Archives par mot-clé : guerre

Séminaire « Etudier la guerre » – The Waffen-SS: A European History

Jochen BÖHLER, Professeur à l’Université d’Iéna et invité sur la chaire d’excellence de l’axe 5 du LabEx EHNE « L’Europe des guerres et des traces de guerre », intervient à l’occasion de la 8ème séance du séminaire « Etudier la guerre » pour présenter son ouvrage :

The Waffen-SS: A European History

Longtemps reléguée et réduite à une histoire dite « bataille » qui ne serait que descriptions d’opérations militaires, la réflexion historique sur le phénomène guerrier a connu une longue mutation qui l’a amenée à s’ouvrir aux questionnements de l’histoire sociale et de l’anthropologie, à l’insertion des conflits dans les relations internationales, à la réflexion sur la tactique et, plus récemment, à un intérêt renouvelé pour l’action de guerre et le combat. Porté par la dynamique pluridisciplinaire des war studies, l’objet connaît un regain d’intérêt susceptible de mobiliser de nombreux historiens au-delà des spécialistes d’histoire militaire stricto sensu.

A l’initiative de Valéria Pansini, MCF en langue et civilisation italienne à l’Université Rennes 2, Yann Lagadec, MCF en histoire moderne à l’Université Rennes 2, Michaël Bourlet, docteur en histoire contemporaine, Frédéric Dessberg, MCF en histoire contemporaine à l’Université Paris 1 (détaché à Saint-Cyr-Coëtquidan), et Eric Schnakenbourg, Professeur en histoire moderne et Directeur du CRHIA, cette approche renouvelée du phénomène guerrier est celle qui est privilégiée par TEMPORA, le CREC et le CRHIA comme en témoignent plusieurs rencontres scientifiques organisées ces dernières années. Le séminaire « Étudier la guerre », commun aux trois équipes, est un lieu ouvert de confrontations régulières sans exclusive d’époque, d’espace ou de thématique. La présentation des cas particuliers y est accompagnée par une attention soutenue aux questions méthodologiques. Les différentes approches et procédures permettant la construction savante de l’objet « guerre » et des enjeux qui la motivent, ainsi que les difficultés et les limites rencontrées par les chercheurs qui abordent ce champ particulier de la pratique historienne seront au centre des discussions.

Lieu : Université de Nantes – Campus Tertre – Bâtiment Censive – salle C 023 – Chemin de la Censive du Tertre – 44312 Nantes
Partenaires : TEMPORA (EA 7468, Université Rennes 2), CREC (Ecoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan), LabEx EHNE
Contact : Eric SCHNAKENBOURG : eric.schnakenbourg@univ-nantes.fr

Atelier de travail, Entrer en guerre, XVIe siècle – XVIIIe siècles – Jeudi 30 mars 2017 9h30 – 16h30

Dans le cadre du séminaire « Etudier la guerre », Eric SCHNAKENBOURG, Professeur d’histoire moderne et Directeur du CRHIA (Université de Nantes), organise un atelier de travail à Nantes sur le thème :

Entrer en guerre,

16ème – 18ème siècles

L’objet de cette journée d’études porte sur les modalités du passage de la paix à la guerre. Il ne s’agit pas de travailler sur les causes des conflits, mais de réfléchir aux transitions de l’une à l’autre pour savoir comment, à l’époque moderne, les États, les sociétés et les individus sont saisis par l’épreuve de la guerre. L’effet perlocutoire d’une déclaration de guerre n’est pas immédiat, autrement dit il ne suffit de proclamer l’état de guerre pour qu’il devienne réalité. L’entrée en guerre n’est pas uniquement réductible à une rupture nette, elle entraine des mutations, des mobilisations et des adaptations sur lesquelles il faut s’interroger en les considérant au moment où elles commencent à se mettre en place. L’un des enjeux de cette journée d’études est de saisir les décalages de l’entrée en guerre en fonction des objets considérés.

