Exposition  » l’Europe et le monde en 1900″ à la BU Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Nantes à partir du 4 février 2015

Le CRHIA, le LabEx EHNE et son axe « L’Europe, les Européens et le monde » et la BU Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Nantes vous invitent à découvrir l’exposition :

« L’Europe et le monde en 1900 »

Du 4 au 28 février 2015 à la Bibliothèque Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Nantes et à la Bibliothèque Paul Bois (CRHIA)

Cette exposition, créée grâce au fonds de plaques de verre du Lycée Colbert à Paris, permet de redécouvrir des clichés uniques sur des thèmes aussi variés que les villes européennes, l’Algérie coloniale, le monde balkanique et ottoman ou la représentation des femmes à l’aube du XXème siècle.

 

La ville atlantique européenne : une comparaison entre l’Espagne et la France (1650-1850)

Guy Saupin, Professeur d’histoire moderne au CRHIA-Nantes, et Pedro Alfonso de Diego González, post-doctorant en historie moderne au CRHIA-Nantes, organisent des journées d’études les 26 et 27 février 2015 sur le thème :

La ville atlantique européenne :

une comparaison entre l’Espagne et la France (1650-1850)

La rencontre a pour but de contribuer à la discussion de la notion de ville atlantique dans une dimension européenne à partir d’une comparaison entre deux puissances maritimes du monde atlantique inscrites dans un système en même temps globalisé et fragmenté, tout en présentant des caractéristiques communes et divergentes. On y interrogera le modèle de ville atlantique dans une perspective évolutive au sein de recompositions hiérarchiques, à travers l’intégration dans un Atlantique de la défense mais aussi dans le renouvellement social et culturel de l’élite négociante, tout en inscrivant ces dynamiques dans les mutations des formes urbaines.

Ce travail s’inscrit dans l’activité scientifique du CRHIA au sein du Labex ENHE et de son axe 4 : « L’Europe, les Européens et le monde ».

Télécharger le programme

Pour aller plus loin :

Projection du documentaire ZERO, le temps des utopies, vendredi 20 février 2015, auditorium de l’INHA

A l’auditorium de l’INHA, le vendredi 20 février,

projection du documentaire :

 

ZERO, le temps des utopies (2013)

Réalisé par Florence Macagno

Co-produit par Paris-Sorbonne et Les Films d’Ici

 Programme:

14h00: présentation

14h30: début de la projection (52 mn)

15h30: table-ronde

17h00: cocktail

Dix ans après le film de Roberto Rosselini, Allemagne année zéro, deux jeunes artistes allemands, Heinz Mack et Otto Piene, tous deux formés à la Kunstakademie de Düsseldorf, lancent une revue qui s’intitule de façon programmatique : ZERO. ZERO, c’est donc d’abord le nom de la revue qu’ils publient, dont les deux premiers numéros paraissent en 1958 (date retenue pour la fondation du groupe). Le troisième numéro paraît en 1961, année durant laquelle ils sont rejoints par Günther Uecker. Mais ZERO, c’est bien plus que cela ; c’est une véritable plate-forme qui rassemble des artistes venus de toute l’Europe (France, Italie, Pays-Bas, etc) et même au-delà (Japon notamment), autour de thèmes fédérateurs tels le monochrome, la lumière, le mouvement. Le dessein dépasse toutefois largement les enjeux esthétiques d’une époque, ces artistes éprouvant, selon les mots de Mack, « un désir presque traumatique de recommencer à zéro, de poser les jalons discrets, calmes et purs d’un monde digne dans lequel le mouvement supplante l’immobilisme, la lumière l’obscurité, la beauté la laideur. » Comparable au compte à rebours du lancement d’une fusée, ZERO entend créer une atmosphère de concentration et de réflexion, pour gagner, de façon dynamique, des zones nouvelles et inconnues :

« Nous avons, dès le départ, compris ZERO comme un nom pour une zone de silence et de nouvelles possibilités, et non pas comme l’expression du nihilisme ou d’un gag dans l’esprit de Dada. Nous pensions au compte à rebours avant le départ d’une fusée – ZERO  est la zone incommensurable, dans laquelle une situation ancienne se transforme en une situation nouvelle et inconnue. »

Comme s’il avait fallu une décennie à l’Allemagne et à l’Europe pour se relever : à la chute d’Edmund dans Allemagne année zéro s’est substitué l’envol de la fusée ZERO.

