Archives par mot-clé : diplomatie

La chancellerie consulaire française (16e-20e siècle) : attributions, organisation, agents, usagers

Fabrice JESNE, MCF en histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes) et Directeur des études pour les époques moderne et contemporaine à l’Ecole française de Rome, vient de publier, avec A. BARTOLOMEI, M. GRENET et J. ULBERT, un dossier dans le dernier numéro des Mélanges de l’Ecole française de Rome (128-2 / 2016) :

La chancellerie consulaire française (16e-20e siècle) :

attributions, organisation, agents, usagers

Ce dossier, qui est issu d’une journée d’études organisée à Nantes en juin 2015 dans le cadre de l’axe 4 du LabEx EHNE, traite d’une institution qui a joué un rôle important dans l’encadrement des échanges commerciaux et maritimes ainsi que dans la fabrique de l’administration et de la nationalité aux époques moderne et contemporaine.

Accéder au dossier sur revues.org : cliquer ici

En savoir plus sur les Mélanges de l’Ecole française de Rome : cliquer ici

Partenaires :

Contact : Fabrice JESNE : fabrice.jesne@univ-nantes.fr

Thémis en diplomatie. Droit et arguments juridiques dans les relations internationales

Suite au colloque « Thémis en diplomatie. L’argument juridique dans les relations internationales de l’antiquité tardive à la fin du 18e siècle« , organisé à Nantes les 5 et 6 juin 2014 avec le soutien de l’axe 4 du LabEx EHNE, Nicolas DROCOURT, MCF en histoire médiévale au CRHIA (Université de Nantes), et Éric SCHNAKENBOURG, Professeur d’histoire moderne et Directeur du CRHIA, viennent de publier :

 Thémis en diplomatie

 Droit et arguments juridiques dans les relations internationales

L’étude des relations internationales et des contacts diplomatiques au travers des âges ne saurait faire l’économie d’une réflexion sur le rôle et l’importance du recours au droit et aux arguments juridiques. C’est autour de ce postulat que sont réunies les diverses contributions du présent ouvrage qui s’inscrivent dans un espace allant des marges orientales de Byzance à l’Europe occidentale et dans un large champ chronologique, de l’Antiquité tardive à la fin du 18e siècle.

Pour en savoir plus

Consulter la table des matières

Pour aller plus loin :

 

Experts et expertises en diplomatie. La mobilisation des compétences dans les relations internationales, du congrès de Westphalie à la naissance de l’ ONU

Stanislas Jeannesson, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), Fabrice Jesné, MCF en histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes) et Directeur des études pour les époques moderne et contemporaine à l’Ecole française de Rome, et Eric Schnakenbourg, Professeur d’histoire contemporaine et Directeur du CRHIA (Université de Nantes), organisent le colloque :

 Experts et expertises en diplomatie

La mobilisation des compétences dans les relations internationales, du congrès de Westphalie à la naissance de l’ ONU

Depuis le XVIIe siècle, le champ de la diplomatie s’est considérablement élargi à mesure du développement et de la diversification des relations internationales. Les agents diplomatiques se trouvent dès lors confrontés à une grande diversité de sujets et de missions ce qui les amène à faire appel à des compétences et des savoirs extérieurs. Les ambassades, les congrès diplomatiques ou les grandes conférences internationales mobilisent des spécialistes chargés d’aider à la négociation sur des points particuliers. Dès le XIXe siècle, la mise en place de grandes organisations internationales impose la création d’organes d’expertise, permanents ou temporaires, chargés de travailler en amont sur les questions internationales….

Consultez le programme du colloque

Entrée libre et gratuite.

Pour aller plus loin :

Lieu :

  • MSH Ange-Guépin – 5 Allée Jacques Berque , 44000 Nantes – Amphithéâtre Simone-Weil

Contact :

  • crhia@univ-nantes.fr

Appel à communications, Experts et expertises : la mobilisation des compétences en diplomatie, des congrès de Westphalie à la naissance de l’ONU, colloque international, Université de Nantes, 12 et 13 mai 2016

Appel à contribution

EXPERTS ET EXPERTISES :
LA MOBILISATION DES COMPETENCES EN DIPLOMATIE, DES CONGRES DE WESTPHALIE A LA NAISSANCE DE L’ONU

Colloque international Université de Nantes
12-13 mai 2016
Maison des Sciences de l’Homme, Nantes

