Archives par mot-clé : Amériques

Journée d’études « La France et les Amériques entre révolutions et nations (1776 – 1865) »

Tangi VILLERBU, MCF HDR d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de La Rochelle), organise une journée d’études sur le thème :

La France et les Amériques entre révolutions et nations

(1776 – 1865)

Pour prendre la suite de la journée organisée à l’Université de La Rochelle le 13 novembre 2015 (Marchands, exilés, missionnaires et diplomates : Les Français et les Etats-Unis, 1789  1815), cette manifestation élargira le regard en posant la question de l’usage des sources, dans les Amériques comme en France (et ailleurs) pour l’étude des relations internationales au sens large, des circulations des personnes, c’est-à-dire des migrations de toutes sortes mais aussi des voyages d’affaire, d’agrément ou d’étude, des circulations culturelles, qu’elles soient de biens ou d’idées, du commerce atlantique…

Consulter le programme

Inscription obligatoire avant le 28 novembre : archives.cadn@diplomatie.gouv.fr et/ou 02 51 77 24 59

Pour aller plus loin :

Lieu : Centre des Archives diplomatiques de Nantes – Salle d’exposition – 17, rue Casterneau – 44000 Nantes

Contact : archives.cadn@diplomatie.gouv.fr

 

Colloque international « L’absolutisme dans l’Atlantique français, XVIIe-XVIIIe siècles »

Yann LIGNEREUX, Professeur d’histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes) et Directeur de l’UFR HHAA, et Michel DE WAELE, Université Laval (Québec), organisent un colloque international sur le thème :

L’absolutisme dans l’Atlantique français, XVIIe-XVIIIe siècles

Ce colloque a pour objectif d’étudier la réalité de la  politique coloniale de la France du 17ème siècle dans les territoires français d’Amérique en la sortant de l’ornière d’une histoire strictement coloniale. À ce titre, la démarche choisie s’inspirera de l’histoire atlantique, bien que celle-ci ne s’attarde pas prioritairement au fait politique. Parallèlement, les nouvelles études sur l’absolutisme permettront d’étudier le fonctionnement du gouvernement colonial, à examiner ses institutions, à rechercher les forces et les limites du système mis en place.

Consulter le programme

Pour aller plus loin :

Lieu : Château des ducs de Bretagne – Musée d’histoire de Nantes – Tour du Fer à Cheval – 4, place Marc Elder – 44000 NANTES

Contact : crhia@univ-nantes.fr

Appel à communications : La France et les Amériques entre révolutions et nations, 1776-1865

Tangi VILLERBU, MCF HDR d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de La Rochelle), lance un appel à communications pour une journée d’études sur le thème :

La France et les Amériques entre révolutions et nations,

1776-1865

Organisée au Centre des Archives diplomatiques de Nantes le 30 novembre 2017.

Pour prendre la suite de la journée d’études organisée à l’Université de La Rochelle le 13 novembre 2015 (« Marchands, exilés, missionnaires et diplomates : Les Français et les Etats-Unis, 1789-1815), cette journée élargira le regard en posant la question de l’usage des sources, dans les Amériques comme en France (et ailleurs) pour l’étude des relations internationales au sens large, des circulations des personnes, c’est-à-dire des migrations de toutes sortes mais aussi des voyages d’affaire, d’agrément ou d’étude, des circulations culturelles, qu’elles soient de biens ou d’idées, du commerce atlantique…

Télécharger l’appel à communications

Calendrier :

  • date limite d’envoi des propositions de communications : 1er juillet 2017

Pour aller plus loin :

Contact : Tangi VILLERBU : tangi.villerbu@univ-­‐lr.fr

Appel à communications : « Les nouvelles frontières du soi et de la société dans le monde atlantique français à l’époque moderne »

Daniella KOSTROUN (Indiana University, Purdue University-Indianapolis, accueillie en résidence à l’IEA Nantes) et Yann LIGNEREUX, Professeur d’histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes) lancent un appel à communications pour un colloque organisé les 18 et 19 mai 2017 sur le thème :

Les nouvelles frontières du soi et de la société

dans le monde atlantique français à l’ époque moderne

Les systèmes politiques, sociaux et religieux de la France ont été, durant l’ Ancien Régime, pensés et édifiés sur la base d’idéologies, classiques et traditionnelles, de hiérarchie et d’ordre comme elles se sont fondées sur un idéal de stabilité et de reproduction du semblable pour conjurer la diversité et la contingence de la succession. Comment ces systèmes ont-ils alors été affectés, perturbés et possiblement contestés par l’essor du mouvement des individus et du commerce à travers l’océan atlantique aux 16e-17e siècles ? Quels sont les effets, sur l’individu et la société dans laquelle il vit, de cette nouvelle « désorientation » des institutions, des familles et des représentations personnelles ? Quels degrés de différenciation sont-ils dès lors introduits à travers l’expérience d’une altérité qui serait peut-être moins celle rencontrée dans la découverte de l’ailleurs que celle qui se découvre précisément dans le cœur et l’âme d’un chacun ?