 

En s’appuyant sur de très riches sources archivistiques et sur des interviews d’artistes et de spécialistes, le documentaire ZERO, le temps des utopies (2013, 52 minutes) réalisé par Florence Macagno, diplômée en Histoire de l’art contemporain à Paris-Sorbonne, et co-produit par Paris-Sorbonne et Les Films d’Ici, met en lumière les préoccupations de ZERO, le réseau international auquel il participe et le contexte historique dans lequel il s’inscrit.

 

Appel à candidatures : chaire d’excellence LabEx EHNE / axe 4

Dans le cadre du LabEx EHNE (Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe), l’axe 4 « L’Europe, les Européens et le monde », accueille pour une durée de 6 mois fractionnable un chercheur étranger de réputation internationale pour l’associer à ses travaux.

Le LabEx EHNE a pour objectif principal d’éclairer la crise que connaît actuellement l’Europe en construisant une historiographie nouvelle de l’Europe qui s’adresse tout autant au monde scientifique qu’au monde enseignant, aux citoyens et aux politiques. Le projet réunit cinq laboratoires partenaires issus de trois établissements (Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris-Sorbonne, Université de Nantes). Il est dirigé par le professeur Eric Bussière (Université Paris-Sorbonne, UMR  IRICE). Le CRHIA anime l’un des sept axes de recherche du LabEx (Axe 4, L’Europe, les Européens et le monde, responsable Michel Catala), et privilégie l’étude  des circulations depuis et vers l’Europe dans tous leurs aspects, les transferts qu’elles impliquent et leurs impacts sur l’identité / les identités européennes (pour plus de précisions sur les thématiques développées dans l’axe 4, se reporter au site http://www.labex-ehne.fr/axe-4). La problématique fondamentale du LabEx EHNE est d’offrir à un large public de nouvelles clefs de compréhension de l’histoire de l’Europe notamment par la réalisation d’une encyclopédie numérique.

Les candidat(e)s devront avoir le souci de montrer à partir de leurs recherches ou de leur parcours l’intérêt qu’ils portent à l’étude des circulations et des relations entre l’Europe et le monde. Le ou la candidat(e) retenu(e) participera en langue française aux activités d’enseignement et de recherche liées aux thématiques du LabEx (séminaires de Master à l’Université de Nantes, participation à des séminaires organisés par d’autres axes du LabEx, animation de conférences « grand public »). Il (elle) participera également aux publications du LabEx, notamment à l’encyclopédie thématique en ligne. Il (elle) pourra exploiter entre autres des sources du Centre des Archives Diplomatiques de Nantes (CADN).

Date-limite de candidature : 20 avril 2015

Télécharger :

Pour aller plus loin : site web du CRHIA

Programme du séminaire 2015 : L’Europe et son “autre” : penser la Méditerranée comme objet de l’histoire des relations internationales du temps présent.

Séminaire : L’Europe et son “autre” : penser la Méditerranée comme objet de l’histoire des relations internationales du temps présent.

 Ces rencontres ont été conçues par le Groupe de travail sur la Méditerranée (UMR IRICE, axe 3 : L’Europe et les Autres) dans le cadre du Labex « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe (EHNE) » (axe 4 : L’Europe, les Européens et le monde), et également dans le cadre du centre de recherches en histoire internationale et atlantique (CRHIA) (axe 2 : La France, l’Europe et le Monde : relations internationales, identités et représentations Nord-Sud). Elles correspondent plus particulièrement à l’un des objectifs déclarés du projet, à savoir la décomposition de la notion d’espace européen et l’écriture d’une histoire transnationale de l’Europe. Le groupe rassemble des chercheurs dans le but de mener une réflexion autour de la Méditerranée comme objet d’histoire des relations internationales du temps présent. Pour ce faire, il organise depuis 2012 des cycles annuels de rencontres où interviennent des spécialistes de la Méditerranée de l’époque moderne et contemporaine. Le programme 2014-2015, intitulé Méditerranée/Afrique, élargit davantage son espace géographique étudié jusqu’à lors pour mieux développer une approche globale des circulations, des réseaux, des dynamiques multi-scalaires de ces territoires au XIX et XX siècle.

