Appel à communications: Le Maghreb dans les relations internationales: Diplomaties et crises.

Colloque international co-organisé par l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), l’Institut des Mondes africains (IMAF), l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’université de La Manouba (Tunis), les 20 et 21 novembre 2015 à Tunis.

Le Maghreb, situé à la croisée du monde arabe, des civilisations méditerranéennes, africaines et européennes, occupe une position privilégiée de trait d’union entre l’Afrique, le Machrek et l’Europe. Cette région, bordée au Nord par la Méditerranée et au Sud par le Sahara, constitue ainsi un vaste réseau d’échanges. Par sa situation géographique et son histoire, les circulations y sont intenses, les transferts culturels incessants, les mémoires et les héritages vifs et imbriqués entre eux. Mais le Maghreb est aussi « un édifice sans cesse menacé »[1]. Comme Pierre Vermeren le souligne : « Il ne s’agit pas d’ériger l’histoire de cette région en totem, mais il est important de la considérer en tant que telle, car elle n’est pas réductible à l’identité arabe du Moyen-Orient »[2].

L’intention de ce colloque est d’inaugurer une réflexion appelée à se prolonger par une recherche collective sur le Maghreb dans l’histoire des relations internationales. Elle s’inscrit également dans un contexte bien particulier, celui d’une volonté d’accès simplifié aux archives tunisiennes contemporaines et d’une démarche de la part des Marocains depuis 2012 de récolter et de trier leurs archives nationales. La publication, en septembre dernier, d’un Livre Blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans du Groupement d’intérêt scientifique (GIS), reflète l’intérêt du CNRS qui souligne la nécessité de renouveler l’histoire du Maghreb et de « sortir des grilles de lecture et des instruments d’analyse d’une région trop souvent à la marge [3] », ce qui est de même notre ambition ici. Une vue nouvelle de l’historiographie du Maghreb colonial et postcolonial[4] est aussi au programme de ce colloque. Par ailleurs, l’historiographie française des relations internationales s’intéresse quant à elle de plus en plus aux questions transnationales, là où encore persiste un vide.

En interrogeant la Méditerranée en tant qu’objet des sciences sociales, certains travaux ont permis de démontrer l’interconnexion et l’interdépendance des États. Pourtant, les analyses historiques de cet espace sont le plus souvent marquées par les relations avec les anciennes puissances coloniales. En outre, les études publiées sur les relations entre le Maghreb et son environnement géographique se sont beaucoup articulées autour des questions bilatérales puis autour des trois dialectiques récurrentes que sont l’anticolonialisme, l’antiracisme et l’anti-impérialisme. Concernant les dynamiques de la sous-région, peu de travaux sont recensés sur les interactions Maghreb-Machrek, Maghreb-Afrique subsaharienne, Maghreb-Asie, etc.

Par ailleurs, ces études sont le plus souvent statiques. Comme le souligne Robert Frank, il convient de prendre en compte les « dynamiques », c’est-à-dire la « puissance », la « force » mais aussi « le mouvement que celle-ci décrit, un mouvement tout aussi facteur de mutations à travers les frontières que la force qui le génère. Les dynamiques désignent aussi les « circulations » qui traversent les espaces, transforment les sociétés. Beaucoup de ces dynamiques sont à la fois nationales, internationales et transnationales[5].

 

Ce colloque est donc l’occasion de faire le point sur des objets de recherche encore embryonnaires.

La périodisation proposée s’étend du début du XXsiècle jusqu’au « Printemps arabe » : de la chute de l’Empire Ottoman qui inaugure le temps de la construction de États arabes modernes, aux luttes pour l’indépendance, à la remise en cause de la présence française en Algérie et de la théorisation du nationalisme arabe[6]. Une série de crises récurrentes, internationales, infra ou transnationales ont affecté l’ensemble maghrébin et ont fait émerger de nouvelles dynamiques politiques, économiques, diplomatiques et culturelles entre les États de la région. L’année 2011 marque et transforme le Maghreb et son environnement par la vague des révoltes dans le monde arabe ; elle inaugure une rupture d’un certain équilibre régional, parfois contesté et figé depuis quelques années. Aujourd’hui encore, cette région reste sous les feux des projecteurs, d’abord en raison du chaos libyen, puis de la transition politique tunisienne, sensible, mais aussi en raison de l’avenir incertain de l’Algérie.

