Appel à communications : Les Européens et la neutralité à l’épreuve de la mondialisation, 1700-1945

Eric Schnakenbourg, Professeur d’histoire moderne et Directeur du CRHIA (Université de Nantes), lance un appel à communications pour un colloque international organisé les 14 et 15 septembre 2017 à Nantes sur le thème :

Les Européens et la neutralité à l’épreuve de la mondialisation,

1700-1945

Alors que la notion de neutralité est pensée et pratiquée à l’origine par les Européens pour eux mêmes, la colonisation, les indépendances américaines et, plus largement, l’émergence d’acteurs non-européens élargissent la perspective dans laquelle elle doit être envisagée à partir du XVIIIe siècle. L’objet de ce colloque est de s’interroger, sur la longue période, sur la manière dont la neutralité élaborée à l’échelle de l’Europe a pu être appliquée, adaptée ou contredite dans des espaces lointains et par des acteurs non-européens….

Les communications seront assurées en français et en anglais. Une publication des actes est envisagée, après acceptation des textes par un comité scientifique. Les textes (8000-9000 mots) devront être rendus au 1er avril 2018 au plus tard.

Les propositions de contribution en anglais ou en français (300 à 500 mots) accompagnées d’un bref CV sont à envoyer pour le 30 septembre 2016, dernier délai, à Eric Schnakenbourg : eric.schnakenbourg@univ-nantes.fr .

Elles seront soumises à un comité scientifique composé de:

  • Maartje Abbenhuis, Université d’Auckland
  • Michel Catala, Université de Nantes
  • Stanislas Jeannesson, Université de Nantes
  • Eric Schnakenbourg, Université de Nantes
  • Neville Wylie, Université de Nottingham.

Télécharger l’appel à communications

Download the call for proposals

Pour aller plus loin :

  • Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163 – Universités de Nantes et La Rochelle) : cliquer ici
  • Le LabEx EHNE : cliquer ici
  • Encyclopédie pour une Histoire Nouvelle de l’Europe : cliquer ici
  • Alliance Europa : cliquer ici

Contact :

Journée d’études « La diffusion des produits ultra-marins en Europe, 16e – 18e siècles »

Maud Villeret, docteure en histoire moderne et membre associée au CRHIA-Nantes, et Marguerite Martin, doctorante à l’IDHES (UMR CNRS 8533 / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), organisent une journée d’études sur le thème :

La diffusion des produits ultra-marins en Europe,

16e – 18e siècles

L’enjeu de cette journée d’études est de comprendre comment se sont diffusés les produits exotiques en Europe, en prenant en compte la grande différenciation des consommations en fonction des pays, des espaces (maritimes et intérieurs, urbains et ruraux) et des classes sociales, en s’intéressant aux adaptations réalisées pour répondre aux besoins et aux goûts des consommateurs européens.

  Télécharger le programme

Pour aller plus loin :

  • Le LabEx EHNE : cliquer ici
  • Encyclopédie pour une Histoire Nouvelle de l’Europe : cliquer ici
  • Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163 – Universités de Nantes et La Rochelle) : cliquer ici
  • IDHES (UMR CNRS 8533 / Universités Paris 1, 8, 10, Evry Val d’Essone / ENS Cachan) : cliquer ici

Lieu :

  • Université de Nantes – MSH Ange-Guépin – 5, allée Jacques Berque – 44000 Nantes
  • Salle de conférence

Partenaires :

  • Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163 – Universités de Nantes et La Rochelle)
  • IDHES (UMR CNRS 8533 / Universités Paris 1, 8, 10, Evry Val d’Essone / ENS Cachan)

Contact : jeultramarins@gmail.com

Publication, Les négociants européens et le monde, histoire d’une mise en connexion, PUR, 2016, Par V. Chaillou-Atrous, J-F. Klein et A. Resche.

Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et chargée de l’animation scientifique du LabEx EHNE au CRHIA (Université de Nantes), Jean-François Klein, MCF en histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), et Antoine Resche, doctorant en histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), viennent de publier le numéro 54 d’Enquêtes et Documents :

Les négociants européens et le monde.

Histoire d’une mise en connexion

Bien avant l’ère chrétienne, des négociants de tous horizons contribuèrent à la première mise en connexion globale dans l’océan Indien et en mer de Chine formant un véritable « système-monde afro-eurasien ».  Au 15e siècle, les Portugais  suivis immédiatement par les Espagnols et les Hollandais, puis  les Anglais et les Français au 17e siècle, viennent s’immiscer dans « ce long filet de synchronie » commercial. Ce fut alors, pour ces négociants européens, le temps d’un apprentissage pour, finalement, concurrencer ces marchés locaux. Normé ou privé, sur l’océan Indien, Pacifique ou Atlantique, ce commerce transforma le monde dans une mesure qui dépasse de très loin la sphère marchande et financière. Avec leurs marchandises, ces négociants exportèrent également des cultures, des idées et des croyances, participant tous, à leur échelle, à la mise en connexion du monde. L’histoire des négociants est, par essence, une histoire transnationale et connectée.

