Les consuls, agents de la présence française dans le monde (18e-19e siècles)

Fabrice JESNE, MCF en histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes) et Directeur des études pour les époques moderne et contemporaine à l’Ecole française de Rome, vient de publier le numéro 57 d’Enquêtes et Documents sur le thème :

Les consuls, agents de la présence française dans le monde

18e-19e siècles

Résumé :

D’abord pensée pour favoriser les échanges commerciaux en Méditerranée, l’institution consulaire devient, au cours des temps modernes puis de l’époque contemporaine, un instrument de rayonnement extérieur des monarques puis des nations. Par ses deux empires coloniaux successifs, par la dimension globale de son commerce et de ses ambitions géopolitiques, par la puissance de son économie précocement industrialisée et son influence culturelle, la France projette ses « nationaux » sur tous les continents, et cela très tôt et dans la durée. Pour gérer les multiples intérêts français à l’étranger, l’État dispose d’un type d’agents précieux par leur caractère polyédrique : les consuls. Leur fonctionnarisation progressive, de même que leurs fonctions d’information, d’intermédiation marchande et d’administration des ressortissants sont bien connues de l’historiographie spécialisée. En revanche cet ouvrage entend examiner le rôle des consuls dans la présence française dans le monde, une présence multiforme qui ne se réduit pas aux seules ambitions coloniales ou impériales. Si l’extension du réseau consulaire reflète à la fois la présence commerciale et politique française, elle est aussi en partie tributaire des stratégies, des consuls eux-mêmes.

Cette publication est issue d’une journée d’études organisée en 2014 par le CRHIA (Université de Nantes) et le Laboratoire d’Excellence « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe ».

Pour aller plus loin

Contact : Fabrice JESNE : fabrice.jesne@univ-nantes.fr

« Voilà les Américains ! », Les Etats-Unis en France et en Europe, 1917-1920 : circulations et diffusion des idées et des savoirs

Michel CATALA, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes) et Directeur d’Alliance Europa, et Stanislas JEANNESSON, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), organisent le colloque international :

« Voilà les Américains ! »

Les Etats-Unis en France et en Europe, 1917-1920 : circulations et diffusion des idées et des savoirs

22 au 24 juin 2017

Cinéville – 5 boulevard de la Légion d’Honneur

44600 SAINT-NAZAIRE

Ce colloque, qui s’inscrit dans le cadre des manifestations scientifiques organisées à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, entend revenir, en tentant d’ouvrir des perspectives nouvelles, sur cet événement déterminant, tant pour l’issue du conflit que pour l’histoire du XXe siècle, qu’est l’entrée en guerre des États-Unis en 1917. Délaissant volontairement les aspects purement militaires et diplomatiques – au sens traditionnel du terme -, qui ont déjà fait l’objet de nombreuses études, nous souhaitons orienter notre réflexion vers le domaine culturel, dans son acception la plus large, et nous interroger sur les effets de la présence américaine sur le vieux continent, durant les dernières phases de la guerre et les premières années de la paix…

Consulter le programme

  Les inscriptions en ligne sont closes. Accès au colloque sur place dans la limite des places disponibles.

Pour aller plus loin :

L’engagisme africain dans l’océan Indien occidental : le cas de La Réunion, XIXème-XXIème siècles

La prochaine séance du séminaire de l’Association pour l’étude de la colonisation européenne, 1750-1850 aura lieu le samedi 20 mai prochain, à 14 h 30, en salle Picart (escalier C, 3e  étage), 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris.

Avec une communication de Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et chargée de l’animation scientifique du LabEx EHNE au CRHIA (Université de Nantes), qui portera sur le sujet suivant :

L’engagisme africain dans l’océan Indien occidental :

le cas de La Réunion, XIXèmeXXIème siècles

Cette conférence complétera la communication de Céline Flory qui portait sur l’engagisme africain dans la Caraïbe.

 

Pour en savoir plus

Publication, Tianjin cosmopolis, une autre histoire de la mondialisation, Pierre Singaravélou

Pierre Singaravélou,

Professeur à l’Université  Paris I Panthéon-Sorbonne,

publie

Tianjin cosmopolis, une autre histoire de la mondialisation

aux éditions du Seuil.

