Tous les articles par Virginie Chaillou-Atrous

Publication, Tianjin cosmopolis, une autre histoire de la mondialisation, Pierre Singaravélou

Pierre Singaravélou,

Professeur à l’Université  Paris I Panthéon-Sorbonne,

publie

Tianjin cosmopolis, une autre histoire de la mondialisation

aux éditions du Seuil.

La mondialisation n’est pas un vain mot pour désigner ce qui survient au tournant du xxe siècle à Tianjin, capitale diplomatique de l’empire du Milieu. Cette ville chinoise méconnue suscite alors la convoitise de toutes les puissances de la planète en quête de concessions territoriales.

Des hommes du monde entier s’y aventurent pour faire fortune. L’audacieux vice-roi Li saisit l’occasion pour transformer le siège de son pouvoir en un laboratoire de la « modernité » urbaine. La guerre des Boxeurs durant l’été 1900 transforme brutalement la ville en une commune insurrectionnelle : les sièges des concessions étrangères puis de la cité autochtone détruisent des quartiers entiers et, suite à la victoire inattendue des forces alliées, de nombreux civils chinois sont massacrés. Avec la volonté affichée de moderniser Tianjin et sa région, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, les États-Unis, la Russie, le Japon, l’Italie et l’Autriche-Hongrie fondent sur-le-champ le premier gouvernement international de l’époque contemporaine.

En analysant ici tous les aspects d’une expérience politique unique, Pierre Singaravélou offre une vision renouvelée des origines de la mondialisation actuelle qui fut, dès l’origine, une coproduction entre puissances européennes, asiatiques et états-unienne.

Journées internationales d’études : Les traités de paix en Europe : négociations, applications et réceptions (1918-première moitié des années 1920) 22 mai – 23 mai

Journées internationales d’études : Les traités de paix en Europe : négociations, applications et réceptions

(1918-première moitié des années 1920)

22 mai 14h-18h-23 mai 9h30-13h

Maison de la Recherche, salle D116

(28, rue Serpente, 75006 Paris)

Organisées par l’axe 4 et 5 du Labex EHNE

 

Les débats seront rythmés par quatre « tables-rondes » pensées comme des moments d’échanges autour d’un thème fort. Chaque table ronde est introduite par des interventions des témoins invités et se poursuit par un échange entre l’ensemble des participants.

22 mai

14h :  Introduction par Georges-Henri Soutou

Tour de table de présentation des intervenants et des participants (dans le public)

15h-16h30 : première table-ronde

« Bilan historiographique des traités de paix »

17h-18h30 : deuxième table-ronde

« Les notions : héritages et ruptures des principes mis en avant »

23 mai

9h15 : Accueil des intervenants et participants

9h30-11h : troisième table-ronde

« Les acteurs des traités de paix, de leur conception à leur application »

11h30-13h : quatrième table-ronde

« Comment écrire une histoire européenne des traités de paix ? »

 

Inscription auprès d’Isabelle Davion: idavion@free.fr

 

 

 

Appel à communications: Colloque international : Pluralisme religieux, sociétés plurielles : les religions dans l’espace public européen 3-5 Octobre 2018, Nantes.

Pour l’historien Tony Judt, l’identité est un mot dangereux. Souvent basées sur des conceptions essentialistes et anhistoriques de la nation ou de la religion, les politiques identitaires remettent aujourd’hui en question les fondements pluralistes et multi-religieux des sociétés en Europe et au-delà. Ce colloque propose d’explorer ce en quoi la diversité religieuse et culturelle a toujours constitué un élément important des sociétés européennes. Nous nous pencherons sur la manière dont divers États ont accommodé la religion en général et des organisations religieuses en particulier, en prêtant une attention particulière aux questions d’identité de groupe et de liberté individuelle ainsi qu’à la distinction entre espaces privé et public et en interrogeant les termes et les logiques de proximité, d’échanges, de relations et d’emboitement entre les sociétés et les Etats dans cet espace en constante mutation. Il sera essentiel de toujours se demander de quelle Europe, de quels espaces publics et de quelles sociétés européennes on parle – l’Europe d’aujourd’hui, souvent identifiée de manière trop simpliste à un projet politique spécifique, l’Union européenne, et aux relations à ses espaces voisins méditerranéens et orientaux n’est pas la même que celle de 1914, encore moins celle du moyen âge ou du XVIe siècle.

