Archives par mot-clé : politique

Les consuls, agents de la présence française dans le monde (18e-19e siècles)

Fabrice JESNE, MCF en histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes) et Directeur des études pour les époques moderne et contemporaine à l’Ecole française de Rome, vient de publier le numéro 57 d’Enquêtes et Documents sur le thème :

Les consuls, agents de la présence française dans le monde

18e-19e siècles

Résumé :

D’abord pensée pour favoriser les échanges commerciaux en Méditerranée, l’institution consulaire devient, au cours des temps modernes puis de l’époque contemporaine, un instrument de rayonnement extérieur des monarques puis des nations. Par ses deux empires coloniaux successifs, par la dimension globale de son commerce et de ses ambitions géopolitiques, par la puissance de son économie précocement industrialisée et son influence culturelle, la France projette ses « nationaux » sur tous les continents, et cela très tôt et dans la durée. Pour gérer les multiples intérêts français à l’étranger, l’État dispose d’un type d’agents précieux par leur caractère polyédrique : les consuls. Leur fonctionnarisation progressive, de même que leurs fonctions d’information, d’intermédiation marchande et d’administration des ressortissants sont bien connues de l’historiographie spécialisée. En revanche cet ouvrage entend examiner le rôle des consuls dans la présence française dans le monde, une présence multiforme qui ne se réduit pas aux seules ambitions coloniales ou impériales. Si l’extension du réseau consulaire reflète à la fois la présence commerciale et politique française, elle est aussi en partie tributaire des stratégies, des consuls eux-mêmes.

Cette publication est issue d’une journée d’études organisée en 2014 par le CRHIA (Université de Nantes) et le Laboratoire d’Excellence « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe ».

Pour aller plus loin

Contact : Fabrice JESNE : fabrice.jesne@univ-nantes.fr

Appel à communications : « Les nouvelles frontières du soi et de la société dans le monde atlantique français à l’époque moderne »

Daniella KOSTROUN (Indiana University, Purdue University-Indianapolis, accueillie en résidence à l’IEA Nantes) et Yann LIGNEREUX, Professeur d’histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes) lancent un appel à communications pour un colloque organisé les 18 et 19 mai 2017 sur le thème :

Les nouvelles frontières du soi et de la société

dans le monde atlantique français à l’ époque moderne

Les systèmes politiques, sociaux et religieux de la France ont été, durant l’ Ancien Régime, pensés et édifiés sur la base d’idéologies, classiques et traditionnelles, de hiérarchie et d’ordre comme elles se sont fondées sur un idéal de stabilité et de reproduction du semblable pour conjurer la diversité et la contingence de la succession. Comment ces systèmes ont-ils alors été affectés, perturbés et possiblement contestés par l’essor du mouvement des individus et du commerce à travers l’océan atlantique aux 16e-17e siècles ? Quels sont les effets, sur l’individu et la société dans laquelle il vit, de cette nouvelle « désorientation » des institutions, des familles et des représentations personnelles ? Quels degrés de différenciation sont-ils dès lors introduits à travers l’expérience d’une altérité qui serait peut-être moins celle rencontrée dans la découverte de l’ailleurs que celle qui se découvre précisément dans le cœur et l’âme d’un chacun ?

Télécharger l’appel à communications

Download the call for proposals

Les propositions de communication (350 mots environ) accompagnées d’une brève présentation biographique sont à adresser, en français ou en anglais, aux deux organisateurs du colloque pour le 20 décembre 2016 :

Comité scientifique du colloque :

  • Virginie CHAILLOU-ATROUS (LabEx « EHNE » / Université de Nantes)
  • Antonio DE ALMEIDA MENDES (Université de Nantes / CRHIA / STARACO)
  • Daniella KOSTROUN (Indiana University, Purdue University-Indianapolis / IEA Nantes)
  • Françoise LE JEUNE (Université de Nantes / CRHIA)
  • Yann LIGNEREUX (Université de Nantes / CRHIA)
  • Annick PETERS-CUSTOT (Université de Nantes / CRHIA)

Pour aller plus loin :

Appel à communications, Experts et expertises : la mobilisation des compétences en diplomatie, des congrès de Westphalie à la naissance de l’ONU, colloque international, Université de Nantes, 12 et 13 mai 2016