On s’intéressera donc ici à la diplomatie face aux crises dans le Maghreb. Les diplomaties sont conçues « comme un ensemble d’acteurs et de méthodes qui tout à la fois sert et façonne l’expression d’une politique étrangère donnée »[7]. Comme le soulignent Laurence Badel et Stanislas Jeannesson dans Diplomaties en renouvellement[8], les diplomaties sont marquées par des changements profonds liés aux « bouleversements d’ordre conjoncturel » dans le système international[9] et à « l’évolution d’ordre structurel qui s’inscrivent dans la longue durée »[10], comme l’extension du champ, la multiplication des acteurs diplomatiques et la généralisation du multilatéralisme. Ainsi le champ des négociations internationales évolue, passant d’un cadre bilatéral à l’avènement des logiques multilatérales. La notion de crise constitue une rupture et agit comme un révélateur des nouvelles réalités. « Elle fait apparaître les failles et les vulnérabilités et menace l’ordre antérieur en confrontant irrémédiablement des intérêts fondamentaux. Génératrice de risques pour la sécurité nationale, régionale ou internationale, elle rend la décision indispensable alors que le cadre de références disparaît et laisse place à l’incertitude et au chaos »[11].

Enfin, un autre objectif de ce colloque est d’examiner la place du Maghreb dans les relations internationales, afin de mieux cerner son insertion dans le système régional et international. Ces journées appellent à s’interroger sur les pratiques diplomatiques et leurs évolutions, les circulations des élites, les nouveaux acteurs privés ou publics (ONG, Organisations internationales, élites économiques, etc.), les rapports de forces et les évolutions des systèmes d’alliances.

 

Nous proposons ci-dessous une liste non exhaustive des thèmes qui pourraient être abordés :

  • Sortie d’Empire
  • Mémoire, histoire et tensions postcoloniales ;
  • Violences et régulations coloniales, construction d’État-nation, guerres d’indépendance ;
  • Autoritarismes, processus de démocratisation ;
  • Alternance politique et réorganisation des institutions.
  • Crises et reconfigurations territoriales dans le Grand Maghreb
  • Recompositions territoriales et tensions frontalières : la question du Sahara, les tensions et les crises entre l’Algérie, le Maroc et la Mauritanie et l’Afrique Subsaharienne ; les tensions entre le Maghreb et l’Europe (exemple : Ceuta-Melilla).
  • Organisation régionale, outil de régulation politique, économique et culturelle 
  • Modification des rapports de forces, évolution du système d’alliances et organisations régionales : Comité de Libération du Maghreb arabe (1948) ; Comité permanent consultatif maghrébin (1964) ; Déclaration de Djerba (1974), Traité d’Oujda (1984), le mouvement des non-alignés, conférence tricontinentale, Organisation de Solidarité avec les Peuples d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine (OSPAAAL), etc.
  • Régulation des crises par les organisations internationales et régionales : la Ligue des États arabes, organisation de l’unité africaine (OUA puis UA), OPEP, Organisation de la conférence islamique (OCI), Union du Maghreb arabe (UMA), Conseil de coopération des États arabes du Golfe (CCEAG), ONU et CEE.
  • Coopération économique et culturelle entre le Maghreb et ses environnements
  • Études des pratiques de la coopération des organisations régionales maghrébines, africaines, arabes et européennes ;
  • Politiques d’aides au développement ;
  • Coopération technique, financière, économique, culturelle, énergétique.
  • Reconfiguration des normes et évolution du système régional et international
  • Nouvelles pratiques de gestion de crise ;
  • Encadrer la violence, lutter contre le terrorisme au Maghreb ;
  • Contrôler la migration – Afrique-Maghreb Europe ;
  • Préserver l’environnement – coopération régionale ou mondiale.
  • Nouveaux acteurs, pratiques diplomatiques et réseaux dans le Maghreb
  • Genèse des institutions (MAE) ; sociologie des acteurs de la diplomatie publique ;
  • Apparition de nouveaux acteurs publics ou privés : groupes de pression, élites économiques, organisations non-gouvernementales, firmes multinationales, structures intergouvernementales et/ou supranationales ;
  • Pratiques et évolutions des diplomates.