Consulter le programme
Lieu : MSH Ange-Guépin – 5, Allée Jacques Berque 44000 Nantes – Salle de conférence
Partenaire : TEMPORA (EA 7468, Université Rennes 2), CREC (Ecoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan), MSH Ange-Guépin
Contact : Eric SCHNAKENBOURG : eric.schnakenbourg@univ-nantes.fr

Appel à articles – Le Canada et la Grande Guerre

Françoise Le Jeune, Professeure de civilisation nord-américaine et britannique au CRHIA (Université de Nantes), lance un appel à articles pour le 80ème numéro de la revue d’Etudes Canadiennes qui aura pour thème :

Le Canada et la Grande Guerre

La Revue Etudes Canadiennes / Canadian Studies sollicite des articles (en français ou en anglais) sur l’impact de la Grande Guerre sur le Canada et les Canadiens, d’un point de vue historique, politique, artistique ou sociétale. Le comité éditorial est également intéressé par une réflexion sur les représentations de la Première Guerre Mondiale en littérature ou d’un point de vue artistique, pendant ou après la guerre. On peut également s’intéresser à la manière dont le Canada se souvient de cette guerre, particulièrement à l’approche de la commémoration de la bataille de Vimy en avril 1917.

Plusieurs conférences et ateliers ont déjà eu lieu sur ce sujet, qui ont permis de mettre en avant de nouvelles recherches et de nouvelles perspectives sur la Grande Guerre au Canada, recherches qui n’ont peut-être pas encore été publiées.

Les articles pourront prendre en considération diverses approches en prenant en compte sur l’impact de la guerre sur la nation canadienne ou sur la place du Canada dans l’espace impérial, pendant et après la guerre. L’optique de cette publication est de renouveler la littérature scientifique sur des sujets bien connus. On pourra par exemple :

  • Revoir le contexte de la mobilisation au Canada
  • S’intéresser à l’expérience de soldats canadiens dans les tranchées
  • Porter un regard nouveau sur les batailles d’Ypres, Vimy ou Passchendaele
  • Revisiter les textes littéraires parlant de la Grande Guerre ou explorer les écrits personnels d’acteurs anonymes
  • S’intéresser à la manière dont les provinces ou le fédéral vivent la guerre
  • Reconsidérer la place des femmes
  • Prendre en compte le rôle de la guerre sur la redéfinition de l’identité canadienne
  • Analyser l’impact de la guerre sur la politique canadienne (fin de l’empire, modernité, progrès…)
  • Perspectives sur les commémorations canadiennes de la Grande Guerre (y compris les expositions)

Les propositions d’articles (250 à 300 mots) contenant un titre et un résumé décrivant l’objectif de l’article, et incluant une courte biographie (100 mots maximum) peuvent être envoyées en PJ aux adresses mentionnées ci-dessous.

La date limite pour la réception des propositions est le 15 février 2016. Le comité confirmera rapidement leur pré-selection aux auteurs. Les articles complets (d’environ 8000 mots) devront être envoyés pour le 15 mai 2016. Ils seront soumis à la lecture du comité scientifique de la revue. Les textes retenus paraîtront en version papier (et en ligne) dans la Revue n°80 de juin 2016.

English version (click here)

Partenaire :

  • Revue Etudes Canadiennes / Canadian Studies

Contact :

  • revueetudescanadiennes@gmail.com
  • cc. francoise.le-jeune@univ-nantes.fr

Appel à communications, « Plus jamais la guerre? Paix et religions: acteurs, enjeux et obstacles »

Appel à communication
Plus jamais la guerre ?
Paix et religions : acteurs, enjeux et obstacles

La journée d’étude est organisée par l’AFHRC avec le soutien de l’IUF et du programme
« Pax in terra » de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Université Paris 1, samedi 24 septembre 2016.

