Archives de catégorie : Veille scientifique

Compte-rendu de la journée d’études « Mobilités Nord-Sud : une perspective globale »

             La journée d’études « Mobilités Nord-Sud : une perspective globale » (cf. le programme complet ici ) s’est tenue le 22 janvier 2016 à l’université de Nantes. Elle a été organisée par Houda Ben Hamouda, Guia Migani et Sofia Papastamkou, en collaboration avec Virginie Chaillou-Atrous, Aurélie Cloarec et Thomas Burel. Elle a mis ainsi en synergie le groupe de travail Méditerranée/Afrique et le CRHIA, pour s’inscrire pleinement dans les activités de l’axe 4 du LabEx EHNE (« L’Europe, les Européens et le monde »). La journée a proposé une approche pluridisciplinaire des mobilités d’individus à partir de la grille de lecture Nord-Sud, en s’articulant autour de quatre grands ensembles de thématiques : États et migrations, perceptions de soi et de l’autre, la place des femmes, es paces et territoires. Le parti pris était aussi d’offrir une perspective élargie, ouverte au XIXème siècle, où le binôme conceptuel Nord/Sud n’est a priori pas intelligible.

            Le premier panel a porté sur la gestion des migrations par les États. À travers le cas de la France, Simone Paoli a analysé les politiques étatiques de régulation de la migration en Europe pendant la période 1945-1985. Trois phases ont ainsi été identifiées. Tout d’abord, de 1945 à 1973, les gouvernements français ont surtout favorisé l’immigration de main-d’œuvre européenne. Puis, de 1974 à 1980, face à une importante immigration non européenne difficilement contrôlable, des restrictions ont été imposées à l’immigration légale, parallèlement à la signature d’accords avec les pays d’émigration favorisant le retour de leurs ressortissants. Enfin, de 1981 à 1985, l’échec de cette politique et l’arrivée des socialistes au pouvoir ont amené à l’élaboration d’une nouvelle politique qui a débouché sur le premier accord de Schengen du 14 juin 1985. Cette nouvelle ligne avait l’ambition de concilier le souci de préserver et de promouvoir les droits civiques et sociaux des migrants avec la volonté de maintenir des restrictions et de lutter contre l’immigration illégale. Ce faisant, le gouvernement Fabius a essuyé les critiques du PCF et du FN à l’intérieur, mais aussi le mécontentement des pays d’émigration, notamment l’Algérie. La politique instaurée par les accords de Schengen comportant des coûts importants de surveillance des frontières, le cadre communautaire a néanmoins offert des solutions : tout en prévoyant la libération des mouvements de personnes à l’intérieur, les accords ont chargé les pays frontaliers de la CEE de la surveillance des frontières, externalisant ainsi ce problème pour Paris. Par ailleurs, déplacer les débats au niveau européen a permis d’apaiser le débat politique dans le contexte français et a aussi facilité les rapports avec les gouvernements des pays d’émigration.

            Corentin Bailleul a ensuite résumé les résultats d’une enquête autour de la notion d’intérêt supérieur de l’enfant et son interprétation et application aux mineurs migrants dits « isolés ». L’enquête a été effectuée dans le cadre du projet européen MinAs par le laboratoire MIGRINTER (CNRS / Université de Poitiers). Il s’agit d’une enquête de terrain, s’appuyant sur les instruments des sciences sociales, qui a duré huit mois dans la période 2014-2015 et a porté sur cinq départements (Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Pas-de-Calais, Bouches-du-Rhône, Vienne). Elle porte sur les différents dispositifs d’accueil des mineurs isolés étrangers pris en charge au niveau des autorités départementales. Depuis 2007, la justice française reconnaît que l’absence des deux parents constitue un danger pour un mineur étranger. Avec la loi Taubira du 31 mai 2013, les mineurs isolés étrangers bénéficient d’une procédure spécifique. Les autorités administratives interviennent en amont des autorités judiciaires, ce qui peut être une source de problèmes, et les constats quant à la protection des mineurs sont alarmants. La présentation du rapport a aussi éclairé les parcours des migrants mineurs, leurs récits et les difficultés d’établir des relations de qualité lors des entretiens en raison des lourdeurs administratives.

