Séminaire « Repenser les élites et le pouvoir : formations, circulations et mutations »

Le séminaire « Repenser les élites et le pouvoir : formations, circulations et mutations » est rattaché au :

  • Projet de recherche Poltur « Espaces, réseaux et circulations. Les reconfigurations du politique en Turquie », au sein du laboratoire IRISSO, financé par le programme « Emergences » de la Mairie de Paris.
  • Réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) « Islams et chercheurs dans la cité (enquêtes, risques et transferts) » au sein de l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM)
  • LabEx EHNE (Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe), le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique, Université de Nantes.

Organisateur.e.s :

  • Houda Ben Hamouda (SIRICE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Isil Erdinç (IRISSO, Université Paris Dauphine)
  • Choukri Hmed (IRISSO, Université Paris Dauphine)
  • Dimitrios Kosmopoulos (IRISSO, Université Paris Dauphine)
  • Karine Ramondy (SIRICE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Pelin Ünsal (IRISSO, Université Paris Dauphine)
  • Héla Yousfi, (DRM, Université Paris Dauphine)

Programme 2017-2018 :

(De 16h à 18h à la salle C108 à l’université Paris Dauphine, Place du Maréchal de Lattre de Tassigny 75016 Paris)

(Attention exceptionnellement salle A711 pour la première séance – 19 février de 16h à 18h)

  • 1re séance (19 février 2018) – Raphaël Gourrada (CETOBAC, EHESS) – « Le positionnement politique des establishments religieux libanais : les cas chrétien maronite et musulman sunnite ».
  • 2e séance (16 mars 2018) – Karine Ramondy (SIRICE, Université Paris 1)- Exercer le leadership politique en Afrique centrale.
  • 3e séance (13 avril 2018) – Elise Massicard (CNRS/CERI-Sciences Po) – Des élites street-level ? Les maires de quartier en Turquie au croisement des champs de pouvoir et Pelin Ünsal (IRISSO, Université Paris Dauphine) – Les élites journalistiques en Turquie sous le gouvernement AKP (2002-2017).
  • 4e séance (25 mai 2018) – Deborah Perez (CHERPA (IEP d’Aix-en-Provence), CMH (ENS/EHESS) et CERI (SciencesPo) – Légitimation et professionnalisation d’un nouveau personnel politique dans la Tunisie post-révolutionnaire.
  • 5e séance (15 juin 2018) Camille Evrad (Université de Toulouse J. Jaurès, Framespa UMR 5136) – Les élites militaires et la construction de l’État post-colonial. Mauritanie- Niger 1960-1978 et Saphia Areski (CHERPA, IEP d’Aix-en – Provence) – Les élites militaires algériennes et l’Etat. (titre provisoire)

Présentation :

Notre réflexion sur les élites vise à décloisonner les élites de différentes aires géographiques, culturelles et de repenser les réseaux, les ressources et les reconversions des élites des pays méditerranéens, de l’Afrique et de l’Europe centrale et de l’Est. Dans le cadre de ce séminaire, nous souhaitons mener une réflexion sur le concept d’élites et dépasser la dichotomie entre les notions d’élites du Sud et du Nord, en réfléchissant sur la construction, la conversion ou reconversion des élites dans une longue durée (en période coloniale, postcoloniale mais également guerre froide et post-guerre froide). Nous inscrivons notre réflexion sur les élites dans un système global où nous dépassons la relation Élites-État en considérant les échelles imbriquées, les circulations, les mutations et les transferts dans une société civile globale où les institutions internationales, les ONG, les marchés économiques, l’État reconfigurent le rôle et le positionnement des élites. Nous proposons également une approche interdisciplinaire (histoire, économie, sociologie, géographie, science politique et anthropologie) sur les différents types d’élites (politique, économique, intellectuel, culturel, militaire et religieuse) afin de comprendre les relations entre les différents champs sociaux. C’est également à l’analyse des relations interchamps et des pratiques nationales, locales et individuelles des différents groupes d’intérêts et de pression que sera consacrée notre séminaire. En ce sens, l’idée est de réfléchir sur les régimes politiques non pas par l’étude des institutions proprement politiques mais par une sociologie des échanges en politique (la composition des élites, leurs modes de sélection, de nominations et de compétition). Dans quelle mesure les élites s’autonomisent-elles par rapport à l’État ? Comment les ressources (sociales, économiques et culturelles) se reconvertissent ? Est-il pertinent de parler d’élites postcoloniales ? Quelles mutations face aux crises politiques et économiques et aux transformations des régimes ? Quelles stratégies de survie, de reconversion ou de conservation ? Comment le travail de domination est divisé ? Comment se construit et se transforme le champ de pouvoir ?

L’approche par une sociologie des champs et de la domination notamment en introduisant la notion de champ de pouvoir permettra d’adopter une approche relative et relationnelle. Notre approche qui se focalise sur les prises de position de différents types d’élites dans le champ de pouvoir permettra de mettre en évidence les mécanismes de coproduction de l’action publique. Une analyse comparative des élites locales permettra de discuter la construction des champs de pouvoir locaux.

Notre démarche théorique encourage plutôt à privilégier une approche multisectorielle attentive à la complexité des configurations observables et à analyser la constitution et la structuration des champs sociaux et des espaces politiques nationaux pensés non seulement les uns par rapport aux autres, mais également les uns à travers les autres, en termes de relations, d’interactions et de circulation. Les problématiques du séminaire conduiront à accorder une attention particulière aux évolutions, transitions et situations de ruptures favorisant la fluidité (indépendances, crises, régimes autoritaires, coups d’État et processus révolutionnaires).

