Archives de catégorie : Veille scientifique

Parution : Le travail colonial. Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

Eric Guerassimoff, Professeur de civilisation chinoise contemporaine au sein au CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD),  et Issiaka Mande, Professeur à l’UQAM (Montréal, Canada) est membre du CIRDIS et du CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD), viennent de publier :

Le travail colonial.

Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

L’histoire du travail colonial s’est développée vigoureusement dans les pays du Sud depuis la fin du XXe siècle. Elle replace au centre la figure du colonisé, non seulement comme victime, mais aussi comme agent à part entière des sociétés coloniales. C’est dans cette dernière perspective que les contributions réunies dans le présent volume veulent s’inscrire. Ces études soulignent spécialement l’expérience de l’engagisme, la forme dominante entre 1850 et 1950, de ces relations de travail, examinent avec attention les moyens déployés par les engagés pour s’adapter à la coercition, ou bien y résister, et parfois, tourner les circonstances à leur avantage, dans les espaces coloniaux diversifiés (Antilles, océan Indien, Asie, Pacifique). Situées au carrefour de la recherche récente en histoire des migrations internationales au Sud et en histoire globale du travail, ces études ambitionnent de préciser le rôle joué par les institutions, les employeurs et l’intervention des migrants eux-mêmes dans la constitution des marchés coloniaux du travail.

Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et chargée de l’animation scientifique de l’axe 4 du LabEx EHNE à Nantes, y a publier un article sur le thème : Engagés indiens et engagés africains  à La Réunion au XIXe siècle : une histoire commune ?

Pour aller plus loin : Riveneuve éditions

Nouvelle revue, Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, disponible en librairie le 6 octobre

Le premier numéro de la revue semestrielle Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales sera disponible le 6 octobre prochain en librairie ou par abonnement.
Ce premier numéro est consacré à l’ « Anatomie du charisme ».
"Cette revue pluridisciplinaire, à la croisée des savoirs, souhaite s'emparer des sensibilités, des affects, des formes de perception pour en faire non pas seulement un objet de savoir (joie, amour, peur, etc...) mais bien une démarche de connaissance permettant d'interroger les modes d'organisation du monde. Notre idée est de faire exister un espace éditorial qui soit un lieu d'échanges entre les sciences sociales, et qui laisse une large place à des expériences artistiques, narratives, graphiques, photographiques, etc. capables de bousculer nos regards." Clémentine Vidal-Naquet
La revue sera présentée lors d’une table ronde organisée aux Rendez-vous  de l’histoire de Blois le 7 octobre prochain, à partir de 17h à l’auditorium de la Bibliothèque abbé Grégoire.

COMITÉ DE RÉDACTION
-Quentin Deluermoz est maître de conférences à l’université Paris-13, membre junior de l’Institut universitaire de
France.
-Christophe Granger est chercheur associé au Centre d’histoire sociale du xxe siècle (Paris-1/CNRS).
-Hervé Mazurel est maître de conférences à l’université de Bourgogne.
-Clémentine Vidal-Naquet est maître de conférences à l’université Picardie Jules Verne.

COMITÉ SCIENTIFIQUE
Stéphane Audoin-Rouzeau, Ludivine Bantigny, Alban Bensa, Romain Bertrand, Patrick Boucheron, Thomas Bouchet,
Peter Burke, Bruno Cabanes, Roger Chartier, Olivier Christin, Déborah Cohen, Alain Corbin, Georges Didi-
Huberman, Thomas Dodman, Arlette Farge, Sylvia Faure, Ute Frevert, Boris Gobille, Dominique Kalifa, Pierre Laborie,
Bernard Lahire, Stéphanie Sauget, Jean-Claude Schmitt, Victoria Vanneau et Sylvain Venayre.

Publication, Les négociants européens et le monde, histoire d’une mise en connexion, PUR, 2016, Par V. Chaillou-Atrous, J-F. Klein et A. Resche.

Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et chargée de l’animation scientifique du LabEx EHNE au CRHIA (Université de Nantes), Jean-François Klein, MCF en histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), et Antoine Resche, doctorant en histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), viennent de publier le numéro 54 d’Enquêtes et Documents :

Les négociants européens et le monde.

Histoire d’une mise en connexion

Bien avant l’ère chrétienne, des négociants de tous horizons contribuèrent à la première mise en connexion globale dans l’océan Indien et en mer de Chine formant un véritable « système-monde afro-eurasien ».  Au 15e siècle, les Portugais  suivis immédiatement par les Espagnols et les Hollandais, puis  les Anglais et les Français au 17e siècle, viennent s’immiscer dans « ce long filet de synchronie » commercial. Ce fut alors, pour ces négociants européens, le temps d’un apprentissage pour, finalement, concurrencer ces marchés locaux. Normé ou privé, sur l’océan Indien, Pacifique ou Atlantique, ce commerce transforma le monde dans une mesure qui dépasse de très loin la sphère marchande et financière. Avec leurs marchandises, ces négociants exportèrent également des cultures, des idées et des croyances, participant tous, à leur échelle, à la mise en connexion du monde. L’histoire des négociants est, par essence, une histoire transnationale et connectée.

En dépit de cela, les patrons de maisons de commerce ont été longtemps des laissés pour compte de l’historiographie, et, jusqu’à récemment, bien peu s’intéressèrent aux trajectoires de ces hommes et aux réseaux qu’ils tissèrent. Il n’est donc pas illégitime de tenter ici ce petit essai qui fait suite à la très riche journée d’études qui s’est tenue à l’Université de Nantes, dans le cadre du CRHIA et du LabEx EHNE  (notamment l’axe 4 porté par le CRHIA et l’Université de Nantes : « L’Europe, les Européens et le monde »), avec pour but d’évaluer, dans la mesure du possible, la place et le rôle joué par les négociants européens dans cette mise en connexion des hommes et des territoires du 16e au 20e siècle…

Pour aller plus loin :

Contact : Virginie Chaillou-Atrous : labexehne4@univ-nantes.fr

 

Parution : La conquête des Amériques. Amérindiens et conquérants au 16ème siècle

Grégory Wallerick, docteur en histoire moderne et membre associé au CRHIA (Université de Nantes) vient de publier :

La conquête des Amériques.

 Amérindiens et conquérants au 16ème siècle

L’année 1492 sonne comme une date majeure dans l’histoire du monde : la rencontre entre l’Europe et le continent américain, sous la bannière dressée par Christophe Colomb. C’est aussi la première mondialisation, c’est-à-dire la possibilité de considérer l’ensemble des terres dans le monde. De ce contact, deux conséquences sont directement appréciées.

Le premier retentissement concerne la découverte, pour les Européens, de différents peuples, appelés Indiens, qui semblent vierges de civilisation et de religion. Ces populations constituent autant de brebis égarées à convertir dans la foi catholique, alors que la menace musulmane se fait pressante et les dissensions au sein du christianisme augmentent. Une des conséquences immédiates pour les indigènes concerne la disparition des empires en place, comme ceux des Aztèques (ou Mexica) et des Incas, tant par les actions des conquérants que par l’apport involontaire de maladies.

La seconde conséquence est l’extension de l’Ancien monde. Les royaumes d’Espagne et du Portugal sont les premiers à être autorisés, par le Pape, à s’installer dans les espaces américains. D’autres grandes puissances européennes, comme les royaumes de France et d’Angleterre et, plus tard, la République des Provinces-Unies, cherchent, au cours du 16ème siècle, à s’implanter dans le Nouveau-Monde, de manière éphémère ou durable.

