Archives de catégorie : Appels à communications

Appel à contribution pour la revue Tsingy, L’OCÉAN INDIEN, UNE ZONE PÉRIPHÉRIQUE DANS LES CONFLITS DES XXe et XXIe SIÈCLES ?

Appel à contribution pour la revue Tsingy

(Pour le numéro 22, publication au deuxième semestre 2018)

L’OCÉAN INDIEN, UNE ZONE PÉRIPHÉRIQUE

DANS LES CONFLITS DES XXe et XXIe SIÈCLES ?

Les enjeux de la guerre au Yemen aujourd’hui sont-ils moins importants que ce qui se joue en Syrie, ou au Sahel ?

L’Insurrection de 1947 à Madagascar, la guerre d’Indépendance au Mozambique ont-elles été trop précoces ou trop tardives pour incarner les luttes de la décolonisation ?

L’expérience combattante des Réunionnais, des Malgaches est-elle « périphérique » par rapport à celle d’un Sénégalais ?

Nous pourrions multiplier les exemples, que ce soit pour les guerres mondiales, les luttes coloniales, la guerre froide ou les conflits actuels : dans tous les cas, il semble que l’ouest de l’océan Indien ne soit vu que par le prisme de sa position périphérique…

L’année 2018 qui se profile devant nous sera sans nul doute riche en manifestations et commémorations autour de ce que d’aucuns envisagent comme l’évènement matriciel du XXème siècle : la fin de la Grande Guerre. Certes, l’année 1918 entérine la fin d’une époque mais elle peut également être envisagée comme l’amorce d’une nouvelle conception du monde et de nouvelles formes de conflictualités qui dépassent très globalement les lectures classiques sur les phénomènes guerriers. En effet, si l’histoire de la guerre a longtemps été associée à celle de l’Etat, à celle des relations entre les Etats, elle peut désormais se lire comme une histoire renouvelée des formes du conflit et met en évidence de nouvelles perspectives sur les relations antagoniques entretenues entre des acteurs de plus en plus diversifiés et dépassant le seul cadre des structures étatiques.

Cependant, en comparaison avec la « violence de guerre » exprimée et conceptualisée pour d’autres aires géographiques, les conflits de la zone indiaocéanique au XXème siècle semblent quelque peu marginaux ou tout moins perçus comme une manifestation périphérique d’enjeux plus globaux. L’objectif de cet appel à communication est donc de revisiter la place de l’ouest de l’océan Indien dans les conflits du XXème siècle, et d’ouvrir la réflexion sur ceux du XXIème siècle naissant.

Si la participation des empires présents dans la zone océan Indien dans les conflits mondiaux a déjà fait l’objet de nombreux travaux, un certain nombre de chantiers restent encore ouvert autour notamment des identités militaires et leur adossement à des identités politiques sociales émergentes. Il en est de même de la patrimonialisation des phénomènes guerriers et de la transmission d’une certaine mémoire militaire mobilisant tout à la fois des institutions et des acteurs variés. D’autres champs d’investigation semblent tout aussi porteurs sur l’expérience vécue des civils – hommes et femmes – et leur capacité à se mobiliser pour participer délibérément ou non à l’effort guerrier.

Les conflits coloniaux et postcoloniaux ouvrent des perspectives nouvelles sur un empan chronologique qui recouvre la seconde moitié du XXème siècle et des aires géographiques étendues.

En 1971, l’ONU adoptait la résolution 2832, qui faisait de l’océan Indien « une zone de paix ». En pleine guerre froide, le texte demandait aux grandes puissances « d’arrêter le processus d’escalade et d’expansion de leur présence militaire », « d’éliminer » de cette mer hautement stratégique « toutes les bases militaires » et de mettre fin à « la mise en place d’armes nucléaires ».

Une mise en marge de l’océan Indien dans la guerre froide qui explique la faible lisibilité du rôle de la base de Diego Garcia, comme des conflits au Mozambique.

Les nouvelles conflictualités de l’après guerre froide sont également à prendre en compte.

Les Seychelles, la Somalie, le Yemen, l’archipel des Chagos sont ainsi devenus des zones de tensions qui réinterrogent la notion de périphérie selon des considérations géopolitiques de plus en plus globalisées. Ces tensions mettent en évidence une conflictualité qui dépasse le seul cercle des enjeux politiques. Il sera également intéressant de s’interroger sur l’origine endogène des conflits, même lorsqu’ils s’intègrent dans une dimension plus vaste.

Que ce soit dans l’analyse des conflits eux-mêmes (y compris bien sûr dans leur dimension militaire) comme dans la prise en compte de l’expérience combattante ou de l’impact sur les populations de ces conflits, l’objectif de ce dossier est de s’interroger sur la pertinence de la notion de « périphérie » qui qualifie trop souvent les conflits dans l’ouest de l’océan Indien. Il conviendra dans ce cadre de confronter temps « local » et temps « mondial » (ou global).