            Un deuxième ensemble de communications s’est penché sur les perceptions de soi et de l’altérité à travers le prisme des circulations des Français binationaux vers l’Algérie, d’une part, des djihadistes vers le Proche-Orient, d’autre part.

            Le travail de Giulia Fabbiano sur l’espace migratoire proprement franco-algérien fait partie d’une recherche collective portant sur les circulations depuis la France vers le Maghreb. Il s’est appuyé sur une enquête ethnographique effectuée de 2012 à 2015 qui comprend environ 150 entretiens effectués à Alger et à Oran. Les trajectoires qui font l’objet de cette étude se placent dans le contexte des flux migratoires qui se sont développés à destination de l’Algérie depuis la fin de la guerre civile en provenance à la fois du Sud et du Nord. L’accent est mis sur les trajectoires particulières des Français binationaux. Le profil qui se dégage, bien que non homogène, montre néanmoins une catégorie de population âgée entre 25 et 40 ans, majoritairement composée de trentenaires, originaires de la province et d’un environnement urbain, diplômés et ayant l’expérience de mobilités professionnelles et estudiantines. Leur « retour » en Algérie ne paraît pas inscrit dans un certain « mythe » national, mais semble obéir davantage à une logique économique et professionnelle. Parmi les difficultés rencontrées dans le pays de l’installation, sont particulièrement soulignées les dysfonctionnements politiques et sociaux (administration, restrictions dans l’espace public, place des femmes). Des différences liées au sexe ne sont pas absentes : ainsi, les hommes, souvent en couple avec des Algériennes francophones, sont le plus souvent des cadres (tertiaire, industriel, loisirs), tandis que les femmes représentent des élites intellectuelles avec des objectifs orientés plus vers le développement personnel et l’acquisition d’expérience plutôt que la réussite professionnelle au sens strictement économique.

            La présentation de Loïc Le Pape a porté sur les pratiques numériques des combattants occidentaux qui ont rejoint les forces d’al Nosra et de l’État islamique. Son travail démontre qu’il n’existe pas de rupture, mais, au contraire, une continuité dans les usages des réseaux sociaux après le départ et l’installation en Syrie des personnes concernées. Trois dimensions sont notamment repérées : la communication avec leurs proches ; la « publicisation » de soi, qui fournit à la fois un témoignage sur leur environnement ; l’inscription dans une communauté plus large, celle des djihadistes. S’appuyant sur une analyse qualitative de sources numériques, notamment des comptes Facebook et Twitter, ce travail a relevé les problèmes méthodologiques, voire déontologiques, auxquels le chercheur est confronté : constitution d’un corpus instable, qui peut être surveillé, censuré voire supprimé, dans un contexte de recherche menée en temps réel dans un environnement numérique et sur le sujet sensible du terrorisme. Les compétences spécifiques qui sont nécessaires pour la constitution et la pérennisation d’un corpus numérique issu des réseaux sociaux, l’apport particulier de ce type des sources en comparaison avec les enquêtes ethnographiques « traditionnelles », ont été parmi les sujets mis en évidence par ce travail, tout comme la nécessité de davantage de réflexion collective au sein des SHS autour des questions méthodologiques liées au numérique.

            Le troisième panel a abordé les mobilités dans le XIXème siècle lues au prisme du genre, s’inscrivant ainsi largement dans la suite d’un précédent colloque tenu à l’Université de Nantes. Les deux intervenantes ont confirmé l’existence d’une place spécifique des femmes dans les trajectoires migratoires du XIXème siècle.