Ce sont donc les conséquences de cette rencontre qui nous intéressent particulièrement, notamment la manière dont les Européens parviennent à s’implanter, parfois après de vaines tentatives, sur un espace de convoitises et de rivalités. Le siècle de la conquête et de l’ appropriation des Amériques bouleverse profondément les deux protagonistes, l’Ancien et le Nouveau-Monde. La vision de la conquête à la fin de ce siècle contribue à créer une image persistante des nations conquérantes.

Partenaires :

Contact :

  • Grégory WALLERICK : gwallerick@gmail.com

Publication, L’Europe des citoyens et la citoyenneté européenne. Évolutions, limites, perspectives, Editions Peter-Lang, 2016

Michel Catala, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA-Nantes et co-responsable du programme Alliance Europa, Stanislas Jeannesson, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA-Nantes, et Anne-Sophie Lamblin-Gourdin (UMR 6297 CNRS / DCS, Université de Nantes), viennent de publier les actes de leur colloque de novembre 2013 :

L’ Europe des citoyens et la  citoyenneté européenne.

Évolutions, limites et perspectives

Résumé :

La construction européenne est souvent présentée ou perçue comme un processus technocratique imposé aux peuples par les élites à la suite du désastre de la Seconde Guerre mondiale et du traumatisme de la Guerre froide. La crise actuelle que connaît l’Union européenne semble ainsi démontrer l’absence de solidarité entre les États et les peuples du continent, par manque d’identité partagée et de projet politique démocratiquement accepté. La création d’une citoyenneté européenne par le traité de Maastricht, en 1992, n’a pas enrayé le désintérêt des citoyens des États membres, pourtant de plus en plus affectés par les politiques européennes, à l’égard de l’Union et de ses institutions. Dans une perspective résolument interdisciplinaire, à la croisée de l’histoire, du droit, des sciences politiques, de la sociologie et de la philosophie, cet ouvrage entend dépasser ce constat d’échec un peu simpliste, pour étudier les modalités et les visages de la citoyenneté européenne, son émergence progressive depuis les premiers projets de l’entre-deux-guerres, ses limites et ses insuffisances, mais aussi ses perspectives, à long terme comme dans un avenir proche.

Pour en savoir plus

Compte-rendu de la journée d’études « Mobilités Nord-Sud : une perspective globale »

             La journée d’études « Mobilités Nord-Sud : une perspective globale » (cf. le programme complet ici ) s’est tenue le 22 janvier 2016 à l’université de Nantes. Elle a été organisée par Houda Ben Hamouda, Guia Migani et Sofia Papastamkou, en collaboration avec Virginie Chaillou-Atrous, Aurélie Cloarec et Thomas Burel. Elle a mis ainsi en synergie le groupe de travail Méditerranée/Afrique et le CRHIA, pour s’inscrire pleinement dans les activités de l’axe 4 du LabEx EHNE (« L’Europe, les Européens et le monde »). La journée a proposé une approche pluridisciplinaire des mobilités d’individus à partir de la grille de lecture Nord-Sud, en s’articulant autour de quatre grands ensembles de thématiques : États et migrations, perceptions de soi et de l’autre, la place des femmes, es paces et territoires. Le parti pris était aussi d’offrir une perspective élargie, ouverte au XIXème siècle, où le binôme conceptuel Nord/Sud n’est a priori pas intelligible.

