Archives par mot-clé : Amérique

Publication, Transposer la France, L’Immigration française au Canada (1870-1914)

Françoise Le Jeune, professeure d’histoire de la Grande-Bretagne et du Canada (XVIIIe et XIXe siècles) à l’Université de Nantes, Yves Frenette, professeur et titulaire de la Chaire de recherche du Canada de niveau 1 sur les migrations, les transferts et les communautés francophones à l’Université de Saint-Boniface et Paul-André Linteau, professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal et codirecteur du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal viennent de publier:

Transposer la France

L’Immigration française au Canada (1870-1914)

Si la majorité de ces nouveaux-venus choisit de s’établir en terre francophone, souvent à Montréal, bon nombre d’entre eux s’installent dans l’Ouest, sur les vastes terres agricoles de la Prairie. Et si on compte parmi eux un contingent important de religieux, chassés par les politiques anticléricales adoptées par la République française à partir de 1880, contingent qui allait profondément influencer le système d’éducation au Québec, ces Français se font aussi cultivateurs et ouvriers, enseignants, comédiens et chercheurs d’or. Pourquoi et comment ces Français prennent-ils la route du Canada ? Où s’établissent-ils et comment s’intègrent-ils à la société canadienne ? Telles sont les grandes questions soulevées dans cet ouvrage.

Le livre s’ouvre sur une présentation d’ensemble de la migration française vers le Canada, de ses effectifs et de ses rythmes, mais aussi des facteurs qui l’ont façonnée. Il est suivi d’un chapitre où ce mouvement migratoire est vu de France. Pourquoi et dans quel contexte les Français partent-ils pour le Canada ? D’où viennent-ils ? Qui les recrute, avec quels arguments ? Quelle attitude adoptent les autorités françaises à leur égard ? Viennent ensuite cinq chapitres traitant de chacune des composantes régionales du pays : les deux premiers concernent le Québec; un chapitre complet est consacré à Montréal, où s’implante et se développe la communauté française la plus nombreuse et la mieux organisée; le chapitre 4 traite de la présence française dans le reste de la province, un sujet encore mal connu; le cinquième chapitre étudie le cas particulier de l’Ontario; le chapitre 6 traite des trois provinces de la Prairie, où se dirigent une bonne moitié des immigrants français au tournant du XXe siècle; le dernier chapitre couvre les deux extrémités du pays, les provinces maritimes à l’est, la Colombie-Britannique et le Yukon à l’ouest.
Pour plus d’informations: Les éditions du Boréal

Conférence « 1632 : la naissance de la Nouvelle-France ? Le traité de Saint-Germain-en-Laye (1632) et Les voyages de la Nouvelle-France de Champlain », Université de Nantes, 5 octobre 2015 de 14h-16h

Yann Lignereux, Professeur d’histoire moderne au CRHIA-Nantes et directeur de l’UFR Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie de l’Université de Nantes, vous invite à participer aux conférences données le 05 octobre 2015 avec Michel de Waele sur le thème :

1632 : la naissance de la Nouvelle-France ?

Le traité de Saint-Germain-en-Laye (1632) et  Les voyages de la Nouvelle-France de Champlain.

 

Michel de Waele : « Honneur national et destin colonial : le sort de l’Amérique française, 1627-1632 ».

Yann Lignereux : « Ecrire l’histoire de la Nouvelle-France. Histoires d’un récit renouvelé : l’édition de 1632 des Voyages de Samuel de Champlain ».

Michel de Waele est Professeur d’histoire moderne et actuel Doyen de la Faculté Lettres et Sciences Humaines de l’Université Laval à Québec.
Lieu : Université de Nantes – Campus Lettres – Bâtiment Censive – Salle des Conférences
Contact : Yann Lignereux : yann.lignereux@univ-nantes.fr

 

Publication de Céline Flory, « De l’esclavage à la liberté forcée. Histoire des travailleurs africains engagés dans la caraïbe française au XIXe siècle » aux éditions Karthala, avril 2015.

Entre 1854 et 1862, plus de 18 500 hommes, femmes et enfants originaires du continent africain, furent amenés en Guyane, en Guadeloupe et en Martinique. Afin d’y circonscrire les changements de l’abolition de l’esclavage de 1848, le gouvernement français a mit en place l’immigration de travailleurs sous contrat d’engagement de travail en provenance de Madère, d’Inde, de Chine mais aussi d’Afrique. L’engagisme succédait alors à l’esclavagisme.

