Archives par mot-clé : engagisme

L’engagisme africain dans l’océan Indien occidental : le cas de La Réunion, XIXème-XXIème siècles

La prochaine séance du séminaire de l’Association pour l’étude de la colonisation européenne, 1750-1850 aura lieu le samedi 20 mai prochain, à 14 h 30, en salle Picart (escalier C, 3e  étage), 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris.

Avec une communication de Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et chargée de l’animation scientifique du LabEx EHNE au CRHIA (Université de Nantes), qui portera sur le sujet suivant :

L’engagisme africain dans l’océan Indien occidental :

le cas de La Réunion, XIXèmeXXIème siècles

Cette conférence complétera la communication de Céline Flory qui portait sur l’engagisme africain dans la Caraïbe.

 

Pour en savoir plus

Parution : Le travail colonial. Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

Eric Guerassimoff, Professeur de civilisation chinoise contemporaine au sein au CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD),  et Issiaka Mande, Professeur à l’UQAM (Montréal, Canada) est membre du CIRDIS et du CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD), viennent de publier :

Le travail colonial.

Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

L’histoire du travail colonial s’est développée vigoureusement dans les pays du Sud depuis la fin du XXe siècle. Elle replace au centre la figure du colonisé, non seulement comme victime, mais aussi comme agent à part entière des sociétés coloniales. C’est dans cette dernière perspective que les contributions réunies dans le présent volume veulent s’inscrire. Ces études soulignent spécialement l’expérience de l’engagisme, la forme dominante entre 1850 et 1950, de ces relations de travail, examinent avec attention les moyens déployés par les engagés pour s’adapter à la coercition, ou bien y résister, et parfois, tourner les circonstances à leur avantage, dans les espaces coloniaux diversifiés (Antilles, océan Indien, Asie, Pacifique). Situées au carrefour de la recherche récente en histoire des migrations internationales au Sud et en histoire globale du travail, ces études ambitionnent de préciser le rôle joué par les institutions, les employeurs et l’intervention des migrants eux-mêmes dans la constitution des marchés coloniaux du travail.

Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et chargée de l’animation scientifique de l’axe 4 du LabEx EHNE à Nantes, y a publier un article sur le thème : Engagés indiens et engagés africains  à La Réunion au XIXe siècle : une histoire commune ?

Pour aller plus loin : Riveneuve éditions

Podcast : L’engagisme dans les colonies européennes au 19e siècle

A l’occasion de la tenue du colloque international « L’ engagisme dans le colonies européennes, résistances et mémoire(s), 19e-21e siècles« , une nouvelle émission radio du cycle « L’Europe, les Européens et le monde » a été diffusée sur Euradionantes sur le thème :

« L’engagisme dans les colonies européennes au 19e siècle »

L’abolition progressive de la traite et de l’esclavage dans les colonies européennes conduit les autorités à faire appel à des travailleurs étrangers en Asie et en Afrique pour satisfaire les besoins en main-d’œuvre des colonies. Ainsi, par le biais du système de l’engagisme, plusieurs millions de travailleurs émigrent pour les colonies européennes d’Amérique, du Pacifique et de l’océan Indien. En échange de la promesse d’une vie meilleure, ils signent un contrat d’engagement dont la durée varie selon l’origine et la colonie d’accueil. Souvent comparé à la traite, ce système dont les abus sont visibles s’éteint progressivement à la veille de la Première Guerre mondiale.

CLIQUER ICI POUR ACCÉDER AU FICHIER AUDIO

Animatrice :

  • Virginie CHAILLOU-ATROUS, docteure en histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), chargée de l’animation scientifique du LabEx EHNE à Nantes

Intervenants :

  • Jacques WEBER, Professeur émérite d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes)
  • Céline FLORY, chercheuse au CNRS
  • Michèle MARIMOUTOU-OBERLE, historienne, professeur d’histoire-géographie à La Réunion et membre associée au CRHIA (Université de Nantes)
  • Pieter EMMER, Professeur émérite, Université de Leyde (Pays-Bas)
  • Emmanuel PARRAUD, Auteur-réalisateur.