            Dans sa communication sur les exilées et migrantes dans les mobilités transatlantiques, Sylvie Aprile a rappelé que, au même titre que la migrante, l’exilée contredit l’image stéréotypée d’un éternel féminin vouée à l’immobilisme, gardienne du foyer. Les sources leur font certes peu de place, mais témoignent néanmoins de situations d’exil qui doivent être exhumées. Elle s’est interrogée aussi sur la circulation Nord-Sud qui, dans ce mouvement, s’apparente plutôt à un mouvement « Nord-Nord », les exilées rejoignant des centres urbains outre atlantiques souvent fort similaires aux capitales européennes qu’elles ont quittées. Sylvie Aprile a suivi la typologie établie par Nancy Green, concernant les migrantes, qui distingue trois situations : celle de la femme qui ne bouge pas, la suiveuse, en dernier lieu celle qui part seule. Elle a repris cette terminologie appliquée ici aux exilées politiques européennes de la seconde moitié du XIXème siècle et a dégagé un certain nombre de caractéristiques. Les « gardiennes » ne doivent être cantonnées dans un rôle passif d’attente : l’exil, comme tout projet migratoire, est négocié au sein du couple et de la famille, comme en témoignent les correspondances. Pour les suiveuses, les sources font souvent défaut. Le paramètre essentiel est alors celui de la situation sociale et l’exemple de Mathilda Franziska Anneke, qui ouvre une école et publie des journaux, montre une capacité d’adaptation à la situation américaine supérieure à celle de son conjoint. Les femmes qui partent seules conjuguent souvent nouveaux engagements, notamment féministes et reconversions professionnelles, ce qui les exclut des études qui privilégient la continuité des engagements passés. Le continent américain souvent décrit – surtout pour les Etats-Unis – comme celui de la liberté pour les femmes joue certainement par l’imaginaire des représentations qu‘il représente une opportunité supplémentaire.

            Par la suite, Virginie Chaillou-Atrous a présenté les circulations de femmes françaises et étrangères vers l’île de la Réunion, en illustrant le cas d’une société coloniale en mal de femmes dans le contexte d’une colonisation de peuplement. Comment identifier les raisons et les modalités de ces mobilités dès lors que les archives (notamment des registres de matricules, archives judiciaires) contiennent très peu de traces sur les femmes ? Néanmoins, dans ce cas aussi, il est possible de dégager les profils de la suiveuse – femme de gouverneur, par exemple – et de celle qui part seule sur sa propre décision, parfois en laissant un mari derrière elle. Ce dernier profil se décline de plusieurs manières. On retrouve en premier lieu des domestiques qui tentaient l’aventure outre-mer pour échapper à une existence misérable. Parmi elles, quelques françaises sont même recrutées comme « engagées » dans les ports de Bordeaux et de Nantes pour répondre aux besoins pressants d’une économie sucrière en manque de main-d’œuvre. Elles se retrouvaient alors assimilées aux travailleurs étrangers de la colonie et elles n’acceptaient pas cette nouvelle condition qu’elles jugeaient « indigne » au regard de leur statut d’Européenne. Cette expérience de l’engagement est assez inédite dans un monde colonial qui s’intéresse essentiellement à la force physique et privilégie le recrutement des hommes. Les institutrices et les religieuses étaient également nombreuses à partir pour la Réunion. Les unes y trouvaient des perspectives de carrière , les autres remplissaient « leur mission d’évangélisation ». Quelques pionnières vinrent également au début du XIXème siècle exercer le métier de sage-femme pour répondre à un appel du gouverneur de La Réunion, inquiet de voir mourir en couche les négresses de la colonie. Enfin, concernant les femmes non-européennes, il s’agissait principalement de travailleuses engagées pour les activités sucrières. Certaines, comme les Africaines étaient originellement esclaves, rachetées puis libérées pour la forme par les autorités françaises. De même, les femmes indiennes fuyaient souvent une situation de veuvage ou de pauvreté pensant trouvé à La Réunion un avenir meilleur. Ces mobilités se placent donc au croisement de logiques diverses : impériale, économique, sociale. À leur installation, ces femmes faisaient face au problème de la forte disproportion de sexes, qui avait comme conséquence leur forte convoitise, allant du mariage au viol.