On connaît la formule de Paul VI à la tribune de l’ONU en octobre 1965 : « Plus jamais la guerre ! C’est la paix, la paix qui doit guider le destin des peuples et de toute l’humanité. » On sait aussi que les Prix Nobel de la Paix ont été à maintes reprises attribués à des personnalités marquées par leurs convictions religieuses : l’archevêque suédois Mgr Nathan Söderblom en 1930 pour la promotion de l’œcuménisme, les Quakers en 1947, le pasteur luthérien Albert Schweitzer en 1952, le père dominicain Dominique Pire en 1958, le pasteur baptiste Martin Luther King en 1964, Mère Teresa en 1979, Mgr Desmond Tutu en 1984, le Dalaï Lama en 1989, Mgr Carlos Belo, évêque du Timor oriental, en 1996, mais aussi Adolfo Perez Esquivel en 1980, l’auteur du Christ au Poncho, le polonais Lech Walesa en 1983, ou, en 1976, Mairead Corrigan pour son œuvre de paix dans le conflit irlandais, et grande admiratrice de Dorothy Day et des R.P. Berrigan.
Les multiples exhortations à la paix, inscrites dans la longue tradition de l’histoire du christianisme, ont-elles reçu un écho signifiant dans les chancelleries, les salles de presse, les opinions publiques et aux divers échelons de la vie ecclésiale ? Rien n’est moins sûr si l’on se souvient, par exemple, des catholiques français dénonçant en 1917 les propositions romaines de paix, ou des néo-conservateurs américains enrôlant Augustin d’Hippone pour légitimer une théorie renouvelée de la « guerre préventive » en Irak en 2003.
Les objectifs de la journée d’étude sont précisément d’examiner à la fois l’apport des religions à la construction de la paix dans le monde, ainsi que les résistances rencontrées par le pacifisme de nature religieuse.
Les propositions de communications pourront s’inscrire dans les axes suivants.
1. Le premier axe d’étude voudrait privilégier les milieux religieux eux-mêmes. Des paroles liturgiques – « La paix soit avec vous ! », « La paix du Christ ! » – aux messes « pour la paix », des célébrations de réconciliation des mafieux repentis en Italie aux « accords du Vendredi Saint » en Irlande ou aux vertus et pratiques supposées « pacifiques » du bouddhisme, quels sont les divers rituels de paix ? Quel en est leur sens ? Quelle est leur importance sociale ? Quelle « pédagogie » de la paix ? Peut-on parler de « théologies de la paix », à une époque où la théorie de la « juste guerre » est de plus en plus souvent critiquée ? Comment les intellectuels chrétiens, musulmans, juifs pensent-ils la paix ? Des Amish aux Quakers, des Franciscains aux Bénédictins, la paix est au cœur de la spiritualité de certaines communautés. Quelles incidences cela a-t-il sur le peuple croyant et sur les idéaux de la cité ? Existe-t-il un « franciscanisme politique » ? Y a-t-il une pensée musulmane de la paix ? Comment « l’objection de conscience » est-elle défendue par certaines communautés ?

2. Le deuxième axe voudrait interroger les forces, faiblesses et paradoxes du « pacifisme religieux » sur la scène internationale. Rien ne semble y faire : le Djihad, la Croisade et la Saint-Barthélemy marquent davantage les esprits que l’action conjuguée des pacifistes chrétiens, les progrès de l’œcuménisme, les rencontres interreligieuses d’Assise, les médiations diplomatiques de Sant’Egidio, les associations multiples de Pax Romana à Pax Christi ou au Peace Corps, dont la dimension religieuse reste à examiner, ou un siècle d’appels à la paix lancés depuis Rome, de l’Appel aux catholiques du 2 août 1914 à celui du pape François le 1er janvier 2015. Il est vrai que dans le même temps on repère des prêtres bénissant les canons, des rabbins appelant à la colonisation des terres palestiniennes, des évêques soutenant les initiatives armées, des Églises appelant encore à la « croisade » (ainsi en 1936, lors de la Guerre civile en Espagne, ou l’Église orthodoxe de Russie contre Daech en 2015), ainsi que des attentats commis en Europe « au nom de Dieu » contre « les nations croisées ». Est-ce là une « faillite » du religieux ou au contraire une « tension constante » à l’intérieur du religieux ? Quelles sont les résistances, internes et externes, institutionnelles et intellectuelles, rencontrées par les discours pacifistes tenus par des religieux ou de nature religieuse ?