            Le paysage confessionnel de cet espace est à la fois systématiquement marqué par la diversité et constamment en évolution, en mouvement. Les religions changent continuellement. Dit d’une autre manière, les croyants et pratiquants adaptent continuellement leur pratiques et croyances religieuses aux réalités sociales et politiques changeantes. Par exemple, de nombreux chrétiens ou musulmans considèrent leur religion comme immuable : les appels au changement, les doctrines ou pratiques réformistes sont souvent présentés comme des efforts de « retour » à une pureté originelle perdue, un apogée supposée (l’âge des Apôtres, du Prophète et de ses compagnons, « l’Âge d’Or » de l’Église au XIIIe siècle…). Ce schéma a pour effet d’essentialiser la religion et peut mener au fondamentalisme ainsi qu’à un rejet doctrinaire de versions rivales de sa propre religion (Judaïsme Rabbinique/Karaïsme, Catholicisme/Protestantisme, Sunnisme/Chiisme) et des éléments séculiers de la modernité. Une telle essentialisation provenant d’une source extérieure à la tradition religieuse peut les conduire à la rejeter, à la considérer comme « obscurantiste » ou incompatible avec les valeurs séculières contemporaines. Et pourtant, les religions sont en perpétuel mouvement : les formes diverses de Judaïsme ou de Bouddhisme pratiquées aujourd’hui en Europe sont différentes de celles qu’on pouvait trouver il y a des siècles, ou de celles qu’on trouve encore aujourd’hui dans d’autres parties du monde.

            Au cours de ce colloque, nous étudierons l’héritage religieux dans les sociétés européennes et  dans leurs espaces d’influence, de contacts et d’échanges à travers cinq sessions académiques sur des thèmes clés en privilégiant des approches favorisant le dialogue entre les disciplines. Les communications pourront être proposées en français ou en anglais. En parallèle, nous organiserons une série d’ateliers en français pour les professionnels, les décideurs politiques et pour tous les publics intéressés par les défis et possibilités  que pose la diversité dans la pratique religieuse et la foi aux sociétés du XXIe siècle.

Ateliers académiques :

  • Atelier1 : Définir la religion

Qu’est-ce qu’une religion ? Comment les philosophes, théologiens, anthropologistes, juristes et autres ont-ils délimité les frontières du sacré et du profane ? Du religieux et du séculaire ? Dans quelle mesure ces définitions sont-elles spécifiques à une culture ? Quand et comment bascule-t-on d’une opposition polémique entre « religion » et « superstition » à une catégorie apparemment plus objective de « religions » au pluriel ? Les systèmes de croyances non-théocentrés (communisme, fascisme…) peuvent-ils être considérés comme des religions, dans la mesure où ils contiennent un certain nombre des aspects et éléments de systèmes religieux ?

  • Atelier 2 : Sécularisation, laïcité(s) et pluralisme dans les sociétés européennes

La sécularisation est un ensemble de processus sociétaux qui consiste, de la part des sujets, à mettre à distance des prescriptions ou conseils religieux. L’adoption d’un cadre laïque a, quant à elle, souvent été étudiée dans les termes d’une lutte binaire entre cultes (ou institutions religieuses) notamment l’Eglise catholique, et État. Au cours de cet atelier, nous prêterons attention à la manière dont une pluralité de religions détermine les attitudes étatiques envers la religion et la définition de droits religieux (que ce soit les rôles des juifs et des protestants dans la Première République en France, la place des dissidents protestants et des catholiques en Angleterre au XVIIe siècle ou le rôle de l’islam dans les sociétés où l’Etat est conçu comme proche de la neutralité au XXIe siècle). Verra-t-on une réaffirmation ou une redéfinition des cadres légaux liés à la sécularisation ? Ou bien une accommodation avec des spécificités religieuses dans un monde « post-séculier » ?

