Tous les articles par Virginie Chaillou-Atrous

Bibliographie indicative: Les ports européens et la mémoire de la traite des Noirs: réflexions à partir des situations anglaise et française par Bernard Michon MCF, Université de Nantes

Bibliographie indicative

 

 

– Sur la traite des Noirs et l’esclavage dans une approche globale :

 

. Marcel Dorigny et Bernard Gainot, Atlas des esclavages de l’Antiquité à nos jours, Paris, Éditions Autrement, 2013.

. David Eltis et David Richardson, Atlas of the Transatlantic Slave Trade, Londres, Yale University Press, 2010.

 

– Sur la traite négrière dans les ports évoqués :

. Roger Anstey, The Atlantic slave trade and British abolition, 1760-1810, Macmillan, 1975.
. Serge Daget (éd.), De la traite à l’esclavage du Ve au XIXe siècle, Actes du colloque de Nantes (juillet 1985), 2 tomes, Paris, CRHMA, Société Française d’Histoire d’Outre-Mer, l’Harmattan, 1988.

. Olivier Pétré-Grenouilleau, L’argent de la traite. Milieu négrier, capitalisme et développement: un modèle, Paris, Aubier, 1996.

. David Richardson, Bristol, Africa, and the Eighteenth-century Slave Trade to America, Bristol Record Society, 1986.

. Eric Saugera, Bordeaux, port négrier: chronologie, économie, idéologie, XVIIe-XIXe siècles, Paris, Éditions Karthala, 1995.

 

– Sur la question de la mémoire de la traite des Noirs et de l’esclavage dans les ports évoqués :

 

. Ana Lucia Araujo (ed), Politics of Memory. Making Slavery Visible in the Public Space, New York, Routledge, 2012.

 

. Emmanuelle Chérel, Le Mémorial de l’abolition de l’esclavage de Nantes. Enjeux et controverses (1998-2012), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012.

 

. Christine Chivallon, « L’usage politique de la mémoire de l’esclavage dans les anciens ports négriers de Bordeaux et Bristol », in Patrick Weil et Stéphane Dufoix (dir.), L’esclavage, la colonisation et après… , Paris, Presses Universitaires de France, 2005, pages 533-558.

 

. Myriam Cottias, « Le silence de la nation. Les “vieilles colonies” comme lieu de définition des dogmes républicains (1848-1905) », Revue française d’histoire d’outre-mer, 90 (338-339), 2003, pages 21-45.

 

. Didier Guyvarc’h, La construction de la mémoire d’une villeNantes 1914-1992. Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1997.

 

. Renaud Hourcade, La mémoire de l’esclavage dans les anciens ports négriers européens. Une sociologie des politiques mémorielles à Nantes, Bordeaux et Liverpool, thèse de science politique, Christian Le Bart (dir.), Université de Rennes 1, 2012.

 

. Marc Lastrucci, L’évocation publique à Nantes de la traite négrière et de l’esclavage de « Nantes 85 » aux « Anneaux de la mémoire », 1983-1994, maîtrise d’histoire, Jean-Clément Martin (dir.), Université de Nantes, 1996.

Appel à communications, La chancellerie consulaire française (XVIe-XXe siècles) Attributions-organisations-agents-usagers, Journée d’études, 25 juin 2015, Université de Nantes

 

La fonction consulaire a suscité, ces dernières années, l’intérêt toujours croissant de la communauté savante. Les attributions du consul, particulièrement son rôle dans la collecte d’informations et dans l’intermédiation marchande, ont fait l’objet de grandes manifestations scientifiques. Lors de ces événements, le rôle du chancelier, principal collaborateur du consul, est généralement resté dans l’ombre.

