Archives par mot-clé : droit

Thémis en diplomatie. Droit et arguments juridiques dans les relations internationales

Suite au colloque « Thémis en diplomatie. L’argument juridique dans les relations internationales de l’antiquité tardive à la fin du 18e siècle« , organisé à Nantes les 5 et 6 juin 2014 avec le soutien de l’axe 4 du LabEx EHNE, Nicolas DROCOURT, MCF en histoire médiévale au CRHIA (Université de Nantes), et Éric SCHNAKENBOURG, Professeur d’histoire moderne et Directeur du CRHIA, viennent de publier :

 Thémis en diplomatie

 Droit et arguments juridiques dans les relations internationales

L’étude des relations internationales et des contacts diplomatiques au travers des âges ne saurait faire l’économie d’une réflexion sur le rôle et l’importance du recours au droit et aux arguments juridiques. C’est autour de ce postulat que sont réunies les diverses contributions du présent ouvrage qui s’inscrivent dans un espace allant des marges orientales de Byzance à l’Europe occidentale et dans un large champ chronologique, de l’Antiquité tardive à la fin du 18e siècle.

Pour en savoir plus

Consulter la table des matières

Pour aller plus loin :

 

Appel à communications, Experts et expertises : la mobilisation des compétences en diplomatie, des congrès de Westphalie à la naissance de l’ONU, colloque international, Université de Nantes, 12 et 13 mai 2016

Appel à contribution

EXPERTS ET EXPERTISES :
LA MOBILISATION DES COMPETENCES EN DIPLOMATIE, DES CONGRES DE WESTPHALIE A LA NAISSANCE DE L’ONU

Colloque international Université de Nantes
12-13 mai 2016
Maison des Sciences de l’Homme, Nantes

Organisation : Stanislas Jeannesson Fabrice Jesné et Eric Schnakenbourg

Depuis le XVIIe siècle, le champ de la diplomatie s’est considérablement élargi à mesure du développement et de la diversification des relations internationales. Les agents diplomatiques se trouvent dès lors confrontés à une grande diversité de sujets et de missions ce qui les amène à faire appel à des compétences et des savoirs extérieurs. Les ambassades, les congrès diplomatiques ou les grandes conférences internationales mobilisent des spécialistes chargés d’aider à la négociation sur des points particuliers. Dès le XIXe siècle, la mise en place de grandes organisations internationales impose la création d’organes d’expertise, permanents ou temporaires, chargés de travailler en amont sur les questions internationales.
La mobilisation des conseillers et des experts au service de la diplomatie invite à des interrogations sur des acteurs qui ne sont pas des diplomates stricto sensu. Elle permet de montrer que la diplomatie n’est pas une activité déconnectée de son environnement mais qu’elle draine les compétences de la société de son temps. Plusieurs points semblent pouvoir retenir l’attention des participants à ce colloque.
– Les champs et la chronologie de l’expertise : sur la longue durée, l’étude de la mobilisation des experts doit permettre de réfléchir à l’élargissement progressif du domaine de la diplomatie. Le recours aux juristes, aux négociants, aux militaires, ou à des informateurs particulièrement avertis, comme les consuls et autres go-betweens, pour assister les ambassadeurs ou conseiller les gouvernements centraux montre que les diplomates ont eu conscience très tôt de la nécessité de s’entourer de spécialistes – experts d’une discipline, d’un domaine d’activité, d’un pays ou d’une culture. Par la suite, la professionnalisation accrue du métier de diplomate, le caractère de plus en plus technique de certaines affaires, notamment dans le domaine économique et financier, puis, au XXe siècle, la généralisation d’un multilatéralisme institutionnalisé et l’affirmation d’un ordre international fondé sur le droit, font surgir de nouvelles pratiques, voire de nouvelles formes de diplomatie impliquant de nouveaux acteurs et requérant des compétences spécifiques.
– L’institutionnalisation de l’expertise : il s’agit de voir comment se mettent en place les structures d’accueil et d’intégration des experts auprès des ambassades, avec la multiplication des postes d’attachés et de conseillers, auprès des gouvernements et des grandes organisations internationales, avec la création d’emplois particuliers ou, plus simplement, à travers l’existence de missions, ponctuelles ou permanentes, qui permettent une reconnaissance officielle de l’assistance apportée aux diplomates. Il faudrait s’interroger sur les modalités et les temporalités de ce processus en le confrontant à son contexte historique.
– Le sort des expertises : l’expert conseille, mais le gouvernement dispose par la voie de son représentant. Il faudrait se demander ce que deviennent les expertises et finalement poser la question de leur efficience, entre avis oubliés à peine émis, instrumentalisation de l’expertise à des fins politiques ou véritable source d’inspiration pour les acteurs de la diplomatie. Autrement dit, nous nous demanderons quelle est l’influence réelle des rapports et des conseils venant de spécialistes sur la décision politique afin de savoir s’il est possible, et avec quelles limites, d’évaluer la place de l’expertise comme l’un des paramètres du fonctionnement du système international. Ce type d’interrogation est comme un miroir tendu à la diplomatie pour réfléchir à sa double nature d’exercice technique et d’exercice politique.
– Diplomates et experts : si l’expérience de longs séjours dans une même région, la constitution de réseaux, la connaissance des langues et des lieux font de certains diplomates, des experts de questions particulières et d’espaces peu familiers, dans la plupart des cas les figures du diplomate et de l’expert sont cependant dissociées. Il faut dès lors se poser la question de la complémentarité de ces acteurs. L’irruption, voire l’invasion, des experts dans le champ de la diplomatie et ses conséquences inévitables – conflits de compétences, choc des cultures, etc. – ne sont-elles pas vécues par les diplomates comme une remise en cause de leurs prérogatives? Les diplomates cherchent-ils – et y parviennent-ils – à garder la mainmise sur le processus, ou du moins sur sa phase ultime qu’est la négociation, et à cantonner l’expert dans un rôle d’auxiliaire ? Il faudra également interroger la formation de réseaux transnationaux d’experts, que ce soit dans le cadre institutionnalisé des organisations internationales ou dans celui des lieux privilégiés de l’expertise que constituent au premier XXe siècle des villes comme La Haye ou Genève.
Ces différentes approches, qui ne sont pas exhaustives, doivent permettre une relecture de l’activité diplomatique et montrer qu’elle peut être le produit d’une convergence de compétences et de savoirs. Il s’agit en quelque sorte de regarder « derrière le rideau » de la négociation pour voir comment se construit la décision politique. Nous veillerons à ne pas juxtaposer les cas particuliers, mais à réfléchir au rôle de l’expertise, à ses modalités, ses structures, ses acteurs et son influence sans pour autant négliger ses limites. Notre réflexion portera sur la longue durée, du milieu du XVIIe siècle à la naissance de l’ONU, afin d’insister sur les origines et les évolutions d’un phénomène qui, s’il s’est généralisé dans la période récente, ne date pas du XXe siècle.