Dans le cadre de la rubrique « Histoire de l’éducation et didactique de l’histoire-géographie » de la revue, une transposition de cette thématique dans les contenus d’enseignement est également envisagée.

Les propositions d’article (300 mots environ) sont à envoyer avant le 15 janvier 2018.

garan.frederic@yahoo.fr

Les articles seront à adresser pour le 15 juillet 2018

Pierre-Eric Fageol, Université de La Réunion

Frédéric Garan, Université de La Réunion

Jean-François Klein, Université du Havre

Tovo Rakotondrabe, Université de Toamasina

Appel à communications: Colloque international : Pluralisme religieux, sociétés plurielles : les religions dans l’espace public européen 3-5 Octobre 2018, Nantes.

Pour l’historien Tony Judt, l’identité est un mot dangereux. Souvent basées sur des conceptions essentialistes et anhistoriques de la nation ou de la religion, les politiques identitaires remettent aujourd’hui en question les fondements pluralistes et multi-religieux des sociétés en Europe et au-delà. Ce colloque propose d’explorer ce en quoi la diversité religieuse et culturelle a toujours constitué un élément important des sociétés européennes. Nous nous pencherons sur la manière dont divers États ont accommodé la religion en général et des organisations religieuses en particulier, en prêtant une attention particulière aux questions d’identité de groupe et de liberté individuelle ainsi qu’à la distinction entre espaces privé et public et en interrogeant les termes et les logiques de proximité, d’échanges, de relations et d’emboitement entre les sociétés et les Etats dans cet espace en constante mutation. Il sera essentiel de toujours se demander de quelle Europe, de quels espaces publics et de quelles sociétés européennes on parle – l’Europe d’aujourd’hui, souvent identifiée de manière trop simpliste à un projet politique spécifique, l’Union européenne, et aux relations à ses espaces voisins méditerranéens et orientaux n’est pas la même que celle de 1914, encore moins celle du moyen âge ou du XVIe siècle.

            Le paysage confessionnel de cet espace est à la fois systématiquement marqué par la diversité et constamment en évolution, en mouvement. Les religions changent continuellement. Dit d’une autre manière, les croyants et pratiquants adaptent continuellement leur pratiques et croyances religieuses aux réalités sociales et politiques changeantes. Par exemple, de nombreux chrétiens ou musulmans considèrent leur religion comme immuable : les appels au changement, les doctrines ou pratiques réformistes sont souvent présentés comme des efforts de « retour » à une pureté originelle perdue, un apogée supposée (l’âge des Apôtres, du Prophète et de ses compagnons, « l’Âge d’Or » de l’Église au XIIIe siècle…). Ce schéma a pour effet d’essentialiser la religion et peut mener au fondamentalisme ainsi qu’à un rejet doctrinaire de versions rivales de sa propre religion (Judaïsme Rabbinique/Karaïsme, Catholicisme/Protestantisme, Sunnisme/Chiisme) et des éléments séculiers de la modernité. Une telle essentialisation provenant d’une source extérieure à la tradition religieuse peut les conduire à la rejeter, à la considérer comme « obscurantiste » ou incompatible avec les valeurs séculières contemporaines. Et pourtant, les religions sont en perpétuel mouvement : les formes diverses de Judaïsme ou de Bouddhisme pratiquées aujourd’hui en Europe sont différentes de celles qu’on pouvait trouver il y a des siècles, ou de celles qu’on trouve encore aujourd’hui dans d’autres parties du monde.

            Au cours de ce colloque, nous étudierons l’héritage religieux dans les sociétés européennes et  dans leurs espaces d’influence, de contacts et d’échanges à travers cinq sessions académiques sur des thèmes clés en privilégiant des approches favorisant le dialogue entre les disciplines. Les communications pourront être proposées en français ou en anglais. En parallèle, nous organiserons une série d’ateliers en français pour les professionnels, les décideurs politiques et pour tous les publics intéressés par les défis et possibilités  que pose la diversité dans la pratique religieuse et la foi aux sociétés du XXIe siècle.

Ateliers académiques :

  • Atelier1 : Définir la religion

Qu’est-ce qu’une religion ? Comment les philosophes, théologiens, anthropologistes, juristes et autres ont-ils délimité les frontières du sacré et du profane ? Du religieux et du séculaire ? Dans quelle mesure ces définitions sont-elles spécifiques à une culture ? Quand et comment bascule-t-on d’une opposition polémique entre « religion » et « superstition » à une catégorie apparemment plus objective de « religions » au pluriel ? Les systèmes de croyances non-théocentrés (communisme, fascisme…) peuvent-ils être considérés comme des religions, dans la mesure où ils contiennent un certain nombre des aspects et éléments de systèmes religieux ?