La mondialisation n’est pas un vain mot pour désigner ce qui survient au tournant du xxe siècle à Tianjin, capitale diplomatique de l’empire du Milieu. Cette ville chinoise méconnue suscite alors la convoitise de toutes les puissances de la planète en quête de concessions territoriales.

Des hommes du monde entier s’y aventurent pour faire fortune. L’audacieux vice-roi Li saisit l’occasion pour transformer le siège de son pouvoir en un laboratoire de la « modernité » urbaine. La guerre des Boxeurs durant l’été 1900 transforme brutalement la ville en une commune insurrectionnelle : les sièges des concessions étrangères puis de la cité autochtone détruisent des quartiers entiers et, suite à la victoire inattendue des forces alliées, de nombreux civils chinois sont massacrés. Avec la volonté affichée de moderniser Tianjin et sa région, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, les États-Unis, la Russie, le Japon, l’Italie et l’Autriche-Hongrie fondent sur-le-champ le premier gouvernement international de l’époque contemporaine.

En analysant ici tous les aspects d’une expérience politique unique, Pierre Singaravélou offre une vision renouvelée des origines de la mondialisation actuelle qui fut, dès l’origine, une coproduction entre puissances européennes, asiatiques et états-unienne.

L’Europe et l’Afrique post-coloniale : conflits armés et enjeux sécuritaires

Dans le cadre de l’axe 4 du LabEx EHNE (Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe), Amenan Roseline KOUAME, doctorante en histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), et Lobry Abel BAGNON, doctorant en histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), vous invitent à participer à une journée d’études doctorale sur le thème :

L’Europe et l’ Afrique post-coloniale : conflits armés et enjeux sécuritaires

Lundi 12 juin 2017

Université de Nantes – Campus Tertre – Bâtiment Censive – Chemin de la Censive du Tertre – 44312 Nantes
Salle C 248

Organisée avec le soutien de leur directeur de thèse Michel CATALA, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes).

Vous trouverez le programme de la journée en pièce jointe.

Plus d’informations : http://bit.ly/JEDAfriquePostcoloniale

Pour aller plus loin :

Journées internationales d’études : Les traités de paix en Europe : négociations, applications et réceptions (1918-première moitié des années 1920) 22 mai – 23 mai

Journées internationales d’études : Les traités de paix en Europe : négociations, applications et réceptions

(1918-première moitié des années 1920)

22 mai 14h-18h-23 mai 9h30-13h

Maison de la Recherche, salle D116

(28, rue Serpente, 75006 Paris)

Organisées par l’axe 4 et 5 du Labex EHNE

 

Les débats seront rythmés par quatre « tables-rondes » pensées comme des moments d’échanges autour d’un thème fort. Chaque table ronde est introduite par des interventions des témoins invités et se poursuit par un échange entre l’ensemble des participants.

22 mai

14h :  Introduction par Georges-Henri Soutou

Tour de table de présentation des intervenants et des participants (dans le public)

15h-16h30 : première table-ronde

« Bilan historiographique des traités de paix »

17h-18h30 : deuxième table-ronde

« Les notions : héritages et ruptures des principes mis en avant »

23 mai

9h15 : Accueil des intervenants et participants

9h30-11h : troisième table-ronde

« Les acteurs des traités de paix, de leur conception à leur application »

11h30-13h : quatrième table-ronde

« Comment écrire une histoire européenne des traités de paix ? »

 

Inscription auprès d’Isabelle Davion: idavion@free.fr

 

 

 

Appel à communications: Colloque international : Pluralisme religieux, sociétés plurielles : les religions dans l’espace public européen 3-5 Octobre 2018, Nantes.

Pour l’historien Tony Judt, l’identité est un mot dangereux. Souvent basées sur des conceptions essentialistes et anhistoriques de la nation ou de la religion, les politiques identitaires remettent aujourd’hui en question les fondements pluralistes et multi-religieux des sociétés en Europe et au-delà. Ce colloque propose d’explorer ce en quoi la diversité religieuse et culturelle a toujours constitué un élément important des sociétés européennes. Nous nous pencherons sur la manière dont divers États ont accommodé la religion en général et des organisations religieuses en particulier, en prêtant une attention particulière aux questions d’identité de groupe et de liberté individuelle ainsi qu’à la distinction entre espaces privé et public et en interrogeant les termes et les logiques de proximité, d’échanges, de relations et d’emboitement entre les sociétés et les Etats dans cet espace en constante mutation. Il sera essentiel de toujours se demander de quelle Europe, de quels espaces publics et de quelles sociétés européennes on parle – l’Europe d’aujourd’hui, souvent identifiée de manière trop simpliste à un projet politique spécifique, l’Union européenne, et aux relations à ses espaces voisins méditerranéens et orientaux n’est pas la même que celle de 1914, encore moins celle du moyen âge ou du XVIe siècle.

