Appel à communications « Regards croisés : Canada – Europe »

Françoise Le Jeune, Professeure d’histoire nord-américaine et britannique au CRHIA-Nantes, lance un appel à communications dans le cadre d’un colloque international / congrès d’études canadiennes :

Regards croisés : Canada – Europe

Cross cultural perspectives – Canada – Europe

Organisé à Nantes du 10 au 13 juin 2015.

Les liens entre le Canada et la « vieille » Europe nourrissent des échanges économiques, politiques et culturels depuis la création de la Confédération canadienne en 1867. Dans le cadre de l’axe “L’Europe, les Européens et le monde” du LabEx EHNE, et les projets collectifs de recherche de plusieurs laboratoires en sciences humaines et sociales de l’université de Nantes, il semble intéressant de réfléchir aux regards croisés que pose le Canada sur l’Europe et vice-versa, à travers l’histoire récente (XXème-XXIème siècles). Les regards croisés menant aux pratiques croisées, en quoi l’Europe inspire-t-elle le Canada ? Comment les deux espaces se nourrissent-ils de ces échanges réciproques ? Nous analyserons ces questions sous l’angle de l’histoire, la géographie maritime, la littérature et les arts, le droit comparé, la science politique et la sociologie…

Date-limite d’envoi des propositions de communications : 25 novembre 2014

Télécharger l’appel à communications

Partenaires :

  • CRHIA (EA1163),
  • CRINI (EA 1162),
  • DCS (UMR 6297),
  • CENS (EA 3260),
  • IUML (FR 3473)
  • Association Française des Etudes Canadiennes (AFEC).

Contact : Françoise LE JEUNE : francoise.le-jeune@univ-nantes.fr

Journée d’études « Consuls et services consulaires dans une perspective globale, XIXe-XXe siècles »

Dans le cadre du LabEx EHNE, Fabrice Jesné, MCF en histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, organise, le 9 octobre 2014, la journée d’études :

Consuls et services consulaires dans une perspective globale

XIXe-XXe siècles

Depuis une vingtaine d’années, les consuls et les services consulaires européens et extra-européens ont fait l’objet de travaux qui, s’ils sont relativement nombreux, ne suffisent pas à constituer un objet d’étude clairement identifié, notamment pour l’époque contemporaine. La richesse de l’activité consulaire a pourtant été suffisamment démontrée : en plus de faciliter le commerce des ses « nationaux » outre-mer, le consul est en charge de leur état-civil, de leurs institutions communautaires et de leurs relations avec les autres communautés marchandes ainsi qu’avec les autorités et la société locales. Au sein du corpus d’études consacrées aux consuls, plusieurs travaux explorent également l’écheveau des relations que noue généralement le consul entre le poste dont il est titulaire, son pays ou sa région d’origine, et les lieux de ses activités, qu’elles soient commerciales, diplomatiques, politiques, privées ou culturelles. Bien souvent, cependant, les études consacrées aux consuls concernent un poste, un service consulaire national, ou encore une de ses déclinaisons régionales. Sans doute l’effort de comparaison entre les différentes situations individuelles, locales ou nationales qui est mené depuis plusieurs années à l’occasion de diverses rencontres scientifiques mérite-t-il d’être poursuivi, notamment en posant la question du déploiement des services consulaires à l’échelle mondiale…

Télécharger le programme de la journée d’études

Pour aller plus loin : consulter le site du CRHIA

Appel à communications « La géopolitique religieuse dans le monde moderne (1500-1800) »

Lauric Henneton, MCF en civilisation anglaise au laboratoire ESR (Université de Versailles–Saint-Quentin) et membre associé au CRHIA, lance un appel à communications pour le colloque :

La géopolitique religieuse dans le monde moderne (1500-1800)

Organisé le 13 mars 2015 au Service Historique de la Défense (Château de Vincennes).

Les Européens de la première modernité vivaient dans un monde saturé de religion. Pourtant, le rôle de la religion dans la géopolitique et la diplomatie de l’époque demeure mal compris. En effet, le rôle des enjeux religieux ainsi que des ecclésiastiques a longtemps été négligé au profit de considérations économiques, commerciales, dynastiques et/ou territoriales. Les facteurs religieux ont-ils joué un rôle moteur dans la pensée et la prise de décision géopolitiques, ou n’ont-ils eu qu’une fonction décorative visant à légitimer des préoccupations plus clairement séculières?

Cette journée d’étude entend explorer dans quelle mesure le concept de “géopolitique religieuse” peut s’appliquer à l’Europe moderne et à ses extensions impériales, de l’espace atlantique à la Méditerranée et à l’Océan Indien, et en circonscrire les variations spatiales et chronologiques. La géopolitique est ici envisagée à la fois dans son sens littéral (processus de prise de décision relatif à un lieu d’importance stratégique) et assez large pour inclure le champ connexe de la diplomatie et de la guerre.

Les organisateurs souhaitent que les propositions de communications se penchent sur le concept de “géopolitique religieuse” en prenant en compte, entre autres:
– Le poids des arguments religieux dans les processus de prise de décision, tant au niveau central que local, sur le terrain
– Le rôle des missionnaires, prêtres, pasteurs et autres agents ecclésiastiques dans des fonctions diplomatiques et militaires (négociateurs, espions, informateurs, conseillers)
– Le rôle des communautés de réfugiés pour la foi dans les politiques impériales (huguenots, Juifs séfarades, Moraves…)
– Les marches et frontières confessionnelles en tant que terroirs propices à une “géopolitique religieuse” (autrement dit la géographie du concept)
– L’opposition binaire entre sphères catholique et protestante, mais également les cas de coopération transconfessionnelle (avérée ou envisagée)
– La perception de l’Autre articulant identités nationale et confessionnelle, la cristallisation des identités nationales autour des identités confessionnelles.

Les propositions ne doivent pas excéder 500 mots et doivent parvenir aux organisateurs avant le 15 septembre 2014, accompagnées d’une brève présentation bio-bibliographique.
Les communications feront l’objet d’une circulation préalable parmi les participants. A cet effet, les textes doivent parvenir aux organisateurs avant le 15 février 2015. La langue principale des échanges sera le français. Toutefois, les organisateurs accepteront des communications en anglais.

Contact : Lauric Henneton, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Laboratoire ESR: lauric.henneton@uvsq.fr

Comité scientifique:

  • Lauric Henneton (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines),
  • Susanne Lachenicht (Université de Bayreuth, Allemagne),
  • Owen Stanwood (Boston College, Etats-Unis)
  • Laurent Veyssière (Ministère de la Défense, France)
  • André Rakoto (Service Historique de la Défense, France)