            Le premier panel a porté sur la gestion des migrations par les États. À travers le cas de la France, Simone Paoli a analysé les politiques étatiques de régulation de la migration en Europe pendant la période 1945-1985. Trois phases ont ainsi été identifiées. Tout d’abord, de 1945 à 1973, les gouvernements français ont surtout favorisé l’immigration de main-d’œuvre européenne. Puis, de 1974 à 1980, face à une importante immigration non européenne difficilement contrôlable, des restrictions ont été imposées à l’immigration légale, parallèlement à la signature d’accords avec les pays d’émigration favorisant le retour de leurs ressortissants. Enfin, de 1981 à 1985, l’échec de cette politique et l’arrivée des socialistes au pouvoir ont amené à l’élaboration d’une nouvelle politique qui a débouché sur le premier accord de Schengen du 14 juin 1985. Cette nouvelle ligne avait l’ambition de concilier le souci de préserver et de promouvoir les droits civiques et sociaux des migrants avec la volonté de maintenir des restrictions et de lutter contre l’immigration illégale. Ce faisant, le gouvernement Fabius a essuyé les critiques du PCF et du FN à l’intérieur, mais aussi le mécontentement des pays d’émigration, notamment l’Algérie. La politique instaurée par les accords de Schengen comportant des coûts importants de surveillance des frontières, le cadre communautaire a néanmoins offert des solutions : tout en prévoyant la libération des mouvements de personnes à l’intérieur, les accords ont chargé les pays frontaliers de la CEE de la surveillance des frontières, externalisant ainsi ce problème pour Paris. Par ailleurs, déplacer les débats au niveau européen a permis d’apaiser le débat politique dans le contexte français et a aussi facilité les rapports avec les gouvernements des pays d’émigration.

            Corentin Bailleul a ensuite résumé les résultats d’une enquête autour de la notion d’intérêt supérieur de l’enfant et son interprétation et application aux mineurs migrants dits « isolés ». L’enquête a été effectuée dans le cadre du projet européen MinAs par le laboratoire MIGRINTER (CNRS / Université de Poitiers). Il s’agit d’une enquête de terrain, s’appuyant sur les instruments des sciences sociales, qui a duré huit mois dans la période 2014-2015 et a porté sur cinq départements (Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Pas-de-Calais, Bouches-du-Rhône, Vienne). Elle porte sur les différents dispositifs d’accueil des mineurs isolés étrangers pris en charge au niveau des autorités départementales. Depuis 2007, la justice française reconnaît que l’absence des deux parents constitue un danger pour un mineur étranger. Avec la loi Taubira du 31 mai 2013, les mineurs isolés étrangers bénéficient d’une procédure spécifique. Les autorités administratives interviennent en amont des autorités judiciaires, ce qui peut être une source de problèmes, et les constats quant à la protection des mineurs sont alarmants. La présentation du rapport a aussi éclairé les parcours des migrants mineurs, leurs récits et les difficultés d’établir des relations de qualité lors des entretiens en raison des lourdeurs administratives.

            Un deuxième ensemble de communications s’est penché sur les perceptions de soi et de l’altérité à travers le prisme des circulations des Français binationaux vers l’Algérie, d’une part, des djihadistes vers le Proche-Orient, d’autre part.

            Le travail de Giulia Fabbiano sur l’espace migratoire proprement franco-algérien fait partie d’une recherche collective portant sur les circulations depuis la France vers le Maghreb. Il s’est appuyé sur une enquête ethnographique effectuée de 2012 à 2015 qui comprend environ 150 entretiens effectués à Alger et à Oran. Les trajectoires qui font l’objet de cette étude se placent dans le contexte des flux migratoires qui se sont développés à destination de l’Algérie depuis la fin de la guerre civile en provenance à la fois du Sud et du Nord. L’accent est mis sur les trajectoires particulières des Français binationaux. Le profil qui se dégage, bien que non homogène, montre néanmoins une catégorie de population âgée entre 25 et 40 ans, majoritairement composée de trentenaires, originaires de la province et d’un environnement urbain, diplômés et ayant l’expérience de mobilités professionnelles et estudiantines. Leur « retour » en Algérie ne paraît pas inscrit dans un certain « mythe » national, mais semble obéir davantage à une logique économique et professionnelle. Parmi les difficultés rencontrées dans le pays de l’installation, sont particulièrement soulignées les dysfonctionnements politiques et sociaux (administration, restrictions dans l’espace public, place des femmes). Des différences liées au sexe ne sont pas absentes : ainsi, les hommes, souvent en couple avec des Algériennes francophones, sont le plus souvent des cadres (tertiaire, industriel, loisirs), tandis que les femmes représentent des élites intellectuelles avec des objectifs orientés plus vers le développement personnel et l’acquisition d’expérience plutôt que la réussite professionnelle au sens strictement économique.

