Archives par mot-clé : esclavage

Passé/ Présent: Présentation du film « Sac la mort » par Emmanuel Parraud, Auteur-réalisateur.

« Sac la mort »

 Le nouveau film d’Emmanuel Parraud,  distribué par LES FILMS DE L’ATALANTE,  sortira en salle le 15 Février 2017.
Emmanuel Parraud viendra présenter son film lors du colloque « L’engagisme dans les colonies européennes, Résistances et mémoire(s), XIXe-XXIe siècles »
le jeudi 20 octobre 2016 à 17h25
au Château des Ducs de Bretagne à Nantes.
Plus d’informations sur le colloque ici

INTERVIEW  d’Emmanuel Parraud:

« Au travers de l’histoire de Patrice pris dans la tourmente de la mort je voulais parler des Cafres, ces descendants d’esclaves ou d’engagés africains, de leur condition d’aujourd’hui sur l’île de la Réunion. 
Patrice et ses amis sont marqués par le rhum, cet alcool que le contremaître distribuait dans les champs du temps de l’esclavage pour accélérer la cadence de la coupe et que le maître offrait le soir pour abrutir ceux qui pourraient vouloir se révolter ou fuir. C’est aussi celui que le grand-père de Patrice lui faisait boire dés l’âge de 6 ans pour amuser les clients de la Boutik et pour savoir quel était son petit fils préféré. Aujourd’hui, le rhum n’est plus offert, il faut l’acheter, dix euros la bouteille, dix euros qui retournent dans la poche des anciens maîtres aujourd’hui propriétaires des sucreries. Dix euros de moins sur le RSA qu’on te donne pour te tenir tranquille. Un rhum industriel à 48°, une véritable drogue dure qui t’accroche et ne te lâche plus, te troue le cerveau et donne la gangrène. Patrice et ses amis en boivent un litre chacun par jour depuis 25 ans. 
Alors le film est là pour rendre le spectateur sensible à ce qui construit cette situation, cette complexité. Au désespoir qui la sous-tend, à la confusion que cette boisson entretient, à la force aussi que l’alcool donne à ceux pour qui le monde qui les entoure est synonyme de danger, d’imprévisible, qui ont un rapport craintif au monde. Certes ils ne sont plus fouettés aujourd’hui, mais ils sont relégués, ils ne comptent pour rien. Le monde est indéchiffrable pour eux, inaccessible – on te donne ton RSA et reste chez toi, surtout n’en sors pas, tu n’es pas présentable, tu nous fais honte. Ils ont tenté de partir faire leur vie en France métropolitaine à 10 000 km de là puisqu’il n’y a pas de travail ici. Ils se sont retrouvés dans le froid à pousser la brouette, du travail au noir sous les quolibets de leurs amis les Blancs, et à boire pour se réchauffer, pour se faire accepter. Ils sont rentrés à la Réunion parce que tout manque, les copines, la famille, la chaleur, la tête basse. Et leur famille les a rejeté car c’est la honte cet échec de plus, la présence de ces ratés dont on avait vanté la réussite aux voisins. On les a tenu à l’écart et ils se sont enfoncés dans la crainte, la crainte de ne pas être aimer, d’être oublié, de ne pas avoir d’argent. Une situation rendue plus insupportable encore par la présence de leurs voisins jeunes et beaux promis à un brillant avenir. Pourquoi eux réussissent et pas moi ? Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? Comme tout est inexplicable, énigmatique, hostile autour de soi, comme au temps des esclaves, on doit chercher plus loin, plus en arrière, dans la sorcellerie, retourner au pays des ancêtres que l’on ne connait pas.
J’ai rencontré Patrice et Charles-Henri en me trompant de chemin dans mes repérages. Ils se préparaient à manger sur un petit feu au coin du jardin. Ils nous ont salué en passant. On est resté l’après-midi ensemble. Ils étaient ivres mais lucides sur ce qui nous séparait et nous reliait aussi. On est devenus complices. Et on ne s’est plus quittés. Ça fait maintenant 6 ans. J’ai fait un premier film avec eux, « Adieu à tout cela », un moyen métrage dans lequel ils avaient un petit rôle. J’ai senti qu’ils étaient immenses. Que Patrice et Charles-Henri était deux comédiens absolument surdoués, des poètes aussi. Alors j’ai voulu écrire un film en leur hommage, à leur vie, à leur manière de voir le monde et de le raconter. C’est devenu « Sac la mort », un film que nous avons fabriqué ensemble, chacun selon ses compétences et son talent. 
Je voulais un film qui, sans rien cacher de la réalité de leur existence, ne tomberait pas dans le misérabilisme, la stigmatisation, le renforcement des clichés, des dangers qui guettent tous les films qui s’aventurent sur le terrain de la connaissance de l’Autre. J’ai compris que seule la fiction le permettrait. Ce détour par le récit et les personnages est indispensable, parce qu’en éloignant le spectateur de la réalité le temps du film je pourrai la lui rendre plus prégnante après la projection lorsqu’il retrouvera la vraie vie en quittant la salle, en croisant un autre Patrice dans la rue il saura, en tout cas il en saura plus. »
Emmanuel Parraud
PROCHAINES PROJECTIONS:
Paris
cinéma les 7 Parnassiens – Samedi 15 octobre à 20 h 30
semaine du film de la Caraïbes et des Outremer 
 