  • Atelier 3 : Politiques religieuses dans les empires coloniaux européens

Entre le XVIe et le XXe siècle, les nations européennes ont gouverné de larges empires coloniaux avec une grande diversité de religions. Au cours de cette session, nous examinerons les réactions des pouvoirs coloniaux à cette diversité religieuse ainsi que les politiques mises en place (de l’encouragement de missionnaires chrétiens ou musulmans à la régulation et au renforcement de barrières religieuses en passant par la manipulation d’élites religieuses locales voire même leur recrutement auprès des hiérarchies coloniales). Les populations colonisées ont utilisé les arguments et institutions religieux de différentes manières, pour naviguer entre les structures coloniales, pour réclamer des droits ou pour s’opposer au pouvoir colonial européen.

  • Atelier 4 : Pluralisme religieux dans le monde musulman

Cet atelier portera sur la manière dont les sociétés des pays majoritairement musulmans ont traité la pluralité religieuse des points de vues théologique, juridique ainsi que de la pratique. La catégorie légale de dhimmi a émergé dès les premiers siècles de l’Islam bien qu’en pratique ce statut différait d’une société à une autre. Depuis le XIXe siècle, les théologiens et juristes musulmans, confrontés aux catégories du droit non-confessionnel, ont développé des stratégies diverses pour définir la place du non-musulmans dans les sociétés sous autorité musulmane et du musulman dans les sociétés où la nature de l’Etat n’a pas été défini en relation avec le droit islamique.

  • Atelier 5 : Religion et mondialisations : sécularisation, commercialisation, réenchantement

Les progrès technologiques, de la communication ainsi que dans la capacité de mobilité des individus ont créé un marché global pour la religion. Cette session donnera l’occasion d’examiner les effets de ces changements sur les pratiques religieuses et l’insertion des religions dans les espaces publics en Europe, sur l’organisation et le rôle des institutions religieuses traditionnelles et sur d’autres qui émergent, mais également sur le dialogue inter-religieux dans les sociétés européennes.

Soumission des propositions

Nous invitons les chercheurs de tous les champs académiques, y compris et en particulier les doctorants, à soumettre leur proposition de communication.

Les propositions pour des communications de 30 minutes devront être envoyées avant le 1er septembre 2017 à l’adresse ipra@univ-nantes.fr. Les communications peuvent être rédigées en anglais ou en français. Elles doivent impérativement contenir :

  1. Un document au format .doc contenant
  2. Nom complet et affiliation
  3. Titre de la communication proposée (et indication de l’atelier dans lequel l’intervention est proposée)
  4. un résumé de la communication (200-500 mots)
  5. une liste de 5-10 mots-clés
  6. Un CV

Validation et confirmation

Le comité d’organisation confirmera la réception des soumissions et se prononcera sur celles retenues et celles rejetées au plus tard le 31 octobre 2017. Les contributeurs retenus seront invités à confirmer leur participation.

Les frais des intervenants sur place (hébergement, repas) seront assurés par les organisateurs, ainsi que les frais de déplacements pour ceux dont l’université d’affiliation ne peut pas les prendre en charge

Comité de Pilotage:

Dominique Avon, Université du Maine

Arnauld Leclerc, Université de Nantes

Michel Catala, Université de Nantes

John Tolan, Université de Nantes

Nicolas Stefanni, IPRA, Université de Nantes

Amanda Rio de Pedro, Alliance Europa, Université de Nantes

 

Comité scientifique:

A. Leclerc

J.Tolan,

D. Avon

Jean-Marc Ferry, Université de Nantes

Christiane Gruber, University of Michigan

Tomoko Masuzawa, University of Michigan

Annick Peters Custot, Université de Nantes

Karine Durin, Université de Nantes

Céline Borello, Université du Maine

Vincent Vilmain, Université du Maine

Jean-Philippe Schreiber, Université Libre de Bruxelles

Lionel Obadia, Université de Lyon II

Caroline Julliot, Université du Maine

 

Séminaire inter-axes « Regards croisés sur la notion d’Occident: histoire européenne et point de vue asiatique », vendredi 12 mai 10h-12h

La deuxième séance du séminaire inter-axes du Labex EHNE aura lieu ce vendredi 12 mai de 10 à 12 heures à la Maison de la recherche (salle D421) à Paris.