            La présentation de Loïc Le Pape a porté sur les pratiques numériques des combattants occidentaux qui ont rejoint les forces d’al Nosra et de l’État islamique. Son travail démontre qu’il n’existe pas de rupture, mais, au contraire, une continuité dans les usages des réseaux sociaux après le départ et l’installation en Syrie des personnes concernées. Trois dimensions sont notamment repérées : la communication avec leurs proches ; la « publicisation » de soi, qui fournit à la fois un témoignage sur leur environnement ; l’inscription dans une communauté plus large, celle des djihadistes. S’appuyant sur une analyse qualitative de sources numériques, notamment des comptes Facebook et Twitter, ce travail a relevé les problèmes méthodologiques, voire déontologiques, auxquels le chercheur est confronté : constitution d’un corpus instable, qui peut être surveillé, censuré voire supprimé, dans un contexte de recherche menée en temps réel dans un environnement numérique et sur le sujet sensible du terrorisme. Les compétences spécifiques qui sont nécessaires pour la constitution et la pérennisation d’un corpus numérique issu des réseaux sociaux, l’apport particulier de ce type des sources en comparaison avec les enquêtes ethnographiques « traditionnelles », ont été parmi les sujets mis en évidence par ce travail, tout comme la nécessité de davantage de réflexion collective au sein des SHS autour des questions méthodologiques liées au numérique.

            Le troisième panel a abordé les mobilités dans le XIXème siècle lues au prisme du genre, s’inscrivant ainsi largement dans la suite d’un précédent colloque tenu à l’Université de Nantes. Les deux intervenantes ont confirmé l’existence d’une place spécifique des femmes dans les trajectoires migratoires du XIXème siècle.

            Dans sa communication sur les exilées et migrantes dans les mobilités transatlantiques, Sylvie Aprile a rappelé que, au même titre que la migrante, l’exilée contredit l’image stéréotypée d’un éternel féminin vouée à l’immobilisme, gardienne du foyer. Les sources leur font certes peu de place, mais témoignent néanmoins de situations d’exil qui doivent être exhumées. Elle s’est interrogée aussi sur la circulation Nord-Sud qui, dans ce mouvement, s’apparente plutôt à un mouvement « Nord-Nord », les exilées rejoignant des centres urbains outre atlantiques souvent fort similaires aux capitales européennes qu’elles ont quittées. Sylvie Aprile a suivi la typologie établie par Nancy Green, concernant les migrantes, qui distingue trois situations : celle de la femme qui ne bouge pas, la suiveuse, en dernier lieu celle qui part seule. Elle a repris cette terminologie appliquée ici aux exilées politiques européennes de la seconde moitié du XIXème siècle et a dégagé un certain nombre de caractéristiques. Les « gardiennes » ne doivent être cantonnées dans un rôle passif d’attente : l’exil, comme tout projet migratoire, est négocié au sein du couple et de la famille, comme en témoignent les correspondances. Pour les suiveuses, les sources font souvent défaut. Le paramètre essentiel est alors celui de la situation sociale et l’exemple de Mathilda Franziska Anneke, qui ouvre une école et publie des journaux, montre une capacité d’adaptation à la situation américaine supérieure à celle de son conjoint. Les femmes qui partent seules conjuguent souvent nouveaux engagements, notamment féministes et reconversions professionnelles, ce qui les exclut des études qui privilégient la continuité des engagements passés. Le continent américain souvent décrit – surtout pour les Etats-Unis – comme celui de la liberté pour les femmes joue certainement par l’imaginaire des représentations qu‘il représente une opportunité supplémentaire.

