Archives par mot-clé : Mediterranee

Programme 2016 du séminaire: L’Europe et son “autre”, penser la Méditerranée et l’Afrique comme objet de l’histoire des relations internationales du temps présent

L’Europe et son “autre”: penser la Méditerranée et l’Afrique comme objet de l’histoire des relations internationales du temps présent

Programme du séminaire 2016

Organisation et animation des séances
• Houda Ben Hamouda, doctorante, université Paris 1, chercheuse associée à l’université de Jyväskylä (Finlande), (houdabenhamouda31[at]gmail.com)
• Guia Migani, maître de conférences à l’université François Rabelais, Tours (guia.migani[at]univ-tours.fr)
• Sofia Papastamkou, docteur en histoire, Responsable humanités numériques, Maison européenne des sciences de l’homme et de la société Lille (sofia.papastamkou[at]meshs[dot]fr
• Karine Ramondy, doctorante, université Paris 1, enseignante, (Karine.Ramondy[at] malix.univ-paris1.fr)
Le mardi de 18h00 à 20h00
Lieu :
• Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Maison de la Recherche
28 rue Serpente – 75006 Paris
Salle 1 – rez-de-chaussée

Programme
1er séance – 22 janvier 2016
Migrations, circulations et diasporas

Journée d’études à l’université de Nantes :
Mobilités Nord-Sud. Une perspective globale (http://calenda.org/351442)

2e séance – 2 février 2016
Dynamiques transnationales, circulations des idées et des savoirs (1)

Daniel Nordman (CNRS, IMAF) :
« Savoirs et colonisation : l’exploration scientifique de l’Algérie (vers 1840-vers 1860) ».

Anne-Sophie Gijs (Université catholique de Louvain, ESPO- EURO) :
« L’anticommunisme au Congo belge comme archétype des défis relationnels euro-africains durant la Guerre froide et la décolonisation ».

3e séance – 15 mars 2016
Enjeux énergétiques et espaces convoités : le cas du pétrole

Magrin Géraud (Université Paris 1, laboratoire de géographie PRODIG) :
« Les projets pétroliers du bassin du lac Tchad : entre continuité et rupture ».

Sarah Adjel – (Université Paris 1, IMAF) :
« Stratégies énergétiques algériennes » (titre provisoire)

4e séance – 5 avril 2016
Circulations des idées et des savoirs (2) : réseaux et mouvements politiques transnationaux

Anna Konieczna (University of Oxford) : « Le Mouvement anti-apartheid en France ».

Mehdi Alioua (Université Internationale de Rabat, CJB) :
« Les réseaux de résistance transnationaux des droits de l’homme avec comme terrain les défenseurs des migrants ». (titre provisoire)

5e séance – 10 mai 2016
Espaces de confluences : le cas du Sahara

Camille Lefevbre (CNRS, IMAF): :
« Les frontières au Sahara et au Sahel au regard de l’Histoire ».

6e séance – 17 mai 2016
Enjeux sanitaires transnationaux : circulations et contrôle des épidémies

Céline Paillette (Université Paris1, SIRICE) :
« Organisation internationales et circulations des épidémies : un espace méditerranéen sous surveillance, des années 1900 aux années 1920 ».

Emmanuelle Roth (Graduate Institute of International and Development Studies (IHEID), Genève)
 » (Pré)dire le futur après une épidémie d’Ebola : anticipation et fatalisme en Guinée ».

 

Colloque, « Le Maghreb dans les relations internationales: diplomaties et crises- Tunis- 20 et 21 novembre 2015.

 Colloque  co-organisé par l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (USR 3077, CNRS / MAEDI /
MESR), l’Institut des mondes Africains (UMR 8171 et UME 243, CNRS, IRD, EHESS, EPHE, Université Paris 1 et
Aix-Marseille), l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Université de La Manouba et le  concours du
LabEx EHNE axe 4

Le Maghreb, situé à la croisée du monde arabe, des civilisations méditerranéennes,africaines et européennes, occupe une position privilégiée de trait d’union entrel’Afrique, le Machrek et l’Europe. Cette région, bordée au Nord par la Méditerranéeet au Sud par le Sahara, constitue ainsi un vaste réseau d’échanges. Par sa situationgéographique et son histoire, les circulations y sont intenses, les transferts culturelsincessants, les mémoires et les héritages vifs et imbriqués entre eux.
Mais le Maghreb est aussi « un édifice sans cesse menacé ». Comme PierreVermeren le souligne : « Il ne s’agit pas d’ériger l’histoire de cette région en totem,mais il est important de la considérer en tant que telle, car elle n’est pas réductible àl’identité arable du Moyen-Orient« .