            Enfin, le dernier panel s’est penché sur les territoires des migrations, physiques et virtuels. Eric Leclerc, a présenté à travers son travail dans le cadre du projet e-Diasporas ce nouveau concept de diaspora. L’e-diaspora se définit comme un collectif de migrants qui est organisé et actif sur le web, la migration constituant un thème majeur des sites web en question. Étudier les e-diasporas et les migrants connectés ne se conçoit pas indépendamment mais fait en revanche partie de l’étude des diasporas et des migrations. Le projet a mobilisé des technologies numériques adaptées, spécialement conçues à cette occasion, tel le logiciel Navicrawler pour la constitution des corpus de sites web et Gephi pour la visualisation de réseaux. La méthodologie et les principaux résultats ont été ensuite présentés, dont le constat qu’il existe une organisation topologique de ces réseaux numériques (structures, territoires). Par la suite, Assaf Dahdah s’est penché sur les migrations, les transactions et les tensions engendrées par les différentes vagues d’installations dans le quartier de Sabra à Beyrouth. Ses conclusions s’appuient sur une enquête de terrain qui a été effectuée entre 2010 et 2015 et comprend une centaine d’entretiens. Extension urbaine du camp palestinien de Chatila et organisé autour d’un marché, le quartier de Sabra se trouve au croisement de migrations d’origine politique et économique – palestinienne, syrienne, soudanaise, éthiopienne, bangladaise. Précarisés socialement et politiquement depuis 1948 afin de ne pas perturber le rapport démographique et politique entre les communautés libanaises, les Palestiniens des camps parviennent néanmoins à s’organiser et à s’émanciper du système discriminatoire libanais grâce à la présence de l’OLP. Or, l’expulsion de celle-ci puis les massacres de Sabra et Chatila en 1982 vont initier un nouveau processus de marginalisation. Aujourd’hui, le secteur de Sabra et Chatila est un espace de grande pauvreté où coexistent des populations de nationalités diverses : des Palestiniens et des Libanais (souvent propriétaires des immeubles), des Syriens (travailleurs et/ou réfugiés) et des Bangladais (résidents et commerçants). Il existe donc une diversité d’acteurs avec des nationalités, des rôles, des langues et des accents différents. L’analyse des registres lexicaux a été mobilisée comme moyen pour tracer les rapports entre ces acteurs, comme la projection d’une vidéo tournée à Sabra l’a démontré. En somme, Sabra paraît comme l’illustration d’une situation cosmopolite en constante négociation entre acteurs avec des intérêts différents mais qui sont conciliables.

            Michel Catala, professeur à l’Université de Nantes, a conclu la journée en rappelant l’importance de l’étude des migrations dans les périphéries de l’Europe pour les travaux effectués dans le cadre du LabEx EHNE. Se penchant sur les motivations et les modalités de l’immigration (forcée/choisie, mobilités professionnelles), sur les lieux, les territoires et les parcours des migrants, enfin, sur les rapports entre migrations et autorités, qu’il s’agisse des États ou des formes de pouvoir exercées sur le terrain, la journée du 22 janvier a posé les bases de futurs travaux collectifs, au sein du LabEx, autour de l’histoire de l’Europe via le prisme des mobilités.

Rédigé par Sofia Papastamkou avec la contribution de Sylvie Aprile, Virginie Chaillou-Atrous, Assaf Dahdah, Guia Migani.

Compte rendu du colloque Les circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux au XIXe siècle : une lecture genrée, Delphine Diaz et Virginie Chaillou-Atrous

Le compte rendu du colloque

Les circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux au XIXe siècle : une lecture genrée

(organisé à l’Université de Nantes en décembre 2014 dans le cadre du LABEX EHNE par Delphine Diaz et Virginie Chaillou-Atrous)  vient de paraître dans  revue  Diasporas,  Empires Ibériques, de la péninsule au global, sous la direction  de Guillaume Gaudin et Jaime Valenzuela Márquez, 2015.

A lire ici

 

Publication de Gwénola Sebaux, (Post) Colonisation, (Post) Migration. Ces Allemands entre Allemagne et Roumanie, Le Manuscrit, Collection Carrefours d’Empires, Paris 2015

Gwénola Sebaux est Docteur en études germaniques, Professeur en civilisation allemande à l’Université Catholique de l’Ouest (Angers). Elle est membre du Comité Franco-Allemand des Historiens (CFAH). Ses recherches, menées dans une perspective historique et anthropologique, portent essentiellement sur les minorités allemandes d’Europe centre et sud-orientale et d’ex- URSS, et sur la politique migratoire et post-migratoire de l’Allemagne contemporaine.