Afin de renforcer la cohérence de nos réflexions, chaque intervenant est invité à s’interroger particulièrement sur les points suivants :
– Le champ de l’expertise : quelles raisons justifient, à un moment donné, le recours à l’expertise dans tel ou tel domaine ?
– Les usages de l’expertise : l’expertise vient-elle en appui à la décision ou acquiert-elle une certaine autonomie ?
– Le statut de l’expert : l’expert est-il ou devient-il un acteur à part entière de la diplomatie ? S’impose-t-il au diplomate ou n’est-il qu’un auxiliaire ?

Les propositions de communication (résumé d’une page et CV) doivent être adressées avant le 1er septembre 2015 aux organisateurs.

Contacts :
– stanislas.jeannesson@univ-nantes.fr
– fabrice.jesne@univ-nantes.fr
– eric.schnakenbourg@univ-nantes.fr

Droits, liens à la nation et territoires en Europe, périodes moderne et contemporaine

Pauline Peretz, MCF en histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, et Antonio de Almeida Mendes, MCF en histoire moderne au CRHIA-Nantes, organisent le 28 novembre 2014 la journée d’études :

« Droits, liens à la nation et territoires en Europe,

périodes moderne et contemporaine ».

Consulter le programme de la journée d’études

Contact :

  • P. Peretz : pauline.peretz@univ-nantes.fr
  • A. de Almeida Mendes : antonio.dealmeidamendes@univ-nantes.fr

Partenaires :

Lieu : Université de Nantes – Campus Lettres – Bâtiment Tertre – Salle du Conseil

Dictionnaire historique et juridique de l’Europe

  • 3 Directeurs / plus de 80 auteurs / 450 notices
  • Pluridisciplinarité (Histoire, Droit, Sciences-Po, Culture…)
  • Union européenne et Grande Europe continentale
  • Références bibliographiques / Un éditeur de référence

Jean-Paul Bled, Edmond Jouve, Christophe Réveillard (dir.), Dictionnaire Historique et juridique de l’Europe, Coll. « Major », Paris, PUF, 2013, 410 p., 32 €

