L’histoire de l’Europe vue d’ici et d’ailleurs Table ronde CRHIA – IEA Jeudi 3 avril 2014, 14 h – 16H30

Le Centre de recherches en histoire internationale et atlantique (CRHIA, Universités de Nantes et de La Rochelle) coordonne l’un des axes du Labex EHNE, Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe, consacré au thème L’Europe, les Européens et le monde. Nous nous intéressons dans ce cadre à l’histoire des Européens dans le monde, mais également à la vision de l’Europe et des Européens par les autres continents. Ce rendez-vous avec les historiens invités à l’Institut d’études avancées de Nantes nous permettra de confronter nos points de vue d’historiens européens et non-européens sur ces questions, un regard croisé sur l’histoire de l’Europe et de ses contacts avec le monde, vu d’ici et d’ailleurs, sur fonds de développement d’une histoire globale ou connectée très en vogue aujourd’hui. Du point de vue historiographique, comment l’historien (ou le chercheur en sciences humaines) extérieur envisage t-il actuellement l’histoire de l’Europe, et l’histoire des contacts entre Europe et les autres civilisations ? Nous sommes évidemment preneurs de toute référence historiographique récente.
Plutôt que de proposer une série de communications, dont l’écriture prendrait trop de temps vu le délai imparti, nous préférons organiser une table ronde sur ce thème. Pour permettre à chacun d’entre-nous de réfléchir dès maintenant à sa participation, nous donnons donc quelques propositions, non exclusives.
– D’abord, vue d’ailleurs, y a t-il une identité européenne qui permette de parler d’histoire de l’Europe au singulier ? Ou faut-il dire les Europes, comme certains disent « les Afriques » ?
– Quel sens prend l’expansion européenne qui commence à l’époque moderne et se déploie dans la colonisation de la période contemporaine ? Cet impérialisme lointain est-il consubstantiel au modèle de développement européen ?
– L’histoire globale revisite cette histoire en reconsidérant « l’exception européenne » à la lumière de ses interactions avec les autres continents et de leurs apports. Le développement du « modèle » européen qui s’accélère à partir de la Renaissance s’explique t-il par des traits civilisationnels qui ne se trouvent pas ailleurs, ou par le résultat de ses contacts ou de ses emprunts au reste du monde ?
– Les mondialisations successives doivent-elles être perçues comme une dilatation infinie de la civilisation moderne née en Europe (occidentale), mais passant par de nouveaux relais impériaux americain, asiatique, voire un jour africain ? « Rome n’est plus dans Rome, elle est toute où je suis ? » Ou au contraire l’Europe atteinte en retour par les influences ultra-marines est-elle aujourd’hui par ses transformations au contact de l’extérieur un prototype de la future civilisation mondiale (« L’Oronte s’est déversé dans le Tibre », disait déjà Juvénal sous l’Empire Romain).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.