Archives par mot-clé : immigration

Colloque international et interdisciplinaire : 15-16 octobre 2016, Université catholique de l’Ouest, Angers. « Processus de transmission dans les familles de migrants ou issues de l’immigration. Regards croisés dans les États de l’Union Européenne » (TRANS-MIG)

« Processus de transmission dans les familles de migrants ou issues de l’immigration. Regards croisés dans les États de l’Union Européenne » (TRANS-MIG)

Colloque international et interdisciplinaire : 15-16 octobre 2016
Université catholique de l’Ouest, Angers

JEUDI 15 octobre 2015

9h45 Accueil et ouverture du colloque par Dominique VERMERSCH, Recteur de l’UCO

10h Introduction par Gwénola SEBAUX (Professeur de civilisation germanique, UCO)

10h30 Stéphanie MORANDEAU (philosophie politique, CNRS Nantes)
La compréhension du processus de transmission à travers la philosophie des Anciens

11h Pause

Mobilité et transmission(s) – Cultures et microcultures
Présidente de séance : Françoise LE LIEVRE (UCO)

11h30 Tanya DIMITROVA (anthropologue, Iéna – Allemagne)
Transmitting ethnic identity in situation of migration – ways, objectives and obstacles. The case of Bulgarian out migration after 1989

12h Sînziana PREDA (anthropologue, Timisoara – Roumanie)
Coming from Crimea: Stories of Migration in Tatar Communities from Romania

12h30 Virginie CHAILLOU-ATROUS (historienne, Nantes)
Les descendants d’immigrés indiens engagés à la Réunion : entre transmission, survalorisation et reconstruction du passé

13h Déjeuner

Espaces socio-économiques et rôle du politique en contexte migratoire
Présidente de séance : Dominique HERBET (Lille 3)

14h30 Brigitte LESTRADE (germaniste, Cergy-Pontoise)
L’immigration actuelle en provenance des pays d’Europe du sud (2009 – 2014) – une question d’économie ou d’affinités?

15h Despina VASILCU (géographe, Suceava – Roumanie)
Expérience de l’altérité, intégration et construction identitaire chez les médecins roumains émigrés en France

15h30 Anne SALLES (germaniste, Paris 4)
La fécondité des immigrés : un faux débat ?

16h Pause

Enjeux de la transmission dans l’espace familial
Présidente de séance : Brigitte LESTRADE (Cergy)

16h30 Christina LOKK (sociologue, Hildesheim – Allemagne)
Alleinerziehende Migrantinnen in Deutschland – Familienbilder und Lebensentwürfe im Wandel
Migrantes monoparentales en Allemagne – Projections familiales et stratégies de vie en mutation

17h Pierre KANDEM (géographe, Poitiers / Dschang, Cameroun)
Stratégies matrimoniales et processus de transmissions dans les familles de migrants d’origine camerounaise en Ile-de-France : vers une hybridation accélérée ?

17h30 Nicolas PROGNON (historien, Toulouse)
Processus de transmission dans les familles de Chiliens réfugiés en France

20h00 Dîner en ville

**********************

VENDREDI 16 OCTOBRE 2015

Le fait culturel au prisme migratoire
Présidente de séance : Anne SAINT SAUVEUR (Paris 3)

9h15 Gérard-François DUMONT (géographe, géopolitologue, Paris 4)
Géographie culturelle et migration Conférence magistrale (keynote) *

10h Débat et questions en écho à la conférence magistrale

10h30 Zaihia ZEROULOU (sociologue, Lille 1)
D’une génération à l’autre : ruptures, permanences, rémanences et innovations. Comment ceux qui transmettent sont eux-mêmes l’objet du travail de transmission

11h Pause

Transmission(s) et identifications religieuses
Président de séance : Gilbert GUILLARD (Paris 3)

11h30 Jérôme GIDOIN (anthropologue, Paris-Descartes)
Réflexion critique sur la notion de « transmission » : la réinterprétation des pratiques d’hommage aux défunts des Vietnamiens en France

12h Myriam BIZIEN FILIPPI (historienne, Le Mans)
La place des mouvements d’éducation populaire catholiques dans les processus de transmission culturelle et religieuse auprès des enfants de familles migrantes ou issues de l’immigration en France (1970-2015)

12h30 Dêva KOUMARANE VILLEROY (journaliste, Paris)
Les originaires de Pondichéry dans la région parisienne. Leurs cultures et leurs religions

13h Déjeuner
Transmission(s) et identifications linguistiques
Présidente de séance : Christine DE GEMEAUX (Tours)

14h30 Olga CLEMENT (civilisations slaves, Poitiers / CEES)
Les modalités des transferts culturels chez les migrants de l’espace sud-caucasien

15h Sara INGROSSO (sociolinguiste, Munich – Allemagne)
Sprache und Integration am Beispiel italienischer EinwanderInnen in München
Langue et intégration à l’exemple d’immigré(e)s italien(ne)s à Munich

15h30 Françoise LE LIEVRE (sociolinguiste, UCO Angers)
Politiques linguistiques familiales chez des familles d’origine marocaine en France : transmission, non-transmission et rupture de transmission d’un héritage linguistique