 

Les chercheurs intéressés doivent envoyer avant le 10 août 2015 un résumé de leur communication (500 mots maximum) incluant : le titre de la contribution, la mention des sources envisagées ainsi qu’un court curriculum vitae aux membres du comité d’organisation (Sarah Adjel, Houda Ben Hamouda, Clément Perarnaud et Fayçal Chérif) : Diplomaties.crises2015@gmail.com. Les langues de travail sont le français, l’anglais et l’arabe. Une publication des actes du colloque est prévue.

 

Le comité scientifique est présidé par Pierre Vermeren (université Paris 1). Il se compose de : Tewfick Aclimandos (université du Caire), Mohand-Amer Amar (CRASC, Oran), Aomar Baghzouz (université de Tizi-Ouzou), Kmar Bendana (université La Manouba), Alain Beltran (CNRS-IRICE), Michel Catala (université de Nantes), Georges Corm (université Saint- Joseph à Beyrouth), Matthew Connelly (université de Colombia), Sylvie Daviet (université Aix-Marseille), Karima Dirèche (IRMC), Robert Frank (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Giuliano Garavini (université de Padoue/NYU Abu Dhabi), Jérôme Heurtaux (université de Dauphine, IRMC),

Choukri Hmed (université de Dauphine), Hédi Jallab (Archives nationales de Tunisie), M’hamed Oualdi (université de Princeton/ Inalco), Fredj Maatoug (université de Tunis 9 avril), Elikia M’Bokolo (EHESS), Alain Messaoudi (université de Nantes), Khadija Mohsen-Finan (IRIS/université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Malika Rahal (CNRS-IHTP), Jenny Raflik (université de Cergy-Pontoise), Mathieu Rey (Collège de France), Todd Shepard (université Johns Hopkins), Fritz Taubert (université de Bourgogne), Massimiliano Trentin (université de Bologne), Antonio Varsori (université de Padoue), Catherine Wihtol de Wenden (Sciences Po Paris/CERI).

Le comité établira un programme définitif sur la base de ces propositions dans le courant du mois d’août 2015.

[1] Robert Frank, « Préface », dans Houda Ben Hamouda, Mathieu Bouchard (dir.), La construction d’un espace euro-méditerranéen. Genèses, mythes et perspectives, Bruxelles, Peter Lang, coll. « euroclio n°61 », 2012, p. 11.

[2] Pierre Vermeren, Misère de l’historiographie du « Maghreb » postcolonial (1962-2012), Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, p. 214.

[3] Sur ce point, lire le Livre Blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans, GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans, CNRS, publié en septembre 2014 : https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/2204/files/2014/12/Livre_blanc_GIS_Moyen-Orient-texte.pdf.

[4] Pierre Vermeren, « Misère de l’historiographie du « Maghreb », op. cit., p. 214-215 ; Malika Rahal, « Comment faire l’histoire de l’Algérie indépendante ? », La Vie des idées, 13 mars 2012, http://www.laviedesidees.fr/Comment-faire-l-histoire-de-l.html.

[5] Robert Frank (dir.), Pour l’histoire des relations internationales, Paris, PUF, 2012, p. 187-215.

[6] Daniel Rivet, « L’émergence du nationalisme au Maghreb : de la fin du XIXe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 1993, nos 32-33, Colonisations en Afrique, p. 18-22.

[7] Guillaume Devin, « Les diplomaties de la politique étrangère », dans Frédéric Charillon (dir.), Politique étrangère. Nouveaux regards, Paris, Presses de Sciences Po, 2002, p. 217.