            Par la suite, Virginie Chaillou-Atrous a présenté les circulations de femmes françaises et étrangères vers l’île de la Réunion, en illustrant le cas d’une société coloniale en mal de femmes dans le contexte d’une colonisation de peuplement. Comment identifier les raisons et les modalités de ces mobilités dès lors que les archives (notamment des registres de matricules, archives judiciaires) contiennent très peu de traces sur les femmes ? Néanmoins, dans ce cas aussi, il est possible de dégager les profils de la suiveuse – femme de gouverneur, par exemple – et de celle qui part seule sur sa propre décision, parfois en laissant un mari derrière elle. Ce dernier profil se décline de plusieurs manières. On retrouve en premier lieu des domestiques qui tentaient l’aventure outre-mer pour échapper à une existence misérable. Parmi elles, quelques françaises sont même recrutées comme « engagées » dans les ports de Bordeaux et de Nantes pour répondre aux besoins pressants d’une économie sucrière en manque de main-d’œuvre. Elles se retrouvaient alors assimilées aux travailleurs étrangers de la colonie et elles n’acceptaient pas cette nouvelle condition qu’elles jugeaient « indigne » au regard de leur statut d’Européenne. Cette expérience de l’engagement est assez inédite dans un monde colonial qui s’intéresse essentiellement à la force physique et privilégie le recrutement des hommes. Les institutrices et les religieuses étaient également nombreuses à partir pour la Réunion. Les unes y trouvaient des perspectives de carrière , les autres remplissaient « leur mission d’évangélisation ». Quelques pionnières vinrent également au début du XIXème siècle exercer le métier de sage-femme pour répondre à un appel du gouverneur de La Réunion, inquiet de voir mourir en couche les négresses de la colonie. Enfin, concernant les femmes non-européennes, il s’agissait principalement de travailleuses engagées pour les activités sucrières. Certaines, comme les Africaines étaient originellement esclaves, rachetées puis libérées pour la forme par les autorités françaises. De même, les femmes indiennes fuyaient souvent une situation de veuvage ou de pauvreté pensant trouvé à La Réunion un avenir meilleur. Ces mobilités se placent donc au croisement de logiques diverses : impériale, économique, sociale. À leur installation, ces femmes faisaient face au problème de la forte disproportion de sexes, qui avait comme conséquence leur forte convoitise, allant du mariage au viol.

            Enfin, le dernier panel s’est penché sur les territoires des migrations, physiques et virtuels. Eric Leclerc, a présenté à travers son travail dans le cadre du projet e-Diasporas ce nouveau concept de diaspora. L’e-diaspora se définit comme un collectif de migrants qui est organisé et actif sur le web, la migration constituant un thème majeur des sites web en question. Étudier les e-diasporas et les migrants connectés ne se conçoit pas indépendamment mais fait en revanche partie de l’étude des diasporas et des migrations. Le projet a mobilisé des technologies numériques adaptées, spécialement conçues à cette occasion, tel le logiciel Navicrawler pour la constitution des corpus de sites web et Gephi pour la visualisation de réseaux. La méthodologie et les principaux résultats ont été ensuite présentés, dont le constat qu’il existe une organisation topologique de ces réseaux numériques (structures, territoires). Par la suite, Assaf Dahdah s’est penché sur les migrations, les transactions et les tensions engendrées par les différentes vagues d’installations dans le quartier de Sabra à Beyrouth. Ses conclusions s’appuient sur une enquête de terrain qui a été effectuée entre 2010 et 2015 et comprend une centaine d’entretiens. Extension urbaine du camp palestinien de Chatila et organisé autour d’un marché, le quartier de Sabra se trouve au croisement de migrations d’origine politique et économique – palestinienne, syrienne, soudanaise, éthiopienne, bangladaise. Précarisés socialement et politiquement depuis 1948 afin de ne pas perturber le rapport démographique et politique entre les communautés libanaises, les Palestiniens des camps parviennent néanmoins à s’organiser et à s’émanciper du système discriminatoire libanais grâce à la présence de l’OLP. Or, l’expulsion de celle-ci puis les massacres de Sabra et Chatila en 1982 vont initier un nouveau processus de marginalisation. Aujourd’hui, le secteur de Sabra et Chatila est un espace de grande pauvreté où coexistent des populations de nationalités diverses : des Palestiniens et des Libanais (souvent propriétaires des immeubles), des Syriens (travailleurs et/ou réfugiés) et des Bangladais (résidents et commerçants). Il existe donc une diversité d’acteurs avec des nationalités, des rôles, des langues et des accents différents. L’analyse des registres lexicaux a été mobilisée comme moyen pour tracer les rapports entre ces acteurs, comme la projection d’une vidéo tournée à Sabra l’a démontré. En somme, Sabra paraît comme l’illustration d’une situation cosmopolite en constante négociation entre acteurs avec des intérêts différents mais qui sont conciliables.

