Archives par mot-clé : sociétés

Appel à communications: Colloque international : Pluralisme religieux, sociétés plurielles : les religions dans l’espace public européen 3-5 Octobre 2018, Nantes.

Pour l’historien Tony Judt, l’identité est un mot dangereux. Souvent basées sur des conceptions essentialistes et anhistoriques de la nation ou de la religion, les politiques identitaires remettent aujourd’hui en question les fondements pluralistes et multi-religieux des sociétés en Europe et au-delà. Ce colloque propose d’explorer ce en quoi la diversité religieuse et culturelle a toujours constitué un élément important des sociétés européennes. Nous nous pencherons sur la manière dont divers États ont accommodé la religion en général et des organisations religieuses en particulier, en prêtant une attention particulière aux questions d’identité de groupe et de liberté individuelle ainsi qu’à la distinction entre espaces privé et public et en interrogeant les termes et les logiques de proximité, d’échanges, de relations et d’emboitement entre les sociétés et les Etats dans cet espace en constante mutation. Il sera essentiel de toujours se demander de quelle Europe, de quels espaces publics et de quelles sociétés européennes on parle – l’Europe d’aujourd’hui, souvent identifiée de manière trop simpliste à un projet politique spécifique, l’Union européenne, et aux relations à ses espaces voisins méditerranéens et orientaux n’est pas la même que celle de 1914, encore moins celle du moyen âge ou du XVIe siècle.

            Le paysage confessionnel de cet espace est à la fois systématiquement marqué par la diversité et constamment en évolution, en mouvement. Les religions changent continuellement. Dit d’une autre manière, les croyants et pratiquants adaptent continuellement leur pratiques et croyances religieuses aux réalités sociales et politiques changeantes. Par exemple, de nombreux chrétiens ou musulmans considèrent leur religion comme immuable : les appels au changement, les doctrines ou pratiques réformistes sont souvent présentés comme des efforts de « retour » à une pureté originelle perdue, un apogée supposée (l’âge des Apôtres, du Prophète et de ses compagnons, « l’Âge d’Or » de l’Église au XIIIe siècle…). Ce schéma a pour effet d’essentialiser la religion et peut mener au fondamentalisme ainsi qu’à un rejet doctrinaire de versions rivales de sa propre religion (Judaïsme Rabbinique/Karaïsme, Catholicisme/Protestantisme, Sunnisme/Chiisme) et des éléments séculiers de la modernité. Une telle essentialisation provenant d’une source extérieure à la tradition religieuse peut les conduire à la rejeter, à la considérer comme « obscurantiste » ou incompatible avec les valeurs séculières contemporaines. Et pourtant, les religions sont en perpétuel mouvement : les formes diverses de Judaïsme ou de Bouddhisme pratiquées aujourd’hui en Europe sont différentes de celles qu’on pouvait trouver il y a des siècles, ou de celles qu’on trouve encore aujourd’hui dans d’autres parties du monde.

            Au cours de ce colloque, nous étudierons l’héritage religieux dans les sociétés européennes et  dans leurs espaces d’influence, de contacts et d’échanges à travers cinq sessions académiques sur des thèmes clés en privilégiant des approches favorisant le dialogue entre les disciplines. Les communications pourront être proposées en français ou en anglais. En parallèle, nous organiserons une série d’ateliers en français pour les professionnels, les décideurs politiques et pour tous les publics intéressés par les défis et possibilités  que pose la diversité dans la pratique religieuse et la foi aux sociétés du XXIe siècle.

Ateliers académiques :

  • Atelier1 : Définir la religion

Qu’est-ce qu’une religion ? Comment les philosophes, théologiens, anthropologistes, juristes et autres ont-ils délimité les frontières du sacré et du profane ? Du religieux et du séculaire ? Dans quelle mesure ces définitions sont-elles spécifiques à une culture ? Quand et comment bascule-t-on d’une opposition polémique entre « religion » et « superstition » à une catégorie apparemment plus objective de « religions » au pluriel ? Les systèmes de croyances non-théocentrés (communisme, fascisme…) peuvent-ils être considérés comme des religions, dans la mesure où ils contiennent un certain nombre des aspects et éléments de systèmes religieux ?