En dépit de cela, les patrons de maisons de commerce ont été longtemps des laissés pour compte de l’historiographie, et, jusqu’à récemment, bien peu s’intéressèrent aux trajectoires de ces hommes et aux réseaux qu’ils tissèrent. Il n’est donc pas illégitime de tenter ici ce petit essai qui fait suite à la très riche journée d’études qui s’est tenue à l’Université de Nantes, dans le cadre du CRHIA et du LabEx EHNE  (notamment l’axe 4 porté par le CRHIA et l’Université de Nantes : « L’Europe, les Européens et le monde »), avec pour but d’évaluer, dans la mesure du possible, la place et le rôle joué par les négociants européens dans cette mise en connexion des hommes et des territoires du 16e au 20e siècle…

Pour aller plus loin :

Contact : Virginie Chaillou-Atrous : labexehne4@univ-nantes.fr

 

Exposition « Lumineuses projections! », Musée national de l’éducation de Rouen, 23 avril 2016-31 janvier 2017

Une exposition autour des techniques et des usages dans l’art de la projection lumineuse qui suit la destinée des projections fixes en tant qu’outil d’enseignement, depuis les conférences populaires de la fin du XIXe siècle où elles font leur première apparition en public, jusqu’à leur démocratisation dans les classes à partir des années 1960.

Une première partie est consacrée aux débuts de la projection, sa dimension artisanale, ludique et spectaculaire, puis à l’industrialisation de la lanterne magique au XIXe siècle. La seconde partie aborde l’émergence d’un usage pédagogique de la projection dans les cours pour adultes ou dans le milieu scolaire. Enfin sont envisagées les projections fixes scolaires dans leur rapport à l’image animée.

Le LabEx EHNE est partenaire de cette exposition : il met à disposition un ensemble de plaques de verre photographiques du XIXe siècle, issues du Fonds Colbert, fonds de plaques découvert au lycée Colbert (Paris 10e) et valorisé par le LabEx. Ces images font l’objet d’analyses par des chercheurs du LabEx dans une perspective historique.

Commissariat de l’exposition

Anne Quillien, chargée de conservation et de recherche au musée national de l’Éducation

Commissariat adjoint

Patrice Guérin

Chercheurs LabEx associés

Guillaume Le Gall, maître de conférences en histoire de l’art contemporaine à Paris-Sorbonne, et Delphine Diaz, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Reims

Partenariats

LabEx EHNE et la cinémathèque Robert Lynen (Paris 17 e)

Musée national de l’Éducation

Centre d’exposition

185, rue Eau-de-Robec

76000 Rouen

Experts et expertises en diplomatie. La mobilisation des compétences dans les relations internationales, du congrès de Westphalie à la naissance de l’ ONU

Stanislas Jeannesson, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), Fabrice Jesné, MCF en histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes) et Directeur des études pour les époques moderne et contemporaine à l’Ecole française de Rome, et Eric Schnakenbourg, Professeur d’histoire contemporaine et Directeur du CRHIA (Université de Nantes), organisent le colloque :

 Experts et expertises en diplomatie

La mobilisation des compétences dans les relations internationales, du congrès de Westphalie à la naissance de l’ ONU

Depuis le XVIIe siècle, le champ de la diplomatie s’est considérablement élargi à mesure du développement et de la diversification des relations internationales. Les agents diplomatiques se trouvent dès lors confrontés à une grande diversité de sujets et de missions ce qui les amène à faire appel à des compétences et des savoirs extérieurs. Les ambassades, les congrès diplomatiques ou les grandes conférences internationales mobilisent des spécialistes chargés d’aider à la négociation sur des points particuliers. Dès le XIXe siècle, la mise en place de grandes organisations internationales impose la création d’organes d’expertise, permanents ou temporaires, chargés de travailler en amont sur les questions internationales….

Consultez le programme du colloque

Entrée libre et gratuite.