Organisation et animation des séances:

  • Houda Ben Hamouda, doctorante, université Paris 1, Ater à l’université d’Amiens, (houdabenhamouda31[at]gmail.com)
  • Guia Migani, docteur en histoire, maître de conférences à l’université François Rabelais, Tours  (guia.migani[at]univ-tours.fr)
  • Sofia Papastamkou, docteur en histoire, Responsable humanités numériques, Maison européenne des sciences de l’homme et de la société Lille (sofia.papastamkou[at]meshs[dot]fr
  • Karine Ramondy, doctorante, université Paris 1, enseignante, (Karine.Ramondy[at] malix.univ-paris1.fr)

 

Le jeudi de 18h00 à 20h00

 

Lieu :

  • Institut Pierre Renouvin, 1 rue Victor Cousin, Galerie J.B. Dumas, escalier L, 1er étage, salle F603

 

Programme 2014/2015 – Méditerranée/Afrique

 

5 février 2015 – Circulations, transferts intellectuels et idéologiques

 

Amélie Regnauld – Doctorante en histoire contemporaine, Université Paris 1, Centre  d’histoire des relations internationales contemporaines (CHRIC)

 

Les  relations entre la gauche égyptienne et le SED( Parti socialiste unifié d’Allemagne), entre idéologie et pragmatisme

 

Constantin Katsakioris – Docteur  en histoire contemporaine, Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS)

 

            Intellectuels africains, communisme et transferts culturels : un chantier complexe

 

19 février 2015 – Révolutions arabes et approches méthodologiques en sciences humaines et sociales (1)

 

Choukri Hmed – Maître de conférences en science politique à l’Université Paris-Dauphine

 

Genèses de la révolution tunisienne : quelle(s) approche(s) méthodologique(s) ?

 

5 mars 2015 – Révolutions arabes et approches méthodologiques en sciences humaines et sociales (2)

 

Jocelyne Dakhlia – Directrice d’études (Historienne et anthropologue du Maghreb) à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS)

 

Histoire et Sciences Sociales en Révolution

 

26 mars 2015 – Espaces de confluences : le cas du Sahara

 

 

Muriam Haleh Davis – Doctorante en histoire contemporaine, Université de New York

 

L’espace saharien et le projet eurafricain

 

Michel Catala – Professeur d’histoire contemporaine, Université de Nantes, Centre de recherches en histoire internationale et atlantique (CRHIA)

 

L’émergence du problème du Sahara occidental dans les relations internationales, 1956-1960

 

Ismael Warscheid –  Docteur, Université Paris 1, Institut des mondes africains (IMAF)

 

Islam et transferts culturels au Sahara pré-moderne (XVIe-XIXe siècles) : la fabrique d’un « cosmopolitisme africain » ?

 

9 avril 2015 –  Circulations, transferts financiers et pétroliers

 

Giuliano Garavini –  Chercheur post-doctorant, Université de Padoue

 

The Oil Shocks of the 1970s and the Discovery of European Economic Dependence

 

Hervé Lado –  Docteur en Economie, Université Paris1 Panthéon-Sorbonne

 

Transferts locaux et prédation des compagnies pétrolières au Nigeria

 

7 mai 2015 –  Approches méthodologiques en histoire des relations internationales

 

Laurence Badel – Professeur d’histoire contemporaine, Université Paris 1, Centre  d’histoire des relations internationales contemporaines (CHRIC)

 

L’Afrique dans les relations internationales

 

4 juin 2015 –   Migrations, circulations et diasporas

 

Léonard Vincent –  Journaliste spécialiste de l’Afrique (sur TF1, Reporters sans frontières, RFI)

 

Dictature, esclavage, diasporas et flux transsahariens : l’étude du cas érythréen

Transferts des savoirs et pratiques scientifiques, techniques, culturels entre l’Europe et le monde, 17e-20e siècles.

Dans le cadre du LabEx EHNE, Thomas Preveraud, docteur en histoire contemporaine et membre associé au CRHIA-Nantes, organise, le 19 février 2015, la journée d’études :

Transferts des savoirs et pratiques scientifiques, techniques, culturels entre l’Europe et le monde,

17e-20e siècles

Les processus de construction de l’identité européenne méritent d’être étudiés en envisageant les formes de relations et d’échanges avec le reste du monde dans le domaine de la production et de la diffusion des savoirs et pratiques scientifiques, techniques et culturels. Ces transferts ont pu être émis depuis l’Europe ou lui être destinés, sans oublier les effets retours. L’analyse des discours et des pratiques s’inscrit dans une perspective temporelle longue (17e-20e siècles) afin de saisir les dynamiques et la diversité des modalités de transferts des savoirs entre l’Europe et le monde…
Télécharger le programme

Consulter le site web du Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163 – Université de Nantes)