Archives par mot-clé : colonisation

Les ports européens et les Antilles : quelles connexions ? (17ème – début 18ème siècles)

Marion TANGUY, docteure en histoire moderne et membre associée au CRHIA (Université de Nantes) et Bernard MICHON, MCF d’histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes), organisent une journée d’études le 16 février 2017 sur le thème :

Les ports européens et les Antilles : quelles connexions ?

 17ème siècle – début 18ème siècle

Avant le 18ème siècle, âge d’or des plantations et de la traite des Noirs, les Antilles forment au 17ème siècle un nouveau monde à coloniser et à exploiter. Au travers des prises de possessions et des conflits intra-européens, cette journée a pour objectif de montrer la participation des ports européens, de leurs marchands et de leurs flottes à cette aventure.

Le but sera de dégager les mécanismes communs ou au contraire de faire ressortir les disparités propres à chaque port ou à chaque espace dans leurs relations avec les Antilles.Le temps court du 17ème siècle et le cadre large des ports européens permettra de déterminer plus finement avec quelles intensités et à quelles périodes les connexions s’établissent. Cela permettra d’évoquer l’évolution et la hiérarchie portuaire européenne. Par exemple, pourquoi Dieppe ainsi que d’autres ports de la Manche déclinent dans leurs liaisons antillaises au profit des ports atlantiques dans le derniers tiers du 17ème siècle ? Comment se situent les ports atlantiques dans la droiture européenne ? On essaiera d’aboutir à une vision européenne des connexions en droiture. Il s’agira de mieux connaitre ce siècle charnière qui permit à certains ports de basculer dans cet Atlantique colonial de manière intense, et de s’ouvrir à la grande traite négrière au 18ème siècle, tandis que pour d’autres au contraire cela est synonyme de replis et de fin de leur prédominance antillaise.Il est important de dépasser la vision cloisonnée entre les différentes colonies, en fonction de leurs métropoles. Les échanges entre les colonies, la contrebande, la souveraineté partagée sur certains espaces retiendront ainsi toute notre attention.

Consulter le programme de la journée

Pour aller plus loin :

Passé/ Présent: Présentation du film « Sac la mort » par Emmanuel Parraud, Auteur-réalisateur.

« Sac la mort »

 Le nouveau film d’Emmanuel Parraud,  distribué par LES FILMS DE L’ATALANTE,  sortira en salle le 15 Février 2017.
Emmanuel Parraud viendra présenter son film lors du colloque « L’engagisme dans les colonies européennes, Résistances et mémoire(s), XIXe-XXIe siècles »
le jeudi 20 octobre 2016 à 17h25
au Château des Ducs de Bretagne à Nantes.
Plus d’informations sur le colloque ici

INTERVIEW  d’Emmanuel Parraud:

« Au travers de l’histoire de Patrice pris dans la tourmente de la mort je voulais parler des Cafres, ces descendants d’esclaves ou d’engagés africains, de leur condition d’aujourd’hui sur l’île de la Réunion. 
Patrice et ses amis sont marqués par le rhum, cet alcool que le contremaître distribuait dans les champs du temps de l’esclavage pour accélérer la cadence de la coupe et que le maître offrait le soir pour abrutir ceux qui pourraient vouloir se révolter ou fuir. C’est aussi celui que le grand-père de Patrice lui faisait boire dés l’âge de 6 ans pour amuser les clients de la Boutik et pour savoir quel était son petit fils préféré. Aujourd’hui, le rhum n’est plus offert, il faut l’acheter, dix euros la bouteille, dix euros qui retournent dans la poche des anciens maîtres aujourd’hui propriétaires des sucreries. Dix euros de moins sur le RSA qu’on te donne pour te tenir tranquille. Un rhum industriel à 48°, une véritable drogue dure qui t’accroche et ne te lâche plus, te troue le cerveau et donne la gangrène. Patrice et ses amis en boivent un litre chacun par jour depuis 25 ans. 
Alors le film est là pour rendre le spectateur sensible à ce qui construit cette situation, cette complexité. Au désespoir qui la sous-tend, à la confusion que cette boisson entretient, à la force aussi que l’alcool donne à ceux pour qui le monde qui les entoure est synonyme de danger, d’imprévisible, qui ont un rapport craintif au monde. Certes ils ne sont plus fouettés aujourd’hui, mais ils sont relégués, ils ne comptent pour rien. Le monde est indéchiffrable pour eux, inaccessible – on te donne ton RSA et reste chez toi, surtout n’en sors pas, tu n’es pas présentable, tu nous fais honte. Ils ont tenté de partir faire leur vie en France métropolitaine à 10 000 km de là puisqu’il n’y a pas de travail ici. Ils se sont retrouvés dans le froid à pousser la brouette, du travail au noir sous les quolibets de leurs amis les Blancs, et à boire pour se réchauffer, pour se faire accepter. Ils sont rentrés à la Réunion parce que tout manque, les copines, la famille, la chaleur, la tête basse. Et leur famille les a rejeté car c’est la honte cet échec de plus, la présence de ces ratés dont on avait vanté la réussite aux voisins. On les a tenu à l’écart et ils se sont enfoncés dans la crainte, la crainte de ne pas être aimer, d’être oublié, de ne pas avoir d’argent. Une situation rendue plus insupportable encore par la présence de leurs voisins jeunes et beaux promis à un brillant avenir. Pourquoi eux réussissent et pas moi ? Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? Comme tout est inexplicable, énigmatique, hostile autour de soi, comme au temps des esclaves, on doit chercher plus loin, plus en arrière, dans la sorcellerie, retourner au pays des ancêtres que l’on ne connait pas.
J’ai rencontré Patrice et Charles-Henri en me trompant de chemin dans mes repérages. Ils se préparaient à manger sur un petit feu au coin du jardin. Ils nous ont salué en passant. On est resté l’après-midi ensemble. Ils étaient ivres mais lucides sur ce qui nous séparait et nous reliait aussi. On est devenus complices. Et on ne s’est plus quittés. Ça fait maintenant 6 ans. J’ai fait un premier film avec eux, « Adieu à tout cela », un moyen métrage dans lequel ils avaient un petit rôle. J’ai senti qu’ils étaient immenses. Que Patrice et Charles-Henri était deux comédiens absolument surdoués, des poètes aussi. Alors j’ai voulu écrire un film en leur hommage, à leur vie, à leur manière de voir le monde et de le raconter. C’est devenu « Sac la mort », un film que nous avons fabriqué ensemble, chacun selon ses compétences et son talent. 
Je voulais un film qui, sans rien cacher de la réalité de leur existence, ne tomberait pas dans le misérabilisme, la stigmatisation, le renforcement des clichés, des dangers qui guettent tous les films qui s’aventurent sur le terrain de la connaissance de l’Autre. J’ai compris que seule la fiction le permettrait. Ce détour par le récit et les personnages est indispensable, parce qu’en éloignant le spectateur de la réalité le temps du film je pourrai la lui rendre plus prégnante après la projection lorsqu’il retrouvera la vraie vie en quittant la salle, en croisant un autre Patrice dans la rue il saura, en tout cas il en saura plus. »
Emmanuel Parraud
PROCHAINES PROJECTIONS:
Paris
cinéma les 7 Parnassiens – Samedi 15 octobre à 20 h 30
semaine du film de la Caraïbes et des Outremer 
 
Lyon 
cinéma Comoedia – Samedi 1er octobre – 18h
reprise Acid à Cannes  
 
Ivry-sur-Seine
cinéma Luxy – Lundi 3 octobre – 20h 
reprise Acid à Cannes   
 
Fosses 
cinéma L’Ysieux – Jeudi 13 octobre – 19h30
reprise Acid à cannes    
 

EXTRAITS DE LA REVUE DE PRESSE:

« Une immersion entre réalisme social et hallucinations, dans une Réunion authentique et magique à la fois »