Lyon 
cinéma Comoedia – Samedi 1er octobre – 18h
reprise Acid à Cannes  
 
Ivry-sur-Seine
cinéma Luxy – Lundi 3 octobre – 20h 
reprise Acid à Cannes   
 
Fosses 
cinéma L’Ysieux – Jeudi 13 octobre – 19h30
reprise Acid à cannes    
 

EXTRAITS DE LA REVUE DE PRESSE:

« Une immersion entre réalisme social et hallucinations, dans une Réunion authentique et magique à la fois »

Jean-Marie Chazeau – Ciné Première / OUTREMER 1ere 
 
« Ce combat pour la prise en compte de l’Autre dans son Histoire et sa complexité, des réalisateurs le mènent à travers leurs films, explorant l’inscription des cultures autres dans le monde. Déjà présenté au festival du film africain de Louxor de mars 2016 où il fut primé, Sac la mort, deuxième long métrage d’Emmanuel Parraud est programmé par l’ACID à CANNES. Film étonnant dans sa volonté de capter une tranche de vie dramatique en milieu créole réunionnais, c’est le portrait de Patrice, un homme pris dans la tourmente de la mort. Engrenage de peurs et de réactions incontrôlées, le film évolue dans cette ambiance où les croyances côtoient et s’allient à une Histoire de sang remontant à des temps non évoqués mais si présents où la peur et la mort étaient quotidiennes. Tout cela forme un tout qui s’entremêle dans ce personnage sensible et fragile, dont le chaos intérieur est le fruit de ces ballotements. La caméra ne le quitte pas, s’accroche à ses pas, si bien que le film épouse son incertitude et gagne ainsi en véracité mais aussi en pertinence pour comprendre les blessures du monde. »
Olivier BARLET – Africultures   
Plus d’informations: http://www.emmanuelparraud.fr/

Les ports européens face à la pluralité des mémoires de la traite des noirs et de l’ esclavage

Eric Saunier, MCF au laboratoire Idées (UMR 6266 CNRS / Universités du Havre) et Bernard Michon, MCF en histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes), organisent les 12 et 13 mai 2016 un colloque international au Havre sur le thème :

 « Les ports européens face à la pluralité des mémoires de la traite des noirs et de l’ esclavage »

La question des liens entre histoire et mémoire se pose immanquablement aux chercheurs qui abordent les thèmes de la traite des Noirs et de l’esclavage puisque, comme le disait le philosophe italien Benedetto Croce : « toute histoire est contemporaine ». Ainsi, c’est avec des questionnements présents que les historiens interrogent le passé. Les travaux de l’historien Pierre Nora sur les Lieux de mémoire, publiés en trois tomes entre 1984 et 1992, ont permis d’approfondir considérablement nos connaissances dans ce domaine, même si, comme l’a fort justement remarqué Myriam Cottias, aucun article n’est consacré au domaine colonial, ni à l’abolition de l’esclavage.

La mémoire ou plutôt les mémoires constituent un champ de recherche pluridisciplinaire. Au-delà des historiens, des géographes, sociologues, anthropologues, chercheurs en science politique s’intéressent à la manière dont les ports européens font face à leur passé négrier. En France, la loi Taubira, adoptée en 2001, fait de la traite et de l’esclavage des crimes contre l’Humanité. La même année, la conférence de Durban, organisée par l’ONU, a mis la question de l’esclavage et de ses héritages au cœur des débats. 2004 a ensuite été proclamée par l’assemblée générale des Nations Unies année internationale de « commémoration de la lutte contre l’esclavage et de son abolition ». Ces initiatives ont contribué à faire sortir de l’ombre, voire de l’oubli complet, le passé négrier de ports atlantiques, engagés dans ce commerce d’êtres humains. Des associations citoyennes ont été fondées dans de nombreux lieux, suscitant ou accompagnant des décisions politiques comme la construction d’un musée international de l’esclavage à Liverpool et l’érection d’un mémorial de l’abolition à Nantes, inaugurés respectivement en 2007 et 2012. En 2006, l’instauration par Jacques Chirac d’une journée annuelle dédiée à la commémoration de l’abolition de l’esclavage, a permis de multiplier les projets à l’échelle française. Parmi eux, il est possible de citer, sans prétendre à l’exhaustivité, des manifestations scientifiques, comme au Havre avec une série de colloques universitaires organisés entre 2008 et 2013, des expositions grand public, comme à La Rochelle avec la mise en ligne d’une exposition virtuelle sur la traite négrière en 2013, des approches muséales profondément renouvelées, comme à Bordeaux avec l’ouverture des nouvelles salles du musée de l’Aquitaine en 2009.