            Le paysage confessionnel de cet espace est à la fois systématiquement marqué par la diversité et constamment en évolution, en mouvement. Les religions changent continuellement. Dit d’une autre manière, les croyants et pratiquants adaptent continuellement leur pratiques et croyances religieuses aux réalités sociales et politiques changeantes. Par exemple, de nombreux chrétiens ou musulmans considèrent leur religion comme immuable : les appels au changement, les doctrines ou pratiques réformistes sont souvent présentés comme des efforts de « retour » à une pureté originelle perdue, un apogée supposée (l’âge des Apôtres, du Prophète et de ses compagnons, « l’Âge d’Or » de l’Église au XIIIe siècle…). Ce schéma a pour effet d’essentialiser la religion et peut mener au fondamentalisme ainsi qu’à un rejet doctrinaire de versions rivales de sa propre religion (Judaïsme Rabbinique/Karaïsme, Catholicisme/Protestantisme, Sunnisme/Chiisme) et des éléments séculiers de la modernité. Une telle essentialisation provenant d’une source extérieure à la tradition religieuse peut les conduire à la rejeter, à la considérer comme « obscurantiste » ou incompatible avec les valeurs séculières contemporaines. Et pourtant, les religions sont en perpétuel mouvement : les formes diverses de Judaïsme ou de Bouddhisme pratiquées aujourd’hui en Europe sont différentes de celles qu’on pouvait trouver il y a des siècles, ou de celles qu’on trouve encore aujourd’hui dans d’autres parties du monde.

            Au cours de ce colloque, nous étudierons l’héritage religieux dans les sociétés européennes et  dans leurs espaces d’influence, de contacts et d’échanges à travers cinq sessions académiques sur des thèmes clés en privilégiant des approches favorisant le dialogue entre les disciplines. Les communications pourront être proposées en français ou en anglais. En parallèle, nous organiserons une série d’ateliers en français pour les professionnels, les décideurs politiques et pour tous les publics intéressés par les défis et possibilités  que pose la diversité dans la pratique religieuse et la foi aux sociétés du XXIe siècle.

Ateliers académiques :

  • Atelier1 : Définir la religion

Qu’est-ce qu’une religion ? Comment les philosophes, théologiens, anthropologistes, juristes et autres ont-ils délimité les frontières du sacré et du profane ? Du religieux et du séculaire ? Dans quelle mesure ces définitions sont-elles spécifiques à une culture ? Quand et comment bascule-t-on d’une opposition polémique entre « religion » et « superstition » à une catégorie apparemment plus objective de « religions » au pluriel ? Les systèmes de croyances non-théocentrés (communisme, fascisme…) peuvent-ils être considérés comme des religions, dans la mesure où ils contiennent un certain nombre des aspects et éléments de systèmes religieux ?

  • Atelier 2 : Sécularisation, laïcité(s) et pluralisme dans les sociétés européennes

La sécularisation est un ensemble de processus sociétaux qui consiste, de la part des sujets, à mettre à distance des prescriptions ou conseils religieux. L’adoption d’un cadre laïque a, quant à elle, souvent été étudiée dans les termes d’une lutte binaire entre cultes (ou institutions religieuses) notamment l’Eglise catholique, et État. Au cours de cet atelier, nous prêterons attention à la manière dont une pluralité de religions détermine les attitudes étatiques envers la religion et la définition de droits religieux (que ce soit les rôles des juifs et des protestants dans la Première République en France, la place des dissidents protestants et des catholiques en Angleterre au XVIIe siècle ou le rôle de l’islam dans les sociétés où l’Etat est conçu comme proche de la neutralité au XXIe siècle). Verra-t-on une réaffirmation ou une redéfinition des cadres légaux liés à la sécularisation ? Ou bien une accommodation avec des spécificités religieuses dans un monde « post-séculier » ?