Le colloque, « L’engagisme dans le colonies européennes, résistances et mémoire(s), 19e-21e siècles« , a été organisé les 20 et 21 octobre 2016 au Château des ducs de Bretagne à Nantes par Virginie CHAILLOU-ATROUS, docteure en histoire contemporaine, chargée de l’animation scientifique du LabEx EHNE à Nantes.

Pour aller plus loin :

Partenaire : Euradionantes
Contact : Virginie CHAILLOU-ATROUS : labexehne@univ-nantes.fr

Passé/ Présent: Présentation du film « Sac la mort » par Emmanuel Parraud, Auteur-réalisateur.

« Sac la mort »

 Le nouveau film d’Emmanuel Parraud,  distribué par LES FILMS DE L’ATALANTE,  sortira en salle le 15 Février 2017.
Emmanuel Parraud viendra présenter son film lors du colloque « L’engagisme dans les colonies européennes, Résistances et mémoire(s), XIXe-XXIe siècles »
le jeudi 20 octobre 2016 à 17h25
au Château des Ducs de Bretagne à Nantes.
Plus d’informations sur le colloque ici

INTERVIEW  d’Emmanuel Parraud:

« Au travers de l’histoire de Patrice pris dans la tourmente de la mort je voulais parler des Cafres, ces descendants d’esclaves ou d’engagés africains, de leur condition d’aujourd’hui sur l’île de la Réunion. 
Patrice et ses amis sont marqués par le rhum, cet alcool que le contremaître distribuait dans les champs du temps de l’esclavage pour accélérer la cadence de la coupe et que le maître offrait le soir pour abrutir ceux qui pourraient vouloir se révolter ou fuir. C’est aussi celui que le grand-père de Patrice lui faisait boire dés l’âge de 6 ans pour amuser les clients de la Boutik et pour savoir quel était son petit fils préféré. Aujourd’hui, le rhum n’est plus offert, il faut l’acheter, dix euros la bouteille, dix euros qui retournent dans la poche des anciens maîtres aujourd’hui propriétaires des sucreries. Dix euros de moins sur le RSA qu’on te donne pour te tenir tranquille. Un rhum industriel à 48°, une véritable drogue dure qui t’accroche et ne te lâche plus, te troue le cerveau et donne la gangrène. Patrice et ses amis en boivent un litre chacun par jour depuis 25 ans. 
Alors le film est là pour rendre le spectateur sensible à ce qui construit cette situation, cette complexité. Au désespoir qui la sous-tend, à la confusion que cette boisson entretient, à la force aussi que l’alcool donne à ceux pour qui le monde qui les entoure est synonyme de danger, d’imprévisible, qui ont un rapport craintif au monde. Certes ils ne sont plus fouettés aujourd’hui, mais ils sont relégués, ils ne comptent pour rien. Le monde est indéchiffrable pour eux, inaccessible – on te donne ton RSA et reste chez toi, surtout n’en sors pas, tu n’es pas présentable, tu nous fais honte. Ils ont tenté de partir faire leur vie en France métropolitaine à 10 000 km de là puisqu’il n’y a pas de travail ici. Ils se sont retrouvés dans le froid à pousser la brouette, du travail au noir sous les quolibets de leurs amis les Blancs, et à boire pour se réchauffer, pour se faire accepter. Ils sont rentrés à la Réunion parce que tout manque, les copines, la famille, la chaleur, la tête basse. Et leur famille les a rejeté car c’est la honte cet échec de plus, la présence de ces ratés dont on avait vanté la réussite aux voisins. On les a tenu à l’écart et ils se sont enfoncés dans la crainte, la crainte de ne pas être aimer, d’être oublié, de ne pas avoir d’argent. Une situation rendue plus insupportable encore par la présence de leurs voisins jeunes et beaux promis à un brillant avenir. Pourquoi eux réussissent et pas moi ? Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? Comme tout est inexplicable, énigmatique, hostile autour de soi, comme au temps des esclaves, on doit chercher plus loin, plus en arrière, dans la sorcellerie, retourner au pays des ancêtres que l’on ne connait pas.
J’ai rencontré Patrice et Charles-Henri en me trompant de chemin dans mes repérages. Ils se préparaient à manger sur un petit feu au coin du jardin. Ils nous ont salué en passant. On est resté l’après-midi ensemble. Ils étaient ivres mais lucides sur ce qui nous séparait et nous reliait aussi. On est devenus complices. Et on ne s’est plus quittés. Ça fait maintenant 6 ans. J’ai fait un premier film avec eux, « Adieu à tout cela », un moyen métrage dans lequel ils avaient un petit rôle. J’ai senti qu’ils étaient immenses. Que Patrice et Charles-Henri était deux comédiens absolument surdoués, des poètes aussi. Alors j’ai voulu écrire un film en leur hommage, à leur vie, à leur manière de voir le monde et de le raconter. C’est devenu « Sac la mort », un film que nous avons fabriqué ensemble, chacun selon ses compétences et son talent. 
Je voulais un film qui, sans rien cacher de la réalité de leur existence, ne tomberait pas dans le misérabilisme, la stigmatisation, le renforcement des clichés, des dangers qui guettent tous les films qui s’aventurent sur le terrain de la connaissance de l’Autre. J’ai compris que seule la fiction le permettrait. Ce détour par le récit et les personnages est indispensable, parce qu’en éloignant le spectateur de la réalité le temps du film je pourrai la lui rendre plus prégnante après la projection lorsqu’il retrouvera la vraie vie en quittant la salle, en croisant un autre Patrice dans la rue il saura, en tout cas il en saura plus. »
Emmanuel Parraud
PROCHAINES PROJECTIONS:
Paris
cinéma les 7 Parnassiens – Samedi 15 octobre à 20 h 30
semaine du film de la Caraïbes et des Outremer 
 
