Inauguration du LIPE – L’Europe du laboratoire à la classe

Virginie CHAILLOU-ATROUS, chargée de l’animation scientifique du LabEx EHNE à Nantes, et Michel CATALA, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes) et Directeur d’Alliance Europa, vous invitent à l’inauguration du LIPE :

L’Europe du laboratoire à la classe

Vendredi 8 décembre 2017 à 16h

Le LIPE est une plateforme numérique permettant de regrouper des ressources pédagogiques innovantes produites par les programmes de recherches en sciences humaines et sociales travaillant sur l’Europe (fiches pédagogiques, dossiers documentaires, capsules audio et vidéo, serious games, cartes animées, facilitations graphiques, etc.)

Le fonctionnement de la plateforme numérique sera présenté par l’équipe projet et les groupes de travail d’enseignants du secondaire restitueront le bilan des actions menées.

Confirmation de participation souhaitée avant le 4 décembre 2017 à l’adresse lipe-europe@univ-nantes.fr

Lieu :

Université de Nantes – Campus Tertre – UFR de Droit et des Sciences politiques – Amphithéâtre A – Chemin de la Censive du Tertre – 44312 Nantes

Partenaires :

Appel à contribution pour la revue Tsingy, L’OCÉAN INDIEN, UNE ZONE PÉRIPHÉRIQUE DANS LES CONFLITS DES XXe et XXIe SIÈCLES ?

Appel à contribution pour la revue Tsingy

(Pour le numéro 22, publication au deuxième semestre 2018)

L’OCÉAN INDIEN, UNE ZONE PÉRIPHÉRIQUE

DANS LES CONFLITS DES XXe et XXIe SIÈCLES ?

Les enjeux de la guerre au Yemen aujourd’hui sont-ils moins importants que ce qui se joue en Syrie, ou au Sahel ?

L’Insurrection de 1947 à Madagascar, la guerre d’Indépendance au Mozambique ont-elles été trop précoces ou trop tardives pour incarner les luttes de la décolonisation ?

L’expérience combattante des Réunionnais, des Malgaches est-elle « périphérique » par rapport à celle d’un Sénégalais ?

Nous pourrions multiplier les exemples, que ce soit pour les guerres mondiales, les luttes coloniales, la guerre froide ou les conflits actuels : dans tous les cas, il semble que l’ouest de l’océan Indien ne soit vu que par le prisme de sa position périphérique…

L’année 2018 qui se profile devant nous sera sans nul doute riche en manifestations et commémorations autour de ce que d’aucuns envisagent comme l’évènement matriciel du XXème siècle : la fin de la Grande Guerre. Certes, l’année 1918 entérine la fin d’une époque mais elle peut également être envisagée comme l’amorce d’une nouvelle conception du monde et de nouvelles formes de conflictualités qui dépassent très globalement les lectures classiques sur les phénomènes guerriers. En effet, si l’histoire de la guerre a longtemps été associée à celle de l’Etat, à celle des relations entre les Etats, elle peut désormais se lire comme une histoire renouvelée des formes du conflit et met en évidence de nouvelles perspectives sur les relations antagoniques entretenues entre des acteurs de plus en plus diversifiés et dépassant le seul cadre des structures étatiques.

Cependant, en comparaison avec la « violence de guerre » exprimée et conceptualisée pour d’autres aires géographiques, les conflits de la zone indiaocéanique au XXème siècle semblent quelque peu marginaux ou tout moins perçus comme une manifestation périphérique d’enjeux plus globaux. L’objectif de cet appel à communication est donc de revisiter la place de l’ouest de l’océan Indien dans les conflits du XXème siècle, et d’ouvrir la réflexion sur ceux du XXIème siècle naissant.