  • Atelier 3 : Politiques religieuses dans les empires coloniaux européens

Entre le XVIe et le XXe siècle, les nations européennes ont gouverné de larges empires coloniaux avec une grande diversité de religions. Au cours de cette session, nous examinerons les réactions des pouvoirs coloniaux à cette diversité religieuse ainsi que les politiques mises en place (de l’encouragement de missionnaires chrétiens ou musulmans à la régulation et au renforcement de barrières religieuses en passant par la manipulation d’élites religieuses locales voire même leur recrutement auprès des hiérarchies coloniales). Les populations colonisées ont utilisé les arguments et institutions religieux de différentes manières, pour naviguer entre les structures coloniales, pour réclamer des droits ou pour s’opposer au pouvoir colonial européen.

  • Atelier 4 : Pluralisme religieux dans le monde musulman

Cet atelier portera sur la manière dont les sociétés des pays majoritairement musulmans ont traité la pluralité religieuse des points de vues théologique, juridique ainsi que de la pratique. La catégorie légale de dhimmi a émergé dès les premiers siècles de l’Islam bien qu’en pratique ce statut différait d’une société à une autre. Depuis le XIXe siècle, les théologiens et juristes musulmans, confrontés aux catégories du droit non-confessionnel, ont développé des stratégies diverses pour définir la place du non-musulmans dans les sociétés sous autorité musulmane et du musulman dans les sociétés où la nature de l’Etat n’a pas été défini en relation avec le droit islamique.

  • Atelier 5 : Religion et mondialisations : sécularisation, commercialisation, réenchantement

Les progrès technologiques, de la communication ainsi que dans la capacité de mobilité des individus ont créé un marché global pour la religion. Cette session donnera l’occasion d’examiner les effets de ces changements sur les pratiques religieuses et l’insertion des religions dans les espaces publics en Europe, sur l’organisation et le rôle des institutions religieuses traditionnelles et sur d’autres qui émergent, mais également sur le dialogue inter-religieux dans les sociétés européennes.

Soumission des propositions

Nous invitons les chercheurs de tous les champs académiques, y compris et en particulier les doctorants, à soumettre leur proposition de communication.

Les propositions pour des communications de 30 minutes devront être envoyées avant le 1er septembre 2017 à l’adresse ipra@univ-nantes.fr. Les communications peuvent être rédigées en anglais ou en français. Elles doivent impérativement contenir :

  1. Un document au format .doc contenant
  2. Nom complet et affiliation
  3. Titre de la communication proposée (et indication de l’atelier dans lequel l’intervention est proposée)
  4. un résumé de la communication (200-500 mots)
  5. une liste de 5-10 mots-clés
  6. Un CV

Validation et confirmation

Le comité d’organisation confirmera la réception des soumissions et se prononcera sur celles retenues et celles rejetées au plus tard le 31 octobre 2017. Les contributeurs retenus seront invités à confirmer leur participation.

Les frais des intervenants sur place (hébergement, repas) seront assurés par les organisateurs, ainsi que les frais de déplacements pour ceux dont l’université d’affiliation ne peut pas les prendre en charge

Comité de Pilotage:

Dominique Avon, Université du Maine

Arnauld Leclerc, Université de Nantes

Michel Catala, Université de Nantes

John Tolan, Université de Nantes

Nicolas Stefanni, IPRA, Université de Nantes

Amanda Rio de Pedro, Alliance Europa, Université de Nantes

 

Comité scientifique:

A. Leclerc

J.Tolan,

D. Avon

Jean-Marc Ferry, Université de Nantes

Christiane Gruber, University of Michigan

Tomoko Masuzawa, University of Michigan

Annick Peters Custot, Université de Nantes

Karine Durin, Université de Nantes

Céline Borello, Université du Maine

Vincent Vilmain, Université du Maine

Jean-Philippe Schreiber, Université Libre de Bruxelles

Lionel Obadia, Université de Lyon II

Caroline Julliot, Université du Maine

 

Séminaire inter-axes « Regards croisés sur la notion d’Occident: histoire européenne et point de vue asiatique », vendredi 12 mai 10h-12h

La deuxième séance du séminaire inter-axes du Labex EHNE aura lieu ce vendredi 12 mai de 10 à 12 heures à la Maison de la recherche (salle D421) à Paris.

