Vernissage de l’exposition photographique L’Europe et le monde en 1900, le vendredi 16 mai 2014 à 18h30

Le Lycée Colbert et le Labex EHNE vous invitent au vernissage de l’exposition photographique L’Europe et le monde en 1900, le vendredi 16 mai 2014 à 18h30 au Lycée Colbert, 27 rue du château Landon, Paris 10.

28 clichés, sélectionnés à partir des quelques 2000 photographies sur plaques de verre du fonds Colbert, présenteront un panorama de l’Europe et du regard européen sur le monde à la veille de la Grande Guerre.

L’atelier archives du lycée Colbert

Affiche de l'exposition

Affiche de l’exposition

La première exploitation et valorisation du fonds Colbert s’est faite dans le cadre d’un Atelier-Archives durant l’année 2013-2014 avec une dizaine de lycéens des classes de seconde, première et terminale et leurs professeurs d’histoire-géographie, de lettres et de physique-chimie. Dans le cadre du partenariat avec le LabEx Écrire une nouvelle histoire de l’Europe (EHNE), des historiens ont animé une partie des séances autour de 4 thèmes : les villes européennes, l’Algérie coloniale, le monde balkanique et ottoman, la représentation des femmes.

Pour chacun des axes, les élèves ont sélectionné 10 photos qu’ils ont étudiées en réalisant un travail à la fois historique, une démarche d’analyse d’image et une réalisation littéraire.
Cet atelier existe car il a été imaginé et organisé par des professeurs du lycée : Laurence Giordano (histoire-géographie), Alice Fauchon, Sabine Fayon, Elsa Gelly, Sabine Fayon (lettres), Benjamin Godart (physique-chimie) et Béatrice Fabre (anglais). Il a bénéficié du soutien de l’Académie de Paris (Ateliers scientifique et technique) et de la région Ile de France (Projet Lycée Innovation éducative).

Emmanuelle Hardy a réalisé le blog. Pour le LabEx EHNE ont été très présents au fil des séances : James Connolly, Anne Couderc, Delphine Diaz, Corinne Doria, Virginie Durand, Anne-Julie Lafaye, Fabrice Virgili. Christel Boury, proviseur du lycée Colbert, ainsi qu’Éric Bussière, directeur du LabEx EHNE, ont soutenu avec enthousiasme le projet.
Les élèves sont venus le mercredi après-midi, en plus de leurs cours, juste par intérêt pour cette étude.

C’est ce travail de l’Atelier qui sera exposé au Lycée Colbert.

La découverte du fonds Colbert

Ablutions musulmanes (Algérie)

Ablutions musulmanes (Algérie)

En mai 2013 ont été découvertes au lycée Colbert une quarantaine de boîtes en bois contenant environ 1800 photos sur plaques de verre datant de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.
Nous avions retrouvé un trésor au fond d’un placard : oubliées depuis des décennies, des photos de villes, de villages et de leurs habitants, des paysages de l’Europe et des empires coloniaux, du Japon à l’Amérique, un tour du monde en images datant d’avant la Grande Guerre.

L’histoire de cette collection raconte celle de l’établissement scolaire Colbert, une école municipale supérieure fondée en 1868 dans un quartier populaire du nord-est parisien. Devenue école de la République sous le ministère Jules Ferry, l’établissement se dote des outils pédagogiques modernes de l’époque, dont une collection d’images fixes à projeter, achetée à la maison d’édition Radiguet et Massiot qui avait repris le fonds de la société Molteni.

La collection est originale, car l’établissement a acquis son propre matériel de vues sur verre, indépendamment du « musée pédagogique », ancêtre Centre national de documentation pédagogique, fondé en 1879, dans le contexte de la modernisation de l’enseignement public.

Ainsi des enseignants, comme Auguste Bessou, professeur de lettres et d’histoire-géographie de l’école Colbert, innovent dans la pédagogie par l’image, fixe d’abord, puis par la projection de films. Pionnier, il est appelé au ministère de l’Instruction publique en 1915.

Ce fonds de quelques 1800 photographies sur plaques de verre, retrouvées et valorisées aujourd’hui dans le cadre d’un atelier avec des élèves au lycée Colbert, donne une nouvelle vie à ces images qui deviennent un patrimoine iconographique.

Conférence le mardi 20 mai 2014 à 18h30 au Musée de l’Histoire de l’immigration: La guerre au travail, 1914-1920 Étrangers et coloniaux à l’usine et dans les champs

 

Conférence de  Laurent Dornel, Université de Pau et des Pays de l’Adour

présentée par Marianne Amar,  Cité nationale de l’histoire de l’immigration

Auditorium Philippe Dewitte, PALAIS DE LA PORTE DOREE, 293 avenue Dausmenil, 75012 Paris

 

À l’occasion de la Première Guerre mondiale, en raison d’une grave pénurie de main-d’œuvre, la France – cas à peu près unique en Europe – fit appel à un très grand nombre de travailleurs étrangers européens surtout, mais aussi coloniaux  et chinois. Si les soldats coloniaux ont suscité une littérature scientifique assez abondante, tel n’est pas le cas des ouvriers étrangers, coloniaux et chinois. Or l’histoire de cet épisode migratoire, qui se situe à la croisée de l’histoire de l’immigration, de la colonisation, de la guerre et de l’État, présente des enjeux essentiels.

La guerre pose, pour la France, la question migratoire en des termes nouveaux. L’État, dont le rôle s’était limité à la surveillance des immigrés, devient en quelques mois un acteur majeur du processus migratoire. C’est lui qui, directement, recrute et transporte les ouvriers coloniaux et chinois, les répartit sur le territoire français, les surveille étroitement, leur affecte des emplois et impose des contrats aux employeurs privés et publics.

L’arrivée de ces milliers de travailleurs coloniaux et d’étrangers se traduit par des formes de transfert des catégories et de la domination coloniales sur le territoire métropolitain. Les autorités françaises mettent en place des structures administratives nouvelles qui institutionnalisent l’existence de deux types de main-d’œuvre pensés désormais comme radicalement distincts : d’un côté la main-d’œuvre européenne ou « blanche » (la whitenessdevient ainsi une catégorie administrative), de l’autre les coloniaux (« indigènes ») et les Chinois souvent désignés par leur « couleur ». Avant même la fin de la guerre, les premiers sont définis comme « désirables », tandis que les seconds, racialisés, sont construits officiellement comme inassimilables et par conséquent « indésirables ». La guerre marque ainsi la naissance des indésirables, motif majeur de la xénophobie et du racisme de l’entre-deux-guerres.

Après la conférence, nous aurons le plaisir de vous inviter autour d’un verre

 pour fêter la fin de la saison 2013-2014

Thémis en diplomatie : L’argument juridique dans les relations internationales de l’antiquité tardive à la fin du XVIIIe siècle

Nicolas Drocourt, MCF en histoire médiévale au CRHIA-Nantes, et Eric Schnakenbourg, MCF HDR en histoire moderne et directeur-adjoint du CRHIA-Nantes, vous invitent à participer au colloque :

Thémis en diplomatie

L’argument juridique dans les relations internationales de l’antiquité tardive à la fin du XVIIIe siècle

Organisé les 5 et 6 juin 2014 à la MSH Ange-Guépin de Nantes : 5 allée Jacques Berque – 44000 Nantes

Consulter le programme du colloque

Partenaires : Université de Nantes, IUF, Conseil régional des Pays de la Loire, Nantes métropole

Contact : crhia@univ-nantes.fr