L’intention de ce colloque est d’inaugurer une réflexion appelée à se prolonger parune recherche collective sur le Maghreb dans l’histoire des relations internationales. Elle s’inscrit également dans un contexte bien particulier, celui d’une volonté d’accèssimplifié aux archives tunisiennes contemporaines et d’une démarche de la part desMarocains depuis 2012 de récolter et de trier leurs archives nationales.
La publication, en septembre dernier, d’un Livre Blanc des études françaises sur leMoyen-Orient et les mondes musulmans du Groupement d’intérêt scientifique (GIS),reflète l’intérêt du CNRS qui souligne la nécessité de renouveler l’histoire duMaghreb et de « sortir des grilles de lecture et des instruments d’analyse d’unerégion trop souvent à la marge », ce qui est de même notre ambition ici. Une vue nouvelle de l’historiographie du Maghreb colonial et post-colonial est aussi au programme de ce colloque. Par ailleurs, l’historiographie française des relationsinternationales s’intéresse quant à elle de plus en plus aux questionstransnationales, encore persiste un vide.

En interrogeant la Méditerranée en tant qu’objet des sciences sociales, certainstravaux ont permis de démontrer l’interconnexion et l’interdépendance des États.Pourtant, les analyses historiques de cet espace sont le plus souvent marquées par les relations avec les anciennes puissances coloniales. En outre, les étudespubliées sur les relations entre le Maghreb et son environnement géographique sesont beaucoup articulées autour des questions bilatérales puis autour des troisdialectiques récurrentes que sont l’anticolonialisme, l’antiracisme et l’anti-impérialisme. Concernant les dynamiques de la sous-région, peu de travaux sontrecensés sur les interactions Maghreb-Machrek, Maghreb-Afrique subsaharienne,Maghreb-Asie, etc.

Par ailleurs, ces études sont le plus souvent statiques. Comme le souligne Robert Frank, il convient de prendre en compte les « dynamiques », c’est-à-dire la « puissance », la « force » mais  aussi « le mouvement que celle-ci décrit, unmouvement tout aussi facteur de mutations à travers les frontières que la force qui legénère. Les dynamiques désignent aussi les « circulations » qui traversent lesespaces, transforment les sociétés. Beaucoup de ces dynamiques sont à la foisnationales, internationales et transnationales.

Ce colloque est donc l’occasion de faire le point sur des objets de recherche encore embryonnaires .

 

Journée d’études « Consuls et services consulaires dans une perspective globale, XIXe-XXe siècles »

Dans le cadre du LabEx EHNE, Fabrice Jesné, MCF en histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, organise, le 9 octobre 2014, la journée d’études :

Consuls et services consulaires dans une perspective globale

XIXe-XXe siècles

Depuis une vingtaine d’années, les consuls et les services consulaires européens et extra-européens ont fait l’objet de travaux qui, s’ils sont relativement nombreux, ne suffisent pas à constituer un objet d’étude clairement identifié, notamment pour l’époque contemporaine. La richesse de l’activité consulaire a pourtant été suffisamment démontrée : en plus de faciliter le commerce des ses « nationaux » outre-mer, le consul est en charge de leur état-civil, de leurs institutions communautaires et de leurs relations avec les autres communautés marchandes ainsi qu’avec les autorités et la société locales. Au sein du corpus d’études consacrées aux consuls, plusieurs travaux explorent également l’écheveau des relations que noue généralement le consul entre le poste dont il est titulaire, son pays ou sa région d’origine, et les lieux de ses activités, qu’elles soient commerciales, diplomatiques, politiques, privées ou culturelles. Bien souvent, cependant, les études consacrées aux consuls concernent un poste, un service consulaire national, ou encore une de ses déclinaisons régionales. Sans doute l’effort de comparaison entre les différentes situations individuelles, locales ou nationales qui est mené depuis plusieurs années à l’occasion de diverses rencontres scientifiques mérite-t-il d’être poursuivi, notamment en posant la question du déploiement des services consulaires à l’échelle mondiale…

Télécharger le programme de la journée d’études

Pour aller plus loin : consulter le site du CRHIA