Si la participation des empires présents dans la zone océan Indien dans les conflits mondiaux a déjà fait l’objet de nombreux travaux, un certain nombre de chantiers restent encore ouvert autour notamment des identités militaires et leur adossement à des identités politiques sociales émergentes. Il en est de même de la patrimonialisation des phénomènes guerriers et de la transmission d’une certaine mémoire militaire mobilisant tout à la fois des institutions et des acteurs variés. D’autres champs d’investigation semblent tout aussi porteurs sur l’expérience vécue des civils – hommes et femmes – et leur capacité à se mobiliser pour participer délibérément ou non à l’effort guerrier.

Les conflits coloniaux et postcoloniaux ouvrent des perspectives nouvelles sur un empan chronologique qui recouvre la seconde moitié du XXème siècle et des aires géographiques étendues.

En 1971, l’ONU adoptait la résolution 2832, qui faisait de l’océan Indien « une zone de paix ». En pleine guerre froide, le texte demandait aux grandes puissances « d’arrêter le processus d’escalade et d’expansion de leur présence militaire », « d’éliminer » de cette mer hautement stratégique « toutes les bases militaires » et de mettre fin à « la mise en place d’armes nucléaires ».

Une mise en marge de l’océan Indien dans la guerre froide qui explique la faible lisibilité du rôle de la base de Diego Garcia, comme des conflits au Mozambique.

Les nouvelles conflictualités de l’après guerre froide sont également à prendre en compte.

Les Seychelles, la Somalie, le Yemen, l’archipel des Chagos sont ainsi devenus des zones de tensions qui réinterrogent la notion de périphérie selon des considérations géopolitiques de plus en plus globalisées. Ces tensions mettent en évidence une conflictualité qui dépasse le seul cercle des enjeux politiques. Il sera également intéressant de s’interroger sur l’origine endogène des conflits, même lorsqu’ils s’intègrent dans une dimension plus vaste.

Que ce soit dans l’analyse des conflits eux-mêmes (y compris bien sûr dans leur dimension militaire) comme dans la prise en compte de l’expérience combattante ou de l’impact sur les populations de ces conflits, l’objectif de ce dossier est de s’interroger sur la pertinence de la notion de « périphérie » qui qualifie trop souvent les conflits dans l’ouest de l’océan Indien. Il conviendra dans ce cadre de confronter temps « local » et temps « mondial » (ou global).

Dans le cadre de la rubrique « Histoire de l’éducation et didactique de l’histoire-géographie » de la revue, une transposition de cette thématique dans les contenus d’enseignement est également envisagée.

Les propositions d’article (300 mots environ) sont à envoyer avant le 15 janvier 2018.

garan.frederic@yahoo.fr

Les articles seront à adresser pour le 15 juillet 2018

Pierre-Eric Fageol, Université de La Réunion

Frédéric Garan, Université de La Réunion

Jean-François Klein, Université du Havre

Tovo Rakotondrabe, Université de Toamasina

Appel à communications : Les traités de paix (1918-1923) : la paix les uns contre les autres

Isabelle DAVION (Université Paris-Sorbonne) et Stanislas JEANNESSON, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), lancent un appel à communications pour un colloque international sur le thème :

Les traités de paix (1918-1923) : la paix les uns contre les autres

L’historiographie des traités qui mirent fin à la Grande Guerre a depuis une trentaine d’années considérablement évolué et nul ne songerait aujourd’hui à soutenir, du moins de façon lapidaire, que Versailles a conduit tout droit à la Seconde Guerre mondiale. On s’accorde de plus en plus à penser que l’œuvre de Versailles, certes imparfaite – ce dont les négociateurs avaient d’ailleurs parfaitement conscience –, constituait une tentative de reconstruction du système international, au-delà même du simple continent européen, à partir d’un certain nombre de principes et de valeurs partagées, dont on ne peut nier l’ambition ni le caractère profondément novateur. Le centenaire de 2019 fournit l’occasion, une nouvelle fois, de revenir sur des traités qui ne se contentèrent pas de procéder au règlement de la guerre mais qui ouvrirent une page décisive de l’histoire des relations internationales contemporaines…

Consulter l’intégralité de l’appel à communications : version française ou version anglaise

Les propositions de communication doivent être envoyées avant le 15 avril 2018 à l’adresse suivante : paix.paris2019@free.fr. Elles ne devront pas excéder une page et seront accompagnées d’un court CV. Les communications pourront être faites en français ou en anglais. Le colloque donnera lieu à une publication. Les frais de transport et d’hébergement des intervenants sont pris en charge.

