Séminaire « Repenser les élites et le pouvoir : formations, circulations et mutations »

Le séminaire « Repenser les élites et le pouvoir : formations, circulations et mutations » est rattaché au :

  • Projet de recherche Poltur « Espaces, réseaux et circulations. Les reconfigurations du politique en Turquie », au sein du laboratoire IRISSO, financé par le programme « Emergences » de la Mairie de Paris.
  • Réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) « Islams et chercheurs dans la cité (enquêtes, risques et transferts) » au sein de l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM)
  • LabEx EHNE (Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe), le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique, Université de Nantes.

Organisateur.e.s :

  • Houda Ben Hamouda (SIRICE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Isil Erdinç (IRISSO, Université Paris Dauphine)
  • Choukri Hmed (IRISSO, Université Paris Dauphine)
  • Dimitrios Kosmopoulos (IRISSO, Université Paris Dauphine)
  • Karine Ramondy (SIRICE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Pelin Ünsal (IRISSO, Université Paris Dauphine)
  • Héla Yousfi, (DRM, Université Paris Dauphine)

Programme 2017-2018 :

(De 16h à 18h à la salle C108 à l’université Paris Dauphine, Place du Maréchal de Lattre de Tassigny 75016 Paris)

(Attention exceptionnellement salle A711 pour la première séance – 19 février de 16h à 18h)

  • 1re séance (19 février 2018) – Raphaël Gourrada (CETOBAC, EHESS) – « Le positionnement politique des establishments religieux libanais : les cas chrétien maronite et musulman sunnite ».
  • 2e séance (16 mars 2018) – Karine Ramondy (SIRICE, Université Paris 1)- Exercer le leadership politique en Afrique centrale.
  • 3e séance (13 avril 2018) – Elise Massicard (CNRS/CERI-Sciences Po) – Des élites street-level ? Les maires de quartier en Turquie au croisement des champs de pouvoir et Pelin Ünsal (IRISSO, Université Paris Dauphine) – Les élites journalistiques en Turquie sous le gouvernement AKP (2002-2017).
  • 4e séance (25 mai 2018) – Deborah Perez (CHERPA (IEP d’Aix-en-Provence), CMH (ENS/EHESS) et CERI (SciencesPo) – Légitimation et professionnalisation d’un nouveau personnel politique dans la Tunisie post-révolutionnaire.
  • 5e séance (15 juin 2018) Camille Evrad (Université de Toulouse J. Jaurès, Framespa UMR 5136) – Les élites militaires et la construction de l’État post-colonial. Mauritanie- Niger 1960-1978 et Saphia Areski (CHERPA, IEP d’Aix-en – Provence) – Les élites militaires algériennes et l’Etat. (titre provisoire)

Présentation :

Notre réflexion sur les élites vise à décloisonner les élites de différentes aires géographiques, culturelles et de repenser les réseaux, les ressources et les reconversions des élites des pays méditerranéens, de l’Afrique et de l’Europe centrale et de l’Est. Dans le cadre de ce séminaire, nous souhaitons mener une réflexion sur le concept d’élites et dépasser la dichotomie entre les notions d’élites du Sud et du Nord, en réfléchissant sur la construction, la conversion ou reconversion des élites dans une longue durée (en période coloniale, postcoloniale mais également guerre froide et post-guerre froide). Nous inscrivons notre réflexion sur les élites dans un système global où nous dépassons la relation Élites-État en considérant les échelles imbriquées, les circulations, les mutations et les transferts dans une société civile globale où les institutions internationales, les ONG, les marchés économiques, l’État reconfigurent le rôle et le positionnement des élites. Nous proposons également une approche interdisciplinaire (histoire, économie, sociologie, géographie, science politique et anthropologie) sur les différents types d’élites (politique, économique, intellectuel, culturel, militaire et religieuse) afin de comprendre les relations entre les différents champs sociaux. C’est également à l’analyse des relations interchamps et des pratiques nationales, locales et individuelles des différents groupes d’intérêts et de pression que sera consacrée notre séminaire. En ce sens, l’idée est de réfléchir sur les régimes politiques non pas par l’étude des institutions proprement politiques mais par une sociologie des échanges en politique (la composition des élites, leurs modes de sélection, de nominations et de compétition). Dans quelle mesure les élites s’autonomisent-elles par rapport à l’État ? Comment les ressources (sociales, économiques et culturelles) se reconvertissent ? Est-il pertinent de parler d’élites postcoloniales ? Quelles mutations face aux crises politiques et économiques et aux transformations des régimes ? Quelles stratégies de survie, de reconversion ou de conservation ? Comment le travail de domination est divisé ? Comment se construit et se transforme le champ de pouvoir ?

L’approche par une sociologie des champs et de la domination notamment en introduisant la notion de champ de pouvoir permettra d’adopter une approche relative et relationnelle. Notre approche qui se focalise sur les prises de position de différents types d’élites dans le champ de pouvoir permettra de mettre en évidence les mécanismes de coproduction de l’action publique. Une analyse comparative des élites locales permettra de discuter la construction des champs de pouvoir locaux.

Notre démarche théorique encourage plutôt à privilégier une approche multisectorielle attentive à la complexité des configurations observables et à analyser la constitution et la structuration des champs sociaux et des espaces politiques nationaux pensés non seulement les uns par rapport aux autres, mais également les uns à travers les autres, en termes de relations, d’interactions et de circulation. Les problématiques du séminaire conduiront à accorder une attention particulière aux évolutions, transitions et situations de ruptures favorisant la fluidité (indépendances, crises, régimes autoritaires, coups d’État et processus révolutionnaires).

Les chercheurs de l’équipe se donnent donc une triple ambition : décrire avec précision les phénomènes empiriques observés, problématiser de manière innovante les relations entre les élites et le pouvoir et mettre au jour des processus qui se révèlent plus complexes s’ils ne sont analysés à distance qu’à partir de textes juridiques ou de discours officiels.

Les axes du séminaire :

  1. Les élites face à la transformation de régimes et les crises politiques
  2. La formation, transformation et circulation des élites (politique, économique, culturelle, intellectuelle, religieuse, militaire)
  3. La variation des échelles dans l’analyse des élites (locales, nationales, transnationales et internationales)

Contact : Karine RAMONDY : karine.ramondy@orange.fr 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.