[8] Laurence Badel, « Introduction », dans Laurence Badel, Stanislas Jeannesson (dir.), Diplomatie en renouvellement, Paris, Les Cahiers Irice, n°3, 2009, p. 5-19, https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-irice-2009-1-page-5.htm.

[9] Notre objet d’étude s’inscrit dans un système international mouvant de l’impérialisme et de la bipolarisation du système européen (1880-1941) « au temps de la loi des géants » (1941-1973) et du désordre international de type nouveau avec le tournant de 1973, puis 1989. Cf. Robert Frank, « Les systèmes internationaux au XXe siècle », dans Robert Frank (dir.), Pour l’histoire des relations internationales, Paris, PUF, 2012, p. 187-215.

[10] Stanislas Jeannesson, « Conclusions », dans Laurence Badel, Stanislas Jeannesson (dir.), Diplomatie, op. cit., p. 137-143, https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-irice-2009-1-page-137.htm.

[11] Général Loup Francart, Bilan de dix années de gestion de crise, IFRI, 2001, cf. http://www.defense.gouv.fr/layout/set/print/base-de-medias/documents-telechargeables/das/documents-reflexion-strategique-de-defense/epmes-2001/epmes-bilan-de-dix-annees-de-gestion-de-crises, consulté le 26 janvier 2015.

Appel à communications, Experts et expertises : la mobilisation des compétences en diplomatie, des congrès de Westphalie à la naissance de l’ONU, colloque international, Université de Nantes, 12 et 13 mai 2016

Appel à contribution

EXPERTS ET EXPERTISES :
LA MOBILISATION DES COMPETENCES EN DIPLOMATIE, DES CONGRES DE WESTPHALIE A LA NAISSANCE DE L’ONU

Colloque international Université de Nantes
12-13 mai 2016
Maison des Sciences de l’Homme, Nantes