Lieu : Paris
Partenaires :

 

Appel à communications : « Représentation et mémoire de la migration »

Gwénola SEBAUX (Université catholique de l’Ouest Angers), Bettina SEVERIN-BARBOUTIE (Justus-Liebig Universität Gießen), Meryem YOUSSOUFI (Université Ibn Zohr Agadir), Zahia ZEROULOU (Université Lille 1) et Dirk RUPNOW (Institut für Zeitgeschichte / Universität Innsbruck), lancent un appel à communications pour un colloque international dans le cadre du projet CitƐr (« L’Europe et les frontières de la citoyenneté ») sur le thème :

Représentation et mémoire de la migration

Les migrations sont depuis quelque temps au coeur des débats politiques et sociétaux en Europe, et vont très probablement le rester dans les années à venir. Or dès avant les événements « de crise » (perçus comme tels) de l’année 2015, il était devenu manifeste que les sociétés migratoires européennes, façonnées surtout par ladite « migration de travail » après la Seconde Guerre mondiale, n’avaient pas ou qu’à peine intégré dans leurs « mémoires collectives » la perspective migratoire et les expériences et mémoires des migrant(e)s. Dans les infrastructures de la « mémoire collective » (archives, musées) ou dans les narratifs historiques dominants, migrations et migrant(e)s ne sont ni visibles ni audibles…

Télécharger l’intégralité de l’appel à communications : version française et version allemande

Les propositions (titres, résumé et bref CV) sont à envoyer avant le 31 décembre 2017 à :

Langues du colloque : français, allemand.

Les communications ne devront pas excéder 20 minutes, pour permettre un échange de 15 minutes. Il est prévu une publication des Actes du colloque (ouvrage, ou dossier thématique de revue).

Partenaires :

Journée d’études « La France et les Amériques entre révolutions et nations (1776 – 1865) »

Tangi VILLERBU, MCF HDR d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de La Rochelle), organise une journée d’études sur le thème :

La France et les Amériques entre révolutions et nations

(1776 – 1865)

Pour prendre la suite de la journée organisée à l’Université de La Rochelle le 13 novembre 2015 (Marchands, exilés, missionnaires et diplomates : Les Français et les Etats-Unis, 1789  1815), cette manifestation élargira le regard en posant la question de l’usage des sources, dans les Amériques comme en France (et ailleurs) pour l’étude des relations internationales au sens large, des circulations des personnes, c’est-à-dire des migrations de toutes sortes mais aussi des voyages d’affaire, d’agrément ou d’étude, des circulations culturelles, qu’elles soient de biens ou d’idées, du commerce atlantique…

Consulter le programme

Inscription obligatoire avant le 28 novembre : archives.cadn@diplomatie.gouv.fr et/ou 02 51 77 24 59

Pour aller plus loin :

Lieu : Centre des Archives diplomatiques de Nantes – Salle d’exposition – 17, rue Casterneau – 44000 Nantes

Contact : archives.cadn@diplomatie.gouv.fr

 

Séminaire « Etudier la guerre » – The Waffen-SS: A European History

Jochen BÖHLER, Professeur à l’Université d’Iéna et invité sur la chaire d’excellence de l’axe 5 du LabEx EHNE « L’Europe des guerres et des traces de guerre », intervient à l’occasion de la 8ème séance du séminaire « Etudier la guerre » pour présenter son ouvrage :

The Waffen-SS: A European History

Longtemps reléguée et réduite à une histoire dite « bataille » qui ne serait que descriptions d’opérations militaires, la réflexion historique sur le phénomène guerrier a connu une longue mutation qui l’a amenée à s’ouvrir aux questionnements de l’histoire sociale et de l’anthropologie, à l’insertion des conflits dans les relations internationales, à la réflexion sur la tactique et, plus récemment, à un intérêt renouvelé pour l’action de guerre et le combat. Porté par la dynamique pluridisciplinaire des war studies, l’objet connaît un regain d’intérêt susceptible de mobiliser de nombreux historiens au-delà des spécialistes d’histoire militaire stricto sensu.