  • Atelier 2 : Sécularisation, laïcité(s) et pluralisme dans les sociétés européennes

La sécularisation est un ensemble de processus sociétaux qui consiste, de la part des sujets, à mettre à distance des prescriptions ou conseils religieux. L’adoption d’un cadre laïque a, quant à elle, souvent été étudiée dans les termes d’une lutte binaire entre cultes (ou institutions religieuses) notamment l’Eglise catholique, et État. Au cours de cet atelier, nous prêterons attention à la manière dont une pluralité de religions détermine les attitudes étatiques envers la religion et la définition de droits religieux (que ce soit les rôles des juifs et des protestants dans la Première République en France, la place des dissidents protestants et des catholiques en Angleterre au XVIIe siècle ou le rôle de l’islam dans les sociétés où l’Etat est conçu comme proche de la neutralité au XXIe siècle). Verra-t-on une réaffirmation ou une redéfinition des cadres légaux liés à la sécularisation ? Ou bien une accommodation avec des spécificités religieuses dans un monde « post-séculier » ?

  • Atelier 3 : Politiques religieuses dans les empires coloniaux européens

Entre le XVIe et le XXe siècle, les nations européennes ont gouverné de larges empires coloniaux avec une grande diversité de religions. Au cours de cette session, nous examinerons les réactions des pouvoirs coloniaux à cette diversité religieuse ainsi que les politiques mises en place (de l’encouragement de missionnaires chrétiens ou musulmans à la régulation et au renforcement de barrières religieuses en passant par la manipulation d’élites religieuses locales voire même leur recrutement auprès des hiérarchies coloniales). Les populations colonisées ont utilisé les arguments et institutions religieux de différentes manières, pour naviguer entre les structures coloniales, pour réclamer des droits ou pour s’opposer au pouvoir colonial européen.

  • Atelier 4 : Pluralisme religieux dans le monde musulman

Cet atelier portera sur la manière dont les sociétés des pays majoritairement musulmans ont traité la pluralité religieuse des points de vues théologique, juridique ainsi que de la pratique. La catégorie légale de dhimmi a émergé dès les premiers siècles de l’Islam bien qu’en pratique ce statut différait d’une société à une autre. Depuis le XIXe siècle, les théologiens et juristes musulmans, confrontés aux catégories du droit non-confessionnel, ont développé des stratégies diverses pour définir la place du non-musulmans dans les sociétés sous autorité musulmane et du musulman dans les sociétés où la nature de l’Etat n’a pas été défini en relation avec le droit islamique.

  • Atelier 5 : Religion et mondialisations : sécularisation, commercialisation, réenchantement

Les progrès technologiques, de la communication ainsi que dans la capacité de mobilité des individus ont créé un marché global pour la religion. Cette session donnera l’occasion d’examiner les effets de ces changements sur les pratiques religieuses et l’insertion des religions dans les espaces publics en Europe, sur l’organisation et le rôle des institutions religieuses traditionnelles et sur d’autres qui émergent, mais également sur le dialogue inter-religieux dans les sociétés européennes.

Soumission des propositions

Nous invitons les chercheurs de tous les champs académiques, y compris et en particulier les doctorants, à soumettre leur proposition de communication.

Les propositions pour des communications de 30 minutes devront être envoyées avant le 1er septembre 2017 à l’adresse ipra@univ-nantes.fr. Les communications peuvent être rédigées en anglais ou en français. Elles doivent impérativement contenir :

  1. Un document au format .doc contenant
  2. Nom complet et affiliation
  3. Titre de la communication proposée (et indication de l’atelier dans lequel l’intervention est proposée)
  4. un résumé de la communication (200-500 mots)
  5. une liste de 5-10 mots-clés
  6. Un CV

Validation et confirmation

Le comité d’organisation confirmera la réception des soumissions et se prononcera sur celles retenues et celles rejetées au plus tard le 31 octobre 2017. Les contributeurs retenus seront invités à confirmer leur participation.

Les frais des intervenants sur place (hébergement, repas) seront assurés par les organisateurs, ainsi que les frais de déplacements pour ceux dont l’université d’affiliation ne peut pas les prendre en charge

Comité de Pilotage:

Dominique Avon, Université du Maine

Arnauld Leclerc, Université de Nantes

Michel Catala, Université de Nantes

John Tolan, Université de Nantes

Nicolas Stefanni, IPRA, Université de Nantes

Amanda Rio de Pedro, Alliance Europa, Université de Nantes

 

Comité scientifique:

A. Leclerc

J.Tolan,

D. Avon

Jean-Marc Ferry, Université de Nantes

Christiane Gruber, University of Michigan

Tomoko Masuzawa, University of Michigan

Annick Peters Custot, Université de Nantes

Karine Durin, Université de Nantes

Céline Borello, Université du Maine

Vincent Vilmain, Université du Maine

Jean-Philippe Schreiber, Université Libre de Bruxelles

Lionel Obadia, Université de Lyon II

Caroline Julliot, Université du Maine

 

Appel à communications : La France et les Amériques entre révolutions et nations, 1776-1865

Tangi VILLERBU, MCF HDR d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de La Rochelle), lance un appel à communications pour une journée d’études sur le thème :

La France et les Amériques entre révolutions et nations,

1776-1865

Organisée au Centre des Archives diplomatiques de Nantes le 30 novembre 2017.