Lyon 
cinéma Comoedia – Samedi 1er octobre – 18h
reprise Acid à Cannes  
 
Ivry-sur-Seine
cinéma Luxy – Lundi 3 octobre – 20h 
reprise Acid à Cannes   
 
Fosses 
cinéma L’Ysieux – Jeudi 13 octobre – 19h30
reprise Acid à cannes    
 

EXTRAITS DE LA REVUE DE PRESSE:

« Une immersion entre réalisme social et hallucinations, dans une Réunion authentique et magique à la fois »

Jean-Marie Chazeau – Ciné Première / OUTREMER 1ere 
 
« Ce combat pour la prise en compte de l’Autre dans son Histoire et sa complexité, des réalisateurs le mènent à travers leurs films, explorant l’inscription des cultures autres dans le monde. Déjà présenté au festival du film africain de Louxor de mars 2016 où il fut primé, Sac la mort, deuxième long métrage d’Emmanuel Parraud est programmé par l’ACID à CANNES. Film étonnant dans sa volonté de capter une tranche de vie dramatique en milieu créole réunionnais, c’est le portrait de Patrice, un homme pris dans la tourmente de la mort. Engrenage de peurs et de réactions incontrôlées, le film évolue dans cette ambiance où les croyances côtoient et s’allient à une Histoire de sang remontant à des temps non évoqués mais si présents où la peur et la mort étaient quotidiennes. Tout cela forme un tout qui s’entremêle dans ce personnage sensible et fragile, dont le chaos intérieur est le fruit de ces ballotements. La caméra ne le quitte pas, s’accroche à ses pas, si bien que le film épouse son incertitude et gagne ainsi en véracité mais aussi en pertinence pour comprendre les blessures du monde. »
Olivier BARLET – Africultures   
Plus d’informations: http://www.emmanuelparraud.fr/