Les chercheurs de l’équipe se donnent donc une triple ambition : décrire avec précision les phénomènes empiriques observés, problématiser de manière innovante les relations entre les élites et le pouvoir et mettre au jour des processus qui se révèlent plus complexes s’ils ne sont analysés à distance qu’à partir de textes juridiques ou de discours officiels.

Les axes du séminaire :

  1. Les élites face à la transformation de régimes et les crises politiques
  2. La formation, transformation et circulation des élites (politique, économique, culturelle, intellectuelle, religieuse, militaire)
  3. La variation des échelles dans l’analyse des élites (locales, nationales, transnationales et internationales)

Contact : Karine RAMONDY : karine.ramondy@orange.fr 

Appel à communications « Autour du fonds Colbert : “L’Enseignement par les yeux” ou la pédagogie par la projection photographique en milieu scolaire »

À l’occasion des 150 ans du lycée Colbert, une journée d’études sera consacrée au rôle et à l’intérêt rétrospectif des projections lumineuses et des plaques photographiques destinées à l’instruction.

            Cette journée résulte de la découverte en mai 2013 d’un ensemble de près de 2 000 photographies positives sur plaques de verre conservées dans les locaux de l’ancienne École Primaire Supérieure Colbert. Constitué à partir de vues reproduites en série et vendues en grande partie entre les années 1880 et 1910 par les célèbres maisons d’édition Molteni, Radiguet & Massiot et Mazo, ce fonds forme un ensemble de première importance, par la quantité des images éducatives qui le composent comme par les thématiques et sujets représentés. L’étude pièce à pièce de ces photographies et les recherches menées autour de ce fonds révèlent le caractère prototypique de cette méthode d’enseignement, propre à la fin du 19e siècle.

            Adolphe Focillon, directeur de l’École Colbert durant le troisième quart du 19e siècle, semble avoir été l’un des grands réformateurs de l’enseignement primaire, et le promoteur d’une formule éducative par l’image, qui tendait à présenter le monde occidental dans sa complétude par le média photographique. S’apparentant à un outil positif, la photographie fut alors considérée comme une méthode empirique devant faciliter l’apprentissage de la géographie et l’étude des phénomènes sociaux à travers une forme d’expérimentation du voyage, que ce soit pour les enfants ou dans les conférences pour adultes dispensés à l’École Colbert à la fin du xixe siècle. L’implication de Focillon dans l’École des voyages, dont il fut le fondateur, et son rôle dans la Commission des sciences instituée en 1879, qui préconisa l’utilisation généralisée des projections photographiques dans l’enseignement primaire, furent l’un des points de départ de cette méthode éducative.

            L’étude de cet ensemble de plaques révèle aussi le potentiel discursif entre ces « images pédagogiques » et les intérêts nationaux et extranationaux de l’État français. Ainsi les plaques accumulées progressivement dans les locaux de l’actuel lycée Colbert forment-elles un vaste ensemble de vues de paysages urbains européens, d’ouvrages de génie civil, de territoires coloniaux et de protectorats, ainsi que, dans une moindre part, d’images régionalistes ou ethnographiques.

            Cette journée d’études permettra d’envisager les contextes et les raisons de la constitution d’ensembles photographiques destinés à l’enseignement (conférences publiques y compris), ainsi que les enjeux de la projection pédagogique ; certaines thématiques en lien avec le fonds seront aussi développées comme les manifestations des topoï d’une France innovante et du développement de ses colonies, le regard pittoresque fin-de-siècle face au développement du tourisme, ou les diverses formes de la persistance d’un exotisme fantasmé notamment par le biais de l’iconographie, des sciences ou des savoirs impérieux.

Outre celles concernant uniquement le fonds Colbert et sa constitution, seront également examinées des propositions de communications explorant plus largement certaines thématiques liées à l’enseignement par la projection. Ces approches permettront de mettre en perspective le fonds Colbert au cours de la deuxième partie de la journée.

Les propositions de communications pourront ainsi considérer (liste à caractère non exhaustif) :

  • le développement de nouveaux outils pédagogiques et leur rôle entre 1870 et 1930
  • l’émulation des méthodes d’enseignement au cours de la même période
  • les démonstrations idéologiques de la nation en progrès et d’une France puissante par le biais des médias éducatifs
  • la diffusion des savoirs techniques par l’image
  • le discours sur les colonies et leur place dans l’enseignement scolaire au début du 20 esiècle
  • le rôle de la photographie dans la construction du régionalisme en France
  • les images photographiques pittoresques du monde extranational

La journée d’études « “L’Enseignement par les yeux” : pédagogie et projection photographique en milieu scolaire », qui se déroulera le 9 de juin 2018 à la mairie du 10e arrondissement, dans la salle des Fêtes, est co-organisée par Étienne Faisant, Élinor Myara-Kelif et Olivier Vayron dans le cadre du partenariat entre le LabEx EHNE (Écrire une Histoire nouvelle de l’Europe) et SPEscies (Programme de recherche sur les Spécimens artificiels de Sciences naturelles en Sorbonne).

Un ensemble de photographies du fonds Colbert est consultable à l’adresse : http://ehne.fr/colbert/base-de-donnees-du-fonds-colbert

Modalités pratiques :

Les propositions, comprenant le nom de l’auteur, ses affiliations, le titre de la communication et un résumé n’excédant pas 2500 signes, sont à envoyer avant le 20 mars 2018 à l’adresse suivante : fonds.colbert@gmail.com