La discussion sera centrée sur la notion d’ « Occident », à travers une approche croisée d’histoire politique (perspectives européennes), et plus géopolitique (perspectives asiatiques), à partir des pistes générales de la notice The West : a conceptual exploration de l’encyclopédie EGO (Europäische Geschichte on line, produite par le Leibniz Institut fur Europäische Geschichte de Mayence, partenaire du LabEx EHNE).

Les deux intervenants seront Christophe Poupault, professeur d’histoire en CPGE, et Hugues Tertrais, professeur émérite à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, fondateur du Centre d’Histoire de l’Asie Contemporaine (CHAC).

Après l’exposé des deux intervenants, un débat peut s’engager, auquel le public est invité à participer.

Publication, Transposer la France, L’Immigration française au Canada (1870-1914)

Françoise Le Jeune, professeure d’histoire de la Grande-Bretagne et du Canada (XVIIIe et XIXe siècles) à l’Université de Nantes, Yves Frenette, professeur et titulaire de la Chaire de recherche du Canada de niveau 1 sur les migrations, les transferts et les communautés francophones à l’Université de Saint-Boniface et Paul-André Linteau, professeur au Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal et codirecteur du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal viennent de publier:

Transposer la France

L’Immigration française au Canada (1870-1914)

Si la majorité de ces nouveaux-venus choisit de s’établir en terre francophone, souvent à Montréal, bon nombre d’entre eux s’installent dans l’Ouest, sur les vastes terres agricoles de la Prairie. Et si on compte parmi eux un contingent important de religieux, chassés par les politiques anticléricales adoptées par la République française à partir de 1880, contingent qui allait profondément influencer le système d’éducation au Québec, ces Français se font aussi cultivateurs et ouvriers, enseignants, comédiens et chercheurs d’or. Pourquoi et comment ces Français prennent-ils la route du Canada ? Où s’établissent-ils et comment s’intègrent-ils à la société canadienne ? Telles sont les grandes questions soulevées dans cet ouvrage.

Le livre s’ouvre sur une présentation d’ensemble de la migration française vers le Canada, de ses effectifs et de ses rythmes, mais aussi des facteurs qui l’ont façonnée. Il est suivi d’un chapitre où ce mouvement migratoire est vu de France. Pourquoi et dans quel contexte les Français partent-ils pour le Canada ? D’où viennent-ils ? Qui les recrute, avec quels arguments ? Quelle attitude adoptent les autorités françaises à leur égard ? Viennent ensuite cinq chapitres traitant de chacune des composantes régionales du pays : les deux premiers concernent le Québec; un chapitre complet est consacré à Montréal, où s’implante et se développe la communauté française la plus nombreuse et la mieux organisée; le chapitre 4 traite de la présence française dans le reste de la province, un sujet encore mal connu; le cinquième chapitre étudie le cas particulier de l’Ontario; le chapitre 6 traite des trois provinces de la Prairie, où se dirigent une bonne moitié des immigrants français au tournant du XXe siècle; le dernier chapitre couvre les deux extrémités du pays, les provinces maritimes à l’est, la Colombie-Britannique et le Yukon à l’ouest.
Pour plus d’informations: Les éditions du Boréal

Atelier de travail, Entrer en guerre, XVIe siècle – XVIIIe siècles – Jeudi 30 mars 2017 9h30 – 16h30

Dans le cadre du séminaire « Etudier la guerre », Eric SCHNAKENBOURG, Professeur d’histoire moderne et Directeur du CRHIA (Université de Nantes), organise un atelier de travail à Nantes sur le thème :