Pour prendre la suite de la journée d’études organisée à l’Université de La Rochelle le 13 novembre 2015 (« Marchands, exilés, missionnaires et diplomates : Les Français et les Etats-Unis, 1789-1815), cette journée élargira le regard en posant la question de l’usage des sources, dans les Amériques comme en France (et ailleurs) pour l’étude des relations internationales au sens large, des circulations des personnes, c’est-à-dire des migrations de toutes sortes mais aussi des voyages d’affaire, d’agrément ou d’étude, des circulations culturelles, qu’elles soient de biens ou d’idées, du commerce atlantique…

Télécharger l’appel à communications

Calendrier :

  • date limite d’envoi des propositions de communications : 1er juillet 2017

Pour aller plus loin :

Contact : Tangi VILLERBU : tangi.villerbu@univ-­‐lr.fr

Appel à communications : « Etre capitaine de navire en Europe occidentale de la fin du Moyen Age à 1914 »

David PLOUVIEZ, MCF en histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes), et Bernard MICHON,  MCF en histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes), lancent un appel à communications pour une journée d’études organisée le 12 octobre 2017 sur le thème :

Etre capitaine de navire en Europe occidentale

de la fin du Moyen Age à 1914

Entre savoirs acquis et empirisme, les capitaines accumulent de nombreuses connaissances au cours de leurs carrières, et cette journée d’études souhaiterait revenir sur leurs modalités d’acquisition en allant au-delà de l’inventaire et de la description pour tenter de restituer les dynamiques d’apprentissage. Comment les différentes formations au métier de capitaine se sont-elles adaptées à l’évolution socioculturelle de ces hommes, aux différentes conditions de navigation ou aux changements de contexte technologique sur le temps long ? Des communications concernant les programmes d’ enseignement et leur adaptation à ces différentes mutations sont les bienvenues. En outre, dans la mesure des possibilités offertes par la documentation, il s’agit également d’appréhender les différentes phases de transmission des savoirs au sein du navire proprement dit en veillant à avoir une lecture horizontale et verticale du phénomène, car si le cellule de commandement apparaît comme un espace privilégié d’échanges, il reste que les capitaines ont appris de leurs équipages, a fortiori quand ceux-ci étaient transnationaux et multiculturels. L’accumulation de ces connaissances et/ou la manifestation d’une dextérité exceptionnelle permettent à certains capitaines de devenir des experts. Ce statut doit être interrogé lorsque ces hommes accèdent à des postes de formation, conseillent des entreprises (négoce, construction navale, etc.), deviennent des médiateurs dans le cadre de missions scientifiques et d’espionnage ou quand une partie d’entre eux formalisent leurs savoirs en écrivant des ouvrages et en s’insérant dans les réseaux savants de leur temps…

Télécharger l’appel à communications

Calendrier :

  • Clôture de l’appel à communication : 15 février 2017
  • Annonce des communications retenues : 1er mars 2017
  • Date de la journée : 12 octobre 2017
  • Remise des textes : 15 décembre 2017

Les propositions de communication sont à envoyer aux organisateurs de la journée d’études aux adresses suivantes : bernard.michon@univ-nantes.fr et david.plouviez@univ-nantes.fr

Pour aller plus loin :

Appel à communications : « Les nouvelles frontières du soi et de la société dans le monde atlantique français à l’époque moderne »

Daniella KOSTROUN (Indiana University, Purdue University-Indianapolis, accueillie en résidence à l’IEA Nantes) et Yann LIGNEREUX, Professeur d’histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes) lancent un appel à communications pour un colloque organisé les 18 et 19 mai 2017 sur le thème :

Les nouvelles frontières du soi et de la société

dans le monde atlantique français à l’ époque moderne

Les systèmes politiques, sociaux et religieux de la France ont été, durant l’ Ancien Régime, pensés et édifiés sur la base d’idéologies, classiques et traditionnelles, de hiérarchie et d’ordre comme elles se sont fondées sur un idéal de stabilité et de reproduction du semblable pour conjurer la diversité et la contingence de la succession. Comment ces systèmes ont-ils alors été affectés, perturbés et possiblement contestés par l’essor du mouvement des individus et du commerce à travers l’océan atlantique aux 16e-17e siècles ? Quels sont les effets, sur l’individu et la société dans laquelle il vit, de cette nouvelle « désorientation » des institutions, des familles et des représentations personnelles ? Quels degrés de différenciation sont-ils dès lors introduits à travers l’expérience d’une altérité qui serait peut-être moins celle rencontrée dans la découverte de l’ailleurs que celle qui se découvre précisément dans le cœur et l’âme d’un chacun ?