Organisation : Stanislas Jeannesson Fabrice Jesné et Eric Schnakenbourg

Depuis le XVIIe siècle, le champ de la diplomatie s’est considérablement élargi à mesure du développement et de la diversification des relations internationales. Les agents diplomatiques se trouvent dès lors confrontés à une grande diversité de sujets et de missions ce qui les amène à faire appel à des compétences et des savoirs extérieurs. Les ambassades, les congrès diplomatiques ou les grandes conférences internationales mobilisent des spécialistes chargés d’aider à la négociation sur des points particuliers. Dès le XIXe siècle, la mise en place de grandes organisations internationales impose la création d’organes d’expertise, permanents ou temporaires, chargés de travailler en amont sur les questions internationales.
La mobilisation des conseillers et des experts au service de la diplomatie invite à des interrogations sur des acteurs qui ne sont pas des diplomates stricto sensu. Elle permet de montrer que la diplomatie n’est pas une activité déconnectée de son environnement mais qu’elle draine les compétences de la société de son temps. Plusieurs points semblent pouvoir retenir l’attention des participants à ce colloque.
– Les champs et la chronologie de l’expertise : sur la longue durée, l’étude de la mobilisation des experts doit permettre de réfléchir à l’élargissement progressif du domaine de la diplomatie. Le recours aux juristes, aux négociants, aux militaires, ou à des informateurs particulièrement avertis, comme les consuls et autres go-betweens, pour assister les ambassadeurs ou conseiller les gouvernements centraux montre que les diplomates ont eu conscience très tôt de la nécessité de s’entourer de spécialistes – experts d’une discipline, d’un domaine d’activité, d’un pays ou d’une culture. Par la suite, la professionnalisation accrue du métier de diplomate, le caractère de plus en plus technique de certaines affaires, notamment dans le domaine économique et financier, puis, au XXe siècle, la généralisation d’un multilatéralisme institutionnalisé et l’affirmation d’un ordre international fondé sur le droit, font surgir de nouvelles pratiques, voire de nouvelles formes de diplomatie impliquant de nouveaux acteurs et requérant des compétences spécifiques.
– L’institutionnalisation de l’expertise : il s’agit de voir comment se mettent en place les structures d’accueil et d’intégration des experts auprès des ambassades, avec la multiplication des postes d’attachés et de conseillers, auprès des gouvernements et des grandes organisations internationales, avec la création d’emplois particuliers ou, plus simplement, à travers l’existence de missions, ponctuelles ou permanentes, qui permettent une reconnaissance officielle de l’assistance apportée aux diplomates. Il faudrait s’interroger sur les modalités et les temporalités de ce processus en le confrontant à son contexte historique.
– Le sort des expertises : l’expert conseille, mais le gouvernement dispose par la voie de son représentant. Il faudrait se demander ce que deviennent les expertises et finalement poser la question de leur efficience, entre avis oubliés à peine émis, instrumentalisation de l’expertise à des fins politiques ou véritable source d’inspiration pour les acteurs de la diplomatie. Autrement dit, nous nous demanderons quelle est l’influence réelle des rapports et des conseils venant de spécialistes sur la décision politique afin de savoir s’il est possible, et avec quelles limites, d’évaluer la place de l’expertise comme l’un des paramètres du fonctionnement du système international. Ce type d’interrogation est comme un miroir tendu à la diplomatie pour réfléchir à sa double nature d’exercice technique et d’exercice politique.
– Diplomates et experts : si l’expérience de longs séjours dans une même région, la constitution de réseaux, la connaissance des langues et des lieux font de certains diplomates, des experts de questions particulières et d’espaces peu familiers, dans la plupart des cas les figures du diplomate et de l’expert sont cependant dissociées. Il faut dès lors se poser la question de la complémentarité de ces acteurs. L’irruption, voire l’invasion, des experts dans le champ de la diplomatie et ses conséquences inévitables – conflits de compétences, choc des cultures, etc. – ne sont-elles pas vécues par les diplomates comme une remise en cause de leurs prérogatives? Les diplomates cherchent-ils – et y parviennent-ils – à garder la mainmise sur le processus, ou du moins sur sa phase ultime qu’est la négociation, et à cantonner l’expert dans un rôle d’auxiliaire ? Il faudra également interroger la formation de réseaux transnationaux d’experts, que ce soit dans le cadre institutionnalisé des organisations internationales ou dans celui des lieux privilégiés de l’expertise que constituent au premier XXe siècle des villes comme La Haye ou Genève.
Ces différentes approches, qui ne sont pas exhaustives, doivent permettre une relecture de l’activité diplomatique et montrer qu’elle peut être le produit d’une convergence de compétences et de savoirs. Il s’agit en quelque sorte de regarder « derrière le rideau » de la négociation pour voir comment se construit la décision politique. Nous veillerons à ne pas juxtaposer les cas particuliers, mais à réfléchir au rôle de l’expertise, à ses modalités, ses structures, ses acteurs et son influence sans pour autant négliger ses limites. Notre réflexion portera sur la longue durée, du milieu du XVIIe siècle à la naissance de l’ONU, afin d’insister sur les origines et les évolutions d’un phénomène qui, s’il s’est généralisé dans la période récente, ne date pas du XXe siècle.