Dès le xvie siècle, on trouve des chanceliers dans les consulats français. Ces hommes sont à fois secrétaire du consul, greffier du consulat et notaire de la nation française. Ce sont eux qui copient les dépêches du consul, qui produisent et enregistrent les actes liés à la navigation et à la vie des Français de leur ressort. La diversité de ces actes est telle qu’elle suscite, dès le xviiie siècle, la rédaction de manuels spécifiques destinés à faciliter le travail des chanceliers. Si l’étude de ces manuels permet de bien saisir le périmètre de leur action, elle ne renseigne guère sur la fréquence avec laquelle ces actes sont produits. On ne sait rien non plus sur la sociologie des usagers des chancelleries. L’environnement de travail du chancelier reste, lui aussi, méconnu.

La journée d’étude propose de réunir plusieurs études de cas afin de mieux comprendre les pratiques des chancelleries consulaires françaises. Elle vise aussi à améliorer nos connaissances sur les motivations des usagers, et à saisir, s’il y a lieu, les différences et évolutions selon les postes et les périodes. Ces travaux pourraient porter, par exemple, sur un type d’acte ou un groupe d’usagers spécifique. Ils pourraient également s’intéresser à l’activité globale d’une chancellerie dans un période donnée. Des études sur la formation des chanceliers, des comparaisons avec le monde des greffiers et des notaires ainsi que des analyses de pratiques archivistiques seraient également bienvenues.

 

Organisation et contacts

La journée se tiendra le 25 juin 2015 à l’Université de Nantes.

–        L’hébergement sera pris en charge par les organisateurs, le transport sera, en revanche, à la charge du communicant. La langue du colloque ainsi que celle des actes sera le français.

–        Les contributions seront à remettre (dans une limite de 40 000 signes, espaces incluses) aux organisateurs jusqu’au 30 septembre 2015, dernier délai. Elles seront soumises à un comité de lecture qui décidera de leur publication.

 

Les propositions de communications sont à adresser, par voie électronique, et avant le 15 octobre 2014 au comité scientifique de la manifestation (bartolomei2@laposte.net ; mathieugrenet@gmail.com ; fabrice.jesne@univ-nantes.fr ; jorg.ulbert@univ-ubs.fr).

Rencontre organisée avec le soutien :

 

CRHIA (Université de Nantes)

Le LABEX EHNE Ecrire une Histoire Nouvelle de L’Europe

CERHIO-Lorient (Université de Bretagne-Sud)

CMMC (Université Nice Sophia Antipolis)

Ministère des Affaires étrangères

Casa de Velázquez

École française de Rome

École française d’Athènes
La chancellerie consulaire française

 

 

Proposition de communication

(Bulletin à retourner avant le 30 septembre 2014)

 

Nom :                                                             Prénom :

Adresse :

 

Adresse électronique :                                               Téléphone :

Titre :____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Résumé :____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Sources :_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Cette proposition doit impérativement être accompagnée d’un résumé à faire figurer sur cette même feuille ou sur papier libre. Indiquez également, s’il vous plaît, les sources que vous comptez utiliser pour votre étude.

“L’histoire de l’Europe vue d’ici et d’ailleurs”, première édition de l’émission débat de l’axe 4 du LabEx EHNE sur Euradionantes

Dans le cadre d’un partenariat avec Euradionantes, des chercheurs nantais mais également des chercheurs du monde entier vous donnent un rendez-vous trimestriel pour débattre sur l’histoire des Européens dans le monde et sur la vision de l’Europe et des Européens à travers le monde. Cette émission-débat propose de s’interroger sur la construction de l’identité européenne dans son rapport au reste du monde, proche ou lointain, à travers ses relations, ses échanges, ses « effets retours ». En apportant un regard neuf sur l’histoire, les invités tenteront  d’expliquer la crise économique, politique, culturelle et identitaire que connait actuellement l’Europe.

 

La première émission-débat de l’axe 4 du LabEx EHNE a été enregistrée le 27 mai dernier dans les studios d’Euradionantes. Cette émission, pensée et animée par le Centre de Recherches en Histoire internationale et Atlantique (CRHIA), avait pour thème “L’histoire de l’Europe vue d’ici et d’ailleurs”.

Invités:

-Antonio de Almeida Mendes, MCF en histoire moderne à l’Université de Nantes.

-Clément Thibaut, MCF en Histoire moderne et contemporaine à l’Université de Nantes.