            Michel Catala, professeur à l’Université de Nantes, a conclu la journée en rappelant l’importance de l’étude des migrations dans les périphéries de l’Europe pour les travaux effectués dans le cadre du LabEx EHNE. Se penchant sur les motivations et les modalités de l’immigration (forcée/choisie, mobilités professionnelles), sur les lieux, les territoires et les parcours des migrants, enfin, sur les rapports entre migrations et autorités, qu’il s’agisse des États ou des formes de pouvoir exercées sur le terrain, la journée du 22 janvier a posé les bases de futurs travaux collectifs, au sein du LabEx, autour de l’histoire de l’Europe via le prisme des mobilités.

Rédigé par Sofia Papastamkou avec la contribution de Sylvie Aprile, Virginie Chaillou-Atrous, Assaf Dahdah, Guia Migani.

Compte rendu du colloque Les circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux au XIXe siècle : une lecture genrée, Delphine Diaz et Virginie Chaillou-Atrous

Le compte rendu du colloque

Les circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux au XIXe siècle : une lecture genrée

(organisé à l’Université de Nantes en décembre 2014 dans le cadre du LABEX EHNE par Delphine Diaz et Virginie Chaillou-Atrous)  vient de paraître dans  revue  Diasporas,  Empires Ibériques, de la péninsule au global, sous la direction  de Guillaume Gaudin et Jaime Valenzuela Márquez, 2015.

A lire ici

 

Publication de Gwénola Sebaux, (Post) Colonisation, (Post) Migration. Ces Allemands entre Allemagne et Roumanie, Le Manuscrit, Collection Carrefours d’Empires, Paris 2015

Gwénola Sebaux est Docteur en études germaniques, Professeur en civilisation allemande à l’Université Catholique de l’Ouest (Angers). Elle est membre du Comité Franco-Allemand des Historiens (CFAH). Ses recherches, menées dans une perspective historique et anthropologique, portent essentiellement sur les minorités allemandes d’Europe centre et sud-orientale et d’ex- URSS, et sur la politique migratoire et post-migratoire de l’Allemagne contemporaine.

 

Dans l’Allemagne contemporaine vivent des Allemands « différents » des nationaux: les Souabes du Banat. Dans l’ouest de la Roumanie vit encore, au début du XXIe siècle, une minuscule minorité allemande. Qu’est-ce qui unit et sépare ces « autres » Allemands? La communauté allemande du Banat, forgée au XVIIIe siècle par la politique de la colonisation habsbourgeoise aux confins de l’Empire, a connu dans la seconde moitié du XXe siècle une scission profonde et irréversible, avec la rémigration de la plupart de ses membres en terre ancestrale allemande. L’enquête contrastive inédite sur cette minorité révèle une extraordinaire continuité de l’identité allemande:littéralement fixée par l’entreprise colonisatrice au XVIIIe siècle, mythifiée au XIX e siècle, et cristallisée dans la tourmente des guerres du XXe siècle – aujourd’hui réinventée. Cette étude questionne et éclaire la question de l’identité et de l’imaginaire national.