3. Le troisième axe voudrait réfléchir à la notion de paix elle-même. Peut-on parler d’une sécularisation de l’idéal de paix au cours de la période contemporaine ? Sur la scène internationale, la « paix » et la « religion » apparaissent aujourd’hui comme deux forces contraires. L’espace médiatique est saturé de conflits d’essence religieuse. En 1922, les accords de Washington, sur la limitation des armements, s’achevaient pourtant sur une prière et la bénédiction de tous les diplomates, conférant ainsi une forme de sacralité aux accords signés. Loin de la « paix de Dieu » médiévale, loin de Victor Hugo, qui lors du Congrès de la Paix de 1849, invoquait encore, pour bâtir les « États-Unis d’Europe », « ces deux forces infinies » que sont « la fraternité des hommes et la puissance de Dieu », on semble parfois envisager aujourd’hui la paix comme le pur produit d’un “process” diplomatique ou militaire, comme la meilleure solution de l’équation établie par les rapports de forces, en négligeant assez souvent la “culture pacifique” comme élément d’une culture sociale et religieuse à part entière. Il faudra interroger le paradoxe qui fait que la promotion par les différentes confessions d’une « paix sécularisée » permet parfois un rapprochement entre les confessions, soit par le biais d’un œcuménisme renouvelé, soit au sein d’un dialogue interreligieux rendu nécessaire en vue d’un bien social.

Les communications devront s’inscrire dans un des axes proposés. Elles peuvent porter sur toutes les religions et toutes les aires géographiques à l’époque contemporaine. Le rapport des religions à la paix doit être interrogé aussi en effet hors de la sphère chrétienne et occidentale. Les intervenants à cette journée d’étude sont invités à privilégier un « cadrage large », et à ne pas céder à la tentation de la « micro-histoire » (sur le plan géographique ou chronologique).
Comité scientifique : bureau de l’AFHRC et Pax in terra
Nicolas CHAMP (Université Bordeaux-Montaigne / CEMMC) ; Olivier CHATELAN (Université Lyon 3 / LARHRA) ; Gilles FERRAGU (Pax in terra – Université Paris 10 / ISP) ;
Jean-Michel GUIEU (Pax in terra – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne / UMR-SIRICE) ; Anne JUSSEAUME (Sciences Po-Paris / CHSP) ; Florian MICHEL (Pax in terra, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne / UMR-SIRICE) ; Laura PETTINAROLI (Institut catholique de Paris) ;
Yann RAISON DU CLEUZIOU (Université de Bordeaux / Centre Émile Durkheim) ;
Sarah SCHOLL (Fonds national suisse de la recherche scientifique) ;
Christian SORREL (Université Lyon 2 / LARHRA) ; Sara TEINTURIER (École Pratique des Hautes Études / GSRL) ; Chantal VERDEIL (INALCO / IUF)

Adresser le titre et un résumé de la communication de 1500 signes ainsi qu’une courte présentation de l’auteur à chantal.verdeil@inalco.fr (IUF),
jean-michel.guieu@univ-paris1.fr et florian.michel@univ-paris1.fr

Date limite d’envoi des propositions de communication :

30 mars 2016.
Réponse fin mai 2016.

Les entrées en guerre des diplomates et consuls en 1914

Michel Catala, Professeur d’histoire contemporaine et directeur du CRHIA, et Stanislas Jeannesson, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, organisent le 21 novembre 2014 la journée d’études :

Les entrées en guerre des diplomates et des consuls en 1914

Consulter le programme de la journée

Pour aller plus loin :

Lieu :

  • Centre des Archives Diplomatiques de Nantes – Salle d’exposition – 17 rue de Casterneau – 44000 Nantes
  • Depuis la gare : ligne  n°12, direction La Colinière ; descendre à l’arrêt Dalby
  • Depuis le centre-ville : ligne de bus n°11, direction Jules Verne, descendre à l’arrêt Casterneau
  • Attention > accès à la journée d’études : une pièce d’identité sera demandée à l’entrée du Centre des Archives Diplomatiques de Nantes.