Entrer en guerre,

16ème – 18ème siècles

L’objet de cette journée d’études porte sur les modalités du passage de la paix à la guerre. Il ne s’agit pas de travailler sur les causes des conflits, mais de réfléchir aux transitions de l’une à l’autre pour savoir comment, à l’époque moderne, les États, les sociétés et les individus sont saisis par l’épreuve de la guerre. L’effet perlocutoire d’une déclaration de guerre n’est pas immédiat, autrement dit il ne suffit de proclamer l’état de guerre pour qu’il devienne réalité. L’entrée en guerre n’est pas uniquement réductible à une rupture nette, elle entraine des mutations, des mobilisations et des adaptations sur lesquelles il faut s’interroger en les considérant au moment où elles commencent à se mettre en place. L’un des enjeux de cette journée d’études est de saisir les décalages de l’entrée en guerre en fonction des objets considérés.

Consulter le programme
Lieu : MSH Ange-Guépin – 5, Allée Jacques Berque 44000 Nantes – Salle de conférence
Partenaire : TEMPORA (EA 7468, Université Rennes 2), CREC (Ecoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan), MSH Ange-Guépin
Contact : Eric SCHNAKENBOURG : eric.schnakenbourg@univ-nantes.fr

Parution : Le travail colonial. Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

Eric Guerassimoff, Professeur de civilisation chinoise contemporaine au sein au CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD),  et Issiaka Mande, Professeur à l’UQAM (Montréal, Canada) est membre du CIRDIS et du CESSMA (UMR 245 Université Paris-Diderot/IRD), viennent de publier :

Le travail colonial.

Engagés et autres mains-d’œuvre migrantes dans les empires 1850-1950

L’histoire du travail colonial s’est développée vigoureusement dans les pays du Sud depuis la fin du XXe siècle. Elle replace au centre la figure du colonisé, non seulement comme victime, mais aussi comme agent à part entière des sociétés coloniales. C’est dans cette dernière perspective que les contributions réunies dans le présent volume veulent s’inscrire. Ces études soulignent spécialement l’expérience de l’engagisme, la forme dominante entre 1850 et 1950, de ces relations de travail, examinent avec attention les moyens déployés par les engagés pour s’adapter à la coercition, ou bien y résister, et parfois, tourner les circonstances à leur avantage, dans les espaces coloniaux diversifiés (Antilles, océan Indien, Asie, Pacifique). Situées au carrefour de la recherche récente en histoire des migrations internationales au Sud et en histoire globale du travail, ces études ambitionnent de préciser le rôle joué par les institutions, les employeurs et l’intervention des migrants eux-mêmes dans la constitution des marchés coloniaux du travail.

Virginie Chaillou-Atrous, docteure en histoire contemporaine et chargée de l’animation scientifique de l’axe 4 du LabEx EHNE à Nantes, y a publier un article sur le thème : Engagés indiens et engagés africains  à La Réunion au XIXe siècle : une histoire commune ?

Pour aller plus loin : Riveneuve éditions

Passé/ Présent: Présentation du film « Sac la mort » par Emmanuel Parraud, Auteur-réalisateur.

« Sac la mort »

 Le nouveau film d’Emmanuel Parraud,  distribué par LES FILMS DE L’ATALANTE,  sortira en salle le 15 Février 2017.
Emmanuel Parraud viendra présenter son film lors du colloque « L’engagisme dans les colonies européennes, Résistances et mémoire(s), XIXe-XXIe siècles »
le jeudi 20 octobre 2016 à 17h25
au Château des Ducs de Bretagne à Nantes.
Plus d’informations sur le colloque ici

INTERVIEW  d’Emmanuel Parraud:

« Au travers de l’histoire de Patrice pris dans la tourmente de la mort je voulais parler des Cafres, ces descendants d’esclaves ou d’engagés africains, de leur condition d’aujourd’hui sur l’île de la Réunion. 
Patrice et ses amis sont marqués par le rhum, cet alcool que le contremaître distribuait dans les champs du temps de l’esclavage pour accélérer la cadence de la coupe et que le maître offrait le soir pour abrutir ceux qui pourraient vouloir se révolter ou fuir. C’est aussi celui que le grand-père de Patrice lui faisait boire dés l’âge de 6 ans pour amuser les clients de la Boutik et pour savoir quel était son petit fils préféré. Aujourd’hui, le rhum n’est plus offert, il faut l’acheter, dix euros la bouteille, dix euros qui retournent dans la poche des anciens maîtres aujourd’hui propriétaires des sucreries. Dix euros de moins sur le RSA qu’on te donne pour te tenir tranquille. Un rhum industriel à 48°, une véritable drogue dure qui t’accroche et ne te lâche plus, te troue le cerveau et donne la gangrène. Patrice et ses amis en boivent un litre chacun par jour depuis 25 ans. 
Alors le film est là pour rendre le spectateur sensible à ce qui construit cette situation, cette complexité. Au désespoir qui la sous-tend, à la confusion que cette boisson entretient, à la force aussi que l’alcool donne à ceux pour qui le monde qui les entoure est synonyme de danger, d’imprévisible, qui ont un rapport craintif au monde. Certes ils ne sont plus fouettés aujourd’hui, mais ils sont relégués, ils ne comptent pour rien. Le monde est indéchiffrable pour eux, inaccessible – on te donne ton RSA et reste chez toi, surtout n’en sors pas, tu n’es pas présentable, tu nous fais honte. Ils ont tenté de partir faire leur vie en France métropolitaine à 10 000 km de là puisqu’il n’y a pas de travail ici. Ils se sont retrouvés dans le froid à pousser la brouette, du travail au noir sous les quolibets de leurs amis les Blancs, et à boire pour se réchauffer, pour se faire accepter. Ils sont rentrés à la Réunion parce que tout manque, les copines, la famille, la chaleur, la tête basse. Et leur famille les a rejeté car c’est la honte cet échec de plus, la présence de ces ratés dont on avait vanté la réussite aux voisins. On les a tenu à l’écart et ils se sont enfoncés dans la crainte, la crainte de ne pas être aimer, d’être oublié, de ne pas avoir d’argent. Une situation rendue plus insupportable encore par la présence de leurs voisins jeunes et beaux promis à un brillant avenir. Pourquoi eux réussissent et pas moi ? Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? Comme tout est inexplicable, énigmatique, hostile autour de soi, comme au temps des esclaves, on doit chercher plus loin, plus en arrière, dans la sorcellerie, retourner au pays des ancêtres que l’on ne connait pas.
J’ai rencontré Patrice et Charles-Henri en me trompant de chemin dans mes repérages. Ils se préparaient à manger sur un petit feu au coin du jardin. Ils nous ont salué en passant. On est resté l’après-midi ensemble. Ils étaient ivres mais lucides sur ce qui nous séparait et nous reliait aussi. On est devenus complices. Et on ne s’est plus quittés. Ça fait maintenant 6 ans. J’ai fait un premier film avec eux, « Adieu à tout cela », un moyen métrage dans lequel ils avaient un petit rôle. J’ai senti qu’ils étaient immenses. Que Patrice et Charles-Henri était deux comédiens absolument surdoués, des poètes aussi. Alors j’ai voulu écrire un film en leur hommage, à leur vie, à leur manière de voir le monde et de le raconter. C’est devenu « Sac la mort », un film que nous avons fabriqué ensemble, chacun selon ses compétences et son talent. 
Je voulais un film qui, sans rien cacher de la réalité de leur existence, ne tomberait pas dans le misérabilisme, la stigmatisation, le renforcement des clichés, des dangers qui guettent tous les films qui s’aventurent sur le terrain de la connaissance de l’Autre. J’ai compris que seule la fiction le permettrait. Ce détour par le récit et les personnages est indispensable, parce qu’en éloignant le spectateur de la réalité le temps du film je pourrai la lui rendre plus prégnante après la projection lorsqu’il retrouvera la vraie vie en quittant la salle, en croisant un autre Patrice dans la rue il saura, en tout cas il en saura plus. »
Emmanuel Parraud
PROCHAINES PROJECTIONS:
Paris
cinéma les 7 Parnassiens – Samedi 15 octobre à 20 h 30
semaine du film de la Caraïbes et des Outremer 
 