A l’initiative de Valéria Pansini, MCF en langue et civilisation italienne à l’Université Rennes 2, Yann Lagadec, MCF en histoire moderne à l’Université Rennes 2, Michaël Bourlet, docteur en histoire contemporaine, Frédéric Dessberg, MCF en histoire contemporaine à l’Université Paris 1 (détaché à Saint-Cyr-Coëtquidan), et Eric Schnakenbourg, Professeur en histoire moderne et Directeur du CRHIA, cette approche renouvelée du phénomène guerrier est celle qui est privilégiée par TEMPORA, le CREC et le CRHIA comme en témoignent plusieurs rencontres scientifiques organisées ces dernières années. Le séminaire « Étudier la guerre », commun aux trois équipes, est un lieu ouvert de confrontations régulières sans exclusive d’époque, d’espace ou de thématique. La présentation des cas particuliers y est accompagnée par une attention soutenue aux questions méthodologiques. Les différentes approches et procédures permettant la construction savante de l’objet « guerre » et des enjeux qui la motivent, ainsi que les difficultés et les limites rencontrées par les chercheurs qui abordent ce champ particulier de la pratique historienne seront au centre des discussions.

Lieu : Université de Nantes – Campus Tertre – Bâtiment Censive – salle C 023 – Chemin de la Censive du Tertre – 44312 Nantes
Partenaires : TEMPORA (EA 7468, Université Rennes 2), CREC (Ecoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan), LabEx EHNE
Contact : Eric SCHNAKENBOURG : eric.schnakenbourg@univ-nantes.fr

Recrutement d’un stagiaire / projet LIPE (Alliance Europa – LabEx EHNE)

Les projets LIPE (Alliance Europa) et LabEx EHNE recrutent un(e) stagiaire issu(e) d’un master information/communication pour 3 mois afin de participer au lancement de la plateforme numérique « L’Europe, du laboratoire à la classe ».

Financé pour deux ans (2016 – 2018) dans le cadre de « La Fabrique des idées européennes » d’Alliance Europa et coordonné par Virginie CHAILLOU-ATROUS et Michel CATALA, le projet LIPE a pour ambition de mettre en place un centre d’innovation pédagogique pour diffuser et valoriser les résultats de recherches en sciences humaines et sociales sur l’Europe auprès du monde de l’éducation.

Une plateforme numérique a été créée avec pour finalité de regrouper des  ressources pédagogiques innovantes produites par les programmes de recherches nationaux et internationaux travaillant sur l’Europe (fiches pédagogiques, dossiers documentaires, vidéos et web documentaires, sources audio et émissions de radio, MOOC, serious games, cartes animées, iconographie, etc.).

Date limite de candidature : 23 octobre 2017

Télécharger la fiche de poste

Partenaires :

Contact : crhia@univ-nantes.fr

Colloque international « L’absolutisme dans l’Atlantique français, XVIIe-XVIIIe siècles »

Yann LIGNEREUX, Professeur d’histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes) et Directeur de l’UFR HHAA, et Michel DE WAELE, Université Laval (Québec), organisent un colloque international sur le thème :

L’absolutisme dans l’Atlantique français, XVIIe-XVIIIe siècles

Ce colloque a pour objectif d’étudier la réalité de la  politique coloniale de la France du 17ème siècle dans les territoires français d’Amérique en la sortant de l’ornière d’une histoire strictement coloniale. À ce titre, la démarche choisie s’inspirera de l’histoire atlantique, bien que celle-ci ne s’attarde pas prioritairement au fait politique. Parallèlement, les nouvelles études sur l’absolutisme permettront d’étudier le fonctionnement du gouvernement colonial, à examiner ses institutions, à rechercher les forces et les limites du système mis en place.