Télécharger l’appel à communications

Download the call for proposals

Les propositions de communication (350 mots environ) accompagnées d’une brève présentation biographique sont à adresser, en français ou en anglais, aux deux organisateurs du colloque pour le 20 décembre 2016 :

Comité scientifique du colloque :

  • Virginie CHAILLOU-ATROUS (LabEx « EHNE » / Université de Nantes)
  • Antonio DE ALMEIDA MENDES (Université de Nantes / CRHIA / STARACO)
  • Daniella KOSTROUN (Indiana University, Purdue University-Indianapolis / IEA Nantes)
  • Françoise LE JEUNE (Université de Nantes / CRHIA)
  • Yann LIGNEREUX (Université de Nantes / CRHIA)
  • Annick PETERS-CUSTOT (Université de Nantes / CRHIA)

Pour aller plus loin :

Appel à communications : « Voilà les Américains ! » Les Etats-Unis en France et en Europe, 1917-1920 : circulations et diffusion des idées et des savoirs

Michel Catala, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes) et coresponsable d’Alliance Europa, et Stanislas Jeannesson, Professeur d’histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), lancent un appel à communications pour le  colloque international :

« Voilà les Américains ! »

Les Etats-Unis en France et en Europe, 1917-1920 : circulations et diffusion des idées et des savoirs

Organisé du 22 au 24 juin 2017 à Saint-Nazaire.

Ce colloque, qui s’inscrit dans le cadre des manifestations scientifiques organisées à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, entend revenir, en tentant d’ouvrir des perspectives nouvelles, sur cet événement déterminant, tant pour l’issue du conflit que pour l’histoire du XXe siècle, qu’est l’entrée en guerre des États-Unis en 1917. Délaissant volontairement les aspects purement militaires et diplomatiques – au sens traditionnel du terme -, qui ont déjà fait l’objet de nombreuses études, nous souhaitons orienter notre réflexion vers le domaine culturel, dans son acception la plus large, et nous interroger sur les effets de la présence américaine sur le vieux continent, durant les dernières phases de la guerre et les premières années de la paix…

Les propositions de communication sont à adresser à michel.catala@univ-nantes.fr et stanislas.jeannesson@univ-nantes.fr avant le 15 janvier 2017. Elles comporteront un bref résumé problématisé de l’intervention (moins d’une page) et un court CV. Elles seront examinées en janvier 2017 par le Comité scientifique et les organisateurs.

Les communications auront lieu en français ou en anglais.

Le colloque est organisé par le Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163 – Universités de Nantes et La Rochelle) et le LabEx EHNE (« Écrire une histoire nouvelle de l’Europe »), dans le cadre des commémorations du  Centenaire de la Première Guerre mondiale, avec le soutien de la Ville de Saint-Nazaire.

Comité scientifique :

  • Éric Bussière (Université Paris-Sorbonne)
  • Robert Frank (Université Paris 1-Panthéon –Sorbonne)
  • Hélène Harter (Université Rennes 2)
  • Peter Jackson (University of Glasgow)
  • William R. Keylor (Boston University)
  • Yves-Henri Nouailhat (Université de Nantes)
  • Stéphane Tison (Université du Maine)
  • Ludovic Tournès (Université de Genève)

Télécharger l’appel à communications

Download the call for proposals

Pour aller plus loin :

Appel à communications : Les ports européens et les Antilles : quelles connexions ? (17ème siècle – début 18ème siècle)

Marion TANGUY, docteure en histoire moderne et membre associée au CRHIA-Nantes, et Bernard MICHON, MCF en histoire moderne au CRHIA-Nantes, lancent un appel à communications pour une journée d’études organisée le 16 février 2017 avec le soutien de l’axe 4 du LabEx EHNE sur le thème :

Les ports européens et les Antilles : quelles connexions ?

(17ème siècle – début 18ème siècle)

Avant le 18ème siècle, âge d’or des plantations et de la traite des Noirs, les Antilles forment au 17ème siècle un nouveau monde à coloniser et à exploiter. Au travers des prises de possessions et des conflits intra-européens, cette journée a pour objectif de montrer la participation des ports européens, de leurs marchands et de leurs flottes à cette aventure…

Cliquer ici pour télécharger l’appel à communications

Les propositions de communication seront à envoyer au plus tard pour la mi-octobre 2016. Elles comprendront un titre, un résumé de 2 à 3 000 signes, et seront accompagnées d’un bref CV (une page) précisant le laboratoire de rattachement.

