Exposition « Lumineuses projections! », Musée national de l’éducation de Rouen, 23 avril 2016-31 janvier 2017

Une exposition autour des techniques et des usages dans l’art de la projection lumineuse qui suit la destinée des projections fixes en tant qu’outil d’enseignement, depuis les conférences populaires de la fin du XIXe siècle où elles font leur première apparition en public, jusqu’à leur démocratisation dans les classes à partir des années 1960.

Une première partie est consacrée aux débuts de la projection, sa dimension artisanale, ludique et spectaculaire, puis à l’industrialisation de la lanterne magique au XIXe siècle. La seconde partie aborde l’émergence d’un usage pédagogique de la projection dans les cours pour adultes ou dans le milieu scolaire. Enfin sont envisagées les projections fixes scolaires dans leur rapport à l’image animée.

Le LabEx EHNE est partenaire de cette exposition : il met à disposition un ensemble de plaques de verre photographiques du XIXe siècle, issues du Fonds Colbert, fonds de plaques découvert au lycée Colbert (Paris 10e) et valorisé par le LabEx. Ces images font l’objet d’analyses par des chercheurs du LabEx dans une perspective historique.

Commissariat de l’exposition

Anne Quillien, chargée de conservation et de recherche au musée national de l’Éducation

Commissariat adjoint

Patrice Guérin

Chercheurs LabEx associés

Guillaume Le Gall, maître de conférences en histoire de l’art contemporaine à Paris-Sorbonne, et Delphine Diaz, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Reims

Partenariats

LabEx EHNE et la cinémathèque Robert Lynen (Paris 17 e)

Musée national de l’Éducation

Centre d’exposition

185, rue Eau-de-Robec

76000 Rouen

Experts et expertises en diplomatie. La mobilisation des compétences dans les relations internationales, du congrès de Westphalie à la naissance de l’ ONU

Stanislas Jeannesson, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), Fabrice Jesné, MCF en histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes) et Directeur des études pour les époques moderne et contemporaine à l’Ecole française de Rome, et Eric Schnakenbourg, Professeur d’histoire contemporaine et Directeur du CRHIA (Université de Nantes), organisent le colloque :

 Experts et expertises en diplomatie

La mobilisation des compétences dans les relations internationales, du congrès de Westphalie à la naissance de l’ ONU

Depuis le XVIIe siècle, le champ de la diplomatie s’est considérablement élargi à mesure du développement et de la diversification des relations internationales. Les agents diplomatiques se trouvent dès lors confrontés à une grande diversité de sujets et de missions ce qui les amène à faire appel à des compétences et des savoirs extérieurs. Les ambassades, les congrès diplomatiques ou les grandes conférences internationales mobilisent des spécialistes chargés d’aider à la négociation sur des points particuliers. Dès le XIXe siècle, la mise en place de grandes organisations internationales impose la création d’organes d’expertise, permanents ou temporaires, chargés de travailler en amont sur les questions internationales….

Consultez le programme du colloque

Entrée libre et gratuite.

Pour aller plus loin :

Lieu :

  • MSH Ange-Guépin – 5 Allée Jacques Berque , 44000 Nantes – Amphithéâtre Simone-Weil

Contact :

  • crhia@univ-nantes.fr

Les ports européens face à la pluralité des mémoires de la traite des noirs et de l’ esclavage

Eric Saunier, MCF au laboratoire Idées (UMR 6266 CNRS / Universités du Havre) et Bernard Michon, MCF en histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes), organisent les 12 et 13 mai 2016 un colloque international au Havre sur le thème :

 « Les ports européens face à la pluralité des mémoires de la traite des noirs et de l’ esclavage »

La question des liens entre histoire et mémoire se pose immanquablement aux chercheurs qui abordent les thèmes de la traite des Noirs et de l’esclavage puisque, comme le disait le philosophe italien Benedetto Croce : « toute histoire est contemporaine ». Ainsi, c’est avec des questionnements présents que les historiens interrogent le passé. Les travaux de l’historien Pierre Nora sur les Lieux de mémoire, publiés en trois tomes entre 1984 et 1992, ont permis d’approfondir considérablement nos connaissances dans ce domaine, même si, comme l’a fort justement remarqué Myriam Cottias, aucun article n’est consacré au domaine colonial, ni à l’abolition de l’esclavage.

La mémoire ou plutôt les mémoires constituent un champ de recherche pluridisciplinaire. Au-delà des historiens, des géographes, sociologues, anthropologues, chercheurs en science politique s’intéressent à la manière dont les ports européens font face à leur passé négrier. En France, la loi Taubira, adoptée en 2001, fait de la traite et de l’esclavage des crimes contre l’Humanité. La même année, la conférence de Durban, organisée par l’ONU, a mis la question de l’esclavage et de ses héritages au cœur des débats. 2004 a ensuite été proclamée par l’assemblée générale des Nations Unies année internationale de « commémoration de la lutte contre l’esclavage et de son abolition ». Ces initiatives ont contribué à faire sortir de l’ombre, voire de l’oubli complet, le passé négrier de ports atlantiques, engagés dans ce commerce d’êtres humains. Des associations citoyennes ont été fondées dans de nombreux lieux, suscitant ou accompagnant des décisions politiques comme la construction d’un musée international de l’esclavage à Liverpool et l’érection d’un mémorial de l’abolition à Nantes, inaugurés respectivement en 2007 et 2012. En 2006, l’instauration par Jacques Chirac d’une journée annuelle dédiée à la commémoration de l’abolition de l’esclavage, a permis de multiplier les projets à l’échelle française. Parmi eux, il est possible de citer, sans prétendre à l’exhaustivité, des manifestations scientifiques, comme au Havre avec une série de colloques universitaires organisés entre 2008 et 2013, des expositions grand public, comme à La Rochelle avec la mise en ligne d’une exposition virtuelle sur la traite négrière en 2013, des approches muséales profondément renouvelées, comme à Bordeaux avec l’ouverture des nouvelles salles du musée de l’Aquitaine en 2009.

Ces journées d’études souhaitent dresser un état des lieux des réalisations faites depuis une dizaine d’années (mémoriaux, musées, statues, noms de rue…) et mener une réflexion comparative à l’échelle européenne sur les politiques mémorielles entreprises aux échelles nationale et locale (leurs évolutions sont évidemment à prendre en considération). L’attention devra également porter sur les différents mouvements citoyens mis en place, avec le risque de multiplication des mémoires.

Comité scientifique :

  • Pr. Ana Lucia Araujo, Howard University (Etats-Unis),
  • Pr. Myriam Cottias (Université des Antilles-Guyane, présidente du comité national pour la mémoire de l’esclavage),
  • Pr. Pieter Emmer (Université de Leyde),
  • Pr. Erick Noêl (Université des Antilles-Guyane),
  • Pr. Guy Saupin (Université de Nantes)

Comité d’organisation :

  • Eric Saunier, Université du Havre,
  • Bernard Michon, Université de Nantes.
  • Secrétariat : Laura Lhotelais, Université du Havre,
  • Sophie Fauvel , Université du Havre

Consulter le programme : cliquer ici

Partenaires :