  • Atelier 2 : Sécularisation, laïcité(s) et pluralisme dans les sociétés européennes

La sécularisation est un ensemble de processus sociétaux qui consiste, de la part des sujets, à mettre à distance des prescriptions ou conseils religieux. L’adoption d’un cadre laïque a, quant à elle, souvent été étudiée dans les termes d’une lutte binaire entre cultes (ou institutions religieuses) notamment l’Eglise catholique, et État. Au cours de cet atelier, nous prêterons attention à la manière dont une pluralité de religions détermine les attitudes étatiques envers la religion et la définition de droits religieux (que ce soit les rôles des juifs et des protestants dans la Première République en France, la place des dissidents protestants et des catholiques en Angleterre au XVIIe siècle ou le rôle de l’islam dans les sociétés où l’Etat est conçu comme proche de la neutralité au XXIe siècle). Verra-t-on une réaffirmation ou une redéfinition des cadres légaux liés à la sécularisation ? Ou bien une accommodation avec des spécificités religieuses dans un monde « post-séculier » ?

  • Atelier 3 : Politiques religieuses dans les empires coloniaux européens

Entre le XVIe et le XXe siècle, les nations européennes ont gouverné de larges empires coloniaux avec une grande diversité de religions. Au cours de cette session, nous examinerons les réactions des pouvoirs coloniaux à cette diversité religieuse ainsi que les politiques mises en place (de l’encouragement de missionnaires chrétiens ou musulmans à la régulation et au renforcement de barrières religieuses en passant par la manipulation d’élites religieuses locales voire même leur recrutement auprès des hiérarchies coloniales). Les populations colonisées ont utilisé les arguments et institutions religieux de différentes manières, pour naviguer entre les structures coloniales, pour réclamer des droits ou pour s’opposer au pouvoir colonial européen.

  • Atelier 4 : Pluralisme religieux dans le monde musulman

Cet atelier portera sur la manière dont les sociétés des pays majoritairement musulmans ont traité la pluralité religieuse des points de vues théologique, juridique ainsi que de la pratique. La catégorie légale de dhimmi a émergé dès les premiers siècles de l’Islam bien qu’en pratique ce statut différait d’une société à une autre. Depuis le XIXe siècle, les théologiens et juristes musulmans, confrontés aux catégories du droit non-confessionnel, ont développé des stratégies diverses pour définir la place du non-musulmans dans les sociétés sous autorité musulmane et du musulman dans les sociétés où la nature de l’Etat n’a pas été défini en relation avec le droit islamique.

  • Atelier 5 : Religion et mondialisations : sécularisation, commercialisation, réenchantement

Les progrès technologiques, de la communication ainsi que dans la capacité de mobilité des individus ont créé un marché global pour la religion. Cette session donnera l’occasion d’examiner les effets de ces changements sur les pratiques religieuses et l’insertion des religions dans les espaces publics en Europe, sur l’organisation et le rôle des institutions religieuses traditionnelles et sur d’autres qui émergent, mais également sur le dialogue inter-religieux dans les sociétés européennes.

Soumission des propositions

Nous invitons les chercheurs de tous les champs académiques, y compris et en particulier les doctorants, à soumettre leur proposition de communication.

Les propositions pour des communications de 30 minutes devront être envoyées avant le 1er septembre 2017 à l’adresse ipra@univ-nantes.fr. Les communications peuvent être rédigées en anglais ou en français. Elles doivent impérativement contenir :

  1. Un document au format .doc contenant
  2. Nom complet et affiliation
  3. Titre de la communication proposée (et indication de l’atelier dans lequel l’intervention est proposée)
  4. un résumé de la communication (200-500 mots)
  5. une liste de 5-10 mots-clés
  6. Un CV

Validation et confirmation

Le comité d’organisation confirmera la réception des soumissions et se prononcera sur celles retenues et celles rejetées au plus tard le 31 octobre 2017. Les contributeurs retenus seront invités à confirmer leur participation.