Consulter le programme

Pour aller plus loin :

Lieu : Château des ducs de Bretagne – Musée d’histoire de Nantes – Tour du Fer à Cheval – 4, place Marc Elder – 44000 NANTES

Contact : crhia@univ-nantes.fr

Journées d’études « Être capitaine de navires en Europe occidentale de la fin du Moyen-Âge au XXe siècle : savoir-faire et savoir-être d’une profession maritime »

Bernard MICHON,  MCF en histoire moderne et Directeur-adjoint du CRHIA (Université de Nantes), et David PLOUVIEZ, MCF en histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes), organisent des journées d’études les 11 et 12 octobre 2017 sur le thème :

Être capitaine de navires en Europe occidentale

de la fin du Moyen-Âge au XXe siècle :

Savoir-faire et savoir-être d’une profession maritime

Entre savoirs acquis et empirisme, les capitaines accumulent de nombreuses connaissances au cours de leurs carrières, et cette journée d’études souhaiterait revenir sur leurs modalités d’acquisition en allant au-delà de l’inventaire et de la description pour tenter de restituer les dynamiques d’apprentissage. Comment les différentes formations au métier de capitaine se sont-elles adaptées à l’évolution socioculturelle de ces hommes, aux différentes conditions de navigation ou aux changements de contexte technologique sur le temps long ?

Télécharger le programme

Pour aller plus loin :

Lieu : Archives départementales de Loire-Atlantique – 6, rue de Bouillé – 44000 NANTES

Contact :

  • David PLOUVIEZ : david.plouviez@univ-nantes.fr
  • Bernard MICHON : bernard.michon@univ-nantes.fr

 

Regard sur les villes européennes en 1900, Conférence et présentation du Fonds Colbert par l’équipe des post-docs du LabEx EHNE, Lundi 2 octobre à 18h30, Espace Cosmopolis- Nantes.

Réinventer la ville en Europe et dans le monde

Expositions, conférences, films…

Du vendredi 15 septembre 2017 au dimanche 15 octobre 2017

Espace Cosmopolis- Nantes

Plus d’un habitant sur deux dans le monde vit en ville. L’urbanisation touche tous les continents et modifie en profondeur les espaces, les territoires et les sociétés : comment gérer les évolutions sociales et démocratiques, mais aussi technologiques, économiques, et environnementales indispensables ?
Le temps fort qui se déroule à Cosmopolis et dans une quinzaine de lieux partenaires aborde les enjeux auxquels les villes sont confrontées.
Il met en avant des expérimentations locales, des propositions innovantes et des mobilisations citoyennes venues d’Europe et du monde. Il est une invitation à réfléchir ensemble au futur que nous souhaitons pour nos villes, à notre qualité de citadins, mais aussi à celle des générations à venir.

REGARD SUR LES VILLES EUROPÉENNES EN 1900

Dans le cadre de cette manifestation, l’équipe des post-docs du Labex EHNE est invitée à présenter le fonds Colbert lors d’une conférence-projection qui se déroulera le lundi 2 octobre à 18h30 à l’espace Cosmopolis à Nantes.

Un ensemble de photographies sur plaques de verre destiné à la projection a été découvert par une enseignante dans les réserves du Lycée Colbert à Paris. Ce fonds, d’une rare richesse, est constitué de photographies de la France, de l’Europe et des colonies européennes. Il nous livre une présentation inédite des villes européennes à travers le regard d’un photographe français de la Belle Époque.

Entrée libre et gratuite

Plus d’informations et programme complet en cliquant ici

 

 

Carnet de l’axe 4 du LabEx EHNE « L’Europe, les Européens et le monde »