Jean-Marie Chazeau – Ciné Première / OUTREMER 1ere 
 
« Ce combat pour la prise en compte de l’Autre dans son Histoire et sa complexité, des réalisateurs le mènent à travers leurs films, explorant l’inscription des cultures autres dans le monde. Déjà présenté au festival du film africain de Louxor de mars 2016 où il fut primé, Sac la mort, deuxième long métrage d’Emmanuel Parraud est programmé par l’ACID à CANNES. Film étonnant dans sa volonté de capter une tranche de vie dramatique en milieu créole réunionnais, c’est le portrait de Patrice, un homme pris dans la tourmente de la mort. Engrenage de peurs et de réactions incontrôlées, le film évolue dans cette ambiance où les croyances côtoient et s’allient à une Histoire de sang remontant à des temps non évoqués mais si présents où la peur et la mort étaient quotidiennes. Tout cela forme un tout qui s’entremêle dans ce personnage sensible et fragile, dont le chaos intérieur est le fruit de ces ballotements. La caméra ne le quitte pas, s’accroche à ses pas, si bien que le film épouse son incertitude et gagne ainsi en véracité mais aussi en pertinence pour comprendre les blessures du monde. »
Olivier BARLET – Africultures   
Plus d’informations: http://www.emmanuelparraud.fr/

Le CRHIA et le LabEx EHNE au Maroc

Le 29 février 1960, la ville d’Agadir était durement touchée par un puissant séisme qui coûta la vie à un tiers de ses habitants. Pour commémorer le cinquante-cinquième anniversaire de cette tragédie, le CRHIA en collaboration, notamment, avec le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (Centre des Archives diplomatiques de Nantes), le LabEx EHNE (axe 4 : « L’Europe, les Européens et le monde ») et l’Université Ibn Zohr d’Agadir, avait organisé une exposition présentée à Nantes en juin 2015 (cliquer ici) et intitulée :

« Images d’Agadir et du sud marocain, 1912-1960″

Le 29 février 2016, cette exposition a été inaugurée au Musée municipal d’Agadir en présence du Ministre marocain de la Recherche, de la Gouverneure de la région d’Agadir, du Consul de général de France, du Maire de la ville et du Président de l’Université d’Agadir.

La délégation nantaise, composée de Michel Catala, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes) et coresponsable du programme Alliance Europa, Bernard Salvaing, Professeur émérite d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), et Eric Schnakenbourg, Professeur d’histoire moderne (Université de Nantes) et Directeur du CRHIA,  a fait le déplacement pour le vernissage de l’exposition et consolider les relations entre l’Université de Nantes et celle d’Agadir.

Lieu : Musée municipal du patrimoine Amazigh – Avenue Hassan II – Agadir

Partenaires :

Contact : crhia@univ-nantes.fr

  IMG_1878-1  20160229_175533-2

APPEL À COMMUNICATIONS, Histoires connectées, Empires en miroir: colonialismes britannique et français du XVIIe au XXe siècle

APPEL À COMMUNICATIONS

Histoires connectées, Empires en miroir: colonialismes britannique et français
du XVIIe au XXe siècle.
Organisé par :

-Alice Conklin
-Richard Drayton
-Pier Larson
-François-Joseph Ruggiu
Comment les empires britanniques et français ont été formés par opposition à, en dépit de, ou en relation l’un avec l’autre? Comment chacun façonne l’autre, en tant que adversaire, allié, ou frère ennemi? Comment se sont-ils co-construit? Cette conférence considère les deux empires ensemble, chacun étant un point de référence et de connexion pour l’autre. Cette conférence traite des connexions et des expériences partagées par les empires français et anglais/britanniques de leur émergence pendant la période moderne à la décolonisation. Les communications peuvent traiter des coopérations ou des conflits entre les deux empires dans l’ère moderne ou contemporaine et dans n’importe quelle région géographique (les Amériques; l’Afrique; l’Asie; le Moyen Orient; les Océan Atlantique, Pacifique, et Indien; la Mer Méditerranée; etc). Les communications proposées ne devraient pas simplement comparer les empires, mais devraient analyser les liens ou les relations entre les deux. Cette conférence explore l’empire formel et informel dans divers modes historiques (culturelle, littéraire, intellectuelle, politique, sociale, économique, militaire, religieuse, ou des mondes du travail et d’environnement).
University of Hong Kong, 27-29 May 2016

Les propositions de communication individuelles de 20 minutes ou de séance de trois communications pourront être en anglais ou en français.

Vous pouvez adresser vos questions à James Fichter à britfran@hku.hk.