16h Conclusion et clôture du colloque

* La conférence magistrale du 16 octobre sera prononcée par Gérard-François DUMONT, Président de l’association Population & Avenir (et de la revue éponyme). Président de l’Observatoire international de prospective régionale. Président du Conseil scientifique de la Société de Stratégie. Vice-Président de l’Académie de géopolitique de Paris. Administrateur de la Société de Géographie. Expert auprès du Comité économique et social européen (CESE)

Colloque international, « Processus de transmission dans les familles de migrants ou issues de l’immigration. Regards croisés dans les Etats de l’Union Européenne », 15-16 octobre 2015 à l’Université catholique de l’ouest d’Angers

« Processus de transmission dans les familles de migrants ou issues de l’immigration. Regards croisés dans les Etats de l’Union Européenne »

Colloque international et pluridisciplinaire : 15-16 octobre 2015 à l’Université catholique de l’Ouest , Angers.
LÉMIC (Littérature, Étrangéité, Mutations, Identités Culturelles)

S’interrogeant sur le concept de « transmission » dans le champ de la sociologie ou de l’histoire de l’immigration, l’on peut se référer à cette observation de Max Weber : « Toutes les différences de « mœurs » peuvent alimenter un sentiment spécifique de l’ »honneur » et de la « dignité » chez ceux qui les pratiquent. On oublie les motifs originels qui ont donné naissance aux diverses habitudes de vie et les contrastes se perpétuent en tant que « conventions ». » (Economie et Société, Vol 2, Pocket 1995, p. 128) Près d’un siècle plus tard, ce constat est-il toujours d’actualité ? C’est ce que ce colloque se propose de vérifier, en convoquant autour du syntagme « processus de transmission » les différents champs disciplinaires de la recherche migratoire.

Les langues du colloque seront le français, l’allemand et l’anglais.

Comité scientifique :
Pr Philippe ALEXANDRE (Université de Lorraine, Nancy)
Pr émérite Jean-Paul CAHN (Université Paris 4)
Pr émérite Brigitte LESTRADE (Université de Cergy-Pontoise)
Pr Patrice NEAU (Université de Nantes)
Pr Jochen OLTMER (Universität Osnabrück – Allemagne)
Pr Dirk RUPNOW (Universität Innsbruck – Autriche)
Pr émérite Anne SAINT SAUVEUR (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3)
Pr Gwénola SEBAUX (Université catholique de l’Ouest, Angers)
Pr Anton STERBLING (Rothenburg/Oberlausitz – Allemagne)
Pr émérite Jérôme VAILLANT (Université de Lille 3)
Dr Zaïhia ZEROULOU (Université de Lille 1)

Conférence le mardi 20 mai 2014 à 18h30 au Musée de l’Histoire de l’immigration: La guerre au travail, 1914-1920 Étrangers et coloniaux à l’usine et dans les champs

 

Conférence de  Laurent Dornel, Université de Pau et des Pays de l’Adour

présentée par Marianne Amar,  Cité nationale de l’histoire de l’immigration

Auditorium Philippe Dewitte, PALAIS DE LA PORTE DOREE, 293 avenue Dausmenil, 75012 Paris

 

À l’occasion de la Première Guerre mondiale, en raison d’une grave pénurie de main-d’œuvre, la France – cas à peu près unique en Europe – fit appel à un très grand nombre de travailleurs étrangers européens surtout, mais aussi coloniaux  et chinois. Si les soldats coloniaux ont suscité une littérature scientifique assez abondante, tel n’est pas le cas des ouvriers étrangers, coloniaux et chinois. Or l’histoire de cet épisode migratoire, qui se situe à la croisée de l’histoire de l’immigration, de la colonisation, de la guerre et de l’État, présente des enjeux essentiels.

La guerre pose, pour la France, la question migratoire en des termes nouveaux. L’État, dont le rôle s’était limité à la surveillance des immigrés, devient en quelques mois un acteur majeur du processus migratoire. C’est lui qui, directement, recrute et transporte les ouvriers coloniaux et chinois, les répartit sur le territoire français, les surveille étroitement, leur affecte des emplois et impose des contrats aux employeurs privés et publics.

L’arrivée de ces milliers de travailleurs coloniaux et d’étrangers se traduit par des formes de transfert des catégories et de la domination coloniales sur le territoire métropolitain. Les autorités françaises mettent en place des structures administratives nouvelles qui institutionnalisent l’existence de deux types de main-d’œuvre pensés désormais comme radicalement distincts : d’un côté la main-d’œuvre européenne ou « blanche » (la whitenessdevient ainsi une catégorie administrative), de l’autre les coloniaux (« indigènes ») et les Chinois souvent désignés par leur « couleur ». Avant même la fin de la guerre, les premiers sont définis comme « désirables », tandis que les seconds, racialisés, sont construits officiellement comme inassimilables et par conséquent « indésirables ». La guerre marque ainsi la naissance des indésirables, motif majeur de la xénophobie et du racisme de l’entre-deux-guerres.

Après la conférence, nous aurons le plaisir de vous inviter autour d’un verre

 pour fêter la fin de la saison 2013-2014