 

Dans l’Allemagne contemporaine vivent des Allemands « différents » des nationaux: les Souabes du Banat. Dans l’ouest de la Roumanie vit encore, au début du XXIe siècle, une minuscule minorité allemande. Qu’est-ce qui unit et sépare ces « autres » Allemands? La communauté allemande du Banat, forgée au XVIIIe siècle par la politique de la colonisation habsbourgeoise aux confins de l’Empire, a connu dans la seconde moitié du XXe siècle une scission profonde et irréversible, avec la rémigration de la plupart de ses membres en terre ancestrale allemande. L’enquête contrastive inédite sur cette minorité révèle une extraordinaire continuité de l’identité allemande:littéralement fixée par l’entreprise colonisatrice au XVIIIe siècle, mythifiée au XIX e siècle, et cristallisée dans la tourmente des guerres du XXe siècle – aujourd’hui réinventée. Cette étude questionne et éclaire la question de l’identité et de l’imaginaire national.

Publication d’Alain Messaoudi, « Les arabisants et la France coloniale, Savants, conseillers, médiateurs (1780-1930)  » aux éditions ENS, mai 2015

Alain Messaoudi, MCF en histoire contemporaine à l’Université de Nantes  publie chez ENS éditions un ouvrage intitulé: »Les arabisants et la France coloniale, Savants, conseillers, médiateurs (1780-1930).

À partir d’une enquête sur les carrières, la production savante et l’action politique de ceux qui ont utilisé professionnellement leur connaissance de la langue arabe, — savants orientalistes, interprètes militaires et civils, professeurs, employés de l’État –, l’ouvrage propose une approche inédite du processus colonial au Maghreb et au Levant.

C’est au prisme de la connaissance, de la perception et de l’enseignement de l’arabe que sont étudiées les formes de l’implantation française et leurs implications. L’analyse permet de repérer une certaine permanence des représentations arabophiles dans les milieux savants et la haute fonction publique. Dans ces cercles, on défend la nécessité, particulièrement vive en Algérie, de développer des élites intermédiaires permettant de ne pas perdre le contact avec la population musulmane et de la convaincre que le cadre impérial français et le développement d’une culture arabe et musulmane sont compatibles, au nom d’un idéal commun de progrès et de civilisation.

 

Publication de Céline Flory, « De l’esclavage à la liberté forcée. Histoire des travailleurs africains engagés dans la caraïbe française au XIXe siècle » aux éditions Karthala, avril 2015.

Entre 1854 et 1862, plus de 18 500 hommes, femmes et enfants originaires du continent africain, furent amenés en Guyane, en Guadeloupe et en Martinique. Afin d’y circonscrire les changements de l’abolition de l’esclavage de 1848, le gouvernement français a mit en place l’immigration de travailleurs sous contrat d’engagement de travail en provenance de Madère, d’Inde, de Chine mais aussi d’Afrique. L’engagisme succédait alors à l’esclavagisme.

Dans ces migrations de travail, l’engagisme des Africains occupe une place singulière puisque 93% d’entre eux furent recrutés selon le procédé dit du « rachat préalable ». Captifs, ils étaient achetés par les recruteurs français qui leur imposaient un contrat d’engagement de travail, sur lequel ces « engagés » figuraient en tant que « noirs libres ». Cette étrange liberté leur imposait une traversée de l’Atlantique pour un voyage qui s’avérerait sans retour, sinon pour une infime partie des 7% d’entre eux partis librement.

Céline Flory a exploré de nombreuses archives, souvent inédites, afin de retracer cet épisode mal connu de l’histoire des premiers temps du colonialisme postesclavagiste. Elle l’insère dans celle plus large des politiques impériales destinées à relever le défi de besoins persistants en main-d’oeuvre, alors que les « nouveaux libres » des colonies entendaient jouir de leur nouveau statut. L’auteur s’attache d’abord aux acteurs qui modèlent la nouvelle politique et analyse leurs ruses et leurs discours. Pas à pas, elle accompagne ensuite ces milliers de migrantes et migrants africains dans leur voyage jusqu’à leur arrivée en Amérique, puis dans leur quête d’une vie à bâtir.