Elles sont à adressées à : jeportseuropeens@gmail.com

Comité scientifique :

  • Marion TANGUY, docteure en histoire moderne, CRHIA (EA 1163), Université de Nantes
  • Bernard MICHON, MCF en histoire moderne, CRHIA (EA 1163), Université de Nantes
  • Éric ROULET, professeur d’histoire moderne, CRHAEL (HLLI – UR 4030I), Université du littoral Côte d’Opale
  • Philippe HRODEJ, MCF en histoire moderne, CERHIO (UMR 6258), Université de Bretagne-Sud.

Pour aller plus loin :

  • Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (EA 1163 – Universités de Nantes et La Rochelle) : cliquer ici
  • Encyclopédie pour une Histoire Nouvelle de l’Europe : cliquer ici

Lieu : Université de Nantes
Partenaire : CRHIA (EA 1163 – Universités de Nantes et La Rochelle)
Contact : jeportseuropeens@gmail.com

 

Appel à communications – colloque international : L’engagisme dans les colonies européennes, Résistances et mémoire(s), XIXe-XXIe siècles, 20 et 21 octobre 2016, Université de Nantes.

Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et post-doctorante chargée de la coordination scientifique de l’axe 4 du LabEx EHNE (Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe), lance un appel à communications dans  le cadre des travaux de l’axe 4  (L’Europe , les Européens et le monde) du Labex EHNE  et du projet STARACO (Statuts « Race » et Couleurs dans l’Atlantique de l’Antiquité à nos jours). Ce colloque  est organisé par le CRHIA (Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique) de l’Université de Nantes en partenariat avec Aapravasi Ghat (Patrimoine mondial de l’UNESCO) . Il se tiendra le 20 et 21 octobre 2016 à Nantes.

L’engagisme dans les colonies européennes,
Résistances et mémoire(s), XIXe-XXIe siècles

L’abolition progressive de la traite et de l’esclavage dans les colonies européennes est à l’origine de nouvelles migrations de travailleurs à travers le monde, notamment dans la seconde moitié du XIXe siècle. Pour satisfaire les besoins d’une économie de plantation ou pour bâtir les principales infrastructures de leurs colonies, les Européens, principalement les Anglais, les Français, les Portugais, et les Néerlandais font appel à des travailleurs étrangers libres. C’est ce qu’on appelle le système de l’engagisme ou indenture (qui signifie « contrat ») ou encore coolie trade pour les engagés d’origine asiatique (coolie venant du tamoul et signifiant salaire).
Ces nouveaux flux de main-d’œuvre engagée sont dictés par l’expansion coloniale de l’Europe mais également par des conditions socio-économiques difficiles dans les pays d’origine des engagés, lesquelles agissent comme de puissants facteurs de départ. Ainsi, des Javanais, des Japonais, des Tonkinois, des Africains, des Malgaches mais surtout des Chinois et des Indiens quittent leur sol natal pour venir travailler, en échange d’un salaire, dans les colonies d’Amérique et de l’océan Indien mais également dans les territoires nouvellement conquis par les puissances impériales en Afrique, en Asie et dans le Pacifique.
Un grand nombre de ces travailleurs ne seront finalement pas rapatriés dans leur pays d’origine comme le prévoyait leur contrat et s’implanteront dans la colonie ou dans des colonies voisines à la fin de leur engagement. C’est particulièrement vrai pour les engagés africains capturés qui ne possèdent plus d’attaches dans leurs pays d’origine et qui ne bénéficient de la protection d’aucune puissance.