Ces journées d’études souhaitent dresser un état des lieux des réalisations faites depuis une dizaine d’années (mémoriaux, musées, statues, noms de rue…) et mener une réflexion comparative à l’échelle européenne sur les politiques mémorielles entreprises aux échelles nationale et locale (leurs évolutions sont évidemment à prendre en considération). L’attention devra également porter sur les différents mouvements citoyens mis en place, avec le risque de multiplication des mémoires.

Comité scientifique :

  • Pr. Ana Lucia Araujo, Howard University (Etats-Unis),
  • Pr. Myriam Cottias (Université des Antilles-Guyane, présidente du comité national pour la mémoire de l’esclavage),
  • Pr. Pieter Emmer (Université de Leyde),
  • Pr. Erick Noêl (Université des Antilles-Guyane),
  • Pr. Guy Saupin (Université de Nantes)

Comité d’organisation :

  • Eric Saunier, Université du Havre,
  • Bernard Michon, Université de Nantes.
  • Secrétariat : Laura Lhotelais, Université du Havre,
  • Sophie Fauvel , Université du Havre

Consulter le programme : cliquer ici

Partenaires :

Publication de Céline Flory, « De l’esclavage à la liberté forcée. Histoire des travailleurs africains engagés dans la caraïbe française au XIXe siècle » aux éditions Karthala, avril 2015.

Entre 1854 et 1862, plus de 18 500 hommes, femmes et enfants originaires du continent africain, furent amenés en Guyane, en Guadeloupe et en Martinique. Afin d’y circonscrire les changements de l’abolition de l’esclavage de 1848, le gouvernement français a mit en place l’immigration de travailleurs sous contrat d’engagement de travail en provenance de Madère, d’Inde, de Chine mais aussi d’Afrique. L’engagisme succédait alors à l’esclavagisme.

Dans ces migrations de travail, l’engagisme des Africains occupe une place singulière puisque 93% d’entre eux furent recrutés selon le procédé dit du « rachat préalable ». Captifs, ils étaient achetés par les recruteurs français qui leur imposaient un contrat d’engagement de travail, sur lequel ces « engagés » figuraient en tant que « noirs libres ». Cette étrange liberté leur imposait une traversée de l’Atlantique pour un voyage qui s’avérerait sans retour, sinon pour une infime partie des 7% d’entre eux partis librement.

Céline Flory a exploré de nombreuses archives, souvent inédites, afin de retracer cet épisode mal connu de l’histoire des premiers temps du colonialisme postesclavagiste. Elle l’insère dans celle plus large des politiques impériales destinées à relever le défi de besoins persistants en main-d’oeuvre, alors que les « nouveaux libres » des colonies entendaient jouir de leur nouveau statut. L’auteur s’attache d’abord aux acteurs qui modèlent la nouvelle politique et analyse leurs ruses et leurs discours. Pas à pas, elle accompagne ensuite ces milliers de migrantes et migrants africains dans leur voyage jusqu’à leur arrivée en Amérique, puis dans leur quête d’une vie à bâtir.

Au croisement de l’histoire impériale et de l’histoire sociale, ce livre montre comment un système de domination s’est perpétué selon de nouvelles modalités une fois l’esclavage aboli ; tout en mettant en évidence la force des êtres humains à déjouer le nouveau système et à exploiter ses failles pour construire des espaces d’indépendance, voire de liberté.

Céline Flory est historienne, chargée de recherche au CNRS au sein du laboratoire Mondes Américains-CERMA (UMR 8168) et membre du Centre International de Recherches sur les Esclavages (CIRESC). Ce livre est issu de sa thèse de doctorat qui a reçu le prix de thèse de la Société des Africanistes 2011 et celui du Comité pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage 2012.

Publication de Richard B. Allen: European Slave Trading in the Indian Ocean, 1500–1850

Between 1500 and 1850, European traders shipped hundreds of thousands of African, Indian, Malagasy, and Southeast Asian slaves to ports throughout the Indian Ocean world. The activities of the British, Dutch, French, and Portuguese traders who operated in the Indian Ocean demonstrate that European slave trading was not confined largely to the Atlantic but must now be viewed as a truly global phenomenon. European slave trading and abolitionism in the Indian Ocean also led to the development of an increasingly integrated movement of slave, convict, and indentured labor during the late eighteenth and early nineteenth centuries, the consequences of which resonated well into the twentieth century.

Richard B. Allen’s magisterial work dramatically expands our understanding of the movement of free and forced labor around the world. Drawing upon extensive archival research and a thorough command of published scholarship, Allen challenges the modern tendency to view the Indian and Atlantic oceans as self-contained units of historical analysis and the attendant failure to understand the ways in which the Indian Ocean and Atlantic worlds have interacted with one another. In so doing, he offers tantalizing new insights into the origins and dynamics of global labor migration in the modern world.

Richard B. Allen, European Slave Trading in the Indian Ocean, 1500–1850,Ohio University Press, 2015, 372 pages. ISBN: 978-0-8214-2107-9