Appel à contribution

EXPERTS ET EXPERTISES :
LA MOBILISATION DES COMPETENCES EN DIPLOMATIE, DES CONGRES DE WESTPHALIE A LA NAISSANCE DE L’ONU

Colloque international Université de Nantes
12-13 mai 2016
Maison des Sciences de l’Homme, Nantes

Organisation : Stanislas Jeannesson Fabrice Jesné et Eric Schnakenbourg

Depuis le XVIIe siècle, le champ de la diplomatie s’est considérablement élargi à mesure du développement et de la diversification des relations internationales. Les agents diplomatiques se trouvent dès lors confrontés à une grande diversité de sujets et de missions ce qui les amène à faire appel à des compétences et des savoirs extérieurs. Les ambassades, les congrès diplomatiques ou les grandes conférences internationales mobilisent des spécialistes chargés d’aider à la négociation sur des points particuliers. Dès le XIXe siècle, la mise en place de grandes organisations internationales impose la création d’organes d’expertise, permanents ou temporaires, chargés de travailler en amont sur les questions internationales.
La mobilisation des conseillers et des experts au service de la diplomatie invite à des interrogations sur des acteurs qui ne sont pas des diplomates stricto sensu. Elle permet de montrer que la diplomatie n’est pas une activité déconnectée de son environnement mais qu’elle draine les compétences de la société de son temps. Plusieurs points semblent pouvoir retenir l’attention des participants à ce colloque.
– Les champs et la chronologie de l’expertise : sur la longue durée, l’étude de la mobilisation des experts doit permettre de réfléchir à l’élargissement progressif du domaine de la diplomatie. Le recours aux juristes, aux négociants, aux militaires, ou à des informateurs particulièrement avertis, comme les consuls et autres go-betweens, pour assister les ambassadeurs ou conseiller les gouvernements centraux montre que les diplomates ont eu conscience très tôt de la nécessité de s’entourer de spécialistes – experts d’une discipline, d’un domaine d’activité, d’un pays ou d’une culture. Par la suite, la professionnalisation accrue du métier de diplomate, le caractère de plus en plus technique de certaines affaires, notamment dans le domaine économique et financier, puis, au XXe siècle, la généralisation d’un multilatéralisme institutionnalisé et l’affirmation d’un ordre international fondé sur le droit, font surgir de nouvelles pratiques, voire de nouvelles formes de diplomatie impliquant de nouveaux acteurs et requérant des compétences spécifiques.
– L’institutionnalisation de l’expertise : il s’agit de voir comment se mettent en place les structures d’accueil et d’intégration des experts auprès des ambassades, avec la multiplication des postes d’attachés et de conseillers, auprès des gouvernements et des grandes organisations internationales, avec la création d’emplois particuliers ou, plus simplement, à travers l’existence de missions, ponctuelles ou permanentes, qui permettent une reconnaissance officielle de l’assistance apportée aux diplomates. Il faudrait s’interroger sur les modalités et les temporalités de ce processus en le confrontant à son contexte historique.
– Le sort des expertises : l’expert conseille, mais le gouvernement dispose par la voie de son représentant. Il faudrait se demander ce que deviennent les expertises et finalement poser la question de leur efficience, entre avis oubliés à peine émis, instrumentalisation de l’expertise à des fins politiques ou véritable source d’inspiration pour les acteurs de la diplomatie. Autrement dit, nous nous demanderons quelle est l’influence réelle des rapports et des conseils venant de spécialistes sur la décision politique afin de savoir s’il est possible, et avec quelles limites, d’évaluer la place de l’expertise comme l’un des paramètres du fonctionnement du système international. Ce type d’interrogation est comme un miroir tendu à la diplomatie pour réfléchir à sa double nature d’exercice technique et d’exercice politique.
– Diplomates et experts : si l’expérience de longs séjours dans une même région, la constitution de réseaux, la connaissance des langues et des lieux font de certains diplomates, des experts de questions particulières et d’espaces peu familiers, dans la plupart des cas les figures du diplomate et de l’expert sont cependant dissociées. Il faut dès lors se poser la question de la complémentarité de ces acteurs. L’irruption, voire l’invasion, des experts dans le champ de la diplomatie et ses conséquences inévitables – conflits de compétences, choc des cultures, etc. – ne sont-elles pas vécues par les diplomates comme une remise en cause de leurs prérogatives? Les diplomates cherchent-ils – et y parviennent-ils – à garder la mainmise sur le processus, ou du moins sur sa phase ultime qu’est la négociation, et à cantonner l’expert dans un rôle d’auxiliaire ? Il faudra également interroger la formation de réseaux transnationaux d’experts, que ce soit dans le cadre institutionnalisé des organisations internationales ou dans celui des lieux privilégiés de l’expertise que constituent au premier XXe siècle des villes comme La Haye ou Genève.
Ces différentes approches, qui ne sont pas exhaustives, doivent permettre une relecture de l’activité diplomatique et montrer qu’elle peut être le produit d’une convergence de compétences et de savoirs. Il s’agit en quelque sorte de regarder « derrière le rideau » de la négociation pour voir comment se construit la décision politique. Nous veillerons à ne pas juxtaposer les cas particuliers, mais à réfléchir au rôle de l’expertise, à ses modalités, ses structures, ses acteurs et son influence sans pour autant négliger ses limites. Notre réflexion portera sur la longue durée, du milieu du XVIIe siècle à la naissance de l’ONU, afin d’insister sur les origines et les évolutions d’un phénomène qui, s’il s’est généralisé dans la période récente, ne date pas du XXe siècle.