Pour aller plus loin :

Lieu :

  • MSH Ange-Guépin – 5 Allée Jacques Berque , 44000 Nantes – Amphithéâtre Simone-Weil

Contact :

  • crhia@univ-nantes.fr

Les ports européens face à la pluralité des mémoires de la traite des noirs et de l’ esclavage

Eric Saunier, MCF au laboratoire Idées (UMR 6266 CNRS / Universités du Havre) et Bernard Michon, MCF en histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes), organisent les 12 et 13 mai 2016 un colloque international au Havre sur le thème :

 « Les ports européens face à la pluralité des mémoires de la traite des noirs et de l’ esclavage »

La question des liens entre histoire et mémoire se pose immanquablement aux chercheurs qui abordent les thèmes de la traite des Noirs et de l’esclavage puisque, comme le disait le philosophe italien Benedetto Croce : « toute histoire est contemporaine ». Ainsi, c’est avec des questionnements présents que les historiens interrogent le passé. Les travaux de l’historien Pierre Nora sur les Lieux de mémoire, publiés en trois tomes entre 1984 et 1992, ont permis d’approfondir considérablement nos connaissances dans ce domaine, même si, comme l’a fort justement remarqué Myriam Cottias, aucun article n’est consacré au domaine colonial, ni à l’abolition de l’esclavage.

La mémoire ou plutôt les mémoires constituent un champ de recherche pluridisciplinaire. Au-delà des historiens, des géographes, sociologues, anthropologues, chercheurs en science politique s’intéressent à la manière dont les ports européens font face à leur passé négrier. En France, la loi Taubira, adoptée en 2001, fait de la traite et de l’esclavage des crimes contre l’Humanité. La même année, la conférence de Durban, organisée par l’ONU, a mis la question de l’esclavage et de ses héritages au cœur des débats. 2004 a ensuite été proclamée par l’assemblée générale des Nations Unies année internationale de « commémoration de la lutte contre l’esclavage et de son abolition ». Ces initiatives ont contribué à faire sortir de l’ombre, voire de l’oubli complet, le passé négrier de ports atlantiques, engagés dans ce commerce d’êtres humains. Des associations citoyennes ont été fondées dans de nombreux lieux, suscitant ou accompagnant des décisions politiques comme la construction d’un musée international de l’esclavage à Liverpool et l’érection d’un mémorial de l’abolition à Nantes, inaugurés respectivement en 2007 et 2012. En 2006, l’instauration par Jacques Chirac d’une journée annuelle dédiée à la commémoration de l’abolition de l’esclavage, a permis de multiplier les projets à l’échelle française. Parmi eux, il est possible de citer, sans prétendre à l’exhaustivité, des manifestations scientifiques, comme au Havre avec une série de colloques universitaires organisés entre 2008 et 2013, des expositions grand public, comme à La Rochelle avec la mise en ligne d’une exposition virtuelle sur la traite négrière en 2013, des approches muséales profondément renouvelées, comme à Bordeaux avec l’ouverture des nouvelles salles du musée de l’Aquitaine en 2009.

Ces journées d’études souhaitent dresser un état des lieux des réalisations faites depuis une dizaine d’années (mémoriaux, musées, statues, noms de rue…) et mener une réflexion comparative à l’échelle européenne sur les politiques mémorielles entreprises aux échelles nationale et locale (leurs évolutions sont évidemment à prendre en considération). L’attention devra également porter sur les différents mouvements citoyens mis en place, avec le risque de multiplication des mémoires.

Comité scientifique :

  • Pr. Ana Lucia Araujo, Howard University (Etats-Unis),
  • Pr. Myriam Cottias (Université des Antilles-Guyane, présidente du comité national pour la mémoire de l’esclavage),
  • Pr. Pieter Emmer (Université de Leyde),
  • Pr. Erick Noêl (Université des Antilles-Guyane),
  • Pr. Guy Saupin (Université de Nantes)

Comité d’organisation :

  • Eric Saunier, Université du Havre,
  • Bernard Michon, Université de Nantes.
  • Secrétariat : Laura Lhotelais, Université du Havre,
  • Sophie Fauvel , Université du Havre

Consulter le programme : cliquer ici

Partenaires :

Parution : La conquête des Amériques. Amérindiens et conquérants au 16ème siècle

Grégory Wallerick, docteur en histoire moderne et membre associé au CRHIA (Université de Nantes) vient de publier :

La conquête des Amériques.

 Amérindiens et conquérants au 16ème siècle

L’année 1492 sonne comme une date majeure dans l’histoire du monde : la rencontre entre l’Europe et le continent américain, sous la bannière dressée par Christophe Colomb. C’est aussi la première mondialisation, c’est-à-dire la possibilité de considérer l’ensemble des terres dans le monde. De ce contact, deux conséquences sont directement appréciées.