Dans ces migrations de travail, l’engagisme des Africains occupe une place singulière puisque 93% d’entre eux furent recrutés selon le procédé dit du « rachat préalable ». Captifs, ils étaient achetés par les recruteurs français qui leur imposaient un contrat d’engagement de travail, sur lequel ces « engagés » figuraient en tant que « noirs libres ». Cette étrange liberté leur imposait une traversée de l’Atlantique pour un voyage qui s’avérerait sans retour, sinon pour une infime partie des 7% d’entre eux partis librement.

Céline Flory a exploré de nombreuses archives, souvent inédites, afin de retracer cet épisode mal connu de l’histoire des premiers temps du colonialisme postesclavagiste. Elle l’insère dans celle plus large des politiques impériales destinées à relever le défi de besoins persistants en main-d’oeuvre, alors que les « nouveaux libres » des colonies entendaient jouir de leur nouveau statut. L’auteur s’attache d’abord aux acteurs qui modèlent la nouvelle politique et analyse leurs ruses et leurs discours. Pas à pas, elle accompagne ensuite ces milliers de migrantes et migrants africains dans leur voyage jusqu’à leur arrivée en Amérique, puis dans leur quête d’une vie à bâtir.

Au croisement de l’histoire impériale et de l’histoire sociale, ce livre montre comment un système de domination s’est perpétué selon de nouvelles modalités une fois l’esclavage aboli ; tout en mettant en évidence la force des êtres humains à déjouer le nouveau système et à exploiter ses failles pour construire des espaces d’indépendance, voire de liberté.

Céline Flory est historienne, chargée de recherche au CNRS au sein du laboratoire Mondes Américains-CERMA (UMR 8168) et membre du Centre International de Recherches sur les Esclavages (CIRESC). Ce livre est issu de sa thèse de doctorat qui a reçu le prix de thèse de la Société des Africanistes 2011 et celui du Comité pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage 2012.

Les souverainetés indigènes Royautés, principautés, républiques et empires autochtones dans les mondes atlantiques (Amérique et Afrique, XVe-XIXe siècle)

Yann Lignereux, Professeur d’histoire moderne au CRHIA-Nantes, Luis Mora Rodríguez de l’Université du Costa Rica, Clément Thibaud, MCF HDR en histoire moderne et contemporaine au CRHIA-Nantes et Grégory Wallerick, membre associé au CRHIA-Nantes, lancent un appel à communications pour un colloque sur le thème :

Les souverainetés indigènes

Royautés, principautés, républiques et empires autochtones dans les mondes atlantiques (Amérique et Afrique, XVe-XIXe siècle)

Le colloque se propose  de dresser un état des lieux du sujet pour rassembler autour de la souveraineté indigène des chercheurs en sciences humaines et sociales et en droit notamment, afin de saisir les constructions parallèles et associées de la souveraineté des deux côtés de l’Atlantique entre la fin des universaux médiévaux et leur régime de gouvernance au cours des XVe et XVIe siècles et les lendemains des expériences politiques des « Révolutions atlantiques » inaugurant de nouveaux rapports à l’Autorité dans la première moitié du XIXe siècle. Ce regard doit être considéré, en effet, moins comme inerte ou s’attachant à la seule description immunisante d’une extériorité exotique que partie prenante, de manière fondamentale, d’une construction singulière de la Souveraineté moderne européenne elle-même dont la mise en place est profondément associée aux questionnements provoqués ou renouvelés par ces nouveaux horizons du monde, géographiques, religieux et politiques…

Télécharger l’intégralité de l’appel à communications.

Le colloque aura lieu les 24-26 mars 2016. Les propositions de communication sont à envoyer à l’adresse colloquesouverainetes2016@gmail.com sous la forme d’un résumé de 2000 caractères. Elles prendront soin de préciser quelles sources primaires sont mobilisées pour l’étude de cas.

Elles seront accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique. Elles doivent être adressées avant le 1er mai 2015. Les candidats seront informés de la décision du comité scientifique fin juin 2015. Ces propositions peuvent être rédigées en français, en anglais et en espagnol. Ces langues seront celles du colloque.

Pour aller plus loin : Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163 / Université de Nantes)