Si dans certains cas, l’engagement permet d’échapper à une existence difficile et de construire un avenir meilleur ailleurs, beaucoup d’immigrants ne trouveront pas dans cette aventure ce qu’ils étaient venus chercher. Certains entreront en conflit ouvert avec les autorités européennes, et ce, dès la phase du recrutement et de la traversée. Les rébellions qui éclatent à bord des navires transportant des engagés, notamment entre l’Afrique et l’océan Indien sont violentes et reflètent le caractère coercitif de l’engagement. De même, la situation des engagés dans les colonies d’accueil n’est pas toujours enviable. Déracinés, mal considérés, parfois mal traités, certains d’entre eux refuseront les contraintes imposées par leur statut et tenteront – par la violence, la fuite ou même le suicide – de s’affranchir d’un système souvent trop proche de l’esclavage. D’autres se battront contre le système colonial et le modèle européen pré-établi en tentant de maintenir leurs croyances, leur langue, leur culture ainsi qu’une forme de communautarisme.
En comparaison à l’historiographie importante consacrée à la traite ou à l’esclavage, l’histoire de l’engagisme, phénomène migratoire de grande ampleur, reste très peu étudié dans son ensemble. Pourtant son importance est capitale au regard de l’histoire coloniale européenne et de la construction identitaire des anciens territoires coloniaux, de l’Europe ultra-marine et même de l’Europe « en soi ». Des travaux récents et la tenue à Bordeaux en mai 2015 d’un colloque international organisé par Céline Flory (CNRS / CIRESC) dans le cadre des 5e rencontres Atlantiques ont cependant permis de faire un point historiographique et de proposer une dimension plus globale du phénomène en croisant les réflexions comparatives et en sortant d’un cloisonnement de travaux centrés sur un groupe de migrants spécifiques ou sur la colonie d’arrivée. Dans la continuité de ces nouvelles approches, ce colloque propose d’aborder le phénomène à travers la question des résistances et de leurs impacts sur les rapports entre colons européens et engagés étrangers, sur le système de l’engagisme lui-même, et plus largement sur la construction identitaire des sociétés coloniales et postcoloniales. S’intéresser aux résistances, c’est revisiter la question de la liberté de l’engagement, du caractère coercitif du système et de la question identitaire. C’est également faire entrer l’histoire de l’engagisme dans le champ de la recherche sur les formes de résistances en proposant une typologie de celles-ci. De plus, ce colloque entend également ouvrir un deuxième champ de recherches très développé pour les questions de la traite et de l’esclavage mais quasiment absent de l’historiographie consacrée à l’engagisme : la question de la (des) mémoire(s). Pendant longtemps, l’engagisme n’a fait que prolonger les affres de la traite et de l’esclavage, tout au moins dans la mémoire populaire. Il existe d’ailleurs une forme de confusion voire même d’assimilation entre les deux phénomènes. De plus, les cloisonnements sociaux hérités de ce phénomène migratoire persistent actuellement dans les sociétés postcoloniales, notamment celles de l’Europe ultra-marine. Les questionnements et revendications identitaires sont nombreux parmi les descendants des engagés. Revisitée, déconstruite, « survalorisée », réinventée, la mémoire de l’engagisme est aujourd’hui un instrument politique et sociétal très prégnant et mérite que l’historien s’y intéresse. Il s’agira en outre de recenser les lieux historiques de l’engagisme, dans les territoires postcoloniaux, dans les pays d’origine des engagés en Afrique et en Asie mais également en Europe ultra-marine et de s’intéresser à la mise en valeur de ce patrimoine. Ce processus de patrimonialisation représente un enjeu mémoriel majeur.

Le comité encourage en particulier les propositions de communication qui favorisent une analyse sur un temps long en privilégiant la dimension comparative. Les sujets abordés pourront s’intégrer entre autres dans un des grands thèmes suivants :

• Les conditions du recrutement et de l’enrôlement dans le pays d’origine
• Révoltes et rébellions à bord des navires
• Les stratégies et les différentes formes de résistances dans la colonie d’accueil
• Typologie des résistances
• Maltraitances et résistances
• Les figures de la résistance
• Résistances et protection étrangère
• Engagés et pouvoir colonial / Engagés et société coloniale
• Identité, culture, religion et repli communautaire
• Les processus de transmission dans les familles de descendants d’engagés
• Les processus de reconstruction, d’oubli, de « survalorisation », de négation
• Les commémorations
• Les revendications identitaires et communautaires
• Les communautarismes et les cloisonnements sociaux qui peuvent résulter de ces phénomènes migratoires
• La mémoire comme rapport de force entre groupes sociaux issus de l’engagisme
• Rôle des politiques et des états européens dans l’histoire et la construction de la mémoire de ce phénomène migratoire
• Les lieux de mémoire / réhabilitation et valorisation du patrimoine.

Modalités de soumission

Les résumés (500 mots maximum) en français ou en anglais, accompagnés d’un bref CV (une page maximum) sont à envoyer à l’attention de Virginie Chaillou-Atrous à l’adresse suivante : labexehne4@univ-nantes.fr au plus tard le 15 avril 2016.

– Comité scientifique
-Virginie Chaillou-Atrous (CRHIA / LabEx EHNE / Université de Nantes)
-Céline Flory (CNRS / Mondes Américains / CERMA / CIRESC)
-Hubert Gerbeau (Aix-Marseille Université)
-Antonio de Almeida Mendes (CRHIA / CIRESC / Université de Nantes)
-Bernard Michon (CRHIA / Université de Nantes)
-Jacques Weber (CRHIA / Université de Nantes)
-Michèle Marimoutou (CRHIA / Université de Nantes)
-Myriam Cottias (CNRS)
-Pieter Emmer (Université de Leyde)
-Singaravélou (Université Bordeaux Montaigne)
-Satyendra Peerthum (Aapravasi Ghat / Université de Maurice)

-Organisation :