Vous pouvez envoyer des propositions de 200 mots (maximum) et CV d’une page au plus tard le 1 décembre 2015 à britfran@hku.hk

Site de la conférence: http://www.europe.hku.hk/news/20160527.html

Le Labo des savoirs, Emission sur « La France en Inde » suivi de « L’engagisme : des esclaves aux coolies »

Raphaël Malangin, Professeur au lycée français de Pondichéry et doctorant en histoire au CRHIA-Nantes, et Jacques Weber, Professeur émérite d’histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, ont participé à l’émission le Labo des Savoirs sur le thème :

La France en Inde

De 1667 à 1954, les côtes de l’Inde ont accueillis des confettis de France. Pondichéry, Chandernagor, Karikal, Mahé, Yanaon : dans tous ces comptoirs, quelles traces a pu laisser la présence française ? Quels furent les ressorts de cette histoire coloniale méconnue ?

La France s’établit en Inde pour des raisons commerciales avec l’accord des pouvoirs locaux. Mise à part une parenthèse expansionniste au milieu du 18e siècle, l’objectif de ces établissements ne fut jamais la conquête de l’Inde immense. Dans l’ombre de la domination du concurrent britannique, cette présence discrète a pourtant produit ses métissages…

Pour en savoir plus

  Accéder au podcast de l’émission

L’émission s’est poursuivie par une interview de Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et post-doctorante au CRHIA-Nantes, sur le thème :

L’engagisme : des esclaves aux coolies

Après la seconde abolition de l’esclavage, en 1848, les plantations des colonies françaises se vident progressivement. Pour répondre à la forte demande de main d’œuvre dont va dépendre l’avenir de l’économie sucrière, un système de travail particulier va se mettre en place : l’engagisme. Mais qu’est ce que « l’engagisme » ?

Un grand nombre d’indiens qui sont recrutés puis embarqués, sous contrat, à destination de la Réunion et des colonies antillaises, vers ce qu’on leur promet être un eldorado. Cette immigration a contribué au grand métissage de l’Ile de la Réunion avec de nombreuses empreintes de la culture indienne dans son paysage actuel mais l’histoire de l’engagisme et de ces engagés indiens, autrement appelés « coolies », reste méconnue et teintée de zones d’ombre…

Pour en savoir plus

  Accéder au podcast de l’émission
Lieu : Nantes
Partenaire : Radio Prun’, Le Labo des Savoirs
Contact : Raphaël Malangin : malangin.raphael@gmail.com, Jacques Weber : weber.jacques@orange.fr et Virginie Chaillou-Atrous : labexehne4@univ-nantes.fr

Publication d’Alain Messaoudi, « Les arabisants et la France coloniale, Savants, conseillers, médiateurs (1780-1930)  » aux éditions ENS, mai 2015

Alain Messaoudi, MCF en histoire contemporaine à l’Université de Nantes  publie chez ENS éditions un ouvrage intitulé: »Les arabisants et la France coloniale, Savants, conseillers, médiateurs (1780-1930).

À partir d’une enquête sur les carrières, la production savante et l’action politique de ceux qui ont utilisé professionnellement leur connaissance de la langue arabe, — savants orientalistes, interprètes militaires et civils, professeurs, employés de l’État –, l’ouvrage propose une approche inédite du processus colonial au Maghreb et au Levant.

C’est au prisme de la connaissance, de la perception et de l’enseignement de l’arabe que sont étudiées les formes de l’implantation française et leurs implications. L’analyse permet de repérer une certaine permanence des représentations arabophiles dans les milieux savants et la haute fonction publique. Dans ces cercles, on défend la nécessité, particulièrement vive en Algérie, de développer des élites intermédiaires permettant de ne pas perdre le contact avec la population musulmane et de la convaincre que le cadre impérial français et le développement d’une culture arabe et musulmane sont compatibles, au nom d’un idéal commun de progrès et de civilisation.

 

Publication de Céline Flory, « De l’esclavage à la liberté forcée. Histoire des travailleurs africains engagés dans la caraïbe française au XIXe siècle » aux éditions Karthala, avril 2015.

Entre 1854 et 1862, plus de 18 500 hommes, femmes et enfants originaires du continent africain, furent amenés en Guyane, en Guadeloupe et en Martinique. Afin d’y circonscrire les changements de l’abolition de l’esclavage de 1848, le gouvernement français a mit en place l’immigration de travailleurs sous contrat d’engagement de travail en provenance de Madère, d’Inde, de Chine mais aussi d’Afrique. L’engagisme succédait alors à l’esclavagisme.