-Luis Mora Rodriguez, Professeur à l’Université du Costa Rica, Chercheur résident à l’IEA de Nantes.

-Cyrille Prévaud, adjoint de Direction à l’association Tissé Métisse.

Pour écouter l’émission cliquer sur le lien suivant: http://www.euradionantes.eu/emission/labex

 

Vernissage de l’exposition photographique L’Europe et le monde en 1900, le vendredi 16 mai 2014 à 18h30

Le Lycée Colbert et le Labex EHNE vous invitent au vernissage de l’exposition photographique L’Europe et le monde en 1900, le vendredi 16 mai 2014 à 18h30 au Lycée Colbert, 27 rue du château Landon, Paris 10.

28 clichés, sélectionnés à partir des quelques 2000 photographies sur plaques de verre du fonds Colbert, présenteront un panorama de l’Europe et du regard européen sur le monde à la veille de la Grande Guerre.

L’atelier archives du lycée Colbert

Affiche de l'exposition

Affiche de l’exposition

La première exploitation et valorisation du fonds Colbert s’est faite dans le cadre d’un Atelier-Archives durant l’année 2013-2014 avec une dizaine de lycéens des classes de seconde, première et terminale et leurs professeurs d’histoire-géographie, de lettres et de physique-chimie. Dans le cadre du partenariat avec le LabEx Écrire une nouvelle histoire de l’Europe (EHNE), des historiens ont animé une partie des séances autour de 4 thèmes : les villes européennes, l’Algérie coloniale, le monde balkanique et ottoman, la représentation des femmes.

Pour chacun des axes, les élèves ont sélectionné 10 photos qu’ils ont étudiées en réalisant un travail à la fois historique, une démarche d’analyse d’image et une réalisation littéraire.
Cet atelier existe car il a été imaginé et organisé par des professeurs du lycée : Laurence Giordano (histoire-géographie), Alice Fauchon, Sabine Fayon, Elsa Gelly, Sabine Fayon (lettres), Benjamin Godart (physique-chimie) et Béatrice Fabre (anglais). Il a bénéficié du soutien de l’Académie de Paris (Ateliers scientifique et technique) et de la région Ile de France (Projet Lycée Innovation éducative).

Emmanuelle Hardy a réalisé le blog. Pour le LabEx EHNE ont été très présents au fil des séances : James Connolly, Anne Couderc, Delphine Diaz, Corinne Doria, Virginie Durand, Anne-Julie Lafaye, Fabrice Virgili. Christel Boury, proviseur du lycée Colbert, ainsi qu’Éric Bussière, directeur du LabEx EHNE, ont soutenu avec enthousiasme le projet.
Les élèves sont venus le mercredi après-midi, en plus de leurs cours, juste par intérêt pour cette étude.

C’est ce travail de l’Atelier qui sera exposé au Lycée Colbert.

La découverte du fonds Colbert

Ablutions musulmanes (Algérie)

Ablutions musulmanes (Algérie)

En mai 2013 ont été découvertes au lycée Colbert une quarantaine de boîtes en bois contenant environ 1800 photos sur plaques de verre datant de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.
Nous avions retrouvé un trésor au fond d’un placard : oubliées depuis des décennies, des photos de villes, de villages et de leurs habitants, des paysages de l’Europe et des empires coloniaux, du Japon à l’Amérique, un tour du monde en images datant d’avant la Grande Guerre.

L’histoire de cette collection raconte celle de l’établissement scolaire Colbert, une école municipale supérieure fondée en 1868 dans un quartier populaire du nord-est parisien. Devenue école de la République sous le ministère Jules Ferry, l’établissement se dote des outils pédagogiques modernes de l’époque, dont une collection d’images fixes à projeter, achetée à la maison d’édition Radiguet et Massiot qui avait repris le fonds de la société Molteni.

La collection est originale, car l’établissement a acquis son propre matériel de vues sur verre, indépendamment du « musée pédagogique », ancêtre Centre national de documentation pédagogique, fondé en 1879, dans le contexte de la modernisation de l’enseignement public.