Au croisement de l’histoire impériale et de l’histoire sociale, ce livre montre comment un système de domination s’est perpétué selon de nouvelles modalités une fois l’esclavage aboli ; tout en mettant en évidence la force des êtres humains à déjouer le nouveau système et à exploiter ses failles pour construire des espaces d’indépendance, voire de liberté.

Céline Flory est historienne, chargée de recherche au CNRS au sein du laboratoire Mondes Américains-CERMA (UMR 8168) et membre du Centre International de Recherches sur les Esclavages (CIRESC). Ce livre est issu de sa thèse de doctorat qui a reçu le prix de thèse de la Société des Africanistes 2011 et celui du Comité pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage 2012.

Publication de N. Terrien : « Des patriotes sans patrie ». Histoire des corsaires insurgés de l’Amérique espagnole (1810-1825).

Nicolas Terrien, doctorant en histoire contemporaine au CRHIA-Nantes et allocataire de recherche de l’axe 4 du LabEx EHNE, vient de publier :

« Des patriotes sans patrie ». Histoire des corsaires insurgés de l’Amérique espagnole
(1810-1825).

« Il avait été émerveillé en constatant que, parmi tous ceux qui se déclaraient être des insurgés mexicains, carthaginois, margaritains et porteños, à peine se trouvaient quelques Espagnols. La plupart des corsaires étaient français, italiens, nord‑américains et quelques autres anglais ; ces patriotes, sans patrie, n’avaient jamais été au Mexique, à Carthagène, à Margarita, et encore moins à Buenos Aires » (Rapport du consul d’Espagne en Louisiane sur les déclarations d’un ancien prisonnier des corsaires insurgés, 1817).

Question d’histoire atlantique, située dans une période de bouleversements propices à la redéfinition des hiérarchies sociales et des identités individuelles ou collectives, la course insurgée était internationale et composite, liée aux circulations intra‑américaines et transatlantiques d’une multitude d’acteurs de toutes nationalités, aux statuts variés et instables : riches créoles et fonctionnaires espagnols, esclaves soulevés, indiens captifs et marins endettés, aventuriers opportunistes et révolutionnaires dévoués. Les insurgés surent mobiliser dans ce monde souvent interlope les ressources nécessaires pour fomenter la course insurgée, et porter ainsi sur les mers leur lutte contre l’Espagne, de Cadix à Lima, en passant par Buenos Aires et, surtout, la Caraïbe et le golfe du Mexique. L’expédition de lettres de marque devint alors pour l’insurrection un instrument de première importance pour affirmer sa souveraineté puis garantir les indépendances et leurs reconnaissances.

Pour en savoir plus

Partenaire : Editions Les Perséides
Contact : Nicolas Terrien : nicolas.terrien@univ-nantes.fr

Publication de Richard B. Allen: European Slave Trading in the Indian Ocean, 1500–1850

Between 1500 and 1850, European traders shipped hundreds of thousands of African, Indian, Malagasy, and Southeast Asian slaves to ports throughout the Indian Ocean world. The activities of the British, Dutch, French, and Portuguese traders who operated in the Indian Ocean demonstrate that European slave trading was not confined largely to the Atlantic but must now be viewed as a truly global phenomenon. European slave trading and abolitionism in the Indian Ocean also led to the development of an increasingly integrated movement of slave, convict, and indentured labor during the late eighteenth and early nineteenth centuries, the consequences of which resonated well into the twentieth century.

Richard B. Allen’s magisterial work dramatically expands our understanding of the movement of free and forced labor around the world. Drawing upon extensive archival research and a thorough command of published scholarship, Allen challenges the modern tendency to view the Indian and Atlantic oceans as self-contained units of historical analysis and the attendant failure to understand the ways in which the Indian Ocean and Atlantic worlds have interacted with one another. In so doing, he offers tantalizing new insights into the origins and dynamics of global labor migration in the modern world.