L’engagisme dans les colonies européennes. Résistances et mémoire(s), XIXe-XXIe siècles

Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine, post-doctorante chargée de l’animation scientifique du LabEx EHNE à Nantes, organise à Nantes un colloque international sur le thème :

L ’engagisme dans les colonies européennes,
   Résistances et mémoire(s)

XIXe-XXIe siècles

affiche_clq-engagisme

L’abolition progressive de la traite et de l’esclavage dans les colonies européennes est à l’origine de nouvelles migrations de travailleurs à travers le monde, notamment dans la seconde moitié du 21e siècle. Pour satisfaire les besoins d’une économie de plantation ou pour bâtir les principales infrastructures de leurs colonies, les Européens font appel à des travailleurs étrangers libres. C’est ce qu’on appelle l’engagisme ou indenture (qui signifie « contrat ») ou encore coolie trade pour les engagés d’origine asiatique ( coolie venant du tamoul et signifiant salaire).

L’histoire de l’engagisme, phénomène migratoire de grande ampleur, reste très peu étudiée dans son ensemble. Ce colloque international propose donc une nouvelle mise en perspective de la question des résistances à l’engagisme et de leurs impacts sur la construction identitaire des sociétés coloniales et postcoloniales mais aussi de celle de la (des) mémoire(s).

Les travaux seront organisés en quatre panels :

  • « Résistances, ordre public et société coloniale »
  • « Résistances culturelles, communautarisme et enjeux politiques »
  • « Dynamiques identitaires et mémorielles »
  • « Mémoire et patrimonialisation ».

Vingt chercheurs et enseignants-chercheurs présenteront leurs travaux. Ils sont en provenance de différents institutions de recherches ou organismes publics :

  • Etranger : Jawaharlal Nehru University (Inde), University of Leyde (Pays-Bas), University of Leeds (Royaume-Uni), University of Mauritius (Ile Maurice), Aapravasi Ghat Trust Fund (Ile Maurice)
  • France : CNRS, EHESS, Universités de Nantes, Amiens, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Toulouse, Tours, Iconothèque Historique de l’Océan Indien, Lazaret de La Grande-Chaloupe.

Le colloque comptera également parmi ses participants son Excellence l’ambassadrice Manju Seth.

Comité scientifique :

  • Virginie Chaillou-Atrous (CRHIA / LabEx EHNE / Université de Nantes)
  • Céline Flory (CNRS / Mondes Américains / CERMA / CIRESC)
  • Hubert Gerbeau (Aix-Marseille Université)
  • Antonio de Almeida Mendes (CRHIA / CIRESC / Université de Nantes)
  • Bernard Michon (CRHIA / Université de Nantes)
  • Jacques Weber (CRHIA / Université de Nantes)
  • Michèle Marimoutou (CRHIA / Université de Nantes)
  • Myriam Cottias (CNRS)
  • Pieter Emmer (Université de Leyde)
  • Singaravélou (Université Bordeaux Montaigne)
  • Satyendra Peerthum (Aapravasi Ghat / Université de Maurice)

Consulter le programme (avec informations sur l’accès au colloque)

Pour aller plus loin :

Suivez le colloque et réagissez aux débats sur Twitter : #CLQEngagisme

Lieu : Château des Ducs de Bretagne à Nantes, 4 place Marc Elder, 44000 Nantes – Tour du Fer à Cheval

Partenaires :
  1. Centre de Recherches en Historie Internationale et Atlantique (EA 1163 – Universités de Nantes et La Rochelle)
  2. Aapravasi Ghat (Patrimoine mondial de l’UNESCO)
  3. STARACO (Région Pays de la Loire)
  4. Château des ducs de Bretagne à Nantes

Contact : crhia@univ-nantes.fr

Appel à communications – colloque international : L’engagisme dans les colonies européennes, Résistances et mémoire(s), XIXe-XXIe siècles, 20 et 21 octobre 2016, Université de Nantes.

Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et post-doctorante chargée de la coordination scientifique de l’axe 4 du LabEx EHNE (Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe), lance un appel à communications dans  le cadre des travaux de l’axe 4  (L’Europe , les Européens et le monde) du Labex EHNE  et du projet STARACO (Statuts « Race » et Couleurs dans l’Atlantique de l’Antiquité à nos jours). Ce colloque  est organisé par le CRHIA (Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique) de l’Université de Nantes en partenariat avec Aapravasi Ghat (Patrimoine mondial de l’UNESCO) . Il se tiendra le 20 et 21 octobre 2016 à Nantes.

L’engagisme dans les colonies européennes,
Résistances et mémoire(s), XIXe-XXIe siècles

L’abolition progressive de la traite et de l’esclavage dans les colonies européennes est à l’origine de nouvelles migrations de travailleurs à travers le monde, notamment dans la seconde moitié du XIXe siècle. Pour satisfaire les besoins d’une économie de plantation ou pour bâtir les principales infrastructures de leurs colonies, les Européens, principalement les Anglais, les Français, les Portugais, et les Néerlandais font appel à des travailleurs étrangers libres. C’est ce qu’on appelle le système de l’engagisme ou indenture (qui signifie « contrat ») ou encore coolie trade pour les engagés d’origine asiatique (coolie venant du tamoul et signifiant salaire).
Ces nouveaux flux de main-d’œuvre engagée sont dictés par l’expansion coloniale de l’Europe mais également par des conditions socio-économiques difficiles dans les pays d’origine des engagés, lesquelles agissent comme de puissants facteurs de départ. Ainsi, des Javanais, des Japonais, des Tonkinois, des Africains, des Malgaches mais surtout des Chinois et des Indiens quittent leur sol natal pour venir travailler, en échange d’un salaire, dans les colonies d’Amérique et de l’océan Indien mais également dans les territoires nouvellement conquis par les puissances impériales en Afrique, en Asie et dans le Pacifique.
Un grand nombre de ces travailleurs ne seront finalement pas rapatriés dans leur pays d’origine comme le prévoyait leur contrat et s’implanteront dans la colonie ou dans des colonies voisines à la fin de leur engagement. C’est particulièrement vrai pour les engagés africains capturés qui ne possèdent plus d’attaches dans leurs pays d’origine et qui ne bénéficient de la protection d’aucune puissance.