Lyon 
cinéma Comoedia – Samedi 1er octobre – 18h
reprise Acid à Cannes  
 
Ivry-sur-Seine
cinéma Luxy – Lundi 3 octobre – 20h 
reprise Acid à Cannes   
 
Fosses 
cinéma L’Ysieux – Jeudi 13 octobre – 19h30
reprise Acid à cannes    
 

EXTRAITS DE LA REVUE DE PRESSE:

« Une immersion entre réalisme social et hallucinations, dans une Réunion authentique et magique à la fois »

Jean-Marie Chazeau – Ciné Première / OUTREMER 1ere 
 
« Ce combat pour la prise en compte de l’Autre dans son Histoire et sa complexité, des réalisateurs le mènent à travers leurs films, explorant l’inscription des cultures autres dans le monde. Déjà présenté au festival du film africain de Louxor de mars 2016 où il fut primé, Sac la mort, deuxième long métrage d’Emmanuel Parraud est programmé par l’ACID à CANNES. Film étonnant dans sa volonté de capter une tranche de vie dramatique en milieu créole réunionnais, c’est le portrait de Patrice, un homme pris dans la tourmente de la mort. Engrenage de peurs et de réactions incontrôlées, le film évolue dans cette ambiance où les croyances côtoient et s’allient à une Histoire de sang remontant à des temps non évoqués mais si présents où la peur et la mort étaient quotidiennes. Tout cela forme un tout qui s’entremêle dans ce personnage sensible et fragile, dont le chaos intérieur est le fruit de ces ballotements. La caméra ne le quitte pas, s’accroche à ses pas, si bien que le film épouse son incertitude et gagne ainsi en véracité mais aussi en pertinence pour comprendre les blessures du monde. »
Olivier BARLET – Africultures   
Plus d’informations: http://www.emmanuelparraud.fr/

Nouvelle revue, Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales, disponible en librairie le 6 octobre

Le premier numéro de la revue semestrielle Sensibilités. Histoire, critique & sciences sociales sera disponible le 6 octobre prochain en librairie ou par abonnement.
Ce premier numéro est consacré à l’ « Anatomie du charisme ».
"Cette revue pluridisciplinaire, à la croisée des savoirs, souhaite s'emparer des sensibilités, des affects, des formes de perception pour en faire non pas seulement un objet de savoir (joie, amour, peur, etc...) mais bien une démarche de connaissance permettant d'interroger les modes d'organisation du monde. Notre idée est de faire exister un espace éditorial qui soit un lieu d'échanges entre les sciences sociales, et qui laisse une large place à des expériences artistiques, narratives, graphiques, photographiques, etc. capables de bousculer nos regards." Clémentine Vidal-Naquet
La revue sera présentée lors d’une table ronde organisée aux Rendez-vous  de l’histoire de Blois le 7 octobre prochain, à partir de 17h à l’auditorium de la Bibliothèque abbé Grégoire.

COMITÉ DE RÉDACTION
-Quentin Deluermoz est maître de conférences à l’université Paris-13, membre junior de l’Institut universitaire de
France.
-Christophe Granger est chercheur associé au Centre d’histoire sociale du xxe siècle (Paris-1/CNRS).
-Hervé Mazurel est maître de conférences à l’université de Bourgogne.
-Clémentine Vidal-Naquet est maître de conférences à l’université Picardie Jules Verne.

COMITÉ SCIENTIFIQUE
Stéphane Audoin-Rouzeau, Ludivine Bantigny, Alban Bensa, Romain Bertrand, Patrick Boucheron, Thomas Bouchet,
Peter Burke, Bruno Cabanes, Roger Chartier, Olivier Christin, Déborah Cohen, Alain Corbin, Georges Didi-
Huberman, Thomas Dodman, Arlette Farge, Sylvia Faure, Ute Frevert, Boris Gobille, Dominique Kalifa, Pierre Laborie,
Bernard Lahire, Stéphanie Sauget, Jean-Claude Schmitt, Victoria Vanneau et Sylvain Venayre.