Richard B. Allen, European Slave Trading in the Indian Ocean, 1500–1850,Ohio University Press, 2015, 372 pages. ISBN: 978-0-8214-2107-9

Michel Catala publie La France, l’Espagne et l’indépendance du Maroc: 1951-1958

Michel Catala, Professeur d’histoire contemporaine et directeur du CRHIA, vient de publier :

La France, l’Espagne et l’indépendance du Maroc : 1951-1958

Après des années de crises et de tensions marquées par la Guerre d’Espagne, la Seconde Guerre mondiale et l’isolement international du régime franquiste en 1945, la France et l’Espagne reprennent des relations diplomatiques normalisées en 1950 dans le contexte des grandes crises de la guerre froide qui poussent les occidentaux à retrouver des vertus stratégiques à l’Espagne du général Franco. Les relations entre les deux voisins, difficiles par nature, sont rapidement perturbées par la décolonisation. Le partage de facto du protectorat marocain entre les deux pays depuis 1912 en fait des partenaires par nécessité mais des concurrents par ambition. Au lieu de les réunir, la question de l’indépendance de l’Empire chérifien accentue leur rivalité. La France subit la crise marocaine et les autorités du protectorat s’engagent dans une politique de force face au dévelop­pement du nationalisme et aux résistances du Sultan. Mais Franco souhaite affirmer son pays sur la scène internationale et cherche à restaurer ses positions au Maroc en s’opposant à la politique menée à Rabat et à Paris. La déposition du Sultan d’août 1953 et la crise dynastique attisent les tensions entre les deux puissances. La marche vers l’indépendance est longue et difficile entre 1954 et 1956. La France et l’Espagne ne peuvent pas trouver une solution commune, et après l’insurrection du Rif de septembre 1955, le gouvernement français s’évertue à maintenir l’Espagne hors des négociations sur la question dynastique. Franco, isolé, subit le processus, et doit consentir à la réunification du Maroc lors de l’indépendance en 1956. La France et l’Espagne doivent désormais composer avec le nouveau régime marocain de Mohamed V. Ce sont finalement les revendications marocaines sur le Sahara occidental appuyées par l’infiltration de l’Armée de libération qui finissent par rapprocher la France, obsédée par la sécurité de l’Algérie, et l’Espagne, qui se réoriente vers l’Europe pour accompagner ses mutations économiques. La spectaculaire opération militaire conjointe de février 1958 pour reprendre le contrôle du Sahara symbolise ce rapprochement encore fragile. Les deux pays entrent dans une nouvelle phase de coopération en Europe et Afrique du Nord, mais dans une relative discrétion que de Gaulle lèvera progressivement après son arrivée au pouvoir.

Pour aller plus loin

Lieu : Paris
Partenaire : Editions Les Indes savantes, collection Rivages des Xantons

Publication: La péninsule ibérique et le monde 1470-1650, éditions Atlande, 2014.

Etienne Bourdeu, Antonio de Almeida Mendes, Guillaume Gaudin, Natividad Planas, Pascale Girard et Nathalie Muchnik publient: La péninsule ibérique et le monde 1470-1650,clefs concours, histoire moderne, Editions Atlande , 2014.

Traitant du sujet d’Histoire moderne de l’agrégation d’Histoire pour les sessions 2014 et 2015, cet ouvrage couvre la naissance et l’apogée des premiers empires universels, le soleil ne se couchant jamais sur celui de Charles Quint. « La » collection de référence.

Publication, Les Cahiers de L’Irice, Les pays d’Europe orientale et la Méditerranée, Relations et regards croisés, 1967-1989

Ce nouveau numéro des Cahiers de l’UMR Irice met en lumière d’un point de vue novateur l’espace méditerranéen dans ses relations avec les pays d’Europe de l’Est de 1967 à 1989. Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, le bassin méditerranéen devient un espace central de l’opposition soviétoaméricaine et les tensions de la guerre froide s’y manifestent sous diverses formes explorées dans ce volume. La nouvelle donne géopolitique qui fait suite à la décolonisation ouvre de nouvelles perspectives pour l’URSS comme pour les États-Unis. Les États de l’Europe méditerranéenne ne sont pas en reste et, profitant du décalage qui s’instaure dès les années 1960 entre la détente en Europe et les tensions au Proche-Orient, tâchent de se poser en médiateurs des relations Est-Sud.

Sous la direction de Nicolas Badalassi et de Houda Ben Hamouda

 

Plus d’informations: https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-irice-2012-2.htmhttps://www.cairn.info/revue-les-cahiers-irice-2012-2.htm