Le Dictionnaire historique et juridique de l’Europe est un ouvrage exceptionnel réunissant un grand nombre d’enseignants, juristes, politistes et historiens contemporanéistes, sous la direction de Jean-Paul Bled (université Paris Sorbonne), Edmond Jouve, (université Paris-Descartes), Christophe Réveillard, (université Paris Sorbonne), Son objectif est d’aider notamment le lecteur à approfondir et renouveler ses connaissances tant de l’Union européenne que de la grande Europe dans sa dimension continentale. Sous la forme de dictionnaire, l’ouvrage multiplie les entrées de diverses thématiques et disciplines sur l’Europe continentale, laquelle apparaît au total étudiée dans tous ses aspects et tous ses pays. Un grand nombre de notices porte également sur le droit de l’Union européenne, ses politiques, ses institutions, l’histoire communautaire et les questions d’actualité, crise de la zone euro, problématique des élargissements et de ses frontières. Dans leurs développements, les auteurs privilégient précision, mise à jour et référencement des notions étudiées ainsi que le recul nécessaire à l’analyse. Les connaissances sont précises, référencées et mises à jour notamment à destination des étudiants et des praticiens. L’ouvrage apparaît en effet comme un outil adapté aux recherches et travaux universitaires tout autant qu’à l’enrichissement de la culture générale du plus grand nombre sur ce vaste sujet : il est d’emploi facile et rapide, attractif, indexé, original, pédagogique, thématique, analytique, ambitieux, informatif. Une partie importante de l’ouvrage est également constituée d’entrées plus historiques élargissant le champ géographique à la grande Europe continentale et ses problématiques propres. Elles couvrent la période du grand XXe siècle (1870 à nos jours) permettant aux lecteurs de disposer d’une base de connaissances historiques suffisantes pour embrasser les racines et les causes des questions les plus contemporaines. Dans cette perspective, une place privilégiée est réservée aux conflits mondiaux et régionaux, la guerre froide, l’évolution des traités européens de sécurité. Enfin, une ouverture a été réservée aux notices entrant dans le champ de la culture générale nécessaire à l’appréhension de la question européenne telle que l’évolution de la pensée européenne contemporaine par ses courants philosophiques mais aussi littéraires grâce au choix de grands auteurs du XXe siècle à nos jours.

La caractéristique principale de cet ouvrage est l’extrême originalité de l’approche de l’Europe par ses auteurs d’horizons divers et tous spécialistes reconnus et prolifiques dans leur discipline. En effet, pour la première fois, cet ouvrage propose de réunir sous la forme d’un dictionnaire les disciplines notamment historique, juridique et de sciences politiques, et ainsi correspondre au besoin exprimé tant par les étudiants et enseignants que les praticiens de l’Union européenne (juristes d’entreprise, avocats, conseils, consultants, enseignants, lobbyistes) et de toute personne intéressée à la thématique de l’avenir de l’idée et de la construction européenne en vue de bénéficier sur le sujet d’une vision pluridisciplinaire élargie et complémentaire. Original, le dictionnaire l’est également à divers autres titres. Les auteurs ont souhaité prendre en compte la dimension continentale d’une Europe qui ne se limite donc pas à l’Union européenne même si les dernières évolutions de l’Union, processus historique, institutions, traités, politiques et droit communautaires, sont largement étudiées jusqu’aux développements les plus récents. L’approche thématique des auteurs, enseignants-chercheurs, induit également une vision plutôt analytique et fondé sur le débat des grandes questions d’actualité prégnantes avec l’approche des élections européennes de 2014 et la crise systémique qui frappe la zone euro. Ainsi, le dictionnaire questionne sans a priori le fonctionnement de l’UE ainsi que les défis de la grande Europe (Russie, énergie, frontières, etc.) pour en restituer l’image la plus proche de la réalité concrète. De plus, la démarche choisie, très pédagogique, allie originalité et attractivité et renouvelle en profondeur l’historiographie européenne dans un travail sans équivalent. Véritable outil de travail pour l’acquisition et l’enrichissement des connaissances en Sciences humaines et sociales, ce dictionnaire est aussi tout à fait adapté à la recherche scientifique par les champs multidisciplinaires qu’il emprunte et l’éminente qualité des spécialistes qu’il a sollicités.

Chaque entrée offre à son lecteur la définition précise de la notion visée et lui propose l’analyse des auteurs historiens, politistes, juristes ou littéraires. L’ouvrage unit à l’étude juridique et politique, l’apport historique et culturel de l’Europe pour rendre complémentaires les connaissances à l’intention des étudiants.

Les auteurs, tous spécialistes reconnus de leur discipline, ont choisi d’unir le travail d’analyse à la restitution des connaissances nécessaire à la meilleure compréhension possible de la question européenne. Originale et attractive, cette approche pédagogique renouvelle l’historiographie européenne au cœur de la crise systémique qui frappe la zone euro et à l’approche des prochaines élections européennes. Les directeurs Jean-Paul Bled, Edmond Jouve et Christophe Réveillard se sont entourés de près de quatre-vingt-dix auteurs enseignants et praticiens les plus reconnus scientifiquement dans leur discipline.

Ce travail qui renouvelle l’approche de la problématique européenne, a de bonnes chances de devenir l’ouvrage de référence indispensable et à portée de main pour tous ses nombreux lecteurs.