Afin de renforcer la cohérence de nos réflexions, chaque intervenant est invité à s’interroger particulièrement sur les points suivants :
– Le champ de l’expertise : quelles raisons justifient, à un moment donné, le recours à l’expertise dans tel ou tel domaine ?
– Les usages de l’expertise : l’expertise vient-elle en appui à la décision ou acquiert-elle une certaine autonomie ?
– Le statut de l’expert : l’expert est-il ou devient-il un acteur à part entière de la diplomatie ? S’impose-t-il au diplomate ou n’est-il qu’un auxiliaire ?

Les propositions de communication (résumé d’une page et CV) doivent être adressées avant le 1er septembre 2015 aux organisateurs.

Contacts :
– stanislas.jeannesson@univ-nantes.fr
– fabrice.jesne@univ-nantes.fr
– eric.schnakenbourg@univ-nantes.fr

« Les consuls », deuxième édition de l’émission débat du Labex EHNE Axe 4 sur Euradionantes.

Dans le cadre d’un partenariat avec Euradionantes, des chercheurs nantais mais également des chercheurs du monde entier vous donnent un rendez-vous trimestriel pour débattre sur l’histoire des Européens dans le monde et sur la vision de l’Europe et des Européens à travers le monde. Cette émission-débat propose de s’interroger sur la construction de l’identité européenne dans son rapport au reste du monde, proche ou lointain, à travers ses relations, ses échanges, ses « effets retours ». En apportant un regard neuf sur l’histoire, les invités tenteront  d’expliquer la crise économique, politique, culturelle et identitaire que connait actuellement l’Europe.

La deuxième émission-débat de l’axe 4 du LabEx EHNE a été enregistrée le 10  octobre dernier dans les studios d’Euradionantes. Cette émission, pensée et animée par le Centre de Recherches en Histoire internationale et Atlantique (CRHIA), avait pour thème “Les consuls”. Cette émission s’inscrit dans la continuité de la journée d’études « Consuls et services consulaires dans une perspective globale, XIXe-XXe siècles », organisée le 9 octobre 2014 à l’Université de Nantes par Fabrice Jesné, maître de conférences en histoire contemporaine.

Invités:

  • M . Korkut Tufan, Consul général de Turquie
  • M. Jacques Chambris, Colonel retraité, petit-fils de Marcel Baudez
  • M. Fabrice Jesné, Maître de conférence en histoire contemporaine à l’Université de Nantes
  • M. Stanislas Jeannesson, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Nantes

Pour écouter l’émission cliquer sur le lien suivant: http://www.euradionantes.eu/emission/labex

 

 

 

Thémis en diplomatie : L’argument juridique dans les relations internationales de l’antiquité tardive à la fin du XVIIIe siècle

Nicolas Drocourt, MCF en histoire médiévale au CRHIA-Nantes, et Eric Schnakenbourg, MCF HDR en histoire moderne et directeur-adjoint du CRHIA-Nantes, vous invitent à participer au colloque :

Thémis en diplomatie

L’argument juridique dans les relations internationales de l’antiquité tardive à la fin du XVIIIe siècle

Organisé les 5 et 6 juin 2014 à la MSH Ange-Guépin de Nantes : 5 allée Jacques Berque – 44000 Nantes

Consulter le programme du colloque

Partenaires : Université de Nantes, IUF, Conseil régional des Pays de la Loire, Nantes métropole

Contact : crhia@univ-nantes.fr

Postes et Diplomatie en Europe à l’Époque moderne

Le LabEx EHNE, le Centre des Archives diplomatiques et le Comité pour l’Histoire de La Poste organise le 25 septembre 2013, au Centre des Archives Diplomatiques de La Courneuve, la journée d’études : « La Poste, servante et actrice des relations internationales (XVIe-XIXe siècles) ».