Les frais des intervenants sur place (hébergement, repas) seront assurés par les organisateurs, ainsi que les frais de déplacements pour ceux dont l’université d’affiliation ne peut pas les prendre en charge

Comité de Pilotage:

Dominique Avon, Université du Maine

Arnauld Leclerc, Université de Nantes

Michel Catala, Université de Nantes

John Tolan, Université de Nantes

Nicolas Stefanni, IPRA, Université de Nantes

Amanda Rio de Pedro, Alliance Europa, Université de Nantes

 

Comité scientifique:

A. Leclerc

J.Tolan,

D. Avon

Jean-Marc Ferry, Université de Nantes

Christiane Gruber, University of Michigan

Tomoko Masuzawa, University of Michigan

Annick Peters Custot, Université de Nantes

Karine Durin, Université de Nantes

Céline Borello, Université du Maine

Vincent Vilmain, Université du Maine

Jean-Philippe Schreiber, Université Libre de Bruxelles

Lionel Obadia, Université de Lyon II

Caroline Julliot, Université du Maine

 

Appel à articles « Nouvelles histoires de la Nouvelle-France »

Françoise LE JEUNE, Professeure de civilisation nord-américaine au CRHIA (Université de Nantes), lance un appel à articles pour le numéro 82 de la revue Etudes canadiennes /  Canadian Studies :

Nouvelles histoires de la Nouvelle-France

What’s new about New France ?

La Revue Etudes Canadiennes / Canadian Studies souhaite mettre en lumière les recherches récentes de jeunes doctorants ou de chercheurs chevronnés sur l’histoire de la Nouvelle-France comprise ici dans toute son étendue géographique, de l’ Acadie à la Louisiane, du Canada à Terre-Neuve…. L’optique de cette publication est de renouveler la littérature scientifique sur des sujets bien connus ou trop connus, ou sur des thématiques peu étudiées jusque là.

La question est simple : Y-a-t-il eu depuis dix ans un renouvellement de l’historiographie sur les sociétés et cultures de la Nouvelle-France (1534-1763), sur les relations avec la France de l’ancien régime, sur le monde atlantique, ou sur la question autochtone.

Il s’agira de démontrer dans chaque article en quoi le chercheur renouvelle les perspectives plus connues ou plus anciennes sur son sujet.

Les propositions d’articles (250 à 300 mots) contenant un titre et un résumé décrivant l’objectif de l’article, et incluant une courte biographie (100 mots maximum) peuvent être envoyées en PJ à l’adresse suivante :

La date limite pour la réception des propositions est le 15 février 2017. Le comité confirmera rapidement leur pré-selection aux auteurs. Les articles complets (d’environ 8000 mots) devront être envoyés pour le 15 mai 2017. Ils seront soumis à la lecture du comité scientifique de la revue. Les textes retenus paraîtront en version papier (et en ligne sur revues.org) dans la Revue n°82 de juin 2017.


The editors of Revue Etudes Canadiennes / Canadian Studies seek papers (in French or in English) that explore the ways in which doctorate students or established scholars have renewed our perspectives on the history of New France (1534-1763) over the past ten years. Topics might range from colonial societies to French imperial governance, from connections with the Atlantic world to the arts, as well as the relationship with the natives.

We expect to read contributions in which authors demonstrate how they believe their research revisits the « traditonal » historiography on New France (from Canada to Acadia, from Newfoundland to Louisiana and beyond the Great Lakes) or to the contrary develops new trends.

The editors would like to receive proposals (250 to 300 words) which provide a working title and a brief overview of the article’s aims, along with a short biographical note (100 words) in the same .doc sent to :

Deadline for submitting a proposal is February 15, 2017. Selected proposals will receive a go-ahead shortly afterwards. Full articles (about 8000 words) will need to be submitted by May 15, 2017. After a peer-review process, selected articles will be published in a printed form (and online), in the June 2017 special issue of Revue Etudes Canadiennes / Canadian Studies.

Pour aller plus loin :