Dans ces migrations de travail, l’engagisme des Africains occupe une place singulière puisque 93% d’entre eux furent recrutés selon le procédé dit du « rachat préalable ». Captifs, ils étaient achetés par les recruteurs français qui leur imposaient un contrat d’engagement de travail, sur lequel ces « engagés » figuraient en tant que « noirs libres ». Cette étrange liberté leur imposait une traversée de l’Atlantique pour un voyage qui s’avérerait sans retour, sinon pour une infime partie des 7% d’entre eux partis librement.

Céline Flory a exploré de nombreuses archives, souvent inédites, afin de retracer cet épisode mal connu de l’histoire des premiers temps du colonialisme postesclavagiste. Elle l’insère dans celle plus large des politiques impériales destinées à relever le défi de besoins persistants en main-d’oeuvre, alors que les « nouveaux libres » des colonies entendaient jouir de leur nouveau statut. L’auteur s’attache d’abord aux acteurs qui modèlent la nouvelle politique et analyse leurs ruses et leurs discours. Pas à pas, elle accompagne ensuite ces milliers de migrantes et migrants africains dans leur voyage jusqu’à leur arrivée en Amérique, puis dans leur quête d’une vie à bâtir.

Au croisement de l’histoire impériale et de l’histoire sociale, ce livre montre comment un système de domination s’est perpétué selon de nouvelles modalités une fois l’esclavage aboli ; tout en mettant en évidence la force des êtres humains à déjouer le nouveau système et à exploiter ses failles pour construire des espaces d’indépendance, voire de liberté.

Céline Flory est historienne, chargée de recherche au CNRS au sein du laboratoire Mondes Américains-CERMA (UMR 8168) et membre du Centre International de Recherches sur les Esclavages (CIRESC). Ce livre est issu de sa thèse de doctorat qui a reçu le prix de thèse de la Société des Africanistes 2011 et celui du Comité pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage 2012.

Colloque international, Engagisme et engagés au coeur des empires coloniaux: état des lieux et perspectives de recherches (XVIIe-XXIe) siècles, 11 et 12 mai 2015

Dans le cadre des 5e rencontres atlantiques, Céline Flory (chargée de recherches au CNRS), Nathalie Collain (CIRESC) et Sophie Fontan (Musée d’Aquitaine) organisent un colloque international le 11 et 12 mai 2015 à Bordeaux en partenariat avec le musée d’Aquitaine et le Centre International de Recherches sur les Esclavages (CIRESC), avec le soutien du Forum Montesquieu (Université de Bordeaux), de l’UMR Mondes Américains (CNRS-EHESS), du projet STARACO (Statuts, » Race » et Couleurs dans l’espace Atlantique de l’Antiquité à nos jours) et du LabEx EHNE (Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe). Programme téléchargeable ici

Premières rencontres d’Outre-Mer : « De l’Indochine coloniale au Viêt nam actuel »

J.-F. KLEIN, MCF d’histoire contemporaine au CRHIA – Nantes, et D. BARJOT, Professeur d’histoire économique contemporaine, vous invitent à participer au colloque international :

« De l’Indochine coloniale au Viêtnam actuel »

Organisé par l’Académie des sciences d’outre-mer, l’Université Lyon 3, l’Université Paris 4 et l’Université de Nantes (en partenariat avec le CRHIA et le LabEx EHNE)

Lieu : Académie des Sciences d’Outre-Mer – 15 Rue la Pérouse, 75116 Paris
Partenaire : Académie des Sciences d’Outre-Mer, Université Lyon 3, Université Paris 4, LABEX EHNE
Contact : Jean François KLEIN : jeanfrancois.klein@gmail.com

Journées d’études : Les Européens dans les ports en situation coloniale (XVIe – XXe siècles)

Dans le cadre de l’axe 4 d’EHNE, Bruno Marnot, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA-La Rochelle, et Jean-François Klein, MCF en histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, organisent les journées d’études « Les Européens dans les ports en situation coloniale (XVIe – XXe siècles) » du 18 au 19 novembre 2013 à Nantes.

Télécharger le programme des journées