un tout qui s’entremêle dans ce personnage sensible et fragile, dont le chaos intérieur est le fruit de ces ballotements. La caméra ne le quitte pas, s’accroche à ses pas, si bien que le film épouse son incertitude et gagne ainsi en véracité mais aussi en pertinence pour comprendre les blessures du monde. »
Olivier BARLET – Africultures   
Plus d’informations: http://www.emmanuelparraud.fr/

Nouvelle revue, Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, disponible en librairie le 6 octobre

Le premier numéro de la revue semestrielle Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales sera disponible le 6 octobre prochain en librairie ou par abonnement.
Ce premier numéro est consacré à l’ « Anatomie du charisme ».
"Cette revue pluridisciplinaire, à la croisée des savoirs, souhaite s'emparer des sensibilités, des affects, des formes de perception pour en faire non pas seulement un objet de savoir (joie, amour, peur, etc...) mais bien une démarche de connaissance permettant d'interroger les modes d'organisation du monde. Notre idée est de faire exister un espace éditorial qui soit un lieu d'échanges entre les sciences sociales, et qui laisse une large place à des expériences artistiques, narratives, graphiques, photographiques, etc. capables de bousculer nos regards." Clémentine Vidal-Naquet
La revue sera présentée lors d’une table ronde organisée aux Rendez-vous  de l’histoire de Blois le 7 octobre prochain, à partir de 17h à l’auditorium de la Bibliothèque abbé Grégoire.

COMITÉ DE RÉDACTION
-Quentin Deluermoz est maître de conférences à l’université Paris-13, membre junior de l’Institut universitaire de
France.
-Christophe Granger est chercheur associé au Centre d’histoire sociale du xxe siècle (Paris-1/CNRS).
-Hervé Mazurel est maître de conférences à l’université de Bourgogne.
-Clémentine Vidal-Naquet est maître de conférences à l’université Picardie Jules Verne.

COMITÉ SCIENTIFIQUE
Stéphane Audoin-Rouzeau, Ludivine Bantigny, Alban Bensa, Romain Bertrand, Patrick Boucheron, Thomas Bouchet,
Peter Burke, Bruno Cabanes, Roger Chartier, Olivier Christin, Déborah Cohen, Alain Corbin, Georges Didi-
Huberman, Thomas Dodman, Arlette Farge, Sylvia Faure, Ute Frevert, Boris Gobille, Dominique Kalifa, Pierre Laborie,
Bernard Lahire, Stéphanie Sauget, Jean-Claude Schmitt, Victoria Vanneau et Sylvain Venayre.

Carnet de l’axe 4 du LabEx EHNE « L’Europe, les Européens et le monde »