Partenaires :

  • Ministère des Affaires étrangères et du Développement international
  • Centre de Recherches en Histoire International et Atlantique (EA 1163 – Universités de Nantes et La Rochelle)

Contact :

  • Michel Catala : michel.catala@univ-nantes.fr
  • Stanislas Jeannesson : stanislas.jeannesson@univ-nantes.fr

« Comme en 14 » : « Les fronts de la guerre en Europe »

Dans le cadre du cycle « Comme en 14 », diffusé sur RFI, Fabrice JESNE, MCF en histoire contemporaine au CRHIA, a participé à l’émission sur  thème :

«  Les fronts de la guerre en Europe »

La Grande Guerre ne fut pas seulement une guerre de tranchées, les fronts sont bien différents d’un pays à l’autre et les expériences vécues singulières. Pendant quatre longues années, l’Europe a été remuée de fond en comble par une guerre totale. Un tour en Europe des plaines du nord et de la France, aux montagnes alpines, en passant par la guerre dans les Balkans jusqu’au front russe et aux batailles maritimes, une histoire internationale…

Accéder au podcast

Pour aller plus loin

Consulter le site internet du CRHIA

Partenaires :

  • Mission du Centenaire 14-18
  • Radio France International
  • CRHIA (Université de Nantes)

Contact :

  • Fabrice Jesné : fabrice.jesne@univ-nantes.fr
  • labexehne4@univ-nantes.fr

Conférence le mardi 20 mai 2014 à 18h30 au Musée de l’Histoire de l’immigration: La guerre au travail, 1914-1920 Étrangers et coloniaux à l’usine et dans les champs

 

Conférence de  Laurent Dornel, Université de Pau et des Pays de l’Adour

présentée par Marianne Amar,  Cité nationale de l’histoire de l’immigration

Auditorium Philippe Dewitte, PALAIS DE LA PORTE DOREE, 293 avenue Dausmenil, 75012 Paris

 

À l’occasion de la Première Guerre mondiale, en raison d’une grave pénurie de main-d’œuvre, la France – cas à peu près unique en Europe – fit appel à un très grand nombre de travailleurs étrangers européens surtout, mais aussi coloniaux  et chinois. Si les soldats coloniaux ont suscité une littérature scientifique assez abondante, tel n’est pas le cas des ouvriers étrangers, coloniaux et chinois. Or l’histoire de cet épisode migratoire, qui se situe à la croisée de l’histoire de l’immigration, de la colonisation, de la guerre et de l’État, présente des enjeux essentiels.

La guerre pose, pour la France, la question migratoire en des termes nouveaux. L’État, dont le rôle s’était limité à la surveillance des immigrés, devient en quelques mois un acteur majeur du processus migratoire. C’est lui qui, directement, recrute et transporte les ouvriers coloniaux et chinois, les répartit sur le territoire français, les surveille étroitement, leur affecte des emplois et impose des contrats aux employeurs privés et publics.

L’arrivée de ces milliers de travailleurs coloniaux et d’étrangers se traduit par des formes de transfert des catégories et de la domination coloniales sur le territoire métropolitain. Les autorités françaises mettent en place des structures administratives nouvelles qui institutionnalisent l’existence de deux types de main-d’œuvre pensés désormais comme radicalement distincts : d’un côté la main-d’œuvre européenne ou « blanche » (la whitenessdevient ainsi une catégorie administrative), de l’autre les coloniaux (« indigènes ») et les Chinois souvent désignés par leur « couleur ». Avant même la fin de la guerre, les premiers sont définis comme « désirables », tandis que les seconds, racialisés, sont construits officiellement comme inassimilables et par conséquent « indésirables ». La guerre marque ainsi la naissance des indésirables, motif majeur de la xénophobie et du racisme de l’entre-deux-guerres.

Après la conférence, nous aurons le plaisir de vous inviter autour d’un verre

 pour fêter la fin de la saison 2013-2014