Programme de la journée :

9h00

  • Mot de bienvenue : Muriel LE ROUX, chargée de recherche au CNRS, responsable des programmes scientifiques du Comité pour l’Histoire de La Poste et Richard BOIDIN, directeur des Archives diplomatiques.
  • Introduction : François CADILHON, professeur d’histoire moderne à l’université Bordeaux 3

9h30

1ère session : « Temps postaux, pratiques diplomatiques » (I), présidée par Reynald ABAD, professeur d’histoire moderne à l’université Paris-Sorbonne

  • Matthieu GELLARD : « La circulation de l’information dans le réseau diplomatique français à l’époque de Catherine de Médicis »
  • Olivier MAURIN : « Transmettre les correspondances du baron de Wettes et du marquis des Alleurs au-delà du Saint-Empire. Le réseau postal européen au service de la diplomatie française (1703-1715) »

10h45

2e session : « Temps postaux, pratiques diplomatiques » (II), présidée par Jean-Luc CHAPPEY, maître de conférences en histoire moderne à l’université Paris I

  • Albane PIALOUX : « Chemins, contrôle et circulation de la dépêche diplomatique entre Paris et Rome au XVIIIe siècle »
  • Nicola TODOROV : « Les Postes du royaume de Westphalie et du grand-duché de Berg au service de la politique napoléonienne »
  • Yves BRULEY : « Correspondance et télégraphie dans la diplomatie du XIXe siècle »

12h05

Présentation de quelques documents d’exposition  par un conservateur des Archives diplomatiques

14h00

3e session : « L’information comme enjeu »,présidée par François CADILHON, professeur d’histoire moderne à l’université Bordeaux 3

  • Lucien BÉLY : « La surveillance des courriers. Une dimension de l’action diplomatique »
  • Stéphane GENÊT : « Organiser une correspondance secrète en temps de guerre : François de Bussy et l’Abbé Grossatesta à Londres (1744) »
  • Alexandre TESSIER : « Les à-côtés d’un officier des Postes françaises sous Louis XIV : Jean Richard, maître des courriers pour l’étranger et informateur de la cour d’Angleterre (1660-1680) »

15h35

4e session : « Postes internationales, modes d’emploi », présidée par Virginie MARTIN, maître de conférences en histoire moderne à l’université Paris I

  • Stéphane BLOND : « L’Europe des Postes à la fin du XVIIIe siècle à travers le Nouvel itinéraire général de Louis-Michel Desnos »
  • Giora STERNBERG : « Les limites de la communication postale : la diplomatie épistolaire et le haut commandement français au Grand Siècle »
  • Marion BRÉTÉCHÉ : « Dans l’ordinaire précédent… La Poste, le journaliste et le diplomate »

16h55

  • Conclusion : Reynald ABAD, professeur d’histoire moderne à l’université Paris-Sorbonne

 

Renseignements et inscriptions :

Appel à communications : Thémis en diplomatie

traite

Eric Schnakenbourg, MCF HDR en histoire moderne et directeur-adjoint du CRHIA-Nantes, et Nicolas Drocourt, MCF en histoire médiévale au CRHIA-Nantes, lancent un appel à communications en préparation d’un colloque organisé les 5 et 6 juin 2014 :

                   Thémis en diplomatie :

L’argument juridique dans les relations internationales de l’antiquité tardive au début du XIXe siècle

Les propositions de communication, d’une demi-page à une page en français ou en anglais, accompagnées d’un bref CV doivent être adressées avant le 15 octobre 2013 à :  

La remise des textes pour publication est prévue le 1er septembre 2014 pour une publication en 2015. Les propositions de communications et les textes proposés à la publication seront soumis à un comité scientifique composé de Marc Belissa, Nicolas Drocourt, Stéphane Péquignot, Eric Schnakenbourg.

Télécharger l’appel à communications :

version française

English version