Si dans certains cas, l’engagement permet d’échapper à une existence difficile et de construire un avenir meilleur ailleurs, beaucoup d’immigrants ne trouveront pas dans cette aventure ce qu’ils étaient venus chercher. Certains entreront en conflit ouvert avec les autorités européennes, et ce, dès la phase du recrutement et de la traversée. Les rébellions qui éclatent à bord des navires transportant des engagés, notamment entre l’Afrique et l’océan Indien sont violentes et reflètent le caractère coercitif de l’engagement. De même, la situation des engagés dans les colonies d’accueil n’est pas toujours enviable. Déracinés, mal considérés, parfois mal traités, certains d’entre eux refuseront les contraintes imposées par leur statut et tenteront – par la violence, la fuite ou même le suicide – de s’affranchir d’un système souvent trop proche de l’esclavage. D’autres se battront contre le système colonial et le modèle européen pré-établi en tentant de maintenir leurs croyances, leur langue, leur culture ainsi qu’une forme de communautarisme.
En comparaison à l’historiographie importante consacrée à la traite ou à l’esclavage, l’histoire de l’engagisme, phénomène migratoire de grande ampleur, reste très peu étudié dans son ensemble. Pourtant son importance est capitale au regard de l’histoire coloniale européenne et de la construction identitaire des anciens territoires coloniaux, de l’Europe ultra-marine et même de l’Europe « en soi ». Des travaux récents et la tenue à Bordeaux en mai 2015 d’un colloque international organisé par Céline Flory (CNRS / CIRESC) dans le cadre des 5e rencontres Atlantiques ont cependant permis de faire un point historiographique et de proposer une dimension plus globale du phénomène en croisant les réflexions comparatives et en sortant d’un cloisonnement de travaux centrés sur un groupe de migrants spécifiques ou sur la colonie d’arrivée. Dans la continuité de ces nouvelles approches, ce colloque propose d’aborder le phénomène à travers la question des résistances et de leurs impacts sur les rapports entre colons européens et engagés étrangers, sur le système de l’engagisme lui-même, et plus largement sur la construction identitaire des sociétés coloniales et postcoloniales. S’intéresser aux résistances, c’est revisiter la question de la liberté de l’engagement, du caractère coercitif du système et de la question identitaire. C’est également faire entrer l’histoire de l’engagisme dans le champ de la recherche sur les formes de résistances en proposant une typologie de celles-ci. De plus, ce colloque entend également ouvrir un deuxième champ de recherches très développé pour les questions de la traite et de l’esclavage mais quasiment absent de l’historiographie consacrée à l’engagisme : la question de la (des) mémoire(s). Pendant longtemps, l’engagisme n’a fait que prolonger les affres de la traite et de l’esclavage, tout au moins dans la mémoire populaire. Il existe d’ailleurs une forme de confusion voire même d’assimilation entre les deux phénomènes. De plus, les cloisonnements sociaux hérités de ce phénomène migratoire persistent actuellement dans les sociétés postcoloniales, notamment celles de l’Europe ultra-marine. Les questionnements et revendications identitaires sont nombreux parmi les descendants des engagés. Revisitée, déconstruite, « survalorisée », réinventée, la mémoire de l’engagisme est aujourd’hui un instrument politique et sociétal très prégnant et mérite que l’historien s’y intéresse. Il s’agira en outre de recenser les lieux historiques de l’engagisme, dans les territoires postcoloniaux, dans les pays d’origine des engagés en Afrique et en Asie mais également en Europe ultra-marine et de s’intéresser à la mise en valeur de ce patrimoine. Ce processus de patrimonialisation représente un enjeu mémoriel majeur.

Le comité encourage en particulier les propositions de communication qui favorisent une analyse sur un temps long en privilégiant la dimension comparative. Les sujets abordés pourront s’intégrer entre autres dans un des grands thèmes suivants :

• Les conditions du recrutement et de l’enrôlement dans le pays d’origine
• Révoltes et rébellions à bord des navires
• Les stratégies et les différentes formes de résistances dans la colonie d’accueil
• Typologie des résistances
• Maltraitances et résistances
• Les figures de la résistance
• Résistances et protection étrangère
• Engagés et pouvoir colonial / Engagés et société coloniale
• Identité, culture, religion et repli communautaire
• Les processus de transmission dans les familles de descendants d’engagés
• Les processus de reconstruction, d’oubli, de « survalorisation », de négation
• Les commémorations
• Les revendications identitaires et communautaires
• Les communautarismes et les cloisonnements sociaux qui peuvent résulter de ces phénomènes migratoires
• La mémoire comme rapport de force entre groupes sociaux issus de l’engagisme
• Rôle des politiques et des états européens dans l’histoire et la construction de la mémoire de ce phénomène migratoire
• Les lieux de mémoire / réhabilitation et valorisation du patrimoine.

Modalités de soumission

Les résumés (500 mots maximum) en français ou en anglais, accompagnés d’un bref CV (une page maximum) sont à envoyer à l’attention de Virginie Chaillou-Atrous à l’adresse suivante : labexehne4@univ-nantes.fr au plus tard le 15 avril 2016.