La discussion sera centrée sur la notion d’ « Occident », à travers une approche croisée d’histoire politique (perspectives européennes), et plus géopolitique (perspectives asiatiques), à partir des pistes générales de la notice The West : a conceptual exploration de l’encyclopédie EGO (Europäische Geschichte on line, produite par le Leibniz Institut fur Europäische Geschichte de Mayence, partenaire du LabEx EHNE).

Les deux intervenants seront Christophe Poupault, professeur d’histoire en CPGE, et Hugues Tertrais, professeur émérite à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, fondateur du Centre d’Histoire de l’Asie Contemporaine (CHAC).

Après l’exposé des deux intervenants, un débat peut s’engager, auquel le public est invité à participer.

Save The Date ! Projection du film « Sac la mort »

L’axe 4 du LabEx EHNE, les Anneaux de la Mémoire et Bernard MICHON, MCF en histoire moderne (Université de Nantes), vous invitent à assister à la projection du film Sac la mort d’Emmanuel Parraud, le lundi 22 mai à 20h à l’espace Cosmopolis à Nantes.
Entrée libre et gratuite – la projection sera suivie d’une discussion avec des historiens et des membres de l’équipe de réalisation.
À la Réunion, bouleversé par l’assassinat de son frère dont il connaît l’auteur, Patrice est convaincu par un ami d’avoir marché par mégarde sur un sac la mort. SAC LA MORT raconte en créole réunionnais la vie de Patrice et de ses amis, une histoire tumultueuse en hommage aux Cafres, interprétée par des réunionnais au talent d’acteur exceptionnel. Le premier film tourné en créole réyoné sélectionné au festival de Cannes.

Publication, Transposer la France, L’Immigration française au Canada (1870-1914)

Françoise Le Jeune, professeure d’histoire de la Grande-Bretagne et du Canada (XVIIIe et XIXe siècles) à l’Université de Nantes, Yves Frenette, professeur et titulaire de la Chaire de recherche du Canada de niveau 1 sur les migrations, les transferts et les communautés francophones à l’Université de Saint-Boniface et Paul-André Linteau, professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal et codirecteur du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal viennent de publier:

Transposer la France

L’Immigration française au Canada (1870-1914)

Si la majorité de ces nouveaux-venus choisit de s’établir en terre francophone, souvent à Montréal, bon nombre d’entre eux s’installent dans l’Ouest, sur les vastes terres agricoles de la Prairie. Et si on compte parmi eux un contingent important de religieux, chassés par les politiques anticléricales adoptées par la République française à partir de 1880, contingent qui allait profondément influencer le système d’éducation au Québec, ces Français se font aussi cultivateurs et ouvriers, enseignants, comédiens et chercheurs d’or. Pourquoi et comment ces Français prennent-ils la route du Canada ? Où s’établissent-ils et comment s’intègrent-ils à la société canadienne ? Telles sont les grandes questions soulevées dans cet ouvrage.

Le livre s’ouvre sur une présentation d’ensemble de la migration française vers le Canada, de ses effectifs et de ses rythmes, mais aussi des facteurs qui l’ont façonnée. Il est suivi d’un chapitre où ce mouvement migratoire est vu de France. Pourquoi et dans quel contexte les Français partent-ils pour le Canada ? D’où viennent-ils ? Qui les recrute, avec quels arguments ? Quelle attitude adoptent les autorités françaises à leur égard ? Viennent ensuite cinq chapitres traitant de chacune des composantes régionales du pays : les deux premiers concernent le Québec; un chapitre complet est consacré à Montréal, où s’implante et se développe la communauté française la plus nombreuse et la mieux organisée; le chapitre 4 traite de la présence française dans le reste de la province, un sujet encore mal connu; le cinquième chapitre étudie le cas particulier de l’Ontario; le chapitre 6 traite des trois provinces de la Prairie, où se dirigent une bonne moitié des immigrants français au tournant du XXe siècle; le dernier chapitre couvre les deux extrémités du pays, les provinces maritimes à l’est, la Colombie-Britannique et le Yukon à l’ouest.
Pour plus d’informations: Les éditions du Boréal

Carnet de l’axe 4 du LabEx EHNE « L’Europe, les Européens et le monde »