Publication d’Alain Messaoudi, « Les arabisants et la France coloniale, Savants, conseillers, médiateurs (1780-1930)  » aux éditions ENS, mai 2015

Alain Messaoudi, MCF en histoire contemporaine à l’Université de Nantes  publie chez ENS éditions un ouvrage intitulé: »Les arabisants et la France coloniale, Savants, conseillers, médiateurs (1780-1930).

À partir d’une enquête sur les carrières, la production savante et l’action politique de ceux qui ont utilisé professionnellement leur connaissance de la langue arabe, — savants orientalistes, interprètes militaires et civils, professeurs, employés de l’État –, l’ouvrage propose une approche inédite du processus colonial au Maghreb et au Levant.

C’est au prisme de la connaissance, de la perception et de l’enseignement de l’arabe que sont étudiées les formes de l’implantation française et leurs implications. L’analyse permet de repérer une certaine permanence des représentations arabophiles dans les milieux savants et la haute fonction publique. Dans ces cercles, on défend la nécessité, particulièrement vive en Algérie, de développer des élites intermédiaires permettant de ne pas perdre le contact avec la population musulmane et de la convaincre que le cadre impérial français et le développement d’une culture arabe et musulmane sont compatibles, au nom d’un idéal commun de progrès et de civilisation.

 

Publication de Céline Flory, « De l’esclavage à la liberté forcée. Histoire des travailleurs africains engagés dans la caraïbe française au XIXe siècle » aux éditions Karthala, avril 2015.

Entre 1854 et 1862, plus de 18 500 hommes, femmes et enfants originaires du continent africain, furent amenés en Guyane, en Guadeloupe et en Martinique. Afin d’y circonscrire les changements de l’abolition de l’esclavage de 1848, le gouvernement français a mit en place l’immigration de travailleurs sous contrat d’engagement de travail en provenance de Madère, d’Inde, de Chine mais aussi d’Afrique. L’engagisme succédait alors à l’esclavagisme.

Dans ces migrations de travail, l’engagisme des Africains occupe une place singulière puisque 93% d’entre eux furent recrutés selon le procédé dit du « rachat préalable ». Captifs, ils étaient achetés par les recruteurs français qui leur imposaient un contrat d’engagement de travail, sur lequel ces « engagés » figuraient en tant que « noirs libres ». Cette étrange liberté leur imposait une traversée de l’Atlantique pour un voyage qui s’avérerait sans retour, sinon pour une infime partie des 7% d’entre eux partis librement.

Céline Flory a exploré de nombreuses archives, souvent inédites, afin de retracer cet épisode mal connu de l’histoire des premiers temps du colonialisme postesclavagiste. Elle l’insère dans celle plus large des politiques impériales destinées à relever le défi de besoins persistants en main-d’oeuvre, alors que les « nouveaux libres » des colonies entendaient jouir de leur nouveau statut. L’auteur s’attache d’abord aux acteurs qui modèlent la nouvelle politique et analyse leurs ruses et leurs discours. Pas à pas, elle accompagne ensuite ces milliers de migrantes et migrants africains dans leur voyage jusqu’à leur arrivée en Amérique, puis dans leur quête d’une vie à bâtir.

Au croisement de l’histoire impériale et de l’histoire sociale, ce livre montre comment un système de domination s’est perpétué selon de nouvelles modalités une fois l’esclavage aboli ; tout en mettant en évidence la force des êtres humains à déjouer le nouveau système et à exploiter ses failles pour construire des espaces d’indépendance, voire de liberté.

Céline Flory est historienne, chargée de recherche au CNRS au sein du laboratoire Mondes Américains-CERMA (UMR 8168) et membre du Centre International de Recherches sur les Esclavages (CIRESC). Ce livre est issu de sa thèse de doctorat qui a reçu le prix de thèse de la Société des Africanistes 2011 et celui du Comité pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage 2012.