Télécharger l’appel à communications

Download the call for proposals

Les propositions de communication (350 mots environ) accompagnées d’une brève présentation biographique sont à adresser, en français ou en anglais, aux deux organisateurs du colloque pour le 20 décembre 2016 :

Comité scientifique du colloque :

  • Virginie CHAILLOU-ATROUS (LabEx « EHNE » / Université de Nantes)
  • Antonio DE ALMEIDA MENDES (Université de Nantes / CRHIA / STARACO)
  • Daniella KOSTROUN (Indiana University, Purdue University-Indianapolis / IEA Nantes)
  • Françoise LE JEUNE (Université de Nantes / CRHIA)
  • Yann LIGNEREUX (Université de Nantes / CRHIA)
  • Annick PETERS-CUSTOT (Université de Nantes / CRHIA)

Pour aller plus loin :

Parution : La conquête des Amériques. Amérindiens et conquérants au 16ème siècle

Grégory Wallerick, docteur en histoire moderne et membre associé au CRHIA (Université de Nantes) vient de publier :

La conquête des Amériques.

 Amérindiens et conquérants au 16ème siècle

L’année 1492 sonne comme une date majeure dans l’histoire du monde : la rencontre entre l’Europe et le continent américain, sous la bannière dressée par Christophe Colomb. C’est aussi la première mondialisation, c’est-à-dire la possibilité de considérer l’ensemble des terres dans le monde. De ce contact, deux conséquences sont directement appréciées.

Le premier retentissement concerne la découverte, pour les Européens, de différents peuples, appelés Indiens, qui semblent vierges de civilisation et de religion. Ces populations constituent autant de brebis égarées à convertir dans la foi catholique, alors que la menace musulmane se fait pressante et les dissensions au sein du christianisme augmentent. Une des conséquences immédiates pour les indigènes concerne la disparition des empires en place, comme ceux des Aztèques (ou Mexica) et des Incas, tant par les actions des conquérants que par l’apport involontaire de maladies.

La seconde conséquence est l’extension de l’Ancien monde. Les royaumes d’Espagne et du Portugal sont les premiers à être autorisés, par le Pape, à s’installer dans les espaces américains. D’autres grandes puissances européennes, comme les royaumes de France et d’Angleterre et, plus tard, la République des Provinces-Unies, cherchent, au cours du 16ème siècle, à s’implanter dans le Nouveau-Monde, de manière éphémère ou durable.

Ce sont donc les conséquences de cette rencontre qui nous intéressent particulièrement, notamment la manière dont les Européens parviennent à s’implanter, parfois après de vaines tentatives, sur un espace de convoitises et de rivalités. Le siècle de la conquête et de l’ appropriation des Amériques bouleverse profondément les deux protagonistes, l’Ancien et le Nouveau-Monde. La vision de la conquête à la fin de ce siècle contribue à créer une image persistante des nations conquérantes.

Partenaires :

Contact :

  • Grégory WALLERICK : gwallerick@gmail.com

Les souverainetés indigènes. Royautés, principautés, républiques et empires autochtones dans les mondes atlantiques (Amériques et Afrique, 15ème – 19ème siècle)

Yann Lignereux, Professeur d’histoire moderne au CRHIA et Directeur de l’UFR HHAA (Université de Nantes), Clément Thibaud, Maître de Conférences HDR d’histoire moderne et contemporaine, Directeur-adjoint du CRHIA (Université de Nantes) et coresponsable du projet STARACO, Grégory Wallerick, membre associé au CRHIA (Université de Nantes), et Luis Mora Rodriguez, Institut d’Etudes Avancées de Nantes, organisent un colloque international sur :

Les souverainetés indigènes.

Royautés, principautés, républiques et empires autochtones dans les mondes atlantiques

(Amériques et Afrique, 15ème – 19ème siècle)

Le colloque se propose de dresser un état des lieux du sujet pour rassembler autour de la souveraineté indigène des chercheurs en sciences humaines et sociales et en droit notamment, afin de saisir les constructions parallèles et associées de la souveraineté des deux côtés de l’Atlantique entre la fin des universaux médiévaux et leur régime de gouvernance au cours des 15ème et 16ème siècles et les lendemains des expériences politiques des « Révolutions atlantiques » inaugurant de nouveaux rapports à l’Autorité dans la première moitié du 19ème siècle. Ce regard doit être considéré, en effet, moins comme inerte ou s’attachant à la seule description immunisante d’une extériorité exotique que partie prenante, de manière fondamentale, d’une construction singulière de la Souveraineté moderne européenne elle-même dont la mise en place est profondément associée aux questionnements provoqués ou renouvelés par ces nouveaux horizons du monde, géographiques, religieux et politiques.