Le premier retentissement concerne la découverte, pour les Européens, de différents peuples, appelés Indiens, qui semblent vierges de civilisation et de religion. Ces populations constituent autant de brebis égarées à convertir dans la foi catholique, alors que la menace musulmane se fait pressante et les dissensions au sein du christianisme augmentent. Une des conséquences immédiates pour les indigènes concerne la disparition des empires en place, comme ceux des Aztèques (ou Mexica) et des Incas, tant par les actions des conquérants que par l’apport involontaire de maladies.

La seconde conséquence est l’extension de l’Ancien monde. Les royaumes d’Espagne et du Portugal sont les premiers à être autorisés, par le Pape, à s’installer dans les espaces américains. D’autres grandes puissances européennes, comme les royaumes de France et d’Angleterre et, plus tard, la République des Provinces-Unies, cherchent, au cours du 16ème siècle, à s’implanter dans le Nouveau-Monde, de manière éphémère ou durable.

Ce sont donc les conséquences de cette rencontre qui nous intéressent particulièrement, notamment la manière dont les Européens parviennent à s’implanter, parfois après de vaines tentatives, sur un espace de convoitises et de rivalités. Le siècle de la conquête et de l’ appropriation des Amériques bouleverse profondément les deux protagonistes, l’Ancien et le Nouveau-Monde. La vision de la conquête à la fin de ce siècle contribue à créer une image persistante des nations conquérantes.

Partenaires :

Contact :

  • Grégory WALLERICK : gwallerick@gmail.com

Publication, L’Europe des citoyens et la citoyenneté européenne. Évolutions, limites, perspectives, Editions Peter-Lang, 2016

Michel Catala, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA-Nantes et co-responsable du programme Alliance Europa, Stanislas Jeannesson, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, et Anne-Sophie Lamblin-Gourdin (UMR 6297 CNRS / DCS, Université de Nantes), viennent de publier les actes de leur colloque de novembre 2013 :

L’ Europe des citoyens et la  citoyenneté européenne.

Évolutions, limites et perspectives

Résumé :

La construction européenne est souvent présentée ou perçue comme un processus technocratique imposé aux peuples par les élites à la suite du désastre de la Seconde Guerre mondiale et du traumatisme de la Guerre froide. La crise actuelle que connaît l’Union européenne semble ainsi démontrer l’absence de solidarité entre les États et les peuples du continent, par manque d’identité partagée et de projet politique démocratiquement accepté. La création d’une citoyenneté européenne par le traité de Maastricht, en 1992, n’a pas enrayé le désintérêt des citoyens des États membres, pourtant de plus en plus affectés par les politiques européennes, à l’égard de l’Union et de ses institutions. Dans une perspective résolument interdisciplinaire, à la croisée de l’histoire, du droit, des sciences politiques, de la sociologie et de la philosophie, cet ouvrage entend dépasser ce constat d’échec un peu simpliste, pour étudier les modalités et les visages de la citoyenneté européenne, son émergence progressive depuis les premiers projets de l’entre-deux-guerres, ses limites et ses insuffisances, mais aussi ses perspectives, à long terme comme dans un avenir proche.

Pour en savoir plus

Le CRHIA et le LabEx EHNE au Maroc

Le 29 février 1960, la ville d’Agadir était durement touchée par un puissant séisme qui coûta la vie à un tiers de ses habitants. Pour commémorer le cinquante-cinquième anniversaire de cette tragédie, le CRHIA en collaboration, notamment, avec le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (Centre des Archives diplomatiques de Nantes), le LabEx EHNE (axe 4 : « L’Europe, les Européens et le monde ») et l’Université Ibn Zohr d’Agadir, avait organisé une exposition présentée à Nantes en juin 2015 (cliquer ici) et intitulée :

« Images d’Agadir et du sud marocain, 1912-1960″

Le 29 février 2016, cette exposition a été inaugurée au Musée municipal d’Agadir en présence du Ministre marocain de la Recherche, de la Gouverneure de la région d’Agadir, du Consul de général de France, du Maire de la ville et du Président de l’Université d’Agadir.

La délégation nantaise, composée de Michel Catala, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes) et coresponsable du programme Alliance Europa, Bernard Salvaing, Professeur émérite d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), et Eric Schnakenbourg, Professeur d’histoire moderne (Université de Nantes) et Directeur du CRHIA,  a fait le déplacement pour le vernissage de l’exposition et consolider les relations entre l’Université de Nantes et celle d’Agadir.

Lieu : Musée municipal du patrimoine Amazigh – Avenue Hassan II – Agadir

Partenaires :

Contact : crhia@univ-nantes.fr

  IMG_1878-1  20160229_175533-2

Carnet de l’axe 4 du LabEx EHNE « L’Europe, les Européens et le monde »