Ainsi des enseignants, comme Auguste Bessou, professeur de lettres et d’histoire-géographie de l’école Colbert, innovent dans la pédagogie par l’image, fixe d’abord, puis par la projection de films. Pionnier, il est appelé au ministère de l’Instruction publique en 1915.

Ce fonds de quelques 1800 photographies sur plaques de verre, retrouvées et valorisées aujourd’hui dans le cadre d’un atelier avec des élèves au lycée Colbert, donne une nouvelle vie à ces images qui deviennent un patrimoine iconographique.

Conférence le mardi 20 mai 2014 à 18h30 au Musée de l’Histoire de l’immigration: La guerre au travail, 1914-1920 Étrangers et coloniaux à l’usine et dans les champs

 

Conférence de  Laurent Dornel, Université de Pau et des Pays de l’Adour

présentée par Marianne Amar,  Cité nationale de l’histoire de l’immigration

Auditorium Philippe Dewitte, PALAIS DE LA PORTE DOREE, 293 avenue Dausmenil, 75012 Paris

 

À l’occasion de la Première Guerre mondiale, en raison d’une grave pénurie de main-d’œuvre, la France – cas à peu près unique en Europe – fit appel à un très grand nombre de travailleurs étrangers européens surtout, mais aussi coloniaux  et chinois. Si les soldats coloniaux ont suscité une littérature scientifique assez abondante, tel n’est pas le cas des ouvriers étrangers, coloniaux et chinois. Or l’histoire de cet épisode migratoire, qui se situe à la croisée de l’histoire de l’immigration, de la colonisation, de la guerre et de l’État, présente des enjeux essentiels.

La guerre pose, pour la France, la question migratoire en des termes nouveaux. L’État, dont le rôle s’était limité à la surveillance des immigrés, devient en quelques mois un acteur majeur du processus migratoire. C’est lui qui, directement, recrute et transporte les ouvriers coloniaux et chinois, les répartit sur le territoire français, les surveille étroitement, leur affecte des emplois et impose des contrats aux employeurs privés et publics.

L’arrivée de ces milliers de travailleurs coloniaux et d’étrangers se traduit par des formes de transfert des catégories et de la domination coloniales sur le territoire métropolitain. Les autorités françaises mettent en place des structures administratives nouvelles qui institutionnalisent l’existence de deux types de main-d’œuvre pensés désormais comme radicalement distincts : d’un côté la main-d’œuvre européenne ou « blanche » (la whitenessdevient ainsi une catégorie administrative), de l’autre les coloniaux (« indigènes ») et les Chinois souvent désignés par leur « couleur ». Avant même la fin de la guerre, les premiers sont définis comme « désirables », tandis que les seconds, racialisés, sont construits officiellement comme inassimilables et par conséquent « indésirables ». La guerre marque ainsi la naissance des indésirables, motif majeur de la xénophobie et du racisme de l’entre-deux-guerres.

Après la conférence, nous aurons le plaisir de vous inviter autour d’un verre

 pour fêter la fin de la saison 2013-2014

Appel à communications : Les circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux au XIXème siècle : une lecture genrée

Dans le cadre du LABEX EHNE et à l’occasion de la tenue du colloque “Les circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux au XIXème siècle : une lecture genrée” les 4 et 5 décembre 2014 à Nantes, V. Chaillou-Atrous, post-doctorante en histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, et D. Diaz, post-doctorante en histoire contemporaine à l’Université Paris 4, lancent un appel à communications.

Les propositions de communications (400 mots maximum) sont à renvoyer accompagnées d’une court CV pour le 29 juin 2014 à labexehne4@univ-nantes.fr et delphine.diaz@paris-sorbonne.fr .