Afin de renforcer la cohérence de nos réflexions, chaque intervenant est invité à s’interroger particulièrement sur les points suivants :
– Le champ de l’expertise : quelles raisons justifient, à un moment donné, le recours à l’expertise dans tel ou tel domaine ?
– Les usages de l’expertise : l’expertise vient-elle en appui à la décision ou acquiert-elle une certaine autonomie ?
– Le statut de l’expert : l’expert est-il ou devient-il un acteur à part entière de la diplomatie ? S’impose-t-il au diplomate ou n’est-il qu’un auxiliaire ?

Les propositions de communication (résumé d’une page et CV) doivent être adressées avant le 1er septembre 2015 aux organisateurs.

Contacts :
– stanislas.jeannesson@univ-nantes.fr
– fabrice.jesne@univ-nantes.fr
– eric.schnakenbourg@univ-nantes.fr

« Regards croisés : Canada – Europe » « New perspectives on the Canada – Europe partnership »

Françoise Le Jeune, Professeure de civilisation nord-américaine au CRHIA-Nantes, organise du 10 au 13 juin 2015 à Nantes le colloque / congrès  :

« Regards croisés : Canada – Europe »

« New perspectives on the Canada – Europe partnership »

Présentation :

Les liens entre le Canada et la « vieille » Europe nourrissent des échanges économiques, politiques et culturels depuis la création de la Confédération canadienne en 1867. Dans le cadre de l’axe “L’Europe, les Européens et le monde” du LabEx EHNE,  et les projets collectifs de recherche de plusieurs laboratoires en sciences humaines et sociales de l’université de Nantes, il semble intéressant de réfléchir aux regards croisés que pose le Canada sur l’Europe et vice-versa, à travers l’histoire récente (XXème-XXIème siècles). Les regards croisés menant aux pratiques croisées, en quoi l’Europe inspire-t-elle le Canada ? Comment les deux espaces se nourrissent-ils de ces échanges réciproques ? Nous analyserons ces questions sous l’angle de l’histoire, la sociologie, la géographie, la littérature et le droit international.

Son Excellence l’ambassadeur du Canada en France, Lawrence Canon, prononcera une allocution le 11 juin à 9h sur « Les relations France-Canada depuis la visite de François Hollande ».

> clôture des inscriptions le lundi 8 juin 2015 à 12h

Télécharger le programme du colloque / Download the conference program

Lieu :

  • 10 et 11 juin : Université de Nantes (Faculté des Langues, amphithéâtre 405), Campus Lettres, Chemin de la Censive du Tertre, 44312 Nantes
  • 12 juin : MSH Ange-Guépin (Amphitêâtre Simone-Weil), 5 allée Jacques Berque, 44000 Nantes

Partenaires :

  • Ambassade du Canada
  • Région Pays de la Loire
  • Nantes métropole
  • Association Française d’Etudes Canadiennes
  • GIS Institut des Amériques
  • LabEx EHNE
  • MSH Ange-Guépin
  • Laboratoires : CRINI, DCS, LETG, CENS (Université de Nantes, CNRS)

Contact : cec@univ-nantes.fr