Organisation : Stanislas Jeannesson Fabrice Jesné et Eric Schnakenbourg

Depuis le XVIIe siècle, le champ de la diplomatie s’est considérablement élargi à mesure du développement et de la diversification des relations internationales. Les agents diplomatiques se trouvent dès lors confrontés à une grande diversité de sujets et de missions ce qui les amène à faire appel à des compétences et des savoirs extérieurs. Les ambassades, les congrès diplomatiques ou les grandes conférences internationales mobilisent des spécialistes chargés d’aider à la négociation sur des points particuliers. Dès le XIXe siècle, la mise en place de grandes organisations internationales impose la création d’organes d’expertise, permanents ou temporaires, chargés de travailler en amont sur les questions internationales.
La mobilisation des conseillers et des experts au service de la diplomatie invite à des interrogations sur des acteurs qui ne sont pas des diplomates stricto sensu. Elle permet de montrer que la diplomatie n’est pas une activité déconnectée de son environnement mais qu’elle draine les compétences de la société de son temps. Plusieurs points semblent pouvoir retenir l’attention des participants à ce colloque.
– Les champs et la chronologie de l’expertise : sur la longue durée, l’étude de la mobilisation des experts doit permettre de réfléchir à l’élargissement progressif du domaine de la diplomatie. Le recours aux juristes, aux négociants, aux militaires, ou à des informateurs particulièrement avertis, comme les consuls et autres go-betweens, pour assister les ambassadeurs ou conseiller les gouvernements centraux montre que les diplomates ont eu conscience très tôt de la nécessité de s’entourer de spécialistes – experts d’une discipline, d’un domaine d’activité, d’un pays ou d’une culture. Par la suite, la professionnalisation accrue du métier de diplomate, le caractère de plus en plus technique de certaines affaires, notamment dans le domaine économique et financier, puis, au XXe siècle, la généralisation d’un multilatéralisme institutionnalisé et l’affirmation d’un ordre international fondé sur le droit, font surgir de nouvelles pratiques, voire de nouvelles formes de diplomatie impliquant de nouveaux acteurs et requérant des compétences spécifiques.
– L’institutionnalisation de l’expertise : il s’agit de voir comment se mettent en place les structures d’accueil et d’intégration des experts auprès des ambassades, avec la multiplication des postes d’attachés et de conseillers, auprès des gouvernements et des grandes organisations internationales, avec la création d’emplois particuliers ou, plus simplement, à travers l’existence de missions, ponctuelles ou permanentes, qui permettent une reconnaissance officielle de l’assistance apportée aux diplomates. Il faudrait s’interroger sur les modalités et les temporalités de ce processus en le confrontant à son contexte historique.
– Le sort des expertises : l’expert conseille, mais le gouvernement dispose par la voie de son représentant. Il faudrait se demander ce que deviennent les expertises et finalement poser la question de leur efficience, entre avis oubliés à peine émis, instrumentalisation de l’expertise à des fins politiques ou véritable source d’inspiration pour les acteurs de la diplomatie. Autrement dit, nous nous demanderons quelle est l’influence réelle des rapports et des conseils venant de spécialistes sur la décision politique afin de savoir s’il est possible, et avec quelles limites, d’évaluer la place de l’expertise comme l’un des paramètres du fonctionnement du système international. Ce type d’interrogation est comme un miroir tendu à la diplomatie pour réfléchir à sa double nature d’exercice technique et d’exercice politique.
– Diplomates et experts : si l’expérience de longs séjours dans une même région, la constitution de réseaux, la connaissance des langues et des lieux font de certains diplomates, des experts de questions particulières et d’espaces peu familiers, dans la plupart des cas les figures du diplomate et de l’expert sont cependant dissociées. Il faut dès lors se poser la question de la complémentarité de ces acteurs. L’irruption, voire l’invasion, des experts dans le champ de la diplomatie et ses conséquences inévitables – conflits de compétences, choc des cultures, etc. – ne sont-elles pas vécues par les diplomates comme une remise en cause de leurs prérogatives? Les diplomates cherchent-ils – et y parviennent-ils – à garder la mainmise sur le processus, ou du moins sur sa phase ultime qu’est la négociation, et à cantonner l’expert dans un rôle d’auxiliaire ? Il faudra également interroger la formation de réseaux transnationaux d’experts, que ce soit dans le cadre institutionnalisé des organisations internationales ou dans celui des lieux privilégiés de l’expertise que constituent au premier XXe siècle des villes comme La Haye ou Genève.
Ces différentes approches, qui ne sont pas exhaustives, doivent permettre une relecture de l’activité diplomatique et montrer qu’elle peut être le produit d’une convergence de compétences et de savoirs. Il s’agit en quelque sorte de regarder « derrière le rideau » de la négociation pour voir comment se construit la décision politique. Nous veillerons à ne pas juxtaposer les cas particuliers, mais à réfléchir au rôle de l’expertise, à ses modalités, ses structures, ses acteurs et son influence sans pour autant négliger ses limites. Notre réflexion portera sur la longue durée, du milieu du XVIIe siècle à la naissance de l’ONU, afin d’insister sur les origines et les évolutions d’un phénomène qui, s’il s’est généralisé dans la période récente, ne date pas du XXe siècle.

Afin de renforcer la cohérence de nos réflexions, chaque intervenant est invité à s’interroger particulièrement sur les points suivants :
– Le champ de l’expertise : quelles raisons justifient, à un moment donné, le recours à l’expertise dans tel ou tel domaine ?
– Les usages de l’expertise : l’expertise vient-elle en appui à la décision ou acquiert-elle une certaine autonomie ?
– Le statut de l’expert : l’expert est-il ou devient-il un acteur à part entière de la diplomatie ? S’impose-t-il au diplomate ou n’est-il qu’un auxiliaire ?

Les propositions de communication (résumé d’une page et CV) doivent être adressées avant le 1er septembre 2015 aux organisateurs.

Contacts :
– stanislas.jeannesson@univ-nantes.fr
– fabrice.jesne@univ-nantes.fr
– eric.schnakenbourg@univ-nantes.fr