Consulter le programme

INSCRIPTION EN LIGNE OBLIGATOIRE : CLIQUER ICI

Pour aller plus loin :

Lieu :

  • Château des ducs de Bretagne – 4 Place Marc Elder – 44000 Nantes

Partenaires :

  • Projet STARACO (région Pays de la Loire)
  • Château des ducs de Bretagne à Nantes,
  • IEA Nantes,
  • Institut des Amériques
  • Casa de Velázquez

Contact :

  • Aanor LE MOUEL : Aanor.Lemouel@univ-nantes.fr

Publication de N. Terrien : « Des patriotes sans patrie ». Histoire des corsaires insurgés de l’Amérique espagnole (1810-1825).

Nicolas Terrien, doctorant en histoire contemporaine au CRHIA-Nantes et allocataire de recherche de l’axe 4 du LabEx EHNE, vient de publier :

« Des patriotes sans patrie ». Histoire des corsaires insurgés de l’Amérique espagnole
(1810-1825).

« Il avait été émerveillé en constatant que, parmi tous ceux qui se déclaraient être des insurgés mexicains, carthaginois, margaritains et porteños, à peine se trouvaient quelques Espagnols. La plupart des corsaires étaient français, italiens, nord‑américains et quelques autres anglais ; ces patriotes, sans patrie, n’avaient jamais été au Mexique, à Carthagène, à Margarita, et encore moins à Buenos Aires » (Rapport du consul d’Espagne en Louisiane sur les déclarations d’un ancien prisonnier des corsaires insurgés, 1817).

Question d’histoire atlantique, située dans une période de bouleversements propices à la redéfinition des hiérarchies sociales et des identités individuelles ou collectives, la course insurgée était internationale et composite, liée aux circulations intra‑américaines et transatlantiques d’une multitude d’acteurs de toutes nationalités, aux statuts variés et instables : riches créoles et fonctionnaires espagnols, esclaves soulevés, indiens captifs et marins endettés, aventuriers opportunistes et révolutionnaires dévoués. Les insurgés surent mobiliser dans ce monde souvent interlope les ressources nécessaires pour fomenter la course insurgée, et porter ainsi sur les mers leur lutte contre l’Espagne, de Cadix à Lima, en passant par Buenos Aires et, surtout, la Caraïbe et le golfe du Mexique. L’expédition de lettres de marque devint alors pour l’insurrection un instrument de première importance pour affirmer sa souveraineté puis garantir les indépendances et leurs reconnaissances.

Pour en savoir plus

Partenaire : Editions Les Perséides
Contact : Nicolas Terrien : nicolas.terrien@univ-nantes.fr

Journée d’études « Consuls et services consulaires dans une perspective globale, XIXe-XXe siècles »

Dans le cadre du LabEx EHNE, Fabrice Jesné, MCF en histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, organise, le 9 octobre 2014, la journée d’études :

Consuls et services consulaires dans une perspective globale

XIXe-XXe siècles

Depuis une vingtaine d’années, les consuls et les services consulaires européens et extra-européens ont fait l’objet de travaux qui, s’ils sont relativement nombreux, ne suffisent pas à constituer un objet d’étude clairement identifié, notamment pour l’époque contemporaine. La richesse de l’activité consulaire a pourtant été suffisamment démontrée : en plus de faciliter le commerce des ses « nationaux » outre-mer, le consul est en charge de leur état-civil, de leurs institutions communautaires et de leurs relations avec les autres communautés marchandes ainsi qu’avec les autorités et la société locales. Au sein du corpus d’études consacrées aux consuls, plusieurs travaux explorent également l’écheveau des relations que noue généralement le consul entre le poste dont il est titulaire, son pays ou sa région d’origine, et les lieux de ses activités, qu’elles soient commerciales, diplomatiques, politiques, privées ou culturelles. Bien souvent, cependant, les études consacrées aux consuls concernent un poste, un service consulaire national, ou encore une de ses déclinaisons régionales. Sans doute l’effort de comparaison entre les différentes situations individuelles, locales ou nationales qui est mené depuis plusieurs années à l’occasion de diverses rencontres scientifiques mérite-t-il d’être poursuivi, notamment en posant la question du déploiement des services consulaires à l’échelle mondiale…

Télécharger le programme de la journée d’études

Pour aller plus loin : consulter le site du CRHIA