Pour aller plus loin :

Télécharger l’appel à communications

Illustration : Alger, scène à l’arrivée d’un steamer (1899) – fonds de la Bibliothèque du Congrès (Etats-Unis d’Amérique)

Appel à communications: Journée d’études, Droits, liens à la nation et territoires en Europe, périodes moderne et contemporaine, 28 novembre2014

Dans le cadre de la journée d’études “Droits, liens à la nation et territoires en Europe, périodes moderne et contemporaine”, organisée le 28 novembre 2014,  A. de Almeida Mendes, MCF en histoire moderne au CRHIA-Nantes et P. Peretz, MCF en histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, lancent un appel à communications.

Les propositions de communications sont à envoyer pour le 1er juin 2014 à

 Télécharger l’appel à communications

Partenaire : CRHIA (EA 1163) – Université de Nantes

 

Publication: La péninsule ibérique et le monde 1470-1650, éditions Atlande, 2014.

Etienne Bourdeu, Antonio de Almeida Mendes, Guillaume Gaudin, Natividad Planas, Pascale Girard et Nathalie Muchnik publient: La péninsule ibérique et le monde 1470-1650,clefs concours, histoire moderne, Editions Atlande , 2014.

Traitant du sujet d’Histoire moderne de l’agrégation d’Histoire pour les sessions 2014 et 2015, cet ouvrage couvre la naissance et l’apogée des premiers empires universels, le soleil ne se couchant jamais sur celui de Charles Quint. “La” collection de référence.

L’histoire de l’Europe vue d’ici et d’ailleurs Table ronde CRHIA – IEA Jeudi 3 avril 2014, 14 h – 16H30

Le Centre de recherches en histoire internationale et atlantique (CRHIA, Universités de Nantes et de La Rochelle) coordonne l’un des axes du Labex EHNE, Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe, consacré au thème L’Europe, les Européens et le monde. Nous nous intéressons dans ce cadre à l’histoire des Européens dans le monde, mais également à la vision de l’Europe et des Européens par les autres continents. Ce rendez-vous avec les historiens invités à l’Institut d’études avancées de Nantes nous permettra de confronter nos points de vue d’historiens européens et non-européens sur ces questions, un regard croisé sur l’histoire de l’Europe et de ses contacts avec le monde, vu d’ici et d’ailleurs, sur fonds de développement d’une histoire globale ou connectée très en vogue aujourd’hui. Du point de vue historiographique, comment l’historien (ou le chercheur en sciences humaines) extérieur envisage t-il actuellement l’histoire de l’Europe, et l’histoire des contacts entre Europe et les autres civilisations ? Nous sommes évidemment preneurs de toute référence historiographique récente.
Plutôt que de proposer une série de communications, dont l’écriture prendrait trop de temps vu le délai imparti, nous préférons organiser une table ronde sur ce thème. Pour permettre à chacun d’entre-nous de réfléchir dès maintenant à sa participation, nous donnons donc quelques propositions, non exclusives.
– D’abord, vue d’ailleurs, y a t-il une identité européenne qui permette de parler d’histoire de l’Europe au singulier ? Ou faut-il dire les Europes, comme certains disent « les Afriques » ?
– Quel sens prend l’expansion européenne qui commence à l’époque moderne et se déploie dans la colonisation de la période contemporaine ? Cet impérialisme lointain est-il consubstantiel au modèle de développement européen ?
– L’histoire globale revisite cette histoire en reconsidérant « l’exception européenne » à la lumière de ses interactions avec les autres continents et de leurs apports. Le développement du « modèle » européen qui s’accélère à partir de la Renaissance s’explique t-il par des traits civilisationnels qui ne se trouvent pas ailleurs, ou par le résultat de ses contacts ou de ses emprunts au reste du monde ?
– Les mondialisations successives doivent-elles être perçues comme une dilatation infinie de la civilisation moderne née en Europe (occidentale), mais passant par de nouveaux relais impériaux americain, asiatique, voire un jour africain ? « Rome n’est plus dans Rome, elle est toute où je suis ? » Ou au contraire l’Europe atteinte en retour par les influences ultra-marines est-elle aujourd’hui par ses transformations au contact de l’extérieur un prototype de la future civilisation mondiale (« L’Oronte s’est déversé dans le Tibre », disait déjà Juvénal sous l’Empire Romain).