-Virginie Chaillou-Atrous (CRHIA / Labex EHNE / Université de Nantes)
– Aurélie Cloarec (Gestionnaire / CRHIA)
– Thomas Burel (Ingénieur valorisation / CRHIA)
– Aanor Le Mouël (Ingénieure projet STARACO / CRHIA / Université de Nantes)

English version : click here

Appel à communications – La diffusion des produits ultra-marins en Europe (16e-18e siècles)

 Maud Villeret, docteure en histoire moderne du CRHIA (Université de Nantes), et Marguerite Martin, doctorante à l’IDHES (UMR CNRS 8533 / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), lancent un appel à communications pour une journée d’études organisée dans le cadre du LabEx EHNE Écrire une nouvelle histoire de l’Europe avec le soutien de l’IDHES (Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société) :

La diffusion des produits ultra-marins en Europe

16e-18e siècles

Elle sera organisée à l’université de Nantes le 30 juin 2016.

L’enjeu est de comprendre comment se sont diffusés les produits exotiques en Europe, en prenant en compte la grande différenciation des consommations en fonction des pays, des espaces (maritimes et intérieurs, urbains et ruraux) et des classes sociales, en s’intéressant aux adaptations réalisées pour répondre aux besoins et aux goûts des consommateurs européens.

Trois axes de réflexion sont proposés :

  • Le transport des produits coloniaux ultra-marins : coûts et aléas
  •  Transformation et distribution des produits ultra-marins
  • La consommation différenciée des produits ultra-marins

Les langues de la journée d’études sont l’anglais et le français.

Les propositions de communication (en français ou en anglais) sont à adresser à l’adresse suivante : jeultramarins@gmail.com

Elles comprendront un titre et un résumé d’une page maximum, accompagnés d’un CV, et devront être envoyées avant le 24 mars 2016.

Télécharger l’appel à communications :

Appel à articles – Le Canada et la Grande Guerre

Françoise Le Jeune, Professeure de civilisation nord-américaine et britannique au CRHIA (Université de Nantes), lance un appel à articles pour le 80ème numéro de la revue d’Etudes Canadiennes qui aura pour thème :

Le Canada et la Grande Guerre

La Revue Etudes Canadiennes / Canadian Studies sollicite des articles (en français ou en anglais) sur l’impact de la Grande Guerre sur le Canada et les Canadiens, d’un point de vue historique, politique, artistique ou sociétale. Le comité éditorial est également intéressé par une réflexion sur les représentations de la Première Guerre Mondiale en littérature ou d’un point de vue artistique, pendant ou après la guerre. On peut également s’intéresser à la manière dont le Canada se souvient de cette guerre, particulièrement à l’approche de la commémoration de la bataille de Vimy en avril 1917.

Plusieurs conférences et ateliers ont déjà eu lieu sur ce sujet, qui ont permis de mettre en avant de nouvelles recherches et de nouvelles perspectives sur la Grande Guerre au Canada, recherches qui n’ont peut-être pas encore été publiées.

Les articles pourront prendre en considération diverses approches en prenant en compte sur l’impact de la guerre sur la nation canadienne ou sur la place du Canada dans l’espace impérial, pendant et après la guerre. L’optique de cette publication est de renouveler la littérature scientifique sur des sujets bien connus. On pourra par exemple :

  • Revoir le contexte de la mobilisation au Canada
  • S’intéresser à l’expérience de soldats canadiens dans les tranchées
  • Porter un regard nouveau sur les batailles d’Ypres, Vimy ou Passchendaele
  • Revisiter les textes littéraires parlant de la Grande Guerre ou explorer les écrits personnels d’acteurs anonymes
  • S’intéresser à la manière dont les provinces ou le fédéral vivent la guerre
  • Reconsidérer la place des femmes
  • Prendre en compte le rôle de la guerre sur la redéfinition de l’identité canadienne
  • Analyser l’impact de la guerre sur la politique canadienne (fin de l’empire, modernité, progrès…)
  • Perspectives sur les commémorations canadiennes de la Grande Guerre (y compris les expositions)

Les propositions d’articles (250 à 300 mots) contenant un titre et un résumé décrivant l’objectif de l’article, et incluant une courte biographie (100 mots maximum) peuvent être envoyées en PJ aux adresses mentionnées ci-dessous.

La date limite pour la réception des propositions est le 15 février 2016. Le comité confirmera rapidement leur pré-selection aux auteurs. Les articles complets (d’environ 8000 mots) devront être envoyés pour le 15 mai 2016. Ils seront soumis à la lecture du comité scientifique de la revue. Les textes retenus paraîtront en version papier (et en ligne) dans la Revue n°80 de juin 2016.

English version (click here)

Partenaire :

  • Revue Etudes Canadiennes / Canadian Studies

Contact :

  • revueetudescanadiennes@gmail.com
  • cc. francoise.le-jeune@univ-nantes.fr