– Comité scientifique
-Virginie Chaillou-Atrous (CRHIA / LabEx EHNE / Université de Nantes)
-Céline Flory (CNRS / Mondes Américains / CERMA / CIRESC)
-Hubert Gerbeau (Aix-Marseille Université)
-Antonio de Almeida Mendes (CRHIA / CIRESC / Université de Nantes)
-Bernard Michon (CRHIA / Université de Nantes)
-Jacques Weber (CRHIA / Université de Nantes)
-Michèle Marimoutou (CRHIA / Université de Nantes)
-Myriam Cottias (CNRS)
-Pieter Emmer (Université de Leyde)
-Singaravélou (Université Bordeaux Montaigne)
-Satyendra Peerthum (Aapravasi Ghat / Université de Maurice)

-Organisation :

-Virginie Chaillou-Atrous (CRHIA / Labex EHNE / Université de Nantes)
– Aurélie Cloarec (Gestionnaire / CRHIA)
– Thomas Burel (Ingénieur valorisation / CRHIA)
– Aanor Le Mouël (Ingénieure projet STARACO / CRHIA / Université de Nantes)

English version : click here

Le Labo des savoirs, Emission sur « La France en Inde » suivi de « L’engagisme : des esclaves aux coolies »

Raphaël Malangin, Professeur au lycée français de Pondichéry et doctorant en histoire au CRHIA-Nantes, et Jacques Weber, Professeur émérite d’histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, ont participé à l’émission le Labo des Savoirs sur le thème :

La France en Inde

De 1667 à 1954, les côtes de l’Inde ont accueillis des confettis de France. Pondichéry, Chandernagor, Karikal, Mahé, Yanaon : dans tous ces comptoirs, quelles traces a pu laisser la présence française ? Quels furent les ressorts de cette histoire coloniale méconnue ?

La France s’établit en Inde pour des raisons commerciales avec l’accord des pouvoirs locaux. Mise à part une parenthèse expansionniste au milieu du 18e siècle, l’objectif de ces établissements ne fut jamais la conquête de l’Inde immense. Dans l’ombre de la domination du concurrent britannique, cette présence discrète a pourtant produit ses métissages…

Pour en savoir plus

  Accéder au podcast de l’émission

L’émission s’est poursuivie par une interview de Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et post-doctorante au CRHIA-Nantes, sur le thème :

L’engagisme : des esclaves aux coolies

Après la seconde abolition de l’esclavage, en 1848, les plantations des colonies françaises se vident progressivement. Pour répondre à la forte demande de main d’œuvre dont va dépendre l’avenir de l’économie sucrière, un système de travail particulier va se mettre en place : l’engagisme. Mais qu’est ce que « l’engagisme » ?

Un grand nombre d’indiens qui sont recrutés puis embarqués, sous contrat, à destination de la Réunion et des colonies antillaises, vers ce qu’on leur promet être un eldorado. Cette immigration a contribué au grand métissage de l’Ile de la Réunion avec de nombreuses empreintes de la culture indienne dans son paysage actuel mais l’histoire de l’engagisme et de ces engagés indiens, autrement appelés « coolies », reste méconnue et teintée de zones d’ombre…

Pour en savoir plus

  Accéder au podcast de l’émission
Lieu : Nantes
Partenaire : Radio Prun’, Le Labo des Savoirs
Contact : Raphaël Malangin : malangin.raphael@gmail.com, Jacques Weber : weber.jacques@orange.fr et Virginie Chaillou-Atrous : labexehne4@univ-nantes.fr

Publication de Céline Flory, « De l’esclavage à la liberté forcée. Histoire des travailleurs africains engagés dans la caraïbe française au XIXe siècle » aux éditions Karthala, avril 2015.

Entre 1854 et 1862, plus de 18 500 hommes, femmes et enfants originaires du continent africain, furent amenés en Guyane, en Guadeloupe et en Martinique. Afin d’y circonscrire les changements de l’abolition de l’esclavage de 1848, le gouvernement français a mit en place l’immigration de travailleurs sous contrat d’engagement de travail en provenance de Madère, d’Inde, de Chine mais aussi d’Afrique. L’engagisme succédait alors à l’esclavagisme.

Dans ces migrations de travail, l’engagisme des Africains occupe une place singulière puisque 93% d’entre eux furent recrutés selon le procédé dit du « rachat préalable ». Captifs, ils étaient achetés par les recruteurs français qui leur imposaient un contrat d’engagement de travail, sur lequel ces « engagés » figuraient en tant que « noirs libres ». Cette étrange liberté leur imposait une traversée de l’Atlantique pour un voyage qui s’avérerait sans retour, sinon pour une infime partie des 7% d’entre eux partis librement.

Céline Flory a exploré de nombreuses archives, souvent inédites, afin de retracer cet épisode mal connu de l’histoire des premiers temps du colonialisme postesclavagiste. Elle l’insère dans celle plus large des politiques impériales destinées à relever le défi de besoins persistants en main-d’oeuvre, alors que les « nouveaux libres » des colonies entendaient jouir de leur nouveau statut. L’auteur s’attache d’abord aux acteurs qui modèlent la nouvelle politique et analyse leurs ruses et leurs discours. Pas à pas, elle accompagne ensuite ces milliers de migrantes et migrants africains dans leur voyage jusqu’à leur arrivée en Amérique, puis dans leur quête d’une vie à bâtir.

Au croisement de l’histoire impériale et de l’histoire sociale, ce livre montre comment un système de domination s’est perpétué selon de nouvelles modalités une fois l’esclavage aboli ; tout en mettant en évidence la force des êtres humains à déjouer le nouveau système et à exploiter ses failles pour construire des espaces d’indépendance, voire de liberté.

Céline Flory est historienne, chargée de recherche au CNRS au sein du laboratoire Mondes Américains-CERMA (UMR 8168) et membre du Centre International de Recherches sur les Esclavages (CIRESC). Ce livre est issu de sa thèse de doctorat qui a reçu le prix de thèse de la Société des Africanistes 2011 et celui du Comité pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage 2012.

Publication de Richard B. Allen: European Slave Trading in the Indian Ocean, 1500–1850

Between 1500 and 1850, European traders shipped hundreds of thousands of African, Indian, Malagasy, and Southeast Asian slaves to ports throughout the Indian Ocean world. The activities of the British, Dutch, French, and Portuguese traders who operated in the Indian Ocean demonstrate that European slave trading was not confined largely to the Atlantic but must now be viewed as a truly global phenomenon. European slave trading and abolitionism in the Indian Ocean also led to the development of an increasingly integrated movement of slave, convict, and indentured labor during the late eighteenth and early nineteenth centuries, the consequences of which resonated well into the twentieth century.

Richard B. Allen’s magisterial work dramatically expands our understanding of the movement of free and forced labor around the world. Drawing upon extensive archival research and a thorough command of published scholarship, Allen challenges the modern tendency to view the Indian and Atlantic oceans as self-contained units of historical analysis and the attendant failure to understand the ways in which the Indian Ocean and Atlantic worlds have interacted with one another. In so doing, he offers tantalizing new insights into the origins and dynamics of global labor migration in the modern world.

Richard B. Allen, European Slave Trading in the Indian Ocean, 1500–1850,Ohio University Press, 2015, 372 pages. ISBN: 978-0-8214-2107-9

Colloque international, Engagisme et engagés au coeur des empires coloniaux: état des lieux et perspectives de recherches (XVIIe-XXIe) siècles, 11 et 12 mai 2015

Dans le cadre des 5e rencontres atlantiques, Céline Flory (chargée de recherches au CNRS), Nathalie Collain (CIRESC) et Sophie Fontan (Musée d’Aquitaine) organisent un colloque international le 11 et 12 mai 2015 à Bordeaux en partenariat avec le musée d’Aquitaine et le Centre International de Recherches sur les Esclavages (CIRESC), avec le soutien du Forum Montesquieu (Université de Bordeaux), de l’UMR Mondes Américains (CNRS-EHESS), du projet STARACO (Statuts, » Race » et Couleurs dans l’espace Atlantique de l’Antiquité à nos jours) et